Le manque de confiance en soi du surdoué !

Le manque de confiance en soi du surdoué

Mon manque de confiance en moi du surdoué !

Temps de lecture estimé : 5 à 8 minutes.

Bonjour ! Cette semaine je vais parler du manque de confiance en soi du surdoué. Ce premier article fait partie d’une série de trois sur la confiance en soi du surdoué. Le deuxième article portera sur l’excès de confiance en soi du surdoué et le troisième sur la juste confiance en soi du surdoué.

Ma confiance en moi a évolué tout au long de ma vie à un point que j’ai l’impression d’avoir traversé un océan à la nage. Je suis parti d’un manque de confiance en moi pour arriver à un équilibre, une juste confiance en moi. En passant par des périodes d’excès de confiance en moi. Je partagerai mon témoignage de surdoué et je vous donnerai quelques astuces pour avoir une confiance en soi équilibrée.

Bienvenue sur mon blog surdoué.e ou pas surdoué.e. Je m’appelle Raphaël, je suis surdoué non testé et j’ai décidé d’enquêter sur la surdouance car je veux comprendre.

Avant d’écrire mon article !

Exemple de confiance en soi du surdoué dans mon quotidien !

Pour illustrer cet article je trouve intéressant de vous montrer comment j’ai trouvé le sujet de cet article. Voici le texte que j’ai écrit en tout premier après m’être dit : “je me lance”. Je n’avais aucune idée de ce que je voulais dire.

“Je n’ai pas encore de sujet pour cet article mais je me mets quand même à écrire car je pense que le sujet va apparaître de lui-même en m’y mettant. J’ai déjà fait ça plusieurs fois et ça a très bien marché. Justement c’est une histoire de confiance en soi, de se lancer en ne sachant pas quoi faire. Du coup je crois que j’ai mon sujet, la confiance en soi du surdoué. C’est plutôt bien comme sujet et ça me parle. Je vérifie si je n’ai pas déjà écrit un article ayant le même titre. Non, alors je continue.”

Juste se lancer la première minute dans une activité !

Voici un exemple de ce que je fais plusieurs fois par jour pour avancer dans mes projets. Je me lance la première minute dans une action ou une activité sans vraiment avoir d’idée précise pour me mettre en route et voir émerger des idées et l’envie de continuer. Adieu le syndrome de la page blanche.

Le manque de confiance en soi du surdoué
Le manque de confiance en soi du surdoué !

Point de départ = le manque de confiance en soi du surdoué !

Aujourd’hui je peux dire que je me fais suffisamment confiance pour progresser dans ma vie. Mais je n’étais pas comme cela avant. Je me rappelle que depuis mon adolescence jusqu’à mes quarante ans, je rencontrais des problèmes. J’avais plein d’envies, avoir de nouvelles activités, découvrir plein de choses. Me mettre au travail, commencer un nouveau projet ou dessin n’était pas facile. Je passais rarement à l’action et me décourageais. Et quand j’arrivais à dépasser mes peurs pour le démarrage, je ne finissais pas ce que j’avais commencé. J’avais un gros manque de confiance en moi, ce qui est caractéristique du surdoué qui ne se connaît pas bien et qui ne s’estime pas.

Les autres voient le manque de confiance en soi du surdoué !

Je vois aujourd’hui combien je manquais cruellement de confiance en moi, je me sens triste de m’en rendre autant compte maintenant. C’était flagrant mais je ne le voyais pas alors que les autres le voyaient. Et rien que de penser au fait que d’autres personnes que moi remarquaient mon manque de confiance en moi, je ressens un pincement au coeur pour l’être en souffrance que j’étais. Je regarde mon ancien moi avec bienveillance et émotion.

Je ne voulais pas que mon manque de confiance en moi se remarque !

J’ai tellement souffert que j’avais des oeillères causées par le masque, mon faux-self (mon faux-moi) que je portais pour ne pas me faire remarquer. Je crois que le seul à ne pas voir que ça se voyait était moi, je me voilais la face. Je pensais que ça ne se voyait pas mais plusieurs personnes m’ont dit que je manquais de confiance en moi. Je sais que d’autres l’ont vu, je le voyais dans leur regard. Sans compter tous ceux qui ne disent pas ce genre de choses. Et je suis sûr que mes employeurs l’avaient vu et m’avaient choisi pour mon manque de confiance en moi. Je me cachais sous une apparence physique propre et agréable à regarder, je soignais mon apparence, comme pour cacher ma misère.

Le manque de confiance en soi du surdoué le rend manipulable !

