Défi J54/100 La susceptibilité du surdoué !

La susceptibilité du surdoué

Temps de lecture estimé : entre 4 et 6 minutes.

Parce que ça m’est arrivé deux fois ce matin et que j’ai été comme ça toute ma vie, je vais parler dans cet article de la susceptibilité du surdoué. Bonjour et bienvenue sur mon blog surdoué ou pas surdoué. Comme beaucoup de surdoués, je suis hypersensible, sûrement trop car je suis très susceptible.

 

Alors pour commencer, mes trois points positifs pour aujourd’hui !

  1. Ce matin, je suis allé à un meet-up sur le growth hacking. Cela consiste à activer la croissance d’une entreprise, d’une activité par des méthodes et des outils. J’ai découvert que sur Internet, étaient à notre disposition de nombreux outils gratuits ou payants permettant d’automatiser un grand nombre de tâches répétitives. Non pour supprimer des emplois, mais cela peut permettre aux petites entreprises de se consacrer au coeur de métier, à leur communication. Ce qui est bien souvent relégué au dernier plan est vital pour une entreprise. La France a du retard, j’ai entendu qu’elle était au 16ème rang mondial par rapport à la présence des entreprises sur l’Internet.
  2. Les travaux dans mon immeuble avancent bien. Ça fait plaisir de voir les façades et les murs s’harmoniser proprement et les câbles sauvages se cacher dans les goulottes caméléons de la couleur des murs.
  3. J’ai des courbatures issues de ma séance d’électro-stimulation sportive d’hier chez Iron BodyFit à Lyon. Ça veut dire que mes muscles ont bien travaillé et en 15 minutes seulement.

 

Pourquoi parler de la susceptibilité du surdoué ?

  • Déjà parce que plusieurs choses ont froissé ma susceptibilité ce matin.
  • Parce que j’ai beaucoup souffert de ma susceptibilité du surdoué depuis mon enfance jusqu’à un âge adulte avancé.
  • Et que je me rends compte finalement que je fais plusieurs fois par jour des efforts importants pour ne pas paraître susceptible et que cela me demande de l’énergie.
  • Bien que je pense être moins susceptible depuis quelques années, il y a toujours quotidiennement des choses qui me chiffonnent et que je dois gérer intérieurement pour ne pas réagir. Sinon je serais plus souvent en colère et mon état de bien-être s’en trouverait dégradé.
  • Tout compte fait j’ai beau ne plus réagir à mon environnement ou aux autres, je reste susceptible à l’intérieur. C’est juste que mes réactions ont changé.

 

Premier moment qui a titillé ma susceptibilité de surdoué !

Ce matin, je suis allé dans un laboratoire d’analyses pour faire une analyse sanguine et d’urine. Rassurez-vous, je suis en parfaite santé, c’est un contrôle, optimiste que je suis. Une seule personne est devant moi à 7h30, alors je ne prends pas de ticket et j’attends sagement derrière la ligne jaune. Puis un homme entre et prend un ticket. Je me retourne et lui dis que pour info, je n’ai pas pris de ticket. Déjà première incompréhension des deux côtés.

Ça s’en va et ça revient, c’est fait de tout petits riens !

La personne devant moi part et je m’avance vers le comptoir. Je vois la secrétaire boire un peu de thé et je me dis “oups, je n’aurais pas dû m’avancer”, mon intuition. Et là, elle me dit “il faut attendre que je vous le dise pour avancer”. Glop, je retourne en arrière et de suite, elle me demande d’avancer, ok, j’avance. D’un seul coup plein de gens entrent dans le laboratoire. Je dis à la secrétaire que je n’ai pas de ticket et elle me demande si j’ai pris rdv. Je me demande si j’aurais dû prendre rdv. Elle me dit que c’est pour les gens qui ont pris rdv mais qu’elle s’occupe quand même de moi. Moi toujours aimable pour ne pas réveiller plus le dragon en elle. Elle d’un ton sec, pas commode.

Je ne le garde plus pour moi, je le signale !

Je l’ai signalé à l’infirmière qui m’a fait la prise de sang, elle a été très gentille contrairement à sa collègue. Vraiment, je prendrai toujours un ticket, même si je suis tout seul. Ça va que je l’ai bien pris mais pour une personne qui s’occupe de l’accueil des personnes bien souvent angoissées par les examens, elle manque de tact.

 

Interlude agréable entre deux moments de susceptibilité !

Après mes analyses à jeun, j’ai mangé trois bananes et trois carottes. Puis je suis allé à mon meet-up sur le growth hacking. A la fin, j’ai retrouvé un ami qui était aussi présent à cette petite conférence et nous avons discuté de nos projets. Je crois que nous aurions pu discuter longtemps, nous n’arrivions pas à nous arrêter de parler de sujets intéressants.

 

Deuxième moment qui a titillé ma susceptibilité de surdoué !

Ensuite je suis allé au magasin Graphigro pour acheter deux petits cadres en bois et sous verre. Pour mes petites oeuvres sur cartes postales anciennes cousues et dessinées à l’encre de Chine. Je rentre et je fais sonner les portiques antivol. Je sais que ça doit venir de mon livre dans mon sac. La vendeuse et deux employées en train de manipuler une palette de produits avec un tire-palette ne réagissent pas. Alors comme un grand je fais leur boulot. Car je sais aussi comment faire puisque j’avais un système d’antivol dans le magasin bio dans lequel je travaillais avant. Donc je prends mon sac et je le passe entre les bornes détectrices, ça sonne. Je sors mon livre de mon sac, car j’ai vu la veille qu’il avait un antivol collé sur la couverture intérieure. Et je le passe entre les bornes, ça sonne.

