Défi J75/100 La procrastination du surdoué !

La procrastination du surdoué

Temps de lecture estimé : entre 4 et 6 minutes.

Un de mes principaux problèmes est la procrastination. Là maintenant, je n’arrive pas à me mettre au travail. Ce que je crois être du travail, n’est en fait que de la procrastination intelligente. Comment en venir à bout ? Je m’appelle Raphaël et je témoigne sur mon parcours de surdoué. Chaque jour dans un article de mon blog, je fais une analyse de ma vie à la lumière de la surdouance pour changer ma vie.

 

Ma procrastination du surdoué, un bel exemple aujourd’hui !

Du mal à me mettre au travail !

Ce matin, je suis allé à un meetup “creative morning”. En attendant le début, j’ai cherché un sujet d’article pour aujourd’hui. Plein d’idées mais pas d’envie. Il y a eu une présentation sur le thème du courage. Ça tombe bien, je n’arrive pas à me mettre au travail. Sur le trajet du retour chez moi, je me suis arrêté dans une librairie pour voir les livres sur le “bullet journal”, un outil de planification qui pourrait m’aider à m’organiser. Une fois rentré, je me demandais quoi faire, sachant que je savais très bien. J’ai fait un brin de vaisselle, des casseroles. Puis fait une partie de mon programme pour ne plus faire de burn-out. J’ai pris le plus facile mais pas le prioritaire, ni le plus important. C’est ça la procrastination. Puis ensuite déjeuner. Étendre le linge. Mais j’ai un rendez-vous cet après-midi et je me sens fatigué, alors je fais une sieste.

Je commence à travailler en début de soirée !

Et voilà, je suis revenu de mon rendez-vous et sur le chemin du retour en passant par le Parc de la Tête d’Or, il y a eu un peu de soleil. Ça m’a donné envie faire mon exercice neuro-dynamique en marchant, ce que j’ai fait. Puis arrivé chez moi, j’ai mangé en regardant un épisode de la série “Beverly Hills 90210”, en anglais pour m’entraîner au langage courant américain. Et me voilà à 19h30 sur mon ordinateur pour rédiger mon article.

Non mais, quelle procrastination !

Heureusement que je me sens bien ce soir au moment où je me rends compte que j’ai procrastiné toute la journée. J’ai brassé du vent, je me suis occupé, j’ai fait tout plein de choses sympas. Je n’ai rien fait de vraiment constructif et de concret pour faire avancer mes projets professionnels.

 

Une journée bien remplie mais peu efficace !

J’avoue, mon emploi du temps est très rempli, j’ai beaucoup d’occupations et entre temps, je fais des choses pour passer le temps. Je crois que j’avance concrètement dans mes projets, alors que non. A vrai dire, à quoi me sert d’apprendre à parler anglais ? Pourquoi je me suis payé cette formation “pour vaincre la dépression et le burn-out” ? En plus je ne retire rien de spécial dans les derniers meet-up auxquels je me suis rendu, à part revoir quelques personnes déjà croisées. Comment est-ce que je peux encore espérer qu’une nouvelle méthode de planification (le bullet journal) pourrait m’aider à m’organiser et avancer dans mes projets ?

J’ai passé une journée détente !

Il est aussi vrai que j’ai fait quelque chose que je n’ai pas l’habitude de faire, me détendre. C’est parce que j’ai fait tout cela aujourd’hui que je me sens bien. Je ne voudrais pas gâcher mon état de bien-être en me flagellant, en me disant que j’ai procrastiné, que je n’ai rien “foutu”. Ce serait dommage.

J’ai besoin de me détendre avant de travailler !

Peut-être ai-je besoin de prendre du bon temps avant de travailler efficacement ensuite ? En partie vrai. Mais pourquoi je ne m’attaque pas à mes projets tout de suite après mon petit déjeuner alors ? Non, dire que j’ai besoin de me détendre avant de travailler, sent la procrastination. Je n’ai pas envie de travailler, c’est tout. Mes projets ne me plaisent pas, ne me motivent pas.

Je n’ai pas trouvé quelque chose d’assez motivant !

Décidément, je me cherche toutes les raisons possibles. En effet. Suis-je en train  de me dire que mes passions ne me passionnent plus ? La peinture, le blogging, l’architecture ? Tout ce dans quoi j’ai passé plusieurs années par plaisir, sauf pour le blogging. Mais vers quoi me tourner ? Est-ce que je devrais me laisser vivre et partir à l’aventure comme je l’ai imaginé dans la nuit, avec un sac à dos et mon vélo ?

 

Naissance d’un nouveau projet, à fond la procrastination !

Dans un article précédent, j’ai écrit “mais qu’est-ce que j’attends pour … ?” J’avais envie de partir, de quitter Lyon pour une période indéterminée, avec un sac et mon vélo. Partir sans réfléchir, seulement suivre mon intuition au jour le jour pour me guider. Et cette nuit, j’ai imaginé les différents types d’hébergement à petit budget, couchsurfing (je n’ai jamais pratiqué, je suis partant), auberge de jeunesse, camping (il y en a partout en Europe) ? Je veux aller dans le sud de la France, après je peux aller en Italie ou en Espagne. Mais je pourrais faire le tour de France. Ou encore partir sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle que je n’ai jamais fini. L’aller-retour en vélo, c’est possible. Mais je devrais changer mon vieux vélo à une vitesse (les autres sont cassées) contre un vélo électrique pour avaler les dénivelés.

 

Petite pause procrastination !

J’ai pensé à des noms pour mon blog pro sur l’architecture d’intérieur, je suis tout de suite allé vérifier sur Internet si ça existe déjà. Noms déjà utilisés. Ça y est, j’ai travaillé un peu sur mon projet pro. Je suis épuisé.

