Mes Pages du Matin et du soir ! 2018-S20

Mon outil quotidien préféré, mes pages du matin et du soir

Mes pages d’écriture 2018 semaine 20 !

Elles consistent à écrire sans s’arrêter, trois pages d’écriture manuscrite le matin, où l’on donne libre cours aux pensées. Pendant seulement vingt à trente minutes. C’est la première chose à faire en se levant. Pour en savoir plus sur la consigne de cet exercice quotidien, lisez mon article sur les pages du matin. Astuce si vous n’avez pas le temps de tout lire, lisez les titres, il se peut que je parle de choses pouvant vous intéresser.


Mes Pages du matin, Lundi 14 mai 2018 à 8h09 !

Bonjour,

Pourquoi je suis tombé malade, typique du surdoué !

Très bien dormi, pas trop levé cette nuit, pas eu de fièvre, plus mal à la gorge, donc plus malade, je me sens bien. C’est comme avant quand je travaillais, je tombais malade le week-end et le lundi j’étais guéri. Seulement de quoi gâcher mon temps de repos. Ou alors c’est pour me reposer encore plus. Ou encore c’est parce que je me mets moins de pression et qu’au le relâchement de mes défenses, mon corps tombe malade.

Vite mon rêve nocturne avant d’oublier !

Mon rêve de ce matin. Je suis retourné a l’école, j’ai choisi un métier qui me plaît et je fais du sport d’équipe, je me sens bien. Tout le contraire de ce qui s’est passé dans ma vraie vie. Je vais au vestiaire je suis seul et je me dis que j’ai retrouvé ma jeunesse, mes 19 ans. C’est beau est-ce possible dans ma réalité ? Maintenant que je ne suis plus en couple, je me rends compte des conséquences de ma décision. Me retrouver seul à plus de 40 ans et comme je ne me sens pas de me remettre en couple, vais-je finir seul ma vie ? Trouver la bonne personne pour un zèbre n’est pas facile. Heureusement que je parais plus jeune. Certaines personnes qui se font avoir croient que j’ai dix voire quinze ans de moins. Finalement je ne suis pas à plaindre.

Mes pensées en vrac !

Aujourd’hui beau temps ou pas ? Sport ou pas ? En tout cas rdv avec mon conseiller pour le suivi de mon étude de marché. Je n’avance pas très vite. Ah il pleut dehors donc peut-être pas de sport. Faire un peu de commissions. J’ai fait un peu de ménage hier soir et je me suis couché tard sans être fatigué. J’étais déjà guéri. Ça va rassurer mes parents, ils n’aiment pas me savoir malade. Je ressens de la culpabilité à le leur dire quand ça m’arrive. Et je suis fier de leur annoncer que je suis guéri.

Mes progrès en anglais !

Je progresse à grand pas en anglais, je regarde sur YouTube des courts métrages et je comprends presque tous les dialogues. Je me rends compte des expressions courantes qu’on n’apprend pas à l’école. C’est honteux, nous devrions apprendre les langues pour communiquer et non pour discuter avec la reine d’Angleterre.

Un sujet qui me préoccupe !

En ce moment je pense de plus en plus ma vie sentimentale. Je ne voudrais pas que ça me mette la pression pour tomber dans les bras de n’importe qui comme avant, sans véritablement connaître la personne. Et avoir des surprises ensuite. Je faisais ça car j’étais dépendant affectif, ce qui a entraîné chez moi une dépendance sexuelle. Je me sens loin de tout ça, sinon j’aurais enchaîné les relations après ma rupture d’il y a quelques mois, ce n’est pas le cas. Tout nous parle d’amour autour de nous, les chansons, les films, les histoires, les gens.

Pensées en vrac !

Faire tourner le lave linge puis étendre le linge. Me doucher. Chouette coiffeur à partir du quinze, mes cheveux sont trop longs sur les côtés. Mes ongles poussent bien et restent propres dessous. J’ai passé six heures à peindre et coudre des oeuvres sur papier hier. Je reprends doucement les meetups cette semaine. Il ne va pas faire très beau, je suis déçu. Au moins il pleut pour arroser la nature et nettoyer les villes. Nous retrouverons la végétation verdoyante et les rues propres.

Oui, me revoilà, j’ai retrouvé ma forme légendaire et mon moral d’enfer. J’ai fait une petite crise passagère.

Bonne journée !


Mes Pages du soir, Lundi 14 mai 2018 à 22h06 !

Bonsoir, je parlerai de l’intersectionnalité à la fin.

Un autre blog sur les zèbres !

Trop content, je viens enfin d’avoir le temps de lire les articles d’un autre blog de Chloé zèbre à temps plein. http://www.rayuresetratures.fr/ Elle illustre très joliment son blog et vient de finir d’écrire son premier livre illustré “Rayures et ratures, livre illustré sur les enfants et adultes surdoués zèbres”. Que je viens juste d’acheter sur Ulule pour la soutenir. fr.ulule.com/rayuresetratures/ J’ai hâte de voir ses belles illustrations. Si ça vous tente de découvrir son univers et de vous procurer son livre, allez sur Ulule.

Je ne pensais pas écrire ce soir !

Non, je me disais que je n’avais pas le temps. Mais quand j’ai lu plusieurs articles de Chloé, j’ai laissé des commentaires sur son blog et je lui ai écrit. Puis je me suis précipité pour acheter son livre, un cadeau que j’ai décidé de me faire. Avec le coiffeur, c’est tout ce que je me serais permis d’acheter pour moi ce mois-ci. Et du coup, avec mon enthousiasme débordant, j’ai spontanément commencé à écrire.

Mes pensées en vrac !

