Défi J22/100 Pourquoi tout est compliqué pour un surdoué !

Temps de lecture estimé : entre 6 et 10 minutes.

Aujourd’hui, vous verrez pourquoi tout est compliqué pour un surdoué. Avant, j’aurais piqué une crise de nerfs ou serais retombé dans mes addictions. Comment ai-je réagi cette fois-ci ? En fin de journée, je me sentais sans énergie et le moral à zéro. Quelles leçons ai-je tiré de cette journée difficile ? Qu’ai-je fait pour changer l’état dans lequel j’étais ?

Bonjour et bienvenue sur mon blog surdoué ou pas surdoué. Je m’appelle Raphaël, je pense être surdoué et j’aimerais bien le savoir.

 

1- Une journée trop longue, incertaine et compliquée !

Des trajets compliqués + garagiste !

Levé à 6h. Mes parents et moi avons communiqué par Messenger en vidéo. Ils reviennent de leur voyage de trois mois à l’autre bout de la terre. Le lieu de naissance et de jeunesse de ma mère. Et j’organise leur retour à Lyon. Départ de chez moi à 8h. Déplacement en bus à l’heure de pointe, jusqu’à l’autre bout de la ville. Arrivé chez mes parents, j’ai emmené la voiture de mon ami chez le garagiste. Je l’avais laissée chez mes parents la semaine dernière, en prévision des réparations. Pendant le temps des travaux, j’ai marché jusque chez mes parents pour récupérer leur voiture. Et je suis allé voir ma grand-mère de 88 ans. Sur le trajet, j’ai fait des commissions pour le chat de mon ami.

Grande peur chez ma grand-mère âgée !

Elle se sent seule. Arrivé chez elle, personne. Je m’inquiète, j’ai peur qu’elle soit tombée, qu’il lui soit arrivé quelque chose. La voisine ne l’a pas vue. Je l’appelle sur son téléphone portable qui sonne dans l’appartement. Je sors sur le parking de l’immeuble et je vois la voiture de ma tante, une des filles de ma grand-mère. J’imagine qu’elles sont allées se promener au bord de la rivière ou en ville. Je décide d’y aller pour voir si je les trouve. Je suis allé près de la rivière et en ville, mais je ne les ai pas croisées. J’imagine qu’elle est peut-être chez le docteur ou à l’hôpital. Je vois des gyrophares plus loin dans la rue. Je me rapproche, ouf, ce n’est pas elle.

Oups, mon cerveau s’est emballé !

Une fois revenu chez elle, en ouvrant la porte dans le hall de l’immeuble, je tombe sur ma tante. Elle sont revenues pendant que je les cherchais en ville. Et nous discutons un peu. Puis je monte voir ma grand-mère. Je lui ai tenu compagnie pendant six heures. Nous avons discuté, déjeuné ensemble, regardé la télévision et joué à des jeux. Je lui ai fait un massage des mains. Elle a eu le passage de sa femme de ménage avec une jeune fille stagiaire. J’ai dû gérer un peu ma grand-mère car elle redoutait la jeune fille de couleur qui pourtant était là en plus et a bien fait son travail.

Garagiste !

J’ai déposé la voiture de mes parents, suis allé à pied au garage. Récupéré la voiture de mon ami et payé les réparations avec son chèque. Heureusement que le garagiste a pu finir ce jour là. Comme ça, je n’étais pas obligé de repasser le lendemain. Ce que j’ai su seulement à 17h.

Encore des trajets compliqués !

Retourner à la voiture de mes parents pour récupérer les commissions. Puis rentrer chez moi Lyon, à l’heure des bouchons. Déposer les lourdes commissions de cet après-midi chez moi. Trouver une place de stationnement loin de chez moi à cause du manque de place en ville. Sur le retour chez moi à pied, faire des petits achats dans un magasin sur mon chemin. Arrivé chez moi, je me rends compte que j’ai oublié les clés de mes parents dans le vide poche de la voiture de mon ami. Alors je décide d’y aller en mode jogging. Aller et retour en courant, j’aurai eu ma dose de sport.

