Défi J52/100 Ma surcharge mentale !

Surcharge mentale

Temps de lecture estimé : entre 7 et 11 minutes.

Depuis quelques jours, je suis débordé et je n’ai plus de temps pour écrire mes articles. Je m’éparpille à nouveau et en même temps, c’est super enrichissant et excitant. Mais j’ai tendance à être en surcharge mentale. Je me demande si ce ne serait pas à cause d’un Trouble Déficit de l’Attention Hyperactivité TDAH potentiel ou de ma surdouance ? Bonjour et bienvenue sur mon blog surdoué ou pas surdoué. Je m’éparpille parce que je suis surdoué et me concentrer me demande beaucoup d’efforts.

 

Pour commencer, mes trois points positifs pour aujourd’hui !

  1. Des températures plus douces et un peu de soleil, enfin.
  2. En deux jours, j’ai participé à trois meet up pour des freelances, une rencontre entre personnes surdouées et j’ai rencontré une vingtaine de surdoués.
  3. Je me suis occupé de ma grand-mère hier.

 

Mon emploi du temps est trop chargé !

Mes trois derniers jours ont été très intenses. Je n’ai pas eu le temps de faire tout ce que j’avais prévu, de manger, dormir suffisamment et d’écrire mes articles dans mon blog.

  • J’ai participé à trois meet up pour les infopreneurs et les freelances où j’ai parlé passionnément de mon blog avec des personnes surdouées.
  • J’ai visité de trois expositions de peintures avec deux amis.
  • Puis j’ai rencontré par hasard un ami dans un magasin, à qui j’ai appris qu’il était peut-être surdoué.
  • J’ai parlé avec un voisin à qui j’ai dit qu’il était sûrement surdoué, il pense que d’autres membres de sa famille le sont aussi.
  • Je me suis occupé de ma grand-mère.
  • J’ai rencontré d’autres surdoués lors d’une soirée organisée par l’une de ces personnes.
  • J’ai élucidé un mystère, j’ai découvert qu’un ami m’avait menti concernant une exposition pour mes tableaux qu’il m’avait promise à Paris.

Tout cela m’a pris tout mon temps et paradoxalement, j’ai l’impression de n’avoir pas fait le plus important.

Ce que je n’ai pas fait et qui me fait rager contre moi !

  • Pas assez de sport cette semaine, que deux séances.
  • Pas écrit d’article hier. Ecrit un tout petit article avant hier soir. En plus je m’y prends toujours au dernier moment.
  • J’aimerais bien aller chez le coiffeur.
  • Je n’ai pas eu le temps de bien parler avec une amie surdouée, j’ai dû écourter une conversation importante pour elle et j’y repense encore.
  • Je ne lis pas assez de livres et d’autres blogs sur les surdoués, en plus je n’arrive pas à me concentrer.
  • Je n’ai pas le temps de faire mon business plan pour un deuxième blog.
  • J’aimerais beaucoup peindre dans mon atelier et je me contente de faire quelques dessins seulement.

 

Surcharge mentale !

Parfois, je sens que ma tête est trop encombrée de trop de pensées, je me sens en surcharge mentale. Comme sur un ordinateur, j’ai ouvert trop de fenêtres et d’applications en même temps. Je sens que j’ai trop de dossiers en cours auxquels penser. Je ne travaille pas dessus chaque jour sur chacun d’eux et je prends du retard à force de vouloir faire trop de choses à la fois. Il me faudrait plusieurs vies ou ne pas dormir la nuit pour pouvoir faire tout ce que je voudrais.

Je finis par douter de ce que je fais !

Je vois ce blog, entre autres, comme un outil de développement personnel pour moi. J’y note mes pensées, questionnements et réflexions. Là, d’un seul coup, je me rends compte que j’écris tous les jours sur Internet et que tout le monde peut le voir. Je trouve ça très bizarre. Finalement, est-ce bien ça que je voulais ? En fait, je fais trop de choses en ce moment, trop de rendez-vous, de trajets à vélo à Lyon, je rencontre beaucoup de personnes, de surdoués, peut-être trop. Vous avez vu combien de fois j’ai écrit le mot “trop”. C’est bien la preuve que j’atteinds une limite, je commence à être en surcharge mentale.

 

Tout ce à quoi je pense en ce moment !

