Défi J85/100 Les souvenirs du surdoué, photos !

Les photos souvenirs du surdoué

Temps de lecture estimé : 4 à 6 minutes.

Je viens de regarder mes photos dans mon ordinateur pour jeter celles qui sont inutiles et libérer de l’espace de disque dur. En plein dans mes souvenirs, ça me donne envie d’écrire un article sur les souvenirs du surdoué. Je prends conscience de l’importance et du pouvoir des photos. Créer du lien, créer une histoire, conserver les aspects positifs. Bonjour et bienvenue sur mon blog surdoué ou pas surdoué, je m’appelle Raphaël et je témoigne sur mon parcours de surdoué. Chaque jour dans un article de mon blog, je fais une analyse de ma vie à la lumière de la surdouance dans le but de changer ma vie en mieux.

 

Par hasard, je tombe sur mes photos numériques !

Ce matin j’ai eu un rendez-vous avec une agence immobilière pour faire estimer le prix de mon appartement atypique de zèbre. Et j’ai dû chercher des plans avant et après mes travaux de rénovation. Zut, je n’ai rien trouvé de vraiment à jour. Ça veut dire que j’ai construit mon appartement sans plan et de tête, alors que je suis architecte de formation et de métier, à l’époque des travaux. Ni dans mes papiers, ni dans le disque dur de mon Mac, ni sur celui de sauvegarde et d’archives. Par contre j’ai trouvé mes photos numériques, prises entre 2000 et 2006.

Mes souvenirs du surdoués à travers mes photos !

L’année 2000 correspond au début de ma vie d’adulte, j’avais 25 ans. Je ne me considère pas adulte avant, quand je vivais chez mes parents ou quand j’étais étudiant. Bien que je m’y sois essayé un peu avant, mais je n’avais pas d’appareil photo numérique à ce moment là. Du coup plusieurs années de ma vie sans photos. Ça veut dire que tout ce qui me reste d’avant 2000 est dans ma mémoire. Pour ce qui est de mon enfance, mon père a heureusement fait beaucoup de clichés et quelques films en super8.

Je suis content de revisiter mes souvenirs du surdoué !

Après avoir jeté les photos qui ne m’apportent rien comme les paysages, les personnes que je n’ai pas bien connues et les objets qui ne m’ont pas appartenu, je me sens bien. En effet, je me rends compte que malgré les événements que j’ai jugé difficiles, les périodes de solitude, les mauvaises nouvelles, j’ai eu une belle vie pendant ces années. Pourquoi c’est toujours mieux avant ?

Mes souvenirs du surdoué positifs !

Les photographies m’aident à fixer dans ma mémoire les bons moments, tout compte fait. Je n’en ai jamais eu conscience, pour moi, les photos ne m’ont jamais servi, je ne les regardais pas au delà d’un mois. Les plus anciennes passaient à la trappe. Peut-être par peur de me rappeler des moments désagréables de ma vie. Pourtant en les regardant aujourd’hui, je vois les aspects positifs de cette époque. Je ne tombe pas dans le sentimentalisme, mais je repense aux personnes qui sont sur les photos avec amour et joie. Les photos de moi laissent apparaître une certaine insouciance bien que mon vécu à l’époque soit négatif. Ou peut-être que mon regard sur moi et sur ce que j’ai vécu a changé.

Mes souvenirs du surdoué négatifs !

Si j’avais regardé ces photos il y a quelques mois ou années, ce que j’ai d’ailleurs fait, je sais que je me serais senti triste, nostalgique. A la fois plein d’amour et de regrets. A coup sûr, j’aurais pleuré. Je ne peux malheureusement pas tout dire dans mon blog. J’aimerais beaucoup, ça me ferait du bien, mais je dois me préserver. Pour résumer, je suis marqué à vie et mon quotidien me rappelle les événements de mon passé. Et j’ai heureusement une force incroyable en moi qui me pousse à la vie.

