Défi J12/100 Surdoué son rapport au temps !

Le surdoué son rapport au temps !

Temps de lecture estimé : 6 à 9 minutes.

Aujourd’hui dimanche, j’ai envie de faire une petite pause, en parlant du surdoué dans son rapport au temps. C’est en écrivant mon article hier et en lisant le livre de Béatrice Millêtre que j’ai trouvé ce sujet intéressant à traiter séparément. Bonjour et bienvenue sur mon blog surdoué ou pas surdoué. Je m’appelle Raphaël, j’ai découvert que je suis peut-être surdoué. Toujours au travers de mon expérience, au douzième jour de mon défi de 100 jours de témoignages.

L’ennui et le manque de concentration du surdoué !

Pour le surdoué, tout doit aller vite pour retenir son attention. Si c’est trop long, il s’ennuie. C’est mon cas. Quand je suis avec d’autres personnes, je suis bien obligé de suivre leur rythme. Mais j’ai tendance à vouloir presser le mouvement. Et alors là, mon empressement est tellement grand que l’on me demande de me calmer. Eh oui, je suis comme un enfant, je bouge beaucoup, je ne tiens pas en place. Pendant que je joue avec des amis à un jeu de société ou de plateau, une fois que j’ai joué, je vais ranger un truc, poster sur instagram une photo de mes tableaux, faire quelques pompes ou lire un livre. On me reproche de ne pas suivre, pourtant je suis, de façon distraite. Le pire, c’est que je les gagne au jeu, pas toujours non plus, mais assez souvent quand même pour le dire.

Comment le surdoué gagne du temps ?

Autre exemple, quand je prends mon petit déjeuner copieux le matin, j’écris dans mon journal intime en anglais, j’écoute sur YouTube des cours en anglais, j’écoute en vitesse accélérée x2 une vidéo sur un sujet qui me passionne ou pour mon métier ou encore je lis un livre.

Comment gagner du temps dans les trajets ?

Je ne gagne pas du temps dans les trajets en allant plus vite, mais en faisant autre chose de bien plus enrichissant. Ainsi, je profite toujours de mes trajets quand je suis seul (bus, voiture, vélo), pour échauffer mes articulations. En plus ça réchauffe en hiver. Je n’ai pas de voiture par choix écologique même si parfois c’est pratique, je m’en fait alors prêter une. Je vis en ville à Lyon et circule à vélo. Donc quand je suis à vélo, j’écoute toujours mes fameuses vidéos sur YouTube, sur la surdouance par exemple. En doublant la vitesse pr deux, je gagne un temps fou. Je comprends instantanément ce qui est dit en détail. C’est un coup à prendre parce qu’une autre partie du cerveau fonctionne. J’ai commencé à le faire en anglais pour voir si j’arrivais à comprendre aussi rapidement qu’en français.

Le surdoué fait plusieurs choses en même temps !

Quand je travaille à la maison, je fais des petites pauses très régulièrement. Pour faire des exercices physiques, étirements, échauffements, pompes, tractions, dips, squats, fentes, gainages … Une séance de sport complète. Ça me stimule énergétiquement et mentalement. Je me sens dynamique et heureux.

J’ai l’impression de perdre mon temps, mais je suis gagnant !

J’ai parfois l’impression de perdre mon temps quand je fais plusieurs choses à la fois, surtout au début de l’activité. Maintenant, je me limite à deux choses à la fois, pour être plus efficace et aller au bout de ce que j’entreprends. Au delà de trois tâches dans la même durée, je me disperse et je perds mes objectifs premiers. Au maximum, je me concentre sur deux activités en parallèle, dans un temps donné. Oui, je mets plus de temps à écrire un article. Mais au moins, j’ai fait mon sport quotidien.

Que se passe-t-il si je me concentre sur une seule tâche ?

J’ai testé le fait de me concentrer sur une seule activité à la fois. Comme travailler sur mon ordinateur. Quand j’étais architecte ou en suivant une formation en ligne chez moi. Et bien, je passe des heures assis, je me fatigue très vite. Je perds beaucoup d’énergie en procédant ainsi. Surtout s’il s’agit d’une “tâche”, dans le sens où je suis obligé de la faire et ça ne me passionne pas vraiment. Au final, j’ai passé toute ma journée assis, les yeux rivés sur l’écran, ce qui n’est pas recommandé pour la vue, et je n’ai rien fait d’autre. Du coup, je ne suis pas satisfait de mon emploi du temps et je broie du noir.

Comment être physiquement dynamique et mentalement éveillé ?

Entrecouper et mélanger mes activités me permet de m’aérer les neurones, de rester physiquement dynamique et mentalement éveillé. J’ai l’impression de perdre du temps, ce qui peut être vrai, si je m’éparpille. Mais en fait, soit j’en gagne, soit je gagne en qualité de vie, ce qui est hyper important pour moi afin de rester motivé et dans un état d’esprit positif.

