Mes Pages du Matin et du soir ! 2018-S18

Devant mon ordinateur

Mes Pages du Matin, Lundi 30 avril 2018 à 7h15 !

Bonjour.

Un défi pour moi, un grand trajet en vélo !

Hier je suis allé à l’anniversaire de mon père en vélo chez ma soeur à 34 km de chez moi. J’ai mis 2h soit 16 km/h. Ca a été, j’ai retrouvé la moitié de ma famille, l’autre moitié n’étant pas la bienvenue.

Comment réagissent mes parents face à la fin de ma relation amoureuse !

Comme j’ai rompu mon couple et que je l’ai dit à mes parents il y a peu de temps, mon père m’a encore fait les gros yeux. Le regard pleins de jugements. Je me suis expliqué, pourquoi j’ai arrêté cette histoire de 10 ans. De toute façon nous vivons encore ensemble. Donc l’histoire n’est pas finie. Il a peur de ne plus revoir les enfants qui sont adolescents. Quand il a dit qu’il connaissait la petite depuis l’âge de trois ans, j’ai des larmes qui me sont montées aux yeux. Dans cette rupture, je n’ai pas pleuré. Et la je pleure en me mettant à la place de mes parents.

Les raisons de ma rupture !

Puis je me suis mis à l’écart pour me reposer de mon tour en vélo. Ma soeur est venue me parler de ma rupture aussi. J’ai donné les raisons. Il y a trop de différences entre nous et nous avons changé, pris des directions différentes. Je ne me sens plus aimé.

Je suis très susceptible aujourd’hui !

Plusieurs fois on m’a demandé “tu ne veux pas de l’eau ?” “tu veux ceci ou cela ?” Et je me suis énervé, en disant “arrêtez avec vos questions, je sais ce que je veux et je suis capable de me servir, vous êtes qui pour savoir ce que je veux ?” Ma soeur et ma mère ont vu mon énervement.

Je ne me sentais pas à ma place !

Je n’ai pas dit grand chose, aucune envie. Tout ce que les gens disaient était classique dans une réunion et un repas familiaux. Rien d’original, cousu de fil blanc. Déjà entendu comme dans toutes nos réunions. Ca ne me donnait pas envie de participer. Comment les gens peuvent être heureux dans ces conditions, à se raconter toujours la même chose ? Sans profondeur, que des banalités. Et dès qu’on parle un peu sérieusement, ils vont voir quelqu’un d’autre ou changent de conversation.

Rentré chez moi en pleurant !

Je suis rentré chez moi en vélo. J’avais du vent et parfois en rafales. J’ai mis plus de temps, 2h40. Avec pleins de poussières dans les yeux. Je ne me sentais pas bien, je n’avais pas passé un bon moment en famille. Et j’ai repensé à tout ce que j’y avais vécu là-bas de négatif. Et j’ai beaucoup pleuré, ce qui m’a nettoyé les yeux des poussières.

Marre de ma zébritude !

Déjà vingt minutes, mais je continue car j’ai besoin d’en parler. Je ne voulais plus les revoir. Et je me suis dit que j’en avais marre d’être comme ça à chaque fois. Ne pas savoir en profiter, être malheureux. Je culpabilisais d’avoir rompu mon couple. Mais une partie de moi me disait que j’avais raison.

Je dois m’affirmer plus !

Je dois rester moi-même, je ne veux plus me cacher. Par rapport à l’amour, je ne veux plus me faire subir à qui que ce soit. Je ne veux plus de compromis. Donc fini la vie de couple, pour moi, l’amour est pathologique, je n’y crois plus. Je crois qu’on tombe amoureux quand on est en déséquilibre intérieurement. J’en ai marre que mon père me dise ce que je dois faire de ma vie. Il n’a plus à endosser son rôle de père, je vais le décharger de cette fonction. De quel droit un humain aurait une ascendance sur un autre ? Déchargé de ce rôle, il vivra sa vie au lieu de s’occuper de celle de ses enfants.

Pas d’accord avec la vision générale du travail !

Pendant le repas, ils ont parlé de travail, qu’on est bien obligé de travailler. Car on a parlé d’amis de mes parents qui se sont lancés dans l’élevage d’escargots. Ils en sont esclaves, travailler énormément, à la chaîne pour vendre quelques pots sur les marchés. Avec des crédits sur le dos pour rembourser la ferme. Je leur ai dit que c’était de l’esclavage et ils se sont tous défendu en disant qu’on est bien obligé de travailler. Qu’on doit passer par là. Quelle horreur de penser cela et de se l’infliger.

Arrivé chez moi !

A la fin de mon trajet en vélo, les yeux bouffis, il a commencé à pleuvoir. Rentré chez moi, je me suis senti soulagé de ne plus lutter contre le vent et les gens, contre moi-même aussi. Contre ma tendance à la normalité. Je me suis lavé la figure, j’ai mangé et me suis couché à 21h30. Littéralement vidé physiquement, psychiquement et moralement.

Arrêter de faire plaisir !

Je dois me protéger des gens, des relations négatives qui ne m’aident pas à avancer et qui voudraient me voir régresser. Hier était une journée horrible, dans un monde formaté où la moindre originalité n’est pas encouragée. Quand je pense que j’ai fait l’effort d’y aller en vélo. Je n’ai plus envie de les revoir. A quoi ça sert de faire plaisir à ma grand-mère, mes parents ? En allant les voir, si c’est pour m’entendre dire, que tout ce que je fais ne vaut rien et ne les intéresse pas, que je fais de mauvais choix dans ma vie.

Marre des hauts et des bas !

Ce matin levé naturellement à 6h30. Je me sens mieux, plus léger je ne sais pas, mais moins lourd qu’hier. Alors que je me sentais bien avant de les voir, je vivais un drame ensuite. La nuit m’a aidé à m’apaiser. J’en ai marre de ces hauts et ces bas.

Mon programme pour aujourd’hui !

Ce matin, je vois une amie voisine à qui j’ai dit qu’elle était sûrement zèbre. Et cet après-midi et cette semaine je m’occupe de l’étude de marché pour mon blog sur l’architecture d’intérieur. En soirée je vais créer dans mon atelier de peinture. Malgré tous mes soucis émotionnels, j’arrive à avancer dans mes projets. Je crois que ce n’est pas facile pour l’autre de vivre encore ensemble après la rupture. Mais nous ne pouvons pas faire autrement pour l’instant, par manque de revenus. Et moi je tiens bon dans tout ça, comment fais-je ? Me serais-je coupé de mes émotions ? Je ne pense pas.
Bonne journée à vous.

Devant mon ordinateur
Devant mon ordinateur
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.