Je n’ai pas fait grand chose aujourd’hui. J’ai pensé et remarqué qu’il n’y a pas beaucoup de blog de “keums” zèbres, il y en a plus de “nana” zèbres. C’est peut-être un plus pour moi. Donc je confirme, je suis en pleine forme. J’ai dû attrapé un grippe 48h express. Remis sur pied en deux jours, c’est un record pour moi avec de la fièvre. J’ai bien fait une lessive, ça oui et fait des commissions. J’ai eu mon rendez-vous pour mon étude de marché et c’est compliqué je trouve, pas assez intuitif pour moi, trop à chercher des poux. Alors que je pourrais passer mon temps sur ce nouveau blog à la place de réfléchir à des hypothèses qui ne se réaliseront peut-être jamais.

Parler d’intimité sur mon blog !

Je me demande si finalement je parle de mon intimité dans mon blog ou si je reste distant par rapport à tout ça. Je n’ai pas envie de rentrer dans les détails de ma vie intime, de couple ou de mêler des personnes en les rendant publiques. Par respect pour elles. Mais si je le pouvais, je crois que je le ferais très naturellement. Je suis tellement naïf, comme diraient certaines personnes de mon entourage et de mon passé. Je dirais plutôt de la candeur, un mélange de douceur et de lucidité, de sagesse, d’espoir et de confiance. Il appartient aux autres de me plumer, de me chercher des noises.

J’aimerais bien être encore plus franc !

J’aimerais parler de ma vie sentimentale et sexuelle, de mes amitiés, mais plusieurs choses et personnes me bloquent. A vrai dire, j’ai peur que cela me porte préjudice. En fait, je me rends compte que j’ai déjà écrit à ce sujet. Suite au fait que j’aie censuré quelques articles quand j’ai voulu suivre une période d’abstinence sexuelle et amoureuse. Je voudrais être encore plus authentique, je ne sais pas ce qui me pousse à faire cela. Et vous dévoiler encore plus de choses sur ma vie, parce que je sais qu’on peut trouver des témoignages sur internet mais anonymement. J’aurais envie de le faire ouvertement publiquement. Puis je veux le faire pour voir si ça peut aider d’autres personnes.

Je ne suis pas un ange !

Ce n’est pas parce que je présente bien, que je parle bien (ça dépend pour qui), que je suis un ange. Je ne suis pas parfait, j’ai fait dans ma vie des choses que l’on peut qualifier d’inconscientes, d’imprudentes, de répressibles par la loi, de lâches, d’égoïstes, de méchantes, de débiles … Je n’étais pas vraiment moi et je ne savais plus qui j’étais. Et je ne veux plus me cacher, je ne veux plus jouer un rôle, à ce jeu que la société nous impose au risque d’imploser soi-même.

Je me pose des questions !

Si je me dévoile complètement, je me demande comment vous allez réagir et si tout le témoignage que je fais dans ce blog va servir. Et puis s’il tombe dans le néant, que ce soit ainsi. A la fois je pense en avoir besoin et à la fois j’espère que mon témoignage puisse aussi servir à d’autres personnes dans ma situation. Mais si je me dévoile entièrement et que tout le monde s’en fout, comment est-ce que je vais le prendre ? Aurais-je l’impression d’avoir avancé dans ma vie ? Cela m’aura-t-il permis de me libérer, de m’épanouir ?

L’intersectionnalité !

J’ai entendu pour la première fois ce terme dans une vidéo de Vincent Verzat que j’ai rencontré à un meetup dans le secteur de l’audiovisuel. Étant YouTuber pour sa chaîne “Partagez c’est sympa”, il fait des vidéos sur le thème du changement de nos sociétés mondiales. Voici la vidéo qui a fait mouche chez moi sur l’intersectionnalité (mettre la vidéo à deux minutes). D’après Wikipédia, elle désigne la situation de personnes subissant en même temps plusieurs formes de dominations ou de discriminations dans une société. Et cela m’a touché en plein cœur, cela m’a parlé, résonné en moi. Je me suis reconnu et toute ma vie a pris sens. Dans le monde entier, de plus en plus de personnes qui se trouvent à l’intersectionnalité commencent à ne plus se cacher, à militer, à se défendre, à encourager la tolérance, stopper les abus.

Les surdoué-e-s, une minorité !

On n’ose pas le dire parce qu’on ne se sent pas le droit de le faire, nous les zèbres. Mais combien d’entre nous avons été moqués à l’école, pris pour des nuls, maltraités par d’autres enfants, des personnes perverses, jalouses. Heureusement que ce sujet est beaucoup tabou, qu’il est médiatisé. Je ne sais plus quoi écrire tellement je suis paralysé. Peut-être tout ce que j’ai subi dans mon enfance remonte à la surface. Je n’en dirais pas plus, je ne veux pas trop pleurer, me lamenter sur mon sort. Aujourd’hui je veux vivre ma vie à moi, dire non aux autres, d’être joyeux, d’avoir les activités et les amis qui me plaisent. Je ne suis pas mort et ce qui a voulu me tuer me donne encore plus l’envie de vivre. Je me suis toujours senti proche de toutes les minorités, je les comprenais tellement.

Je me sens proche des minorités !

Ça a commencé quand j’étais enfant en Nouvelle-Calédonie. Nous avions des voisins de couleurs, de martiniquais, de guadeloupéens, des mélanésiens, des vietnamiens, des chinois, des kanaks. J’avais des amis parmi toutes ces personnes. Je me rappelle d’un ami sourd. Et toute ma vie j’ai continué à me sentir proche des malvoyants, personnes handicapées physiques, sourdes et/ou muette, au physique pas dans la norme. De la communauté LGBT, les gays, les lesbiennes, les transsexuels, les transgenres, j’ai été proche de personnes qui se prostituaient, se droguaient, de personnes malades. Je me sens féministe. De toutes les nationalités, de timides, des différentes, non conformes, mises à part, laissées de côté. Je me sens touché par la détresse, je ne peux pas rester sans rien faire. Pour moi tous les être humains, tous les animaux, toutes les choses, naturelles, minérales, végétales, fabriquées par l’humain devraient être au même niveau.