Rien que pour voir et rigoler, je vais noter tout ce à quoi je pense en ce moment, tous mes fameux dossiers ouverts. Ça me permettra aussi de voir où j’en suis. J’espère simplement que je ne vais pas encore écrire un article de 5000 mots.

Mon blog surdoué ou pas surdoué :

  • En première place dans ma tête, mais que je fais bien souvent au dernier moment de ma journée car j’ai été procrastinateur professionnel, mon blog plutôt personnel, surdoué ou pas surdoué. / J’avance bien après deux mois intensifs à écrire un article par jour. Je m’exerce avant de lancer un deuxième blog.
  • Je travaille mon réseau sur Internet sur les réseaux sociaux, les forums de discussion. / Ça me prend un certain temps.
  • J’ai 10 livres sur les surdoués à lire. / Je n’ai pas le temps de le faire.

Professionnellement :

  • Je suis en parallèle une formation de blogueur professionnel “Blogueur Pro” d’Olivier Roland. / Bloqué au début de la deuxième étape depuis deux semaines.
  • Je fais un business plan avec une structure d’accompagnement, pour mon blog sur l’architecture d’intérieur avec lequel je prévois de gagner ma vie. / Je n’arrive pas à trouver le temps.
  • Et donc j’ai un deuxième blog sur l’architecture d’intérieur. / J’y pense mais je n’avance pas.
  • Pour mon métier de blogueur, je travaille mon réseau localement en me rendant à des rencontres de freelances et d’infopreneurs où je présente mes deux blogs. / Je suis devenu addict à ces événements.

Ma vie artistique :

  • Je peins et dessine depuis 5 ans et demi. Avec un ami nous visitons les galeries et expositions à Lyon et parfois à Paris. J’ai montré mon travail à plusieurs galeristes pour en trouver un qui m’expose. / Sans résultat pour l’instant.
  • J’avais une piste pour une exposition à Paris, mais je viens de me rendre compte que la personne qui me servait de contact m’a menti et mené en bateau depuis 8 mois. / En fait, il n’y aura d’exposition pour personne, car l’organisme n’a plus de budget et pas assez de personnel. Je me sens bien par rapport à cette histoire, par contre je ne veux revoir cette, sous peine de lui faire d’être méchant avec elle.
  • Je dois revoir ma stratégie commerciale artistique. Est-ce que les galeries d’art sont encore des modèles économiques viables ? Pas évident. / Je vais peut-être regarder du côté des résidences d’artistes et des appels à projets.
  • Je dessine encore plusieurs fois par semaine. Mais je ne peins plus depuis deux mois à cause du froid dans mon atelier et de mon emploi du temps chargé. / J’espère peindre en mars ou en avril, si j’ai le temps et s’il fait moins froid. Heureusement que je ne paie pas de loyer quand je ne vais pas à l’atelier.

Mon développement personnel :

  • J’avance bien en écrivant un article témoignage par jour sur mon blog sur les surdoués. / Mais je ne suis pas si sûr des bénéfices. A part que je me sens plus à l’aise avec ma surdouance et vis-à-vis des autres.
  • Avec un ami, nous venons de nous acheter une formation en ligne pour en finir avec le burn-out. / Je suis super intéressé et concerné, mais je ne vois pas quand trouver une heure et demie par jour pendant trois mois pour aller jusqu’au bout.

Ma forme et ma santé :

  • Toujours mon mode alimentaire strict, une alimentation contrôlée, mon dernier repas vers 17h. / En ce moment, comme je fais trop de choses, je ne mange pas assez alors je maigris. Je vais devoir faire quatre gros repas en ajoutant le dîner que j’avais supprimé, une entorse à mon régime. Ou alors je dois limiter le nombre de mes activités.
  • Habituellement, je fais quatre à cinq séances d’une heure et demie de sport par semaine. / Cette semaine je n’ai pas eu le temps et ça me fait rager. En même temps je me sens fatigué et je préfère me reposer pour me sentir en forme. Mais comme ma forme dépend aussi de mon dynamisme physique, je perds en optimisme.
  • Je fais autant de sport car je crois en avoir besoin pour être dynamique et me sentir mieux dans ma peau. Je ne sais pas si c’est vrai. J’en fais aussi autant car je voudrais avoir un corps musclé pour faire des envieux et ne plus être jaloux des mecs musclés.