Mon manque de confiance en moi ne pouvait pas ne pas se voir. Et je suis sûr que mes anciens employeurs et les personnes avec qui j’ai été en couple et en amitié le savaient. Elles ne m’en ont pas parlé mais avec le recul je vois ce que mon manque de confiance en moi m’a fait faire pour le travail, en amour et en amitié. Au moment où j’écris ces lignes, je ressens de la manipulation de la part de plusieurs personnes que j’ai côtoyées. Pas forcément méchamment comme avec un pervers narcissique, mais dans le sens où j’étais quelqu’un de consciencieux qui allait faire le travail qu’on lui demandait. J’étais clairement manipulable et je voulais bien faire. Je croyais tout ce qu’on me disait car je n’avais pas assez d’expérience pour me faire confiance en moi. J’étais incapable de dire que ça ne me convenait pas.

Le manque de confiance en soi du surdoué peut déclencher la colère !

Combien de fois je me suis retrouvé seul à travailler tard le soir alors que les autres rentraient chez eux ? Et combien de fois je me suis dit “mais qu’est-ce que je fais encore là” ? Et je me mettais en colère contre moi-même puisque j’étais tout seul. Je me sentais piégé et je devais bien finir ce que j’avais promis de faire par peur d’être viré. Puis je retournais inconsciemment cette colère du surdoué contre moi-même dans des comportements inadaptés me menant à encore plus de déséquilibre. C’était un cercle vicieux, une spirale descendante.

Le manque de confiance en soi du surdoué mène à l’échec !

Je retournais cette colère du surdoué contre moi-même en me plongeant dans ma dépendance affective et sexuelle, mes troubles du comportement alimentaire (TCA) ou mon rapport spécial à l’argent. Je m’autodétruisais sans m’en apercevoir. En fait je pensais mériter un peu de plaisir après toutes mes frustrations, tous mes sacrifices. Je sais que pour d’autres personnes ça peut être l’alcoolisme, la drogue, trop de travail, le surmenage, “des TIC et des TOC”. Des mauvaises habitudes qui ne m’aidaient pas. J’inscrivais en moi le programme de l’échec, je me mettais en situation d’échec. Et je perdais de plus en plus confiance en moi. Quand je voulais faire quelque chose, passer à l’action, je me retrouvais bloqué et ne pouvais passer aux étapes suivantes de la vie comme tout le monde. J’invalidais et détruisais chacune de mes idées, envies, joies, désirs, rêves. Je voyais ma vie comme une succession d’échecs.

Exemples de manque de confiance en moi !

J’ai l’impression d’avoir été jusqu’ici un peu trop généraliste, je vais maintenant donner quelques exemples.

Un calvaire pour le baccalauréat !

En général je ne sais pas apprécier mes réussites. J’ai eu le bac de justesse donc je n’étais pas satisfait. Je ne voyais pas que j’avais franchi une étape importante de ma vie et que cela me permettait de passer à une étape supérieure. J’aurais voulu avoir travaillé plus et avoir des notes dignes de moi. J’avais honte de mes résultats. Beaucoup de personnes auraient été très heureuses d’avoir eu le bac de justesse, plutôt que d’être allé au rattrapage et même de devoir redoubler. Même dix ans après le bac je me suis dit que je voulais recommencer ma classe de terminale pour repasser le bac pour avoir des notes dignes de quelqu’un d’intelligent comme moi pour ne plus avoir honte de moi, pour avoir confiance en moi. Pour en savoir plus sur mon parcours étudiant et professionnel atypique.

Un enfer pour mon diplôme d’architecte !

J’ai vécu le même cauchemar pour le passage de mon diplôme d’architecte DPLG. C’était une véritable torture intérieure, avant, pendant et après. Des angoisses, une dépendance affective et sexuelle très active pour contrebalancer les frustrations avec du plaisir et du réconfort. Tout ça à cause de mon manque de confiance en moi. Avant la soutenance de mon diplôme je voulais tout arrêter et prendre n’importe quel emploi. Tout le monde m’encourageait à continuer pour trouver un emploi d’architecte après mes sept années d’études. A cause de mon manque de confiance en moi, je n’arrivais pas à me voir architecte. Je me dévalorisais énormément.

Le surdoué esclave de son manque de confiance en lui !

J’ai eu de la chance de trouver un emploi stable en CDI chez un architecte-urbaniste un an avant de passer mon diplôme. Mais à quel prix ? Connaissant la relative instabilité des surdoués (d’après les normo-pensants) et leur besoin vital de liberté, je me demande comment j’ai fait pour rester huit ans dans cette agence. Pendant de nombreuses années j’ai voulu trouver une autre place d’architecte. Mais en entendant mes collègues de promo galérer pour trouver leur premier emploi après leur diplôme, j’ai préféré ronger mon frein et rester là où j’étais. Mon manque de confiance en moi a beaucoup joué dans ce sens. Je me suis limité au point que mon patron m’a comparé à une photocopieuse en noir et blanc avant que je ne parte et s’est lui-même traité de surdoué. Je suis parti en démissionnant et en claquant la porte, dans une colère de surdoué.

Créativité et manque de confiance en soi du surdoué !