Ce que j’ai quand même pu faire pour moi !

Comme je le fais chaque jour, j’ai profité des trajets pour écouter des vidéos sur YouTube. Mes cours d’anglais, le coach en développement personnel pour les entrepreneurs indépendants Martin Latulippe, “une psy à la maison” au sujet de la surdouance. J’ai malheureusement dû annuler ma visite d’une galerie avec un ami, car je n’aurais pas pu être de retour à Lyon à temps. Et puis ma séance de sport quotidienne chez ma grand-mère. J’allais oublier que j’ai aussi noté mes rêves nocturnes et rédigé une page en anglais dans mon journal intime.

 

2- Mon ressenti et les conséquences sur mon moral !

Une journée incertaine !

J’avais beaucoup d’incertitudes au niveau de mon planning à cause de la réparation de la voiture qui pouvait prendre une journée ou deux, ce que j’ai su au dernier moment à 17h. En plus, mon ami avait besoin de la voiture pour le lendemain. Ce qui ajoutait à mon stress, allais-je y arriver à temps. Je me sentais ballotté. Auparavant, je me serais senti fautif si le garagiste n’avait pas pu réparer la voiture à temps. Mais là, je me sentais d’aplomb pour ne pas me sentir fautif si ça arrivait.

De grosses émotions compliquées !

Ne pas trouver ma grand-mère chez elle m’a procuré de l’inquiétude et suis allé à sa recherche en ville. Bon je n’étais pas aussi inquiet que j’aurais pu l’être il y a plusieurs années. Mais j’ai dû gérer mon angoisse potentielle en me recadrant immédiatement . J’ai pensé qu’elle était tombée ou morte ou qu’elle avait oublié que je venais. Le petit vélo qui tourne dans la tête en quelques secondes. Je me suis demandé si je n’avais pas oublié de l’appeler ce matin. Je l’avais fait la veille. J’ai réussi à me rassurer. Mais au fur et à mesure, un nouvel indice me faisait douter et m’inquiéter.

Je me sens dépendant des autres !

Le soir chez moi, j’ai eu l’impression que je ne m’appartenais plus. J’avais été au service de plusieurs personnes. Et je devais faire en sorte d’être disponible et réactif pour pouvoir m’en sortir. Je me sentais dépendant du garagiste, de ma grand-mère, de sa femme de ménage avec sa stagiaire, de ma tante, de mon ami qui me prête de temps en temps sa voiture en échange du service de m’occuper de son entretien.

Capacités d’adaptation ou de sur-adaptation !

Levé à 6h, parti à 8h, revenu à 20h. J’ai passé une longue journée à m’occuper d’autres personnes. Hier, j’ai eu une journée difficile de surdoué. Instable, très chargée émotionnellement et physiquement, où il fallait m’adapter aux autres et à leur planning. Je ne voulais froisser personne, comme si ces personnes étaient plus importantes que moi. Je voulais que tout se passe bien ou plutôt le mieux possible car je ne me sentais pas très à l’aise. Il fallait bien que je fisse tout ça, je m’étais engagé.

Je me sens vidé d’énergie et de motivation !

La seule chose que j’aurai faite pour moi, c’est ma séance de sport chez ma grand-mère. Et écouter des vidéos instructives et inspirantes sur YouTube. Le soir, une fois chez moi, je me sentais épuisé. Je mangeais les yeux fermés et la tête appuyée sur une main, mon coude sur la table. Mon moral était très bas. Je n’avais plus aucune motivation. Je trouvais que mon blog sur mon témoignage de surdoué n’avait plus aucun intérêt. Et que ça n’intéresserait personne. Je voyais tout en noir.

Plus aucune créativité !