Ma vie sociale :

  • J’ai l’intention d’organiser des rencontres entre surdoués chez moi. / J’ai essayé à l’extérieur mais je trouve ça compliqué.
  • Je vais à beaucoup trop de meet up, je crois que je suis addict parce que je me rends compte que j’adore rencontrer des gens, parler de ce que fais et vis. Je ne peux plus m’en passer.
  • En ce moment, je m’ouvre sur le monde extérieur. Moi qui étais timide et pas du tout à l’aise socialement. Je me rends compte que je rencontre et parle facilement. Ça me plaît et me fait du bien. Je travaille mon estime et ma confiance en moi.
  • J’ai toujours en tête mes relations avec qui je suis en contact. Je me tiens au courant de la vie de toutes les personnes que je connais. J’ai l’impression de vivre leur vie et de retenir tout ce qu’elles me disent. C’est important pour moi. J’ai envie de les aider soit à se sentir mieux, soit à trouver des solutions, soit à avancer dans leurs projets. Mais je ne peux pas m’engager, car j’ai déjà tellement à faire avec moi qui n’ai pas assez de temps et ai tellement de choses à faire. Encore autant de dossiers ouverts dans ma tête.
  • Tous les soucis dont me parlent mes amis et personnes de ma famille sont aussi des problèmes dans ma tête et ça peut m’encombrer l’esprit et me faire déprimer.
  • Je rencontre beaucoup de personnes intéressantes que j’aimerais bien connaître plus, mais je me sens limité en temps et frustré de ne pouvoir faire mieux.

Côté sentimental :

  • Stand by avec abstinence sexuelle et affective. Je profite de ce temps que je m’offre pour ne plus y penser, ne plus être dans l’action dans ce domaine. Pour faire quand même un point sur ma vie sentimentale et sexuelle. / Ca fait réellement deux mois et demi, avec des hauts et des bas.

Du côté matériel :

  • L’immeuble dans lequel j’habite est en travaux de rénovation lourde pendant cinq mois. / Nous n’avons plus Internet à la maison pendant un mois.
  • Dans mon appartement que j’ai entièrement rénové moi-même avec un peu d’aide, j’ai encore beaucoup de finitions à faire. J’ai aussi des choses qui n’ont pas tenu dans le temps que je dois réparer. Et puis, j’avais oublié qu’il me reste des cloisons à peindre. Ça fait cinq ans que je n’ai rien retouché bien que j’y pense presque chaque jour. Ça me prend la tête.

Aspects financiers :

  • En étant au chômage mais en création d’entreprise, heureusement que je reçois une allocation de retour à l’emploi. J’ai encore un an et demi devant moi. Mais je gagne tout juste de quoi payer mes charges et il ne me reste pas grand chose pour me faire plaisir. Je dois compter.
  • J’ai des prêts tout le tour du ventre. Mon prêt immobilier, un autre pour payer les travaux de rénovation dans mon immeuble, un prêt à la consommation en cours, un ami à rembourser aussi. / Heureusement je vais avoir une rentrée d’argent.
  • Je ne suis pas très à l’aise financièrement mais je trouve que je me sens mieux par rapport à tout ça. Avant je stressais beaucoup et ça me faisait faire de grosses bêtises en agissant de façon impulsive. Aujourd’hui, je me sens rassuré et j’ai une vision plus optimiste sur le long terme.

Je pense que j’en ai oublié.

C’est à la fois des choses à faire mais aussi tout un questionnement !

J’ai donc dressé ma liste de projets en cours et je vois qu’il ne s’agit pas seulement d’une simple liste de choses à faire. C’est aussi et surtout pour chaque sujet, des tonnes de questions en cours pour lesquelles je n’ai pas de réponses. Je suis dans des sables mouvants, je réajuste mes directions en fonction des informations que je récolte et des rencontres que je fais. Tout change tout le temps. C’est difficile pour moi de me fixer des objectifs et des buts, même si j’en suis capable. Car je sais qu’un peu plus tard ou après avoir rencontré une personne, tout va changer dans ma tête. Je doute beaucoup, remets tout en question, pensées, choix. Je trouve ça pénible car dans ma vie, rien ne change concrètement, de mon point de vue. Pour les gens, je change vite et beaucoup.

