Defi J17/100 La journée d’un surdoué !

La journée d'un surdoué

Temps de lecture estimé : 5 à 8 minutes.

Bonjour, aujourd’hui je vais vous raconter ma journée de surdoué. Une journée très très remplie, riche en émotions et en relations, avec des coïncidences. Je suis Raphaël et bienvenue sur mon blog surdoué ou pas surdoué.

Réveil en pleine forme !

Réveil à 7h du matin, frais comme un gardon après six heures de sommeil. Douche. Petit déjeuner copieux en écoutant des cours en anglais sur YouTube. Au programme, une journée longue, compliquée et avec beaucoup d’éléments inconnus. Je vais devoir improviser. Le matin, mon ami me prête sa voiture pour aller voir ma grand-mère dans la proche campagne de Lyon et passer chez le garagiste pour changer les quatre pneus. A mi-chemin je dois récupérer la voiture de mes parents partis en vacances pour longtemps, afin de la faire tourner de temps en temps. Je cogite !

Mauvaise surprise !

Je suis au courant que le pot d’échappement de la voiture de mon ami est cassé et fait du bruit. Je regarde sous la voiture. En effet, il manque une fixation sur trois, le pot pend et fait un drôle de bruit à la cassure. Donc pas d’autoroute, je passe par les rues de ville en ville. Je cogite et je reste serein ! Même si je pense que c’est de ma faute.

“Oeil de lynx” chez le garagiste !

Une heure après chez le garagiste, changement des quatre pneus. Pendant le délai d’attente, je commence la rédaction d’un article (pas de l’article que vous lisez). Pour le pot d’échappement, besoin de changer la partie cassée. Il cherche la référence dans deux gros catalogues de l’autre côté du comptoir. Et moi de mon côté, voyant donc le catalogue à l’envers, comme un enfant, je lui pointe du doigt la référence. Il vérifie. C’est bien la bonne.

Trouver une solution rapidement !

Il me faut trouver une solution rapidement, je ne veux pas rester bloqué ou trop cogiter, j’ai d’autres choses à faire. J’ai l’impression de manipuler le garagiste en lui suggérant des choses. Pour faire des économies pour cette vieille voiture, je suggère qu’il aille voir la casse automobile juste à côté. Il ne peut pas faire la réparation aujourd’hui et ne peut pas garder la voiture sur le parking de son garage. Je ne peux pas repartir avec la voiture dans cet état. Je dois donc repasser la semaine prochaine et ne plus rouler avec cette voiture, sous peine de perdre sur la route le pot d’échappement. Ça tombe bien, puisque