Défi J3/100 Témoignage le sommeil du surdoué 2

comment bien dormir

Temps de lecture estimé : 4 à 7 minutes.

Bonjour et bienvenue sur mon blog “surdoué ou pas surdoué”. Aujourd’hui voici la suite de mon article d’hier, sur le sommeil du surdoué. Je vais répondre à la question, comment bien dormir quand on est surdoué ? Je m’appelle Raphaël, je suis peut-être surdoué et ce blog parle de mes recherches sur ma surdouance possible. C’est le troisième jour de mon défi de 100 jours de témoignage d’un surdoué.

La bonne nouvelle !

Aujourd’hui, avec mon expérience, je commence à savoir comment faire pour passer de bonnes nuits. Mon sommeil a considérablement gagné en qualité depuis que j’ai mis un place quelques règles. J’ai testé depuis plusieurs mois des méthodes pour mieux dormir. A contrario, je sais aussi comment passer de mauvaises nuits. Et je peux dire sans me vanter que j’ai testé pendant des décennies sans le savoir, des méthodes pour passer des nuits blanches.

Comment bien dormir quand on est surdoué ?

Je ne vais pas vous faire une liste complète de toutes les méthodes existantes ce serait trop long et ennuyeux. Je vais vous parler de ce qui m’apporte le plus de bénéfices.

1- Vider mon cerveau avant de dormir !

Pour vider mon cerveau avant d’aller au lit, la meilleure et la plus simple solution que j’ai trouvée est d’écrire dans mon journal intime. J’y écris très vite tout ce que je peux. Les événements de la journée, ce que j’ai vécu et ressenti. Les questions que je me pose. Mon état d’âme du moment. S’il est positif, je le magnifie pour amplifier ses effets. S’il est négatif, je cherche à savoir ce que je pourrais faire pour l’améliorer rapidement et dans la durée. Le simple fait de trouver des idées, me fait me sentir mieux. Cela me prend 10 à 30 minutes, largement rentabilisées. Je trouve cette méthode meilleure que de lire un livre assommant, car je réalise un de mes rêves d’enfant, tenir un journal intime. Et j’entretiens aussi une vie intérieure riche. C’est primordial pour moi.

2- Dernier repas avant 17h impérativement, pour en finir aussi avec les bourrelets !

J’aime beaucoup aller faire du sport en ville avec d’autres personnes. Sur les quais du Rhône, à Lyon, pour ceux qui connaissent. Nous partageons sur nos expériences au sujet de la forme, de la motivation et de la nutrition. Ça me challenge. Un jour, j’y ai vu un homme de plus de 40 ans, respirant la santé et au physique sec et sans bourrelet. J’en avais justement quelques-uns à perdre. Je vais lui parler pour qu’il me révèle son secret. Au départ, il ne s’agissait que d’une astuce pour garder la ligne. Il prenait son dernier repas avant 17h, sans hydrates de carbone, c’est-à-dire sans pâte ou riz … et ne buvait, ni ne mangeait après. Au même endroit, deux autres personnes m’avait déjà donné le même conseil.

Comment j’ai mis cette méthode en place !

La méthode me semblait impossible à mettre en place dans ma vie actuelle. Cependant, j’y ai pensé chaque jour pendant plusieurs mois. Et un beau jour, sans l’avoir programmé, je me décide au moment du goûter, vers 16h30. Je me mets à faire un repas complet. Le soir venu, je m’aperçois que je n’ai pas faim. De façon décidée, je ne dîne pas. Quel étonnement, moi qui suis habituellement un goinfre et qui ai toujours faim. Je pense à mes bourrelets que je vais pouvoir enfin voir fondre. Soit dit en passant, j’ai perdu mes bourrelets en trois mois et ne les ai pas repris, soit trois kilos de moins. A 43 ans, j’ai la taille fine, je vous montrerai un jour !

En mangeant mon dernier repas avant 17h, je me réveille moins la nuit !

Avec cette méthode, j’ai découvert un autre effet bénéfique sur mon sommeil. Mon appareil digestif ayant le temps de faire son travail et d’évacuer, je ne suis plus dérangé durant la nuit. Je ne me réveille plus qu’une seule fois ou aucune. Je disais hier, dans la première partie de mon article sur le sommeil, qu’en moyenne, je me levais entre deux et quatre fois dans la nuit pour aller aux toilettes. Il faut dire que mon transit intestinal est plutôt rapide ! En me levant le lendemain matin, j’ai le ventre plat et je me sens en forme.

Un régime strict, mais en douceur !