Bilan, je m’éparpille toujours !

Voilà tout ça en même temps dans ma tête quotidiennement. Évidemment pas tout au même moment, mais ce sont autant de dossiers que je veux et dois faire avancer dans ma vie. Mathématiquement, il y en a trop et je ne suis qu’un humain, je ne peux pas tout mener de front. J’ai beau volontairement laisser tomber des projets qui me plaisent, il y en a toujours d’autres qui naissent et prennent la place. C’est sans fin.

Surcharge mentale
Surcharge mentale !

Devoir faire des choix !

Si je veux avancer dans un ou deux domaines, je vais devoir faire un choix et tuer des projets. Je l’ai déjà fait de nombreuses fois, j’ai fait définitivement une croix sur plusieurs passions. J’ai laissé le feng-shui, la géobiologie, le reïki, la méditation, la lecture de livres inspirants. Les recettes de cuisine, les collections, aller au cinéma et au restaurant, les sorties amicales, la lacto-fermentation de légumes, faire mon kéfir de fruits et mon kombucha. Le shopping, les centres commerciaux, les balades, les vacances, les week-ends, le tourisme, les randonnées. Et dernièrement, je vois que je ne fais plus d’anglais, j’écoute moins de musique et de vidéos sur le thème de la surdouance et de l’entrepreneuriat (à cause de mes écouteurs qui ne sont pas hermétiques).

A la limite de la surcharge mentale !

Pour que je tienne mon rythme soutenu dans lequel je me mets instinctivement, soit parce que plein de choses me plaisent, soit à cause de ma curiosité et de mon enthousiasme. Ou peut-être parce que je fuis une situation, mais laquelle ? Donc pour tenir le rythme, je dois manger beaucoup pour combler mes dépenses énergétiques et dormir au moins huit heures. Avoir des relations enrichissantes. Sentir que je suis en équilibre, en mouvement. Faire des choses variées, mais pas trop.

Je m’énerve tout seul et je suis impatient !

Je suis à la limite de m’énerver, je le sens. Avec certaines personnes que je connais bien, je me sens énervé par ce qu’elles me disent, je réponds au quart de tour. Je me sens impatient, je ne supporte pas d’attendre. J’ai l’impression que je ressens et fais tout ça depuis que je travaille sur ma surdouance, que je l’accepte avec les avantages et surtout avec les inconvénients.

Je suis bien plus spontané, voire impulsif !

Ca tombe bien finalement, car je suis dans l’étape où je veux apprendre à me connaître, les aspects positifs et surtout les points négatifs, pour que je puisse améliorer certaines choses dans ma vie. Je me sens à cran, spontané, je ne garde rien en moi. Ça dépend avec qui. Quand je pense à quelque chose, je le dis, pas toujours avec diplomatie et en ayant l’air de titiller, de déranger les gens dans leur confort. Ça a du bon pour moi qui gardais tout et ne disais rien. Oui spontané mais peut-être impulsif maintenant, car je sens que je dis les choses avec une certaine énergie, impulsion, un dynamisme. Comme pour mettre au défi l’autre. Mais ça peut déranger, mettre mal à l’aise. Après avoir quitté des personnes, j’ai envie de m’excuser auprès d’elles parce que je les ai bousculées.

Je me sens sous tension !

J’espère ne pas craquer, faire un autre burn-out ou traverser une autre période de déprime. Peut-être que j’ai besoin de ça pour vivre, avancer dans ma vie. Même si au final, je ne fais pas avancer mes projets. Mais qui me met toute cette pression ? Pôle Emploi ? Non. Mes parents ? Ils s’inquiètent pour moi et voudraient plutôt me voir reprendre un emploi de salarié. Ils ne comprennent pas ce que je vais faire avec mes blogs. Mes amis ? Certains m’encouragent et d’autres ne me donnent plus de nouvelles. Les surdoués que je rencontrent ? Je pense que c’est moi seul qui me mets la pression. Car j’ai intégré en moi tout ce que les gens pensent. “Il faut bien travailler, trouver du travail, pense à ta retraite, pour payer ton appartement. Et si tu tombes malade ? Dépêche-toi. Pendant les premières années, l’entrepreneur ne se verse pas de salaires”.

 

Quoi faire maintenant ?