Comment gagner du temps en faisant autrement ?

Gagner du temps en faisant plusieurs choses en même temps, en s’occupant pendant les délais d’attente et les temps de transport. C’est aussi faire “autrement”, d’une façon différente des autres personnes ou de l’habitude. Je suis très ouvert et particulièrement à toutes les astuces et nouvelles technologies susceptibles de me faire gagner du temps et de nouvelles compétences (en même temps bien sûr, pour être encore plus efficace). Je suis pour les effets combinés.

 

Les 6 outils gratuits pour gagner du temps grâce aux smartphones !

1- Regarder des vidéos en vitesse x2 !

Je vous ai donc déjà dit que je regarde ou écoute des vidéos en vitesse accélérée x2, sur les sujets que j’étudie.

2- Utiliser la suggestion des mots du mobile !

Ensuite, parfois j’écris mes articles sur un document, sur mon smartphone. L’avantage est de pouvoir profiter des suggestions de mots. Il me suffit de taper les premières lettres de mon mot et mon téléphone me fait plusieurs propositions. Je n’ai qu’à choisir. Du coup, je fais une sacrée économie de frappe de lettres et de temps. Environ 50%. A condition d’utiliser deux doigts au minimum et de relire quand même. Autre avantage, la correction orthographique. Géniale pour les surdoués nuls en orthographe. Moi, j’ai la chance d’être bon. En général, je fais des fautes d’inattention. C’est une façon intuitive d’écrire qui me correspond tout à fait. J’adore même, c’est comme dans un jeu vidéo.

3- Utiliser la synthèse vocale pour écrire !

J’utilise Google Docs, une application gratuite sur ordinateur, tablette et mobile. Elle correspond à la version payante du traitement de texte Word de Microsoft. Ce que j’ai découvert il y a peu de temps, c’est la fameuse fonction de synthèse vocale de Google qui est disponible sur son logiciel de texte. Il me suffit de cliquer sur la fonction et de dicter mon texte. Il retranscrit ce que je dis. Bonne gestion de la ponctuation à l’oral. Je dis point ou virgule ou point d’interrogation et il le retranscrit. La retranscription au format texte est presque parfaite. Ensuite, je relis et corrige deux ou trois choses. Je peux même parler très vite, il arrive à me suivre. J’utilise cette fonction sur mon ordinateur et sur mon smartphone pour écrire. Tout dépend de mon environnement, si je suis seul je me sens plus à l’aise.

4- Accéder à tout le savoir grâce à l’Internet sur le smartphone !

Autre point. J’ai mis du temps à avoir un méga forfait Internet mobile et un smartphone de compétition. Cela va faire bientôt un an que j’ai ce couple gagnant et ma vie a littéralement changé. Aujourd’hui, j’ai un mobile avec un écran relativement grand 5,5 pouces et un forfait mobile illimité (tel, sms, mms) avec 100 Go pour 12 euros par mois seulement. Pourquoi se priver ou payer plus. C’est en grande partie grâce à cela que je peux me hacker à grande vitesse. Je booste mes capacités de surdoué. Où que je sois, quand je veux, je peux apprendre, travailler, échanger, me renseigner, participer.

5- Les Clouds, disques durs dématérialisés !

J’utilise Google Drive pour travailler sur mes documents informatiques depuis mon téléphone portable, mon ordinateur PC portable ou mon Mac ordinateur fixe (je n’ai pas encore de tablette). J’ai des fichiers toujours à jour, sauvegardés, depuis n’importe quel poste, quand je veux. C’est en fait un disque dur externe qui se trouve chez Google, qui s’occupe de la sauvegarde automatique des fichiers sur lesquels je travaille. Fini les pannes de disque dur et les fichiers perdus. Je peux travailler hors connexion si je ne capte pas de réseau. Tout s’enregistrera automatiquement une fois le réseau disponible. Service gratuit jusqu’à une certaine quantité. Et payant au delà. Moins cher et plus fiable et pratique qu’un disque dur. Ça porte aussi le nom de Cloud, Dropbox …

 

Le surdoué et l’ordre ou le désordre ?

J’ai besoin de bien ranger toutes mes affaires. J’ai appris que beaucoup de surdoués sont bordéliques, qu’ils se laissent submerger par le matériel, les papiers, toutes sortes de choses. Je ne suis pas ainsi, mais complètement à l’opposé, hyper organisé. Chez moi, rien ne traîne, ne dépasse, n’est en trop. C’est zen, reposant. Toujours nickel. Tous les surdoués que je connais sont bordéliques. Je suis le seul à être aussi maniaque. On me qualifie de maniaque. Mais moi, j’ai besoin d’ordre autour de moi pour pouvoir faire de l’ordre dans ma tête où c’est déjà pas mal le bazar avec ma surdouance. Quand je ne vais pas bien, j’ai envie de trier, jeter, ranger. Après je me sens prêt à rebondir.