 

Partir, mais quoi faire au juste ?

Je me suis dit que je pourrais faire un tour de France pour rencontrer les surdoués partout où je passerais. Je créerais des événements sur les groupes de zèbres sur Facebook pour nous rencontrer dans des bars ou des jardins publics. Il y a tellement de personnes qui se plaignent de ne rencontrer aucun zèbre près de chez elles. Elles attendent désespérément que quelqu’un le fasse, alors qu’elles pourraient très bien le faire. Alors j’irai à eux.

Encore un nouveau projet !

Ce serait en lien avec mon blog sur les surdoués. Je pourrais partager ce que je vis sur mon parcours à la rencontre d’autres surdoués en France. Quelle organisation ! Il faudrait connaître le parcours précis et prévoir des dates de passage dans les villes. Mais je ne veux rien prévoir, je veux suivre mon intuition et vivre une aventure. Moi qui me demandais quel pourrait être mon prochain défi après mon challenge de 100 jours de témoignage d’un surdoué.

Un rêve ou une fuite ?

Oui mais si je fais ça, mes autres projets vont stagner. Partir équivaut à de la méga-procrastination. Je fuis toutes mes responsabilités. Oui, je peux partir en vacances à condition de me cadrer un peu tout en conservant un peu de liberté. Je peux au moins me fixer une date de retour.

 

Petite pause procrastination !

Je viens de faire un tour sur Twitter, j’ai regardé des trucs débiles, c’est la première fois que je fais ça sur ce réseau.

 

Priorités et motivation contre procrastination !

J’ai vraiment besoin de revoir mes priorités. Mais ce qui m’ennuie, c’est que j’ai choisi des projets qui ne me tentent plus trop finalement. L’architecture, je la sens bof. Pourtant quand je me rappelle le temps que je passais dessus quand j’étais adolescent, puis architecte, j’aimais ça, surtout ado. Ça me plaisait énormément de chercher des solutions architecturales en dessinant des plans, des façades, des perspectives.

C’est pas tout ça mais bon !

Bon, je n’ai pas envie de passer des plombes sur mon article de ce soir. Je crois que je vais m’arrêter bientôt. En tout cas, il va bien falloir que je trouve des solutions. Pour vraiment savoir ce que je veux faire dans ma vie. Dans quel domaine je veux créer des blogs. Tout ce que je sais, c’est que je ne veux plus aller travailler dans une entreprise. Je ne me sens pas à l’aise et à ma place. J’aurais l’impression d’être un imposteur, incapable de faire quoi que ce soit. Prêt à tout foirer. Donc il ne me reste plus qu’à me sortir les doigts du nez et sauter une fois de plus dans le vide avec courage en fermant les yeux (c’est très courageux, ça) et en criant de toutes mes forces. Comme quand je saute du 5 mètres à la piscine. A me faire siffler par le maître nageur. Je me mets au défi à nouveau de faire quelque chose de professionnel qui me fasse peur. J’aimerais tellement avoir la recette miracle.

 

Qu’est-ce que la procrastination ?

D’après moi, la procrastination, c’est quand j’ai plein de choses à faire super importantes et/ou urgentes et que je fais d’autres choses que je crois aussi importantes, mais qui ne le sont pas. Par exemple, si j’ai un article à rédiger, je vais faire du ménage, passer des coups de téléphone au lieu d’écrire.

Qu’est-ce que la procrastination intelligente ?

D’après ce que j’ai compris, c’est quand je suis perfectionniste ou que je passe beaucoup de temps sur des choses qui n’en valent pas tant, qui vont me servir mais qui ne sont pas judicieuses à ce moment-là. Par exemple, si je crée une entreprise, je vais passer beaucoup de temps sur l’identité visuelle, alors que le plus important serait plutôt de faire de la communication pour trouver mes premiers clients. Dans mon cas, j’apprends à parler l’anglais couramment, je participe à des meet-up dans le web et la création d’entreprise.

La procrastination du surdoué
La procrastination du surdoué !

Petite pause procrastination !

Je me suis inscrit sur le groupe Facebook “Zèbres Décontractés, Rigolos et autres Hurluberlus en Liberté” et j’ai liké leurs posts déjantés, j’ai bien ri.

 

Les avantages !

Au moins aujourd’hui, je peux dire que j’ai pris la vie du bon côté, je me suis amusé, j’ai pris soin de moi, j’ai ralenti mon rythme. Et surtout, je me sens bien. Je ne me suis pas senti déprimé. Tant qu’à choisir, je préfère procrastiner et me sentir bien.

 

Petite pause procrastination !

Je corresponds sur Messenger, WhatsApp, par sms et téléphone avec cinq personnes en même temps.

 

Comment je compte venir à bout de ma procrastination !

Ce week-end, j’ai franchement envie d’avancer dans mes projets, je vais me programmer mon mois d’avril, me fixer des objectifs et mettre en place de nouvelles habitudes. Je vais mettre en place des habitudes routinières qui vont me permettre de gagner du temps et de me débarrasser de la procrastination en faisant des choses que j’aime. Tout ça peut-être grâce au bullet journal que j’ai commencé. Ça sent les bonnes résolutions du début d’année, combien de temps vais-je les tenir ? En tout cas, ma résolution 2018 d’écrire un article par jour pendant 100 jours tient toujours le coup.

Je vous souhaite une journée efficace mais pas trop et avec quelques pauses procrastinantes croustillantes. Je vous dis à demain pour un nouvel article !

Et rappelez-vous, surdoués ou pas surdoués, reprenons confiance en nous prenant en main !

Cliquez ici pour voir l’article précédent.

Cliquez par là pour lire l’article suivant.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages
  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.