Voilà, une fois de plus, j’ai vidé mon sac, je me sens mieux et c’est plus clair dans ma tête. Ça me donne envie de passer à l’action et de tout révolutionner dans ma vie, au point de tout foutre en l’air et tout recommencer à zéro. Non, c’est à éviter, je ne peux pas faire ça toute ma vie. Je dois faire avec ce que j’ai déjà fait et partir de là où je suis arrivé. M’en servir comme d’un tremplin. Qu’est-ce qui est bon et que je peux conserver, qui pourrait me servir ? Quel est le superflu dont je pourrais me séparer ? Qu’y a-t-il de nouveau et d’intéressant pour mes projets ? Qu’est-ce que je veux garder et qui m’apporte quelque chose de valeur ? Je ne vois pas trop quoi réduire.

Supprimer mes pensées négatives ?

Peut-être les questionnements inutiles, énergivores, paralysants, négatifs, pessimistes. Pas évident car c’est ma façon intrinsèque de fonctionner et cela m’aide à construire ma pensée. Supprimer ça serait comme vouloir faire un enfant sans un des deux parents. Car cette partie-là de ma réflexion m’apporte une part de réalisme, de lucidité. Alors peut-être que je voulais parler de supprimer le fait de ruminer, de penser en boucle à des choses négatives. Mais même ça, je m’aperçois que ça fait partie de mon fonctionnement, car quand je repense sans arrêt à un problème, je pense que c’est pour trouver des solutions.

Quel projet supprimer ou quelle activité réduire ?

  • Supprimer le dessin et la peinture ? Non, car j’ai besoin de ce moyen d’expression artistique pour mon équilibre. Et c’est aussi une façon pour moi de construire quelque chose de beau dans ma vie.
  • Mettre en stand by mon intention d’exposer dans une galerie ou dans un salon d’artistes ? De déposer des dossiers pour faire des résidences d’artistes ? Pourquoi pas, je me sentirais soulagé de mettre de côté l’aspect commercial de mon activité d’artiste peintre.
  • Supprimer le blog sur l’architecture d’intérieur ? Ça me plairait bien de le laisser tomber, car c’est trop technique pour moi. Non que je ne sache pas faire, mais plutôt que je n’ai plus envie de me casser la tête avec la technique. Oui mais ça voudrait dire gagner ma vie avec mon blog sur les surdoué. Comment ? D’autant plus que je suis novice et pas psychothérapeute.
  • Laisser tomber l’idée de finir les travaux dans mon appartement. J’ai déjà arrêté les travaux depuis des années mais j’y pense encore tous les jours. L’idéal serait de ne plus y penser du tout, pour libérer de “l’espace de mémoire vive et de disque dur”.
  • Arrêter de m’investir autant dans les relations, c’est-à-dire de penser continuellement aux personnes que je connais.
  • Me soigner de mon syndrome du sauveur et de l’infirmière. Tout en restant poli, sympa, serviable (mais pas trop).
  • Participer à un petit peu moins d’événements, meet-up, rencontres, rendez-vous. Me limiter dans la semaine à quelques-uns seulement voire à une sortie par jour.
  • Me limiter dans le temps à quatre heures pour mes articles dans mon blog pour les surdoués et réserver ma matinée.
  • Ne faire que deux séances de sport par semaine. Lâcher prise sur le fait d’avoir un corps bodybuildé, car je n’ai pas la base. Est-ce que je compte la séance comme une sortie ?

 

Bon, je pense trop !

Là, je vois que je pense vraiment trop, ça me sert à quoi de penser à tout ça ? Est-ce que les gens font ça d’habitude ? Et pour vous, comment ça se passe ? Ça vous arrive aussi d’être comme moi, trop dans le mental, dans les projets, ne pas passer à l’action et concrétiser, de vous éparpiller ? Vous avez largement de quoi vous exprimer dans la zone pour les commentaires. J’aimerais bien connaître des gens qui ne sont pas sujet à tout ce monologue interne et incessant.

Je vous souhaite une journée en toute simplicité et vous dis à demain pour découvrir un nouvel article !

Et rappelez-vous, surdoués ou pas surdoués, reprenons confiance en nous prenant en main ! Ça commence par se connaître et s’accepter !

Cliquez ici pour voir l’article précédent.

Cliquez là pour lire le prochain article.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.