Comment le surdoué perd du temps ?

Quand je vais mal, au creux d’une vague, je perds le sens de ma vie. Plus rien n’a d’intérêt. Et je me laisse aller. Cela arrive après une critique ou un comportement de quelqu’un que j’ai pris en plein coeur. Je suis trop sensible. Et par peur de blesser ou de perdre l’amour, je garde pour moi. Je mets en certain temps à m’en remettre. Alors, je perds tout mon temps, je ne cherche plus l’efficacité, je préfère l’ennui aux avancées. Je mets de côté mes objectifs, mes activités, ma créativité, mes relations. J’ai l’impression que je me laisse mourir de l’intérieur. Je crois que c’est un schéma qui me permet de tirer des leçons pour que ça ne se reproduise plus. Mais tout cela change en ce moment, je me rebelle.

Je dois me fixer des objectifs pour me concentrer !

Maintenant, je sais que si je n’ai pas d’objectifs sur l’année, les prochains mois, le mois, la semaine et la journée, je me laisse complètement aller, vivre suivant mes envies, de fleur en fleur, à papillonner et ne rien concrétiser. Tout ce rétroplanning m’aide à savoir ce que je dois faire chaque jour et à me concentrer pour me rapprocher de mes rêves. Je pense que c’est aussi valable pour les non-surdoués. Mais c’est primordial pour moi, surdoué. Surtout que j’ai un haut niveau d’exigence avec moi-même et des projets à réaliser pour avoir l’impression d’avoir une vie qui vaille la peine d’être vécue.

Mes principaux objectifs en ce moment !

  • Trouver une galerie pour soutenir mon travail d’artiste peintre.
  • Créer mon entreprise et un blog sur l’architecture d’intérieur et le rentabiliser en vendant des formations et de l’accompagnement de projet en ligne.
  • Animer mon blog “surdoué ou pas surdoué” et grâce à cela, faire un travail de développement personnel sur moi, m’épanouir.
  • Côté forme physique, augmenter ma masse musculaire de façon naturelle.

Comment le surdoué ne voit pas le temps passer ?

Ne pas voir le temps passer m’arrive moins souvent à mon âge, sûrement parce que j’ai mis en place une gestion de mon temps, particulière à moi. Mais je me rappelle que cela m’arrivait tout le temps, autrefois.

L’enfant surdoué et le temps !

Enfant et adolescent, j’adorais construire des maisons de plusieurs étages en LEGO, dessiner des plans de maisons, immeubles, équipements publics et de ville. J’inventais et construisais des jeux de plateau et d’aventure. Je jouais à Sim City sur mon ordinateur. Après mes devoirs, les soirs, les week-ends, les vacances. C’était mes moments à moi, de ressourcement et de créativité. Je me sentais absorbé, plongé dans mon activité. Je ne voyais pas du tout le temps passer. Ce n’était jamais suffisant. J’étais déçu quand je devais m’interrompre, pour aller manger, dormir ou à l’école. Mes parents étaient contents que je m’occupe tout seul. Pendant ce temps là, je ne leur posais pas des tonnes de questions, je n’étais pas dans leurs jambes à leur tourner autour.

L’enfant surdoué et son imaginaire !

Pendant longtemps, je me disais que j’aurais préféré avoir une autre enfance, moins solitaire, à jouer avec les autres enfants de mon âge. Parce que j’aurais été moins timide et peureux. En fait, ces moments en solitaire, dans l’imaginaire, sont tout à fait normaux pour un surdoué. Il en a besoin. Je ressens encore mes constructions mentales pendant ces temps solitaires. Comme je l’ai dit, cela me ressourçait. Je l’ai appris en écoutant des vidéos sur la surdouance. Et je l’ai accepté en refaisant une lecture de toute ma vie, depuis ce nouveau point de vue. Peut-être que cela vaut pour tous les enfants ?

Le temps chez le jeune adulte surdoué ?

Quand j’étais jeune adulte, dans mon deuxième appartement de 80 m2 où je vivais seul, je passais, de la même manière, de nombreuses heures à ranger, nettoyer, agencer les meubles, décorer … Au point d’oublier de manger ou de dormir. Je me sentais tellement bien, dans ces moments là, que j’avais envie de continuer, de ne jamais m’arrêter ou d’aller jusqu’au bout. Je vivais toute interruption comme une violence, un drame, une déception, une intrusion de l’autre dans ma vie privée. J’agissais pareillement au travail. Alors que les autres pensaient aller manger, moi j’étais en plein dans mon projet. Je ne suivais pas vraiment mes collègues pour déjeuner. Cela m’arrangeait bien avec ma phobie sociale à ce moment-là. Au travail, je ne faisais des pauses que quand on m’y obligeait.