Hier soir, je voulais quand même commencer à écrire un article. Mais je voyais tellement tout en noir qu’aucun sujet ne m’inspirait. A chaque fois que j’en trouvais un, je le trouvais nul. J’ai finalement compris que la seule chose à faire était de me reposer et de ne penser à rien, sous peine de déprimer.

L’effet explosif du stress et de l’hyperesthésie !

En fait j’ai eu trop de stimulation autour de moi, étant donné mon hyperesthésie, l’hypersensibilité de tous mes sens. Ceci doublé à mon stresse, j’ai été encore plus aux aguêts. Ce qui m’a demandé énormément d’énergie. Au bout d’un moment, je n’en pouvais plus et mon cerveau ne fonctionnait plus normalement. Je voyais tout en négatif. Mon corps a parlé pour moi en me mettant HS, hors service. En ajoutant le trop de frustrations aussi de ne pas avoir assez eu de créativité et d’avoir fait des choses qui manquaient d’intérêt, trop terre à terre. Je ne dis pas ça pour ma grand-mère, au contraire, je l’aime beaucoup. Mais m’occuper de choses matérielles, conduire, faire des commissions, rien de bien enrichissant là-dedans. En fait d’un côté, je me vidais de mon énergie. Et de l’autre, je ne pouvais pas faire de plein.

Pourquoi tout est compliqué pour un surdoué ?

Je n’arrive pas à savoir si c’est moi qui suis compliqué ou la vie ou les autres. Comment aurait vécu et ressenti une personne normale, non surdouée, à une journée comme la mienne ? Est-ce que c’est moi qui me complique la vie ou qui suis trop sensible ? Je ne sais pas. Merci de me le dire si vous avez la réponse. J’aimerais bien que les choses, la vie, les gens soient plus simples. Comme les gens me le disent tout le temps, “on ne fait pas toujours ce qu’on veut dans la vie !” Mais si, moi je veux faire ce que je veux dans ma vie ! J’ai l’impression d’être un enfant quand je dis ça ! Et je me suis tellement entendu dire des autres “pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?” C’est peut-être parce que je me pose trop de questions. Une personne normale ne s’en pose pas autant. Alors qu’un surdoué s’en pose tout le temps, plusieurs questions à chaque action, chaque chose.

Je me sentais piégé !

En général, après des moments comme cela, où je fais des choses pour les autres, où je n’ai pas d’activité ressourçantes et du temps à me consacrer, je me sens piégé. Piégé par mon propre piège de ne pas savoir dire non, de vouloir rendre service aux gens, de vouloir tout faire et de vouloir remplir et optimiser mes journées. J’ai fait des progrès, car autrefois, je me sentais piégé par les autres. Je rejetais la faute sur les autres. Alors que c’est quand même moi qui dis oui et m’engage. Aussi je bourrais mon planning de plusieurs grosses activités  par jour.

Quand tout est compliqué pour le surdoué !

3- Quelles leçons tirer de ma journée difficile du surdoué !

J’ai gardé mon calme !

Encore une fois, je me rends compte que j’ai fait de gros progrès. Auparavant, je serais senti énervé toute la journée. Hier, j’ai su garder mon calme et rester dans le moment présent. C’est vrai que ça n’allait pas assez vite pour moi. Tout était laborieux. Et je devais attendre les autres et que chaque action soit finie. Ce n’est pas en m’énervant que ça allait aller plus vite. De plus j’ai été très gentil avec tout le monde. Je ne leur ai pas transmis mon énervement car de toute façon je n’en ressentais pas comme avant. Avant, j’aurais eu tendance à transmettre mon stress en pressant les autres et en étant désagréable. Même si tout m’est retombé dessus le soir, avec cet épuisement.

Ma tendance à minimiser ce que je ressens, fais et vis !