Tout comme vous, quand je me lance dans un nouveau projet, c’est à fond et tout ou rien. Je suis extrémiste ou plutôt passionné dans ce que j’entreprends. Mais j’ai appris à “mettre de l’eau dans mon vin”, sur les conseils de mon père. Si je mange après 17h, je prends un repas léger (soupe ou salade). J’accepte les invitations à dîner. Quand je suis en couple ou en famille, je prends un goûter copieux vers 16h avec tout le monde et je ne dîne pas le soir. Sinon une petite soupe, pour être avec les autres. De plus, en mangeant mon dernier repas vers 17h, j’ai toute une longue journée pour faire plein de trucs. Parfois, je m’autorise à manger à 18 ou 19h si je ne peux pas faire autrement. J’ai aussi décidé d’être plus souple avec moi-même, moins exigeant, moins parfait (encore un futur sujet d’article).

La mauvaise nouvelle !

La méthode pour bien dormir qui a changé ma vie nécessite malheureusement, beaucoup de réaménagements dans ma vie quotidienne. Cela remet en cause certaines habitudes de mon mode de vie d’occidental. Là, pour le coup, j’ai la chance d’être en période de chômage et de création de mon activité professionnelle. N’ayant pas d’emploi dans une entreprise, je n’ai pas d’horaires contraignants. Je peux m’organiser comme je le souhaite. J’ai aussi la chance d’avoir peu de contraintes familiales et de couple. J’ai en revanche une vie sociale riche et active. Mais peut-être que notre mode de vie moderne n’est pas adapté à notre corps, notre rythme biologique ?

3- Éviter de se lancer dans un chantier le soir !

Ça ne vous est jamais arrivé, après le dîner, de vous lancer dans le rangement de votre penderie où votre bibliothèque ? Ou encore dans un projet, un document à rédiger ? De vous documenter pour changer votre lave-linge qui vient de tomber en panne. Ou sur un truc super intéressant que votre collègue vous a dit d’aller voir ou pour organiser un déplacement, un week-end … Il m’arrivait même de revoir la décoration d’une pièce et la disposition des meubles. Et finalement, vous y passez des heures et avez mis sans dessus-dessous tout votre appartement.

Le temps passe vite !

Déjà minuit ! Vous dites-vous. Et c’est pire qu’au départ ! Il va falloir tout ranger. Je vais encore me coucher à 3h du matin et être crevé le lendemain au travail ! Alors qu’en fait, vous vouliez juste trouver la place pour une nouvelle paire de chaussures, vous faire une petite idée sur un truc que vous vouliez acheter … Si vous allez au lit maintenant, vous allez avoir la tête encombrée. Vous ne pourrez pas dormir, vous penserez à ce que vous devez finir et tout ce qu’il reste à faire dans la maison, au boulot, à des super idées pour ce dossier …

4- Préférez des activités calmes !

Dans l’idéal et quand je peux, je baisse le niveau de luminosité. J’allume le minimum de lumière et des éclairages tamisés. J’ai essayé de lire un roman inspirant comme une autobiographie. Je n’ai pas accroché. Mais je trouve intéressant le principe. Car je peux apprendre beaucoup des figures marquantes qui m’impressionnent, pour m’améliorer. Par contre, je ne lis pas de livres qui me demandent de réfléchir, pour ne pas mettre mon cerveau en mode résolution ou intellectuel. Je ne pourrais plus dormir. Dessiner m’est agréable et reposant. Cela calme mon activité cérébrale.

Le pouvoir de la méditation !

A une période de ma vie, je méditais. En parler me donne envie de recommencer à explorer les capacités de mon cerveau par la méditation. Cela m’aiderait sûrement en plusieurs points par rapport mon projet de découverte de mon haut potentiel. Je veux avoir des activités calmes le soir, pour mieux dormir, alors que paradoxalement, j’ai plus d’inspiration le soir. Même si je considère pouvoir être opérationnel à tous les moments de la journée. J’en fais déjà bien assez, me diront certains. Pas à mes yeux.

5- La méthode miracle, faire l’amour ou la version solo (no taboo) avant de dormir !

Avec cette méthode, j’ai obtenu de très bons résultats. Mais, il faut être deux pour faire l’amour et cela ne dépend pas que de moi. De même, je ne suis pas toujours en forme, pour accéder à ce moment partagé. Il existe toujours la version solo. Désolé si je peux paraître cru, mais ça fait partie de la vie et j’ai décidé d’être transparent et authentique. Mais pour moi en 2018, c’est loupé, je n’emploierai pas cette technique, car j’ai entamé une période d’abstinence de toute activité sexuelle, en couple et même en solo. Je ferai prochainement des articles pour vous relater cette expérience de l’extrême.

comment bien dormir
Le sommeil du surdoué

Ce que je pensais autrefois du sommeil !