En quoi suis-je à l’intersectionnalité ?

Moi-même j’ai souffert d’être à moitié chinois, de ne pas être complètement français jusqu’à mes trente ans. Et je découvre que je suis surdoué et que c’est pour ça que toute ma vie et surtout dans les vingt premières années de ma vie, les plus importantes de la vie d’une personne, que je me suis senti différent et rejeté. Et surtout que les autres m’ont jugé, maltraité, mis à part. J’étais petit et chétif, je ne m’aimais pas et me sentais encore plus à part. Mais c’est un détail finalement. Je peux dire que ça fait deux gros paquets, chinois dans un monde raciste et surdoué dans un monde normalisé. Mais j’ai encore deux gros paquet à délivrer et c’est pour ceux-là que je ne sais pas si je dois franchir le pas. Si je le fais, est-ce du suicide ?

Je me sens poussé à faire quelque chose !

Étant à cette fameuse intersectionnalité, je me sens le porte-parole de toutes ces minorités et le devoir de le faire. Je ne sais pas ce qui me pousse à le faire. Je me dis que si je suis là où je suis, ce n’est pas pour rien. Ce ne sont pas les autres qui le feront, occupés à survivre ou à se cacher ou faire de leur mieux ou encore à ne penser qu’à leur sort. Et qu’il faut bien que ça serve à quelque chose, aux autres. Mais si je le fais, ça risque de ne pas plaire à certaines personnes, c’est sûr. Je m’arrête là, mais j’y pense sans cesse depuis. Je dois dire toute la vérité sur moi et en parler. A quoi sert de réfléchir, je vais quand même prendre le temps.

Bonne nuit !


Mes Pages du matin, Mardi 15 mai 2018 à 4h17 et 8h31 !

Allez lire mes pages d’hier soir que j’ai publiées après minuit ci-dessous après mes pages de ce matin. Je parle d’intersectionnalité.

4h17 Rêve nocturne 1 !

Je flotte !

Je flotte autour d’un grand lit carré, je peux décider d’être ou je veux. Les gens en général sont au niveau du dessus du lit. Moi je voudrais être en dessous du lit voire même en dessous du niveau du sol. Je sais que ça se fait, d’autres l’ont déjà fait. Mais je me demande comment s’est possible et ce qui va se passer.

Sous le lit !

Je me mets sous le lit et je découvre les coulisses. Il y a comme un zone d’embarquement aérien. Je descends les escaliers d’un avion et en bas un fourgon attends les passagers. Mon père est le conducteur. Impulsivement je donne un coup de pied à l’arrière du fourgon et cela le fait avancer brutalement. Mon père a eu le coup du lapin à la nuque et j’ai peur de l’avoir tué. Il est juste assommé, inconscient.

Je suis seul !

A la recherche de gens, j’ai l’impression d’être seul. Je comprends qu’il s’agit d’incarnation, de la mienne. Et je ne veut pas respecter les règles que je ne connais d’ailleurs pas. Je les cherche partout. Je me sens seul, on ne me dit pas ce que je dois faire. Où sont les autres ? Je les cherche.

Sur le toit !

Je voudrais être en dessous de tout ça, puis je me retrouve sur le toit en tuiles. Je trouve un jeu de cartes et je comprends des choses. A chaque endroit je sens que des personnes sont proches, des enfants jouent, je n’arrive pas à être avec eux, ils sont proches et pas là en même temps, comme si je n’étais pas sur le même plan vibratoire qu’eux ou à la même époque. Ils paraissent flous.

Une porte sous le lit !

Puis je vais vérifier ce que j’ai intuité. Je trouve une porte sous le lit, peut-être une cave et je sens une odeur nauséabonde remonter, ça sent la mort. Et j’ai l’image d’une petite fille de six ou sept ans en robe blanche qui me vient à l’esprit, aux cheveux longs noirs et bouclés. Une défunte qui n’avait pas respecté les règles, qui n’a pu se réincarner à temps. Mais je découvre que par ma faute, plusieurs personnes n’ont pas pu réintégrer leurs corps qui ont péri en pourrissant.

Je cours à ma perte !

Je comprends tout ou presque, il me manque des éléments ou je ne veux pas comprendre. Car cela soit ne me convient pas, soit me fait peur, soit ne m’est pas accessible ou entendable pour un humain. Mais le risque que je cours est la décomposition si je ne fais pas les choses dans les règles. Et je ne connais pas les règles, je les découvre au fur et à mesure, en explorant ce lieu.

 

Analyse de mon rêve !

Les lieux du rêve !

Le lit carré est le monde terrien, en dessous du lit et sous terre se trouve le monde des morts. Puis le toit représente le toit du monde, le ciel, là où est théoriquement Dieu. La porte sous le lit donnant sur une cave est le tombeau familial, mais aussi l’enfer.

Les règles du jeu de ce lieu !

L’incarnation se fait dans un lit par un rapport sexuel. La petite fille que j’ai vu pourrait être ma grande soeur mort-née plusieurs années avant moi dans ma vie réelle. Sur le toit du monde, je trouve un jeu de cartes, il s’agit à la fois d’un jeu et des règles. Prendre le jeu fait intégrer les règles. Je les prends en main mais je ne les garde pas avec moi.

Je n’arrive pas à me décider pour mon incarnation !

Quand je suis sous le lit je vois mon père qui m’attends, ça lui a fait un choc quand je suis arrivé, à moi aussi, j’ai été violent avec lui. Je n’arrive pas à choisir ou je veux être, entre sous terre, au niveau terrien ou dans les airs. Cela équivaut à dire que je n’arrive pas à décider de m’incarner, de vivre ma vie. Le pourrissement arrive si je fais le mauvais choix d’incarnation ou si je n’en fais aucun.

La peur de périr et de pourrir !