Le surdoué son rapport au temps !
Le surdoué son rapport au temps !

Comment le surdoué va au bout de ses rêves ?

Adulte, je me rends compte que ça me l’a fait quand j’ai reconstruit mon appartement en loft après l’avoir entièrement démoli au point de ne plus pouvoir y vivre. Pendant les travaux à la belle saison, ce qui était très agréable, je passais des journées entières dans mon univers en chantier. En construisant le logement de mes rêves.

Qu’est ce que le flow ?

En ce moment en 2018 et depuis cinq ans, je ressens le flow pendant que je dessine ou peins, dehors ou dans mon atelier de peinture. Le flow est exactement ce que je vis, quand je suis absorbé par mon activité, au point d’oublier tout le reste autour de moi. J’atteins un état méditatif. Je me sens si bien que je ne veux pas que ça s’arrête. Alors, je décale le moment de rentrer chez moi, de plusieurs heures. J’en profite car je me sens bien, ni heureux, ni malheureux, juste en accord, en fusion, en communion avec ce que je fais, la vie, l’humanité, la beauté, l’Art, l’univers.

L’ennui chez le surdoué !

Bien trop des choses m’ennuient au fil des jours. Tout le quotidien, les choses et actions répétitives, basiques. J’ai du mal à y trouver du plaisir. Comme manger, dormir, les trajets, les repas en famille, les traditions, faire ma toilette, aller au petit coin, faire les commissions. Même le sport, je le trouve parfois ennuyeux. Du coup, j’optimise tout ça pour que ça me prenne le moins de temps possible. En y rajoutant des activités enrichissantes. Écouter un cours d’anglais, de marketing, des vidéos sur la surdouance, faire de l’exercice physique, me cultiver, chanter en anglais en regardant des vidéos avec les paroles des chansons … Mais tout me prends plus de temps finalement. Je suis toujours le dernier à manger, je passe trop de temps aux toilettes, j’arrive en retard bien que je m’y sois pris à l’avance, je ne suis pas suffisamment reposé après la nuit …

Quand les autres sont trop lents !

Je ne supporte pas d’attendre les autres. Paradoxalement, je suis capable de beaucoup plus de patience que mon entourage, parfois même de personnes âgées qui sont supposées être plus sages et ne plus être pressées. Je ne comprends pas pourquoi je suis patient et d’autres fois, je ne supporte pas mon ennui. C’est peut-être en fonction de mon état d’esprit du moment. Dans les situations d’impatience, d’ennui, je ressens comme une démangeaison, une irritation intenable, qui me pousse à agir, bouger, me lever, faire quelque chose d’autre, occuper mon esprit.

Je suis obsédé par les résultats !

Il faut toujours que je fasse quelque chose de bénéfique pour moi et je dois être efficace, concrétiser, avoir des résultats. En général plutôt une activité physique ou intellectuelle. Plus rarement une méditation ou une activité calme, même si je suis convaincu que cela m’apporterait beaucoup, en efficacité et un équilibre. Je dois toujours être en mouvement, avancer, progresser, grandir, impérativement dans ma vie, chaque jour, chaque heure. Pour rentabiliser mon temps au maximum. Si je n’y arrive pas, je me sens déçu, triste d’avoir échoué. Ça touche mon besoin de perfectionnisme et mon très haut niveau d’exigence envers moi-même. J’ai souvent envie d’être cool comme les autres, mais quand je ralentis mon rythme, j’ai tendance à déprimer et je n’aime pas trop ressentir que je ne fais rien.

Voilà, c’est fini !

Voilà, c’était le surdoué dans son rapport au temps. Je pourrais en dire encore plus en fouillant ou en restant plus longtemps sur ce sujet. Mais je trouve que c’est suffisant. Je ne suis pas là pour rédiger une thèse non plus. Il faut que ça reste simple pour moi et léger pour vous. Cela reste mon expérience de surdoué (ou pas surdoué) et ne veut pas dire qu’elle représente la majorité. Mais j’aimerais savoir quel est votre rapport au temps dans votre quotidien ? Je ne sais pas de quoi je parlerai demain. Maybe, la suite du “Petit guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués”, bien sympathique, de Béatrice Millêtre.

Et rappelez-vous, surdoués ou pas surdoués, reprenons confiance en nous prenant en main !

Cliquez ici pour lire l’article précédent.

Cliquez là pour voir l’article suivant.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.