Revenons à quelque chose de moins osé. Quand j’étais enfant, j’étais déçu quand mes parents me disaient d’aller au lit, car j’avais encore envie de faire tellement de choses, comme tous les enfants. J’étais en pleine action, à fond dans mon imaginaire. Après l’école, les devoirs, les repas en famille, c’était mon moment à moi ! Et je pensais que le sommeil était une énorme perte de temps. En contrepartie, j’adorais rêver, me souvenir et parler de mes rêves à ma mère.

Libre dans mon premier appartement !

À l’âge adulte, quand j’ai pu avoir mon propre logement, je ressentais un grand sentiment de liberté. Je pouvais faire ce que je voulais le soir et me coucher quand je voulais. Je partais à l’exploration de tout ce qui m’intéressait. J’en ai passé des nuits blanches, à refaire mon monde intérieur ! Lectures, recherches, bricolage, dessins, rangement, tri, nettoyage, décoration, aménagement … Je menais une double vie, en solitaire. J’ai banni la télévision le 11 septembre 2001 ! Ce qui me laissait toutes mes soirées.

Ce que je pense aujourd’hui de mon sommeil !

À 43 ans, je ne peux plus faire comme avant. Me coucher à 3h du matin, me lever à 6h et être en pleine forme. Non ! J’ai besoin de mes 7-8 heures de sommeil. Quand je n’ai pas assez dormi, je ressens comme une sensation de fraîcheur dans mes jambes et mes pieds et une sensation de lourdeur oppressante dans le haut de mon corps. Non seulement, j’aime dormir et j’aime cette sensation de repos, avoir le corps à plat sans oreiller, ressentir son contact de tout mon long.

Des rêves de surdoué !

Mais j’aime aussi beaucoup rêver. Les rêves ont une grande importance pour moi depuis toujours et encore plus aujourd’hui. Je traiterai des rêves dans un prochain article. En effet, je les utilise comme outil de développement personnel. Je déconseille les dictionnaires de la symbolique des rêves. Je pense que chacun a ses propres symboles, en rapport avec son histoire et son quotidien. Ce que je fais. J’accorde dorénavant une grande importance à mes huit heures de dodo, j’y tiens, j’y ai droit. La personne qui m’empêche de dormir s’expose à la vengeance du surdoué (excellent sujet d’article, ce dernier point). Mais tout comme ma journée doit être intense, ma nuit doit être méritée et intense. J’ai besoin de me sentir complètement épuisé pour mériter mon repos, d’être fier de ma journée. Pour que la vie vaille la peine d’être vécue.

6- Comment retrouver le sommeil en pleine nuit !

Quand je me réveille la nuit, soit je retrouve facilement le sommeil soit mon cerveau s’est réveillé et je ne peux plus me rendormir. J’ai décidé de profiter de ces moments privilégiés où je ne trouve pas le sommeil la nuit. Curieusement, quand ça m’arrive, je me sens en forme et alerte. J’ai compris qu’il ne fallait pas lutter contre mon rythme biologique, mon naturel. Alors, j’écris dans mon journal intime, note des idées concernant un projet, lis un livre. Je programme ma semaine, je consulte mes mails ou interviens sur les réseaux sociaux ou des forums de discussion. En fait, c’est une façon pour moi de gagner du temps sur ma journée du lendemain, qui sera bien remplie. Je m’occupe pendant une heure ou deux. Puis lorsque je me suis bien vidé la tête et que je me sens fatigué, je vais me recoucher et m’endors très facilement.

7- Ecouter son rythme biologique !

Bien sûr, comme tout le monde vous le dira, écoutons notre rythme biologique. Pas facile pour un surdoué d’aller se coucher. Je suis à l’affût des premiers signes, bâillements, yeux qui piquent, baisse du niveau d’énergie … Mais d’autres personnes en parlent mieux que moi.

Pour résumer, comment bien dormir quand on est surdoué ?

  • Vider son cerveau avant de dormir !
  • Dernier repas avant 17h !
  • Éviter de se lancer dans un chantier le soir !
  • La méthode miracle, faire l’amour ou la version solo (no taboo) avant de dormir !
  • Des activités calmes !
  • Comment retrouver le sommeil en pleine nuit !
  • Ecouter son rythme biologique !

 

Voilà, j’espère que cet article vous aura plu. Ecrivez-moi vos commentaires, je suis curieux et toujours à la recherche de nouvelles astuces. Alors, je vous dis à demain, sur mon blog surdoué ou pas surdoué, pour un autre témoignage de surdoué. Je vous souhaite une merveilleuse journée.

Et rappelez-vous, surdoués ou pas surdoués, reprenons confiance en nous prenant en main.

Cliquez ici pour lire l’article précédent.

Cliquez là pour voir l’article suivant.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.