Dans ce rêve je suis sous forme d’âme, je flotte. Je parle d’incarnation comme de réintégration de mon âme dans mon corps. Je sais que j’ai un corps mais je ne le trouve pas. Et je ne sais pas que c’est peut-être ça que je cherche partout. Et si mon âme ne réintègre pas mon corps il va pourrir. A la fin du rêve je sens cette odeur de pourrissement et affolé cela me réveille d’un seul coup.

Ce que je fais en me réveillant en sursaut !

Je pense à mon rêve pour me souvenir de tout, je vais aux toilettes. En faisant ma grosse commission je sens l’odeur de putréfaction que j’ai senti dans mon rêve. Je remonte dans ma chambre et note mon rêve sur mon smartphone jusqu’à maintenant.

Un rêve comme j’adore !

C’est un rêve symbolique important, encore à décrypter. Aujourd’hui j’ai fait appel à des anges pour m’aider dans ma vie, ce midi, ce soir et avant de me coucher je leur ai demandé de m’éclairer. Ce rêve est peut-être un élément de réponse. En sortant des toilettes, je me suis juste dit, j’espère que ce sont de bons anges et non des démons à qui j’ai demandé de l’aide. Dans les wc j’ai tenté de me rappeler de mon rêve en entier et de comprendre la signification.

Je n’ai pas toutes les clés pour décrypter les messages de mon inconscient !

Je n’arrivais pas à tout saisir. J’imagine que je n’ai pas eu toutes les clés, car je pense que dans ce rêve, tout ne m’a pas été dévoilé. Même en cherchant partout je n’ai rien trouvé de très clair, seulement des éléments symboliques à décrypter. Peut-être que tout est là sous mes yeux. Serait-ce une réponse au message que j’ai posté hier soir vers minuit sur mon blog dans mes pages du soir ?

Un chose à retenir de mon rêve !

Le message principal de mon rêve pouvant être le suivant. Si je n’incarne pas suffisamment mon corps, à ma place prévue, je risque de le perdre, de mourir, de ne pas réussir. Rien à voir avec la place que la société nous donne, mais plus avec les plans à un niveau divin, du choix de l’incarnation. Je ne parle pas d’un Dieu en particulier, mais d’un point de vue métaphysique. Ce rêve parle du sens de la vie. Avant de me rendormir je demande aux anges de m’aider à en savoir plus après ce premier rêve. Je me rendors.

 

8h31 Tentative de capture du rêve échouée !

Je me réveille avec un rêve en réponse mais je me rendors et me lève un peu plus tard. Malheureusement le rêve s’est estompé. Pourtant il était clair.

Rêve nocturne 2 !

Je suis à la fois un homme allongé à l’horizontal, les bras en croix en suspension dans le vide de l’espace, c’est la nuit noire. Et je suis aussi le personnage qui gravite autour. Seuls mes deux corps sont éclairés. Je suis à un moment où je programme l’homme allongé, moi, je choisis des choses pour lui avant qu’il ne retourne à son incarnation sur Terre. J’ai eu un dialogue avec je ne me rappelle plus qui d’impalpable, seulement une voix, peut-être dans ma tête, j’ai pu poser des questions et avoir des réponses. Toujours métaphysiques mais je n’en ai conservé aucune trace.

Autour de mon rêve !

Mon rêve était plus étoffé et le fait de me rendormir me l’a fait oublier en grande partie. En fait je voulais rester allongé à me souvenir du rêve, mais je me suis rendormi. J’ai le sentiment qu’il était très intéressant. Mon inconscient a dû enregistrer le dialogue. Mais ce n’est pas arrivé à ma conscience. J’espère que des bribes reviendront, comme cela se passe en général en faisant d’autres choses dans ma journée. Sinon à un prochain rêve.

Expérience étrange d’extrasensorialité !

Ça peut vous paraître bizarre ce genre d’expérience que je fais en rêve. Mais pour moi quand je suis ouvert à la spiritualité, à “l’ésotérisme”, cela m’arrive très facilement. J’ai l’impression d’avoir des dons ou une imagination très fertiles, comme ma créativité. Je dirais même que je suis complètement débridée, ouvert. J’ai en plus d’être hypersensible, une extrasensorialité.

Quoi faire de cela ?

Mais je ne sais pas quoi en faire, c’est tellement éloigné du monde réelle. Je ne sais pas quoi en faire, d’autant plus que ma principale préoccupation dans ma vie est de subvenir à mes besoins, gagner ma vie pour me loger, me nourrir, m’habiller, me cultiver. Être en sécurité.

Tout ça à cause de mon cerveau !

En plus vis-à-vis de la majorité des gens cela peut me mettre encore plus à part déjà que je le suis avec ma surdouance, mon métissage, mes goûts, mes choix. J’imagine que c’est mon cerveau de surdoué qui est dans le coup, c’est de sa faute ou c’est grâce à lui, je ne sais pas quoi choisir comme expression.Mais peut-être que ça vient conforter le fait que je me sens poussé par une force, par quelque chose qui n’est pas moi, qui ne me ressemble pas.

Des exemples de capacités dans mes activités !

Par exemple je le vois bien dans la création de mon blog, le choix de mes articles au moment de commencer leur rédaction sans savoir ce que je vais dire à l’avance. Je me sens guidé. Tout comme quand je peins et dessine. Je n’ai plus aucune trace du syndrome de la page blanche. Instantanément quand j’arrive dans mon atelier, je me mets au travail et je crée tout en regardant ou en écoutant des chansons en anglais pour apprendre cette langue. En fait je crée indépendamment de ce sur quoi je me concentre. Ou alors j’arrive à me concentrer sur deux choses à la fois. Je ne le comprends pas aussi. C’est peut-être encore mon intuition qui se développe. Voilà mes réflexions ce matin.

