Niveau d’estime du surdoué ! 2018-S25

Atteindre un bon niveau d'estime de soi

Comment augmenter le niveau d’estime du surdoué ?

Voir plus bas mes exercices quotidiens de la semaine 25, mise à jour du Mardi 19 juin 2018.

Constat : généralement le surdoué manque d’estime !

Je manque d’estime du surdoué, alors je fais des exercices pour la cultiver, pour m’aider à voir les choses du bon côté et éviter d’être négatif. L’occasion de découvrir des moments de vie d’un surdoué. Bonjour et bienvenue sur mon blog surdoué ou pas surdoué, je m’appelle Raphaël. Et je témoigne sur mon parcours de surdoué qui cherche des solutions pour mieux vivre ma surdouance.

Exercice : mes trois points positifs du jour ou d’hier !

Chaque jour, je cite trois choses positives de ma journée ou d’hier, pour m’aider à voir les aspects positifs de ma vie quotidienne. Car j’ai tendance à trop utiliser mon cerveau automatique limbique et à ressasser les points négatifs de ma vie. Il est bon de voir les points négatifs, à condition d’être constructif et de trouver des solutions. Pour travailler mon estime du surdoué à un niveau quotidien.

Exercice : mes trois victoires !

Dans cet exercice, chaque jour, je porte un nouveau regard sur mon passé. Je cite trois de mes victoires, situations où j’ai dû me dépasser et où j’ai eu du succès. Ils peuvent être petits (demander l’heure à quelqu’un), ou grandes (avoir atteint un objectif). Pour m’aider à voir mes réussites plutôt que mes échecs. Car j’ai tendance à ne considérer que mes échecs, ce qui peut être bon, à condition d’en tirer des leçons. Pour travailler mon estime du surdoué au niveau de mon passé.

Résultats après plusieurs mois !

Au fil des semaines et des mois, je finis par intégrer que je suis une bonne personne, que j’ai de la valeur. Je suis digne d’être un ami, un collègue, un amant, un voisin, un citoyen comme les autres si ce n’est plus. Puisque j’ai des dons, des compétences et des capacités particulières avec ma zébritudeTrouver l’équilibre, juste suffisamment d’estime du surdoué pour ne pas rechuter dans la procrastination, la morosité, l’autosabotage. Et assez pour croire en mes rêves, mes projets, passer à l’action sans me mettre en échec.

Trop d’estime du surdoué ?

Trop d’estime serait mal vu par les autres. Mais après tout pourquoi pas ? A condition de rester juste avec les autres. Je peux déborder d’estime pour moi, ayant une capacité à me remettre en question et d’analyse fine. Aucun risque de prendre la grosse tête. Une meilleure estime de moi, toute en justesse, me procure une énorme quantité d’énergie, dont j’ai besoin pour mes projets.

Cliquez ici pour voir mes autres exercices.


Mardi 19 juin 2018

Mes trois points positifs aujourd’hui ou hier :

  1. Hier soir j’ai mis de l’ordre dans mes adresses email et mes disques durs externalisés chez Google. Quelle liberté de ne plus avoir à me préoccuper de sauvegardes de mon ordinateur.
  2. Je suis content de pouvoir m’acheter des courgettes bio à 2,20 euros le kilo et de les manger crues en les croquant tout simplement comme Bugs Bunny. Je mange aussi des carottes crues de cette façon-là.
  3. J’apprécie beaucoup de manger crus des fruits et légumes. Je me sens plus léger.

Mes trois victoires dans le passé :

  1. J’ai bien fait de ne pas abandonner la peinture et le dessin depuis que je m’y suis remis il y a cinq ans. Ma persévérance commence à porter ses fruits. Je trouve mon travail et ma recherche artistique et graphique passionnante pour moi. Et je vois que ça intéresse des personnes. J’en reviens encore à la persévérance, la régularité et à l’intérêt pour des activités qui me passionnent. C’est une clé pour les surdoués.
  2. Finalement, ma vie vue sous cet angle, je peux déceler la persévérance dans plusieurs domaines. Alimentation saine, activité physique, développement personnel, projets artistiques et professionnels. Avant de créer mon blog sur la surdouance, je voulais créer un blog sur le thème de la persévérance.
  3. J’ai acheté ma petite enceinte portative rechargeable il y a quelques mois et j’en suis très satisfait. Je l’utilise de partout et plusieurs fois par jour. Grâce à elle, la technologie et Internet, j’apprends l’anglais, je me documente, je chante, le tout gratuitement, hormis l’achat de départ. Je découvre que j’adore chanter et je commence à apprécier ma voix. J’ai d’ailleurs fait des progrès en chant.