Tout cela peut vous paraître rien à vos yeux ou comparativement à la journée d’une star, d’une personnalité importante, du dirigeant d’une entreprise, d’un cadre, d’une maman aussi. Mais pour moi c’est le genre de quotidien qui m’angoisse et fait que je peux retomber dans le piège de mes compulsions. Achats compulsifs, sexualité compulsive, vouloir contrôler les autres de façon méchante, compulsion alimentaire. Après des moments d’angoisse, j’étais capable de faire n’importe quoi pour compenser, me venger en quelque sorte. C’était ma façon de réguler mon niveau de stress. Je vous rassure, je n’ai rien fait de tout cela. C’est vrai, je n’ai rien fait de grandiose hier. Mais peut-être que mes actions auront un impact positif sur la vie de ma grand-mère, de mon ami, du garagiste, de mes parents.

J’ai fait mes BA, Bonnes Actions !

Je n’ose pas trop le dire et le penser, car en général, je ne reconnais pas ma valeur et ne me mets pas en avant. Mais dans le cadre de mon blog et de mes articles, désormais, je me mets en avant pour témoigner et pour faire des changements dans ma vie. Oui, je reconnais que mon témoignage sur mon blog a déjà aidé quelques personnes à se sentir mieux.

Oui, je reconnais que j’ai fait plein de bonnes actions. J’ai aidé un ami qui n’aime pas le faire et n’y connait rien, en m’occupant des réparations de sa voiture. Il a pu ainsi faire des économies d’argent et de temps.

Oui, je reconnais que j’ai fait plaisir à ma grand-mère en passant six heures avec elle à faire des activités, alors qu’elle souffre de la solitude..

Des BA ou des échanges de services !

En échange, cet ami me prête de temps en temps sa voiture, car je n’en ai pas. Oui, je reconnais que c’est un échange de services. Même si je veux toujours me débrouiller tout seul dans la vie et ne rien devoir à personne. Oui, j’ai encore rendu service à mon ami, en lui achetant dans un magasin un stock de litière et de croquettes pour son chat. Oui, je vais encore rendre service à mes parents en préparant leur appartement et en allant les chercher à l’aéroport au retour de voyage. J’ai rendu service à mes parents en utilisant régulièrement leur voiture pendant leurs vacances de trois mois, “pour la faire tourner”, comme on dit. Je pense aussi que j’ai rendu service à ce petit garagiste de banlieue qui ne paie pas de mine. Ses tarifs sont très corrects

Faire comme tout le monde pour m’intégrer !

La vie se fait avec les autres et dans le monde. Je ne suis pas seul sur terre, je vis dans une société, j’ai une famille et des amis, des personnes qui comptent sur moi. Je n’ose pas demander de l’aide en général. Pas à l’aise quand je demande. Ce qui me fait déployer beaucoup d’effort à mon niveau et dépenser beaucoup d’énergie quand je demande un service. Je le fais quand même par obligation, car je ne peux pas m’en sortir tout seul. Parce que je finis par m’épuiser. Et que je veux vivre comme tout le monde, m’intégrer. Ça a l’air facile pour les autres, de mon point de vue. Et moi quand je fais comme eux, c’est difficile, compliqué. Énergivore et chronophage. Est-ce une erreur de ma part de vouloir m’intégrer ? Rendre service me permet d’avoir des liens sociaux.

De gros changements de comportement ?

Je ne me rends pas compte de mes progrès ou je ne veux pas les voir. Pourtant je dois les considérer. Car c’est un gros changement dans ma vie. Si je n’avais pas changé, j’aurais passé les jours suivants à procrastiner, me vautrer dans mes dépendances et laisser de côté mes projets, mes passions.

Comment je me sens aujourd’hui ?

C’est vrai que je me sens encore un peu ébranlé par ma journée d’hier. J’aurais tendance à vouloir me protéger aujourd’hui, en restant chez moi. J’ai envie de pleurer. Mais je ne sais pas si c’est parce que je suis triste ou si c’est parce que je prends conscience de beaucoup de choses sur mes progrès, pendant même que j’écris cet article. Heureusement que j’ai bien dormi, mon corps est en forme. Cette nuit, j’ai beaucoup rêvé. Moi qui fais une abstinence sexuelle d’un an en 2018, j’ai d’ailleurs fait des rêves érotiques. Je suis étonné de m’apercevoir que depuis deux jours, dans mes rêves érotiques, je dis non à mes partenaires, car je fais abstinence sexuelle. Je suis même chaste dans mes rêves !