Mes souvenirs du surdoué se transforment en positif !

J’ai revu mes parents, ma soeur, ma famille, mes amis et mes amours du moment. Puis j’ai surtout revu des photos mon deuxième appartement, celui de la liberté, dans lequel j’ai vécu 7 ans. C’est exactement cette période que j’ai revisitée. Je suis tellement content de revoir comment c’était dans mon appartement, car je croyais ne pas avoir de photos. Finalement, ce n’était pas si mal que ça. Je vois que j’ai fait beaucoup de fêtes chez moi, j’aimais comme maintenant, être avec des ami-e-s, entouré, apprécié, partager. Je touche là une de mes valeurs.

 

La photo numérique, superbe invention au service des souvenirs !

Je suis vraiment heureux de vivre à notre époque et d’avoir accès à toute cette technologie. Les appareils photos numériques et désormais le smartphone avec ses fonction d’appareil photo et de caméra vidéo, quelles inventions géniales. On peut faire des photos et des vidéos au nombre incalculable, juste pour le prix d’achat du matériel. En plus le stockage ne prend pas de place et ça ne s’abîme presque pas.

Le surdoué a une grande mémoire !

Il est courant que les zèbres aient une mémoire plus grande que la moyenne des gens. Et cette mémoire est multiple et complexe, visuelle, auditive, émotionnelle, mémoire des événements, des discussions, des sensations …

Les photos comme des balises pour les souvenirs du surdoué !

Je me rends compte que j’avais oublié des moments entiers de ma vie, tous les bons moments. Je ne me souvenais plus que des mauvais. En retrouvant des photos, je me rappelle d’un seul coup ces périodes oubliées. Et je raccroche les wagons de mon histoire, je retrouve les liens entre les personnes, les lieux, les événements. Puis les raisons de mes choix, les contextes, mes décisions. Ces photos jalonnent mon parcours.

La photo rend mes souvenirs du surdoué moins flous !

De voir des photos, je recadre tous mes souvenirs. Alors que j’avais pu mettre aux événements des notes positives ou négatives pour des raisons x ou y, je vois sous mes yeux une réalité différente. Par exemple, par rapport à un anniversaire, j’avais un mauvais souvenir. Mais en revoyant les photos, je peux y voir autre chose. Le fait que je m’amusais, que j’étais heureux.

J’ai tendance à être égocentré !

Oui, le surdoué en général, se fait souvent reprocher de ne penser qu’à lui, parce qu’il parle et partage beaucoup son ressenti et ses pensées. Bien qu’il pense plus aux autres qui ne le voient pas, car ils ne sont pas dans sa tête.

Les photos souvenirs du surdoué
Les photos souvenirs du surdoué !

Une photo ne représente qu’un aspect du moment !

C’est peut-être le côté négatif de la photographie, car elle ne représente pas le vécu émotionnel intérieur. Quand je regarde telle photo, même si je souris, je me rappelle très bien le contexte de ma vie d’alors et ce qui s’est passé pendant cet événement. Je sais très bien que je me suis disputé avec telle personne, ou que je me sentais extrêmement seul à ce moment-là de ma vie …

Une photo, comme un support de souvenirs !

Finalement une photo est un peu comme un objet, un support de souvenirs. On peut s’attacher aux objets pour les souvenirs qu’ils nous rappellent. Certains sont bons, d’autres mauvais.

Des souvenirs du surdoué en arborescence !

Evidemment, avec une pensée en arborescence, dès que j’ai une seule photo sous mes yeux, je repense à tout de ma vie à cette période. Je pourrais parler pendant des heures de chaque photo. Une photo est raccrochée à de nombreux souvenirs, faits, données, sensations, émotions, mots, lieux … c’est interminable. Et toutes les photos sont liées entre elles.

Je me sens lié aux personnes !