Bonne journée et faites de beaux rêves éveillés. Ce sont des rêves de jour, il paraît que nous en faisons tous par moment lorsque nous sommes dans la lune par exemple.


Mes Pages du matin, Mercredi 16 mai 2018 à 7h33 !

Bonjour,

Mes pensées en vrac !

Bien dormi, me souviens de deux rêves mais sans importance. Hier fait du sport dehors, j’augmente mon niveau en rajoutant des exercices, pour ne pas stagner et pour prendre en volume. J’ai aussi dessiné pendant 5h30 à l’atelier. Je ne fais pas grand chose dans la journée quand je me lève tard. Donc ce matin je me lève tôt. Je me sens bloqué dans mon planning quand il pleut, je n’arrive pas à la programmer. Je n’ai pas l’impression d’avoir des choses à dire ce matin. Mon cerveau ne pense pas à grand chose.

Je me sens prêt !

Si hier je n’ai pas travaillé sur le blog archi, c’est parce que je me sens bloqué après mon rendez-vous de lundi pour mon étude de marché. Mais je crois qu’avec cette étude, je repousse l’échéance de la création et je ferais mieux de créer le blog aujourd’hui. C’est exactement ce que je vais faire. Je me mets au défi, c’est décidé, je le crée aujourd’hui. Si je continue cette étude de marché classique, ce sera de la procrastination intelligente. Maintenant que j’ai mon nom de blog et ma proposition de valeur, la phrase qui accompagne le nom de mon blog, je peux le créer. J’avancerai l’étude de marché par curiosité, pour en avoir fait une dans ma vie. De toute façon cette prestation est déjà payée, autant en profiter et peut-être en apprendre des choses intéressantes.

Je tiens ma parole !

Aussi j’ai dit à tellement de monde que je lancerai ce blog courant mai, que je ne peux plus reculer. Et nous sommes déjà à la mi-mai. Avec ce blog très graphique, visuel, avec le thème de l’architecture, je serai obligé de me mettre à la vidéo presque immédiatement. Ce qui me boostera aussi pour faire les vidéos de mon blog pour les surdoués. Tout va ensemble, c’est indissociable pour moi.

Pensées en vrac !

Heureusement que le voisin a mis de la musique ce matin à 7h30, cela m’a réveillé tôt en douceur. Il fait frais vous ne trouvez pas ? Et ça mouille la pluie. Toujours en vélo pour me transporter en attendant de pouvoir un jour me télétransporter, je serai avec mon parapluie à la main droite, la main gauche sur le guidon. Voilà mes vingt minutes sont passées, je passe la main.

Bonne journée !


Mes Pages du soir, Jeudi 17 mai 2018 à 22h45 !

Bonjour,

Je tiens parole !

Je n’ai pas écrit mes pages du matin mais j’écris mes pages le soir. Par contre je ne les publierai pas le soir même, mais le lendemain en même temps que mes pages du matin. J’ai dit que j’allais créer mon blog sur l’architecture d’intérieur, je l’ai fait. J’ai tenu parole envers moi, envers vous. Vous dire ce que je compte faire est comme un engagement plus fort qu’avec moi seul. Je suis encore plus obligé de passer à l’action et d’atteindre mes objectifs. C’est important pour moi. Je pourrais me laisser aller comme j’en ai envie, à la paralysie, la paresse, la procrastination, au repos, remettre à plus tard sous prétexte de … Mais je veux avancer, alors je me dis que je me le reposerai plus tard.

Je gère autrement mes priorités !

Faire une bonne séance de sport me manque, j’aurais dû en faire une aujourd’hui mais la création de mon blog était prioritaire. Donc pas eu le temps. Je fais passer en priorité mon travail sur mes blogs.

Envie de faire pleins d’autres choses non prioritaires !

Ce n’est pas facile de franchir le pas de la création d’un blog. Car c’est définitif, je ne peux pas revenir en arrière sur l’adresse du blog. Je ressens une pression que je me mets tout seul. Alors j’ai envie remettre à plus tard, d’être plus sûr de moi. Et de faire d’autres choses, du sport, du dessin, sortir le soir, rencontrer des zèbres. Mais à quoi bon attendre ? J’aurais dû le commencer en janvier, ce que j’avais prévu. Quoique je ne regrette pas j’ai un bon business modèle et le nom du blog est excellent. Il m’aura fallu ce temps et tout ça pour en arriver là.

J’arrive à gérer mon envie de remettre à plus tard !

Mais une fois le moment venu, je fais le bon choix. Rentrer chez moi, travailler sur mon ordinateur, remettre à plus tard mes loisirs. Et je les garde pour plus tard, comme récompense. Je procrastine à temps choisi.

Cela génère fatigue et satisfaction !

J’ai l’impression d’apprendre ce qu’est le goût de l’effort. Après avoir travaillé sur cette création de blog je me suis senti fatigué en soirée, quand je suis allé au vernissage de plusieurs galeries d’art rue Burdeau à Lyon. Le plus important est que je ressens de la satisfaction à avoir travaillé d’une façon contre nature pour moi. En suivant de nombreuses petites étapes les unes après les autres, dans un certain ordre. Rien de créatif pour le moment. Et ce n’est pas fini, j’ai encore du travail jusqu’à dimanche. Alors ce ne sera qu’à partir de la semaine prochaine que je pourrai commencer à écrire un premier article.

Mes pensées en vrac !

J’ai envie de danser, de m’amuser, de soleil, de me détendre, de faire du sport. Demain je vais chez ma grand-mère en vélo 28 km au total aller retour. Cela va me fatiguer. Je me reposerai l’après-midi car j’ai prévu de sortir avec des amis zèbres le soir. Je me rends compte et je le dis, je ne suis pas très famille. Avoir des contraintes familiales me gêne, m’empêche de mener ma vie comme je veux. J’ai vraiment un gros besoin de liberté. Ce matin réunion de chantier dans mon immeuble pour la fin des travaux. Il était classé insalubre et il est désormais propre. Je vais pouvoir remettre mon vélo dans le local vélo au rez-de-chaussée. Alors que pendant cinq mois j’ai dû le monter et le descendre de mon atelier de peinture situé à l’étage de l’immeuble voisin, ce qui est fatiguant.