Notre court échange verbal qui voulait en dire beaucoup plus !

Puis je dis à une employée ne réagissant toujours pas, “ça ne vous dérange pas que ça sonne ?” Elle prend mon livre, puis le démagnétise. De loin je lis le titre “Moi, surdoué(e)?!, le livre d’Hervé Magnin, aux éditions Jouvence. Je suis sûr qu’elle l’a vu. Et en me rendant mon livre, elle me répond “On n’a pas des ailes pour tout faire !” Je l’ai mal pris, ça m’a choqué. Par contre je crois que j’aurais dû passer mon chemin au lieu de m’occuper de cette sonnerie. J’avais l’impression de les déranger, la vendeuse m’avait bien vu, mais elle a fait mine d’être occupée et les deux autres manipulaient un engin qui ne nécessite qu’une seule personne.

 

Bien que j’aie travaillé sur ma susceptibilité, je suis encore susceptible !

En pensant à tout ça, je prends conscience que malgré ma gentillesse, ma politesse ou ma disponibilité, malgré mon travail sur ma susceptibilité, ma façon de réagir face aux personnes, je suis encore bel et bien susceptible. Je ressens les choses, les échanges, les paroles comme des agressions. Je me sens continuellement agressé, choqué, ébranlé, interloqué par les moindres signes négatifs de mon environnement et de mon entourage. Encore aujourd’hui, moi qui croyais ne plus être susceptible parce que je ne réagissais plus comme avant, en répondant à mon tour par une autre agression verbale.

Je ne tiens plus compte des signes négatifs des autres !

Avec le temps, ce qui a réellement changé, c’est ma perception de ce que je ressens et mes réactions. En fait, dans ma perception, je fais comme si la personne en face de moi ne m’agresse pas, ne m’en veut pas, me demande quelque chose sans haine ou hargne. Quand je dis agresser, il me suffit de pas grand chose, comme une pique, une réflexion, une remarque, une critique. J’y suis très sensible, voire susceptible à tous les coups. J’ai appris à gommer le ton, les traits du visage, la posture du corps. Je ne prends que le message verbal, sans affect. Que me demande la personne, que veut-elle ? Un point c’est tout. Je ne prends plus en compte tout ce qui parasitait mes relations auparavant (ton, façon de le dire, posture, gestuelle, micro-signes, faux humour, second degré, sarcasme).

Bien que je détecte toujours ces signes d’énervement !

Je les vois bien tous, je les décortique, les analyse, les emmagasine. Je m’en sers car cela me permet de voir l’état dans lequel la personne est. Cela m’aide à prendre du recul vis-à-vis des personnes quand il y a un problème. Mais je fais comme si de rien n’était, je le garde pour moi. Et ensuite, je réponds d’une façon très cordiale, attentive, à l’écoute. Je peux aussi faire le bête, celui qui ne sait pas, qui n’a pas remarqué, ou l’étonné.

Je ne fais plus du tout comme avant !

Avant, je sautais à pieds joints dans le jeu psychologique de la personne, je me mettais en colère ou je me mettais immédiatement à aider la personne, à son service, à ses pieds. Puis je pouvais bouder jusqu’à plusieurs semaines. Je tombais dans le panneau. Je ressens que ma réaction ne correspond pas à ce que l’autre attend, ça le déstabilise et ça fait tomber la pression chez l’autre. En agissant de la sorte, j’ai réussi à échapper à de vrais drames au travail si j’avais réagi spontanément et naturellement.

Je m’affirme !

D’ailleurs, j’en profite pour me l’affirmer à moi-même car ça fait du bien, je ne suis pas obligé de répondre oui à la requête d’une personne. J’ai même le droit de dire non. En fait, je sais que j’ai entièrement le choix de mes réactions. Et je les choisis en fonction des résultats que je veux obtenir, dans les situations problématiques. En général, je souhaite pour tout le monde trouver l’harmonie.

La susceptibilité du surdoué
La susceptibilité du surdoué !

Pour résumer !

  • Je suis encore susceptible.
  • Ce que j’ai changé, mes réactions, je suis moins impulsif.
  • Je peux prendre du recul par rapport aux personnes et aux situations.
  • Je suis beaucoup plus conscient qu’avant des signaux non verbaux d’autrui et des situations problématiques.
  • Et plus à l’écoute des autres, plus empathique.
  • Je ne rentre plus dans les jeux psychologiques.
  • Enfin je me sens plus stable.

 

Aujourd’hui, je tire des leçons des expériences de mon passé !

Ce n’est que depuis l’année échue que tout ce que j’ai vécu prend sens. Ce que je voyais comme des échecs, des moments difficiles de ma vie, des situations problématiques qui se répétaient de façon cyclique. Je le vois aujourd’hui comme de formidables expériences qui vont me permettre de ne plus faire comme avant. Je peux relire chaque situation sous un nouvel angle. Mon point de vue est en train de changer sur tout ce que j’ai vécu de négatif. Et je suis en train de changer tout ce négatif en réussite. Tout ce que j’ai toujours cherché à l’extérieur de moi, je viens le trouver à l’intérieur de moi. Ceci constitue ma force intérieure. Voilà où j’arrive en partant de ma susceptibilité.

Je vous souhaite une journée équilibrante et équilibrée. Je vous dis à demain pour découvrir un nouvel article !

Et rappelez-vous, surdoués ou pas surdoués, reprenons confiance en nous prenant en main ! Ça commence par se connaître et s’accepter !

Cliquez ici pour voir l’article précédent.

Cliquez là pour lire l’article suivant.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.