Lundi 18 juin 2018

Mes trois points positifs aujourd’hui ou hier :

  1. Bien qu’écrire mes pages du matin ou du soir me soit difficile par manque de temps ou d’envie, je continue à le faire. Je teste mes limites, je persévère et j’apprends à ne pas m’arrêter face aux difficultés. En effet il est trop facile de faire les choses quand tout va bien mais en général les surdoués ont tendance à stopper net au moindre obstacle quand la motivation et l’envie ne sont plus au rendez-vous. C’est dur mais je m’accroche car je suis sûr qu’écrire me fait du bien. Il y a forcément quelque chose de positif qui va en sortir.
  2. Bien que je sois malade pour la deuxième fois en peu de temps, je me sens connecté à mon être profond. J’apprends à me reposer et à faire autrement que d’habitude. Auparavant je m’énervais de ne pas être au top et je déprimais. Maintenant je suis à l’écoute de mon corps et de mon inconscient pour savoir ce qui se passe psychologiquement en moi, ce qui se joue de crucial dans ma vie. Je vis une expérience enrichissante.
  3. Hier j’ai pu parler à un ami de tous mes lourds secrets, tout ce dont je pourrais avoir honte et que j’ai envie de dire au grand public pour me libérer. Aujourd’hui je me sens bien avec mon passé, je n’en ai plus honte. A la fin de ma vie je serai capable d’écrire un livre. Mais je décide d’en parler autour de moi et de ne pas l’écrire dans mon blog pour ne pas influencer négativement mes autres activités professionnelles. Sachez que j’aimerais tout vous dire du fond du coeur mais que je ne le fais pas pour me protéger, non de vous mais de personnes malveillantes. Je voudrais tout dire de moi pour faire tomber des tabous qui nous empêchent tous de vivre sereinement. Le tabous qui m’empêchent de vivre.

Mes trois victoires dans le passé :

  1. Donc par rapport à ce troisième point positif ci-dessus, il y a cinq personnes qui connaissent les parties les plus sombres de ma vie, mes secrets. Je leur ai dit par souci de sincérité, parfois par obligation. Elles ont bien accueillis (sauf une) ce que je leur ai révélé et ne m’ont pas tourné le dos à cause de cela. Et ça m’encourage à en parler plus. Au départ je le faisais par besoin viscéral. Aujourd’hui, je le fais pour être honnête avec elle, pour qu’elles m’apprécient en sachant tout de moi, autant le négatif que le positif. Je révèle aussi mes secrets pour partager et montrer que malgré tout ce qu’une personne à fait de “mal” sa vie, elle peut être une “bonne” personne, ayant de la valeur et se sortir de ses problèmes. S’aimer un jour, connaître un certain bonheur et une relative sérénité.
  2. J’ai regardé une conférence en vidéo sur les méfaits du porno et j’ai compris beaucoup de choses. J’en ai consommé de 2002 à fin 2017, soit pendant quinze ans. Ça a commencé avec l’arrivée d’Internet chez moi dans une période de dépendance affective et sexuelle très intense. J’ai arrêté il y a six mois et je ne regrette pas. Je ne ressens aucune envie d’en regarder car je comprends bien tous mes mécanismes auto destructeurs en place et les conséquences désastreuses sur ma libido, mes relations amoureuses et sexuelles, ma vie personnelle, ma vie professionnelle, mon activité artistique, mes projets, mes relations humaines en général, ma confiance en moi et mon estime de moi.
  3. Je veux que vous compreniez. Quand je disais aux gens que je ne buvais pas d’alcool, de café, ne fumais pas et ne prenais aucune drogue, je ressentais une gêne car ma drogue était le porno et le sexe, mais je ne pouvais pas le dire aussi crûment. Maintenant je n’hésite pas à le dire autour de moi et j’ai remarqué que cela était très apprécié par les personnes suffisamment “intelligentes“, bienveillantes, éveillées et conscientes. Je considère cela comme du courage, savoir me mettre en danger, prendre des risques, quitter mes zones de confort. Et c’est cela qui m’aide à grandir, avancer à pas de géant dans ma vie et ne plus tomber dans mes anciens chemins de traverse.

C’est du lourd aujourd’hui, entre mes pages du matin et ce travail ci-dessus. Je vois maintenant l’intérêt de continuer à écrire. Je ne cherche pas à être une meilleure personne aux yeux des autres, je le fais pour moi-même. Tant pis si des personnes ne me comprennent pas et ne veulent plus me voir, cela fera le tri. Mon principal objectif est mon bien-être et il n’y a pas de honte à le dire et le vouloir. Samedi je me sentais prêt à dire un de mes secrets, je ne l’ai pas fait.

Bonne journée !

Atteindre un bon niveau d'estime de soi
Atteindre un bon niveau d’estime de soi !
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.