Bonne nuit !


Mes Pages du matin, Vendredi 18 mai 2018 à 3h07 et 7h03 !

3h07 Rêve nocturne !

Je suis avec un groupe de personnes qui est en train de tourner un court métrage au moyen âge. Elles n’ont pas d’expérience et ce n’est pas un problème pour elles. Puis je suis seul sur un terrain ou il y a des petites cabines de toilettes disséminées un peu partout. J’en cherche des propres. Puis je croise quelques personnes qui me parlent et je regarde mon smartphone. J’ai reçu pleins de messages je j’écoute en retard. Les gens me disent que nous sommes dans une course d’orientation et qu’il faut aller à tel endroit. Puis je les suis, j’entre dans une propriété où d’autres sont arrivés avant moi. Cela semble être la fin du parcours.

Une scène choquante !

Un homme est devant moi. Je n’ai pas écouté toutes les consignes sur mon téléphone mais l’homme me les donne. Je dois tirer avec un fusils flèche sur la tête d’un homme qui me pointe du doigt. En fonction de l’endroit que j’atteins ce sera plus ou moins douloureux. Je demande aux gens autour de ma cible de s’éloigner. Et au moment de tirer je me mets dans une immense colère en disant que c’est inadmissible. Que ce n’est pas un jeu et qu’on peut tuer cette personne.

Analyse du rêve !

Je suis pris au piège dans une course stressante, qui représente la vie dans nos sociétés. Au début et je fais comme tout le monde, sans vraiment savoir ce qu’il faut faire. Et sans avoir par moi-même cherché les règles du jeu. En fait je suis comme sur un jeu de piste. Et au début je joue la comédie comme les autres tournant ce film. Il faut aller vite, c’est pour ça que je ne prends pas le temps de réfléchir. Pris par le stress et l’effet de surprise je suis le groupe sans réfléchir. A la fin je fais une grosse prise de conscience et me rends compte de la bêtise monumentale et irréversible que je m’apprêtais à faire. Je suis le seul à m’en rendre compte, les autres semblent ne pas mesurer le danger de mort. Puis je me rebelle contre tout ça, en me mettant dans une colère extrême. Les autres autour de moi ne me comprennent pas.

Au réveil !

Dans le rêve je cherche des toilettes, en fait c’est le code qu’emploie mon cerveau pour me dire de me lever et d’aller aux toilettes. Après, au moment de me recoucher, je me dis que ce rêve ne vaut pas la peine d’être retranscrit. Mais je sens que j’ai un reflux gastrique et je me dis que je ne peux pas m’endormir ainsi sinon ce reflux va me faire tousser et j’aurai mal à la gorge. Alors je décide de me lever pour écrire ce rêve. En faisant son analyse, je m’aperçois qu’il est porteur d’un message important.

Hier soir repas inhabituel !

Si j’ai un reflux gastrique, c’est parce qu’après avoir visité des galeries hier soir, sur le chemin du retour en passant à l’angle d’une rue, je dis à l’ami avec qui j’étais que cette odeur de restaurant me rappelais des souvenirs. Alors il me propose d’y dîner, j’accepte et nous mangeons un délicieux repas très copieux. Mais je mange généralement mon dernier repas avant dix-huit heures. Entre autres pour éviter le reflux gastrique. Donc je n’y échappe pas, en ayant fait cet écart au restaurant. Mon corps m’a poussé à écrire ce rêve nocturne pour une raison, pour prendre conscience de son message. Il est dangereux de suivre les gens sans réfléchir, dans la course de la vie où chacun joue un rôle. Cela pour arriver à se tirer une balle dans la tête à la fin du parcours, en se rendant compte que tout cela n’a aucun sens.

3h40 Je me recouche.

7h03 Deuxième rêve !

Je suis dans un bâtiment moderne très grand dans des étages élevés. Il y a un puits de lumière au centre, dans une immense cage d’escalier. Je vois des personnes plonger dans le vide et je décide de les suivre. Alors je passe par dessus le garde corps et je saute dans le vide. Je peux descendre à la vitesse que je veux, au début je vais lentement. Puis je découvre que je peux aller plus vite, et je dépasse les autres.

Analyse du rêve !

Je suppose que ce rêve fait référence à la création de mon nouveau blog hier. Où j’ai franchi le cap, sauté dans le vide. Le fait de pouvoir aller à la vitesse que je choisis me rassure, lentement au début et vite par la suite. Je finis par aller plus vite que les autres, les dépasser. Ça ne m’étonne pas.

Comment m’organiser aujourd’hui ?

Je suis assez embêté je ne pourrai peut-être pas travailler sur mon nouveau blog aujourd’hui, car je vais me fatiguer en allant chez ma grand-mère en vélo. Mais si j’y vais en bus et à pied, je mettrai une heure de plus et serai autant fatigué. Et je pense me coucher tard ce soir. Alors je voudrais me reposer cet après-midi. Ou alors je peux passer moins de temps chez ma grand-reum pour perdre moins de temps. Je n’aurais pas dû lui dire que j’y allais aujourd’hui mais plutôt le semaine prochaine. Mais ça fait longtemps que je ne suis allé la voir chez elle, même si je l’ai vu deux fois ailleurs.

Mes pensées en vrac !