Depuis tout petit j’aime créer, imaginer et rêver (créer des jeux, dessins, peinture, travaux manuels, architecture, jeux de construction, inventer des histoires …). Malgré ma passion pour l’art j’ai plusieurs fois dans ma vie jeté tous mes tableaux et dessins. Et plus insidieusement le manque de confiance en soi s’immisce dans les gestes les plus simples du processus créatif sous forme de doute, de questionnement et du fameux syndrome de la page blanche. Lorsque j’avais du temps libre, je préparais mes affaires pour dessiner ou peindre en partant d’un support blanc immaculé. Mais rien ne sortait de moi. Le vide était trop grand entre mon désir brûlant de créer et cet espace vierge. Je me sentais nul, je gâcherais sûrement cette belle feuille ou cette toile. Je pensais à tous les autres artistes dont j’aimais le travail et qui avaient réussi à couvrir leurs toiles de peinture avec virtuosité.

Le manque de confiance en soi du surdoué dans ses relations aux autres !

Quelle horreur ! Je ne veux plus jamais ressentir ça. Que ce soit en amour, en amitié, au travail ou juste dans une réunion ou une soirée, j’étais bloqué par mon manque de confiance en moi, je me sentais nul, petit, moche et bête. Qui pouvait donc être assez idiot pour venir me parler et vouloir être en relation avec moi. Heureusement que j’avais un faux-self, par moment j’avais assez d’énergie pour porter un masque, faire semblant et sauver les apparences alors que je me sentais très mal à l’intérieur.

Egocentrisme et manque de confiance en soi du surdoué !

L’égocentrisme ne concerne pas que les “moi je” et les “m’as-tu vu” qui se sentent bien dans leur peau. Je me préoccupais tellement de ce que les autres pensaient de moi, de ce que je ressentais et de comment je devais me comporter que j’étais égocentré. Malgré ma timidité et mon absence de charisme, j’étais égoïste et ne pensais qu’à moi. Cela me privait de relations épanouissantes et j’avais l’impression de me coltiner des gens nuls, des cas sociaux. C’est ainsi que je me voyais, comme un cas social qui se cachait. Qui se ressemble s’assemble. Ce n’est pas très gentil de ma part de dire ça des gens et des amis que je côtoyais. En aidant ou en voulant sauver les autres, je peux laisser penser que je n’étais pas égoïste. Pourtant je le faisais inconsciemment pour faire plaisir et me faire aimer. C’est de l’égocentrisme.

Je ratais des choses par manque de confiance en moi !

Quand je voulais faire une nouvelle chose qui me faisait envie, je savais que j’allais tout rater et ça ne manquait pas. Mon manque de confiance en moi sabotait tout dès le départ. Je ressentais dans mon corps que ça allait capoter, un mélange d’intuition et d’auto-sabotage, de prédiction d’oiseau de mauvais augure. La prophétie se réalisait, c’est ce qu’on appelle en psychologie la pensée prophétique. Mon manque de confiance en moi me portait malheur tout autant que ma confiance en moi me portait chance. Je pouvais tout foirer en doutant de moi et je peux aujourd’hui arguer de beaucoup de réussites en croyant en moi. C’est une question d’investissement en moi.

Croire en nous !

J’ai donné assez d’exemples bien que je puisse en écrire plus sur le sujet. Peut-être vous reconnaîtrez-vous dans mes descriptions. Je vous rassure, depuis quelque temps je me sens de mieux en mieux. J’ai beaucoup changé et je peux dire que c’est possible de changer, contrairement à ce que certaines personnes peuvent me dire. Le surdoué a une grande capacité de changement. Il ne faut pas les écouter, elles peuvent dire ça par jalousie, pour nous manipuler ou nous faire réagir. La priorité doit être vous et ce n’est pas de l’égoïsme. Nous ne sommes pas nés pour servir les autres, ni pour correspondre à une image qu’ils nous collent mais pour utiliser nos capacités et nos dons pour changer le monde, pour le modeler suivant nos rêves, vivre notre propre vie.

Cet article est à suivre car le prochain sera sur l’excès de confiance en soi du surdoué et celui d’après sur l’équilibre à trouver, la juste confiance en soi du surdoué.

Si vous avez apprécié cet article, merci de le liker et de le partager pour m’aider à faire connaître mon blog. Et si vous ne voulez manquer aucun article, abonnez-vous à mon blog. Merci de m’avoir lu jusqu’ici.

Je vous souhaite une excellente journée, prenez bien soin de vous. A la semaine prochaine dans un nouvel article.

Surdoué.e.s ou pas surdoué.e.s, remettons nous au centre de notre vie !

Lire mon article précédent sur les slasheurs / surdoués et mon article suivant sur l’excès de confiance en soi du surdoué !

Le manque de confiance en soi du surdoué
Le manque de confiance en soi du surdoué !
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.