Mon programme d’aujourd’hui, me ressourcer !

Ouf, j’ai de la chance d’avoir du soleil aujourd’hui en plein hiver. Je vais en profiter pour sortir et faire le plein de soleil. Donc à mon programme du jour. Écrire mon article ce matin. Manger à midi. Faire du sport sur un parcours santé sur les quais du Rhône, au soleil pendant deux heures. A 17h30, visiter deux galeries d’art avec un ami. Dîner léger. Publier mon article sur mon blog. Bien sûr comme toujours pour garder la forme, trajets en vélo dans Lyon. Et avec optimisation de mes trajets en écoutant sur YouTube mes cours d’anglais, de webmarketing et sur la surdouance. Noter mes rêves de la nuit. Ecriture en anglais dans mon journal intime. Ça c’est une journée ressourçante, faire ce que j’aime, prendre soin de moi !

J’ai de la chance !

Heureusement que le jour précédent, j’avais écrit deux articles. D’ailleurs, je ne sais pas ce qui m’a pris d’en écrire deux. Ça s’est fait naturellement, sûrement mon intuition. J’ai donc pu en publier un le jour même et programmer la publication du deuxième pour le lendemain. J’ai ainsi pu tenir mon défi d’écrire un article par jour pour mon blog. Je pense que je devrais toujours avoir un article d’avance, au cas où j’ai un contretemps.

Quel rapport avec les surdoués, finalement ?

Je pense que si je n’avais pas été surdoué, ça ne se serait pas passé ainsi. Voilà ce que je pense intuitivement. Pour résumer, qu’est-ce qui me fait penser ça ? Je suis trop sensible aux événements, je pense très vite au pire et à toutes les situations désastreuses. Tout ce que je ressens est plutôt diffus et monte en puissance, sans vraiment savoir pourquoi, ce qui se passe et y mettre des mots. Ma tendance à vouloir compenser par des addictions pour équilibrer mon état intérieur. Une autre tendance à m’énerver en voyant que ça ne va pas assez vite pour moi. Donc de l’impatience.

D’autres éléments en rapport avec les surdoués !

Avoir de l’intuition. Ma capacité à m’adapter aux personnes et aux situations. Etre dans un état de lucidité. Pouvoir prendre du recul dans ma vie à chaque moment et en faire une analyse très poussée. Mon gros besoin de me ressourcer. Avoir une vie intérieure intense et profonde. Une grande capacité de changement et de résilience. Des hauts très hauts et des bas très bas dans une même journée. Avoir une source d’énergie inépuisable. Savoir rebondir. Et j’ai sûrement dû en oublier.

 

Comment se passe une journée pour vous ?

Pourquoi tout est compliqué pour un surdoué ? Voilà, la vie d’un surdoué n’est pas évidente tous les jours. Que l’on soit une personne importante avec plein de choses à faire ou une personne lambda dans son train train quotidien et coincée dans sa vie. Est-ce que vous trouvez la vie compliquée vous aussi ? Si vous voulez partager votre expérience, vous pouvez le faire dans les commentaires ci-dessous. Eh bien, moi qui étais fatigué de ma journée d’hier et avais le moral à zéro, alors que je ne savais toujours pas quoi écrire, j’ai écrit un article de plus de presque 3200 mots en trois heures. Si ce n’est pas de la confiance ça.

 

Et rappelez-vous, surdoués ou pas surdoués, reprenons confiance en nous prenant en main.

Cliquez ici pour voir l’article précédent sur mon défi de 100 jours de témoignages de surdoué !

Cliquez là pour lire l’article suivant.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.