J’ai bien dormi. Je dois me doucher. J’aimerais bien faire du sport, sûrement ce week-end. Je ne sais pas quand recontacter la galerie chez qui j’ai laissé des dessins. En fait je pense le faire pour dire que j’ai fait de nouveaux dessins. Mais cette fois ci je les prendrai en photo ou les scannerai avant de les laisser. Peut-être que je ferai un échange avec les autres dessins pour les scanner aussi. J’aime bien garder une trace de ce que je fais, pour m’en souvenir. Avant de partir en fin de matinée pour déjeuner avec ma grand-mère je vais faire des commissions en promo moitié prix fin de dates. J’espère avoir de quoi manger pour chez ma grand-mère car je ne veux pas lui donner du travail. Elle se fait porter ses repas et je ne veux pas lui coûter cher en commandant mon repas au même endroit.

9h30 Changement de programme dernière minute !

Finalement je viens de téléphoner à ma grand-mère pour décaler notre rendez-vous à lundi dans trois jours. Ainsi aujourd’hui, je pourrai travailler sur mon nouveau blog et faire du sport à la place. Et me reposer aussi car je n’ai pas beaucoup dormi cette nuit à cause de mon rêve que j’ai noté. Du coup je pense être moins fatigué pour ma soirée. Et je me sens plus à l’aise comme cela, moins stressé.

Lisez mes pages du soir ci-dessous que je viens de publier en même temps que mes pages de ce matin.

Bonne journée !


Mes Pages du midi, Samedi 19 mai 2018 à 13h07 !

Bonjour, je parle d’introversion et d’extraversion.

Sortie en boîte de nuit hier soir !

Pas beaucoup dormi cette nuit, car je suis sorti en boîte de nuit avec des amis. Cela faisait longtemps que je n’avais pas dansé. Mais je me suis tout de suite senti à part, en observation. Je m’aperçois que je ne comprends toujours pas les codes, je n’arrive pas à franchir le pas pour faire plus de connaissances dans cet environnement. Pourtant resté trois heures et demie. Moi qui aimais danser en boîte avant et qui aime danser seul chez moi où je me sens à l’aise, je n’arrive pas à me décoincer, à me libérer. Heureusement que j’ai retrouvé d’anciens amis avec qui j’ai bien discuté après bien des années. J’y suis allé avec un zèbre et lui aussi s’est clairement mis à part pour observer. La musique était un vrai cafouillage, je ne comprenais rien aux paroles ni à la mélodie alors que des gens chantaient.

Ma troisième rencontre zébra crossing !

Cette fois-ci, je me suis senti plus à l’aise que la première fois. Et comme je me l’étais dit, j’ai pu parler avec une femme qui semblait lointaine la première fois et lui dire que la première fois j’ai senti un malaise. Elle me l’a confirmé. Je suis content d’avoir pu aborder ce sujet avec elle pour volatiliser ce malaise que j’ai ressenti au départ. Je crois que la glace est brisée.

Surdoués introvertis et extravertis !

Mais je me souviens qu’un des zèbres du groupe m’avait dit que la plupart des surdoués qui viennent là sont plutôt des personnes introverties. Et que l’on n’y voit pas trop d’extravertis car ceux-là n’ont pas de difficultés à se mettre en relation avec d’autres personnes et sont déjà bien entourées. Donc j’ai pu aussi parler librement de ce sujet avec les personnes qui étaient assises à ma table. Et j’ai dit à chacune comment je la voyais intro ou extravertie. Pour confirmer, je leur ai demandé à chacune ce qu’elle pensait plutôt être. Je ne me suis pas trompé. C’était très intéressant.

Le masque de l’extraversion !

Mais parfois les surdoués peuvent porter un masque d’extraverti, comme par exemple en faisant le clown de service, en racontant sans arrêt des blagues, en ne prenant rien au sérieux. Alors qu’au fond d’elle, elle n’est pas si à l’aise que ça et qu’au contraire, elle est d’une gravité. J’en ai croisé hier soir. Et moi aussi j’ai parfois été ainsi dans des périodes de ma vie, entre fausse bonne humeur, détente et cynisme, humour noir. Et au fond, quand je suis seul, ressentir une solitude, une gravité.

Mes pages évoluent !

Finalement je me rends compte que mes pages de la journée se transforment en petit articles où j’aborde plusieurs petits sujets en rapport direct avec ma vie du moment. Ce n’est pas plus mal, ça apporte de la valeur à ce que j’écris. En plus je ne me vois pas écrire que des banalités. Et puis de toute façon ça me vide la tête puisque j’y pense, c’est le but de mes pages, me faire un lavage de cerveau.

Mes pensées en vrac !

Allez, quand même pour me faire plaisir de ne pas structurer mes idées. J’ai bien avancé hier encore sur la construction de l’écosystème de mon blog sur l’architecture d’intérieur. Au sport j’ai rencontré un gars avec qui nous nous sommes bien entendus. Nous avons fait du freestyle (des acrobaties) sur des barres car on s’ennuyait de faire des pompes et des tractions. Et en discutant je me suis demandé s’il n’était pas surdoué. Je lui ai proposé de venir avec moi à la soirée zébra crossing et je crois qu’il s’est senti dans son élément. Aujourd’hui repos, pas de sport. Je n’ai dormi que quatre heures ce matin et je me sens en forme. J’ai fait des commissions et j’ai lavé les vitres de mon appartement côté cour. Je ne le fais pas souvent, peut-être une fois par an, au printemps, alors qu’avant je le faisais tous les mois.

Bonne journée ensoleillée, car le soleil est revenu.


Mes Pages du matin, Dimanche 20 mai 2018 à 7h07 !

Rêve nocturne !

La course !

Je suis dans une pièce en forme de U avec d’autres personnes et nous nous apprêtons à faire une course à l’intérieur. Mais je dis que l’endroit n’est pas adapté car nous risquons d’aller droit dans le mur, en plaisantant. Mes autres n’y ont même pas pensé. Alors nous nous retrouvons dehors pour faire la course autour du bâtiment, un gymnase. Je ne connais pas la distance à parcourir et je veux la demander pour connaître l’effort à fournir, bien me préparer, les autres n’ont pas l’air de s’en inquiéter.