Après avoir revu toutes mes photos entre 2000 et 2006, je me sens relié à toutes les personnes que j’y ai vues. J’aurais envie de les revoir, de leur envoyer ces photos en leur rappelant nos souvenirs. Je sais qu’il y en a qui ne sont plus vivantes, j’en ai déjà revu quelques-unes, maintenant plus âgées, différentes, tout le monde change. Ce n’est plus comme avant. J’ai revu des photos de ma chatte Sylia, morte en octobre 2017. Je me dis que je me suis bien occupé d’elle.

Se séparer de certains souvenirs en jetant des photos !

Après plusieurs ruptures, je me suis séparé des photos sous le coup de la douleur. Je ne sais pas ce qu’il y a de bon au juste. Mais j’ai quand même pour principe de me débarrasser des objets qui me rappellent de mauvais souvenirs. Pourtant par moments, j’observe une petite pointe de regret. Ce qui veut finalement dire que tout jeter, ne va pas pour autant effacer de ma mémoire les mauvais souvenirs pour ne conserver que les meilleurs. Je crois qu’en fait, je me souviens encore des photos et des films que j’ai jetés.

Comment transmettre par écrit ce que je ressens ?

Je ne sais pas si j’arrive à vous transmettre ce que je ressens dans ce que j’écris. Dans chacune de mes phrases, je sens une charge émotionnelle. Quand je dis que “je me suis bien occupé de ma chatte Sylia”, je sens l’amour que j’avais et que j’ai encore pour elle. C’est fort pour moi. Je ne suis pas sûr que les mots puissent vraiment transmettre tout ce que je vis à l’intérieur de moi, dans ma tête, dans mon corps, dans mon coeur. Avec la photographie, c’est pareil, on ne peut pas tout transmettre. Mais on transmet quand même autre chose que par l’écrit.

Je relativise les souvenirs du surdoué !

Bah, je pense que tout ce que j’ai dit peut être applicable à la plupart des personnes. Ça me faisait plaisir et du bien d’en parler. Encore plus en ce moment où je cherche les aspects positifs de ma vie et où je revisite ma vie avec le filtre de ma surdouance.

 

Des articles moins dans la performance !

Je m’aperçois que dans mes derniers articles, je suis moins dans la performance de vous apporter quelque chose de savant par rapport aux surdoués. Je me rapproche plus du journal intime, du billet d’humeur, décrivant ce que je vis, ce que je pense et ressens. Sûrement que je me détends un peu et ce n’est pas plus mal, je me trouve en général un peu excité ou au contraire déprimé. J’ai l’impression de devenir normal, d’avoir moins de problèmes et de moins penser. Je suis dans l’action et dans la réflexion, un juste milieu.

Bientôt la fin de mon défi !

Peut-être que je touche au coeur de mon être, que je m’en rapproche. Mon vrai moi. En effet, je ressens moins de décalage entre ce que je vis dans mes actions et ce que je ressens à l’intérieur. Bon je verrai bien dans quelques mois. Mais à l‘approche de la fin de mon défi de 100 jours, ça sent le bilan. Je ne le fais pas exprès, ça se fait naturellement pour moi. C’est ma façon de savoir prendre du recul.

Auto-évaluation de mon ressenti !

Me voilà à la fin de mon article sur les souvenirs du surdoué. Comment est-ce que je me sens ? Après avoir revu des photos de mon passé avec des moments de joie et des périodes profondément douloureuses. Je ne me sens pas nostalgique, ni triste. Plutôt bien, équilibré, bien ancré dans le moment présent et dans ma vie d’aujourd’hui. Et vous, qu’est-ce que ça provoque chez vous de revoir des photos de votre passé ? C’est plutôt positif ou négatif ? Vous avez la place dans les commentaires pour nous partager votre vécu et votre ressenti.

Je vous souhaite une journée remplie de joie et vous dis à demain pour un nouvel article !

Et rappelez-vous, surdoués ou pas surdoués, reprenons confiance en nous prenant en main !

Cliquez ici pour voir l’article précédent.

Cliquez là pour lire l’article suivant.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.