Au laboratoire !

Puis nous sommes à l’intérieur d’un grand laboratoire assis en ligne à une table immense. Une place est libre à côté de moi et un robot arrive pour s’y installer. Il est constitué d’écrans et à une forme d’humain mais carré de partout. Une personne pose une question et mon robot répond d’une voix monotone : “X dit que quand je répond à une question je suis en cinquième position”. Puis à côté du robot il y a un autre homme qui a lui aussi un robot. Et lui répond d’une voix plus humaine : “et bien moi, je suis en troisième position”.

Transformation !

D’un seul coup, mon robot recule et se transforme devant nous en s’améliorant. Avec de nouveaux écrans, une forme plus moderne et il revient s’asseoir. Sur les écrans je vois une partie d’un homme jouer de la guitare, sa voix est plus humaine. Mais ce n’est pas fini, le deuxième robot en fait autant. Et le premier recommence et le deuxième aussi. C’est la surenchère. Les deux robots deviennent complètement autonomes dans leur évolution, dans leurs choix, de plus en plus vite, de plus en plus intelligents, sophistiqués.

De robot à humanoïde !

Et pour mon robot au point de ressembler à un humain et à pouvoir contrôler la matière autour de lui. Il est capable par la pensée d’influer sur l’environnement pour le modeler. Je ressens que ce qui l’a poussé à faire tout ça était parce qu’il se sentait menacé, en danger d’être mis à part à cause de son obsolescence. Et il s’est senti en compétition avec l’autre robot et a immédiatement décidé de prendre les devants en se perfectionnant dans une course incroyable. Il se construit un petit avion, une machine de guerre pour se déplacer plus vite. Et il a la capacité de changer de taille, je vois cet humanoïde minuscule faire des réglages sur un appareil.

A la limite du danger !

Il enclenche un bouton qui semble être très important voire dangereux, pouvant mener à sa destruction. Et même à la destruction de tout ce qui l’entoure Il ne voyait plus ce danger, les conséquences de ses actes. Je me demande s’il n’est pas allé trop loin. Jusqu’où va-t-il aller et quand va-t-il s’arrêter ?

Un peu plus j’oubliais ce rêve !

Puis je me réveille et me lève pour aller aux toilettes. Je vais me recoucher mais je me dis que ce rêve est intéressant. Alors je le visualise plusieurs fois. J’ai tendance à me rendormir et d’un seul coup je trouve l’énergie de me lever pour le noter. Sinon je suis sûr que j’allais me rendormir et oublier ce rêve. J’ai bien fait de me lever.

 

Analyse de mon rêve !

Ce rêve parle de moi !

Je pense que ce robot me représente. Il s’est senti en compétition avec les autres. Et il a cru être obligé d’être le meilleur en s’améliorant sans cesse à toute vitesse sans faire de pause. En enchaînant les évolutions, sans prendre le temps d’en profiter, d’apprécier. A chaque fin de transformation il voyait ses défauts. Ce qui l’obligeait à les résoudre en s’améliorant. Il voulait être le meilleur, le premier, en avance sur les autres. Personne ne devait être devant lui. En fait pour se sentir bien, il avait besoin de tout ça.

Pris dans un processus sans fin !

Mais c’était une course infernale, interminable, dangereuse, mortelle. Et il ne le voyait pas, aveuglé par son désir d’être le meilleur. Il allait droit à sa destruction. Je le dis autrement au début de mon rêve en faisant la course dans une pièce : “nous risquons d’aller droit dans le mur”. Et tout ce rêve parle de moi, ce robot, c’est moi. Cette surenchère de travail sur soi, c’est moi. Ce robot faisait un travail sur lui d’évolution, de développement personnel. D’amélioration autant physique, ce qui correspond au sport que je fais pour changer mon aspect physique. Que d’amélioration intérieure, en apprenant à se connaître, à améliorer ses qualités et remédier les défauts.

Un rêve symbolique !

Ce rêve est porteur d’un message. Il me parle de moi, de mon passé, de mon présent et de mon futur. Tout dépend de ce que je vais choisir de faire à partir de maintenant. Est-ce que je vais continuer cette course interminable et peut-être risquée ? Pourtant je remarque qu’au début je suis un robot, je ne suis pas très humain. Et que par la suite je deviens un humain, un homme. Ce qui est plutôt encourageant et bon signe. Serait-ce si risqué que ça de devenir humain, trop humain, ou de vouloir être un super humain. Est-ce possible ? N’est-ce pas un peu fou ou utopique ? Est-ce que c’est cela que je veux vraiment ? Encore un rêve existentiel, qui me parle du sens de la vie. Je suis très content d’avoir pu le noter et l’analyser.

Un petit peu de pensées en vrac !

Matin sport, après-midi fin du paramétrage de mon blog, j’espère finir, car j’ai eu des difficultés la dernière fois. J’étais bloqué par le site de création de blog qui ne me proposait pas les choix indiqués par ma formation de blogging. Et j’irai aussi dessiner. Je peux dire que j’ai bien dormi cette nuit. En plus avec ce rêve, j’ai bien travaillé sur moi cette nuit, je l’ai rentabilisée. J’ai un peu mal à la nuque. Hier soir je suis allé à un concert de chant improvisé. Pas facile à faire d’improviser le chant, pas toujours mélodieux. Mais en me détachant de mon jugement de valeur de ce qui est beau et ne l’est pas, j’ai pu apprécier la performance, le courage, la créativité avec bienveillance. Par moments, j’ai eu des frissons et ça a touché mon âme d’enfant, car je me suis justement senti être comme un enfant.

Merci bonne journée !

Cliquez ici pour lire mes pages du matin précédentes.

Et cliquez là pour voir les suivantes.

Mon outil quotidien préféré, mes pages du matin et du soir
Mon outil quotidien préféré, mes pages du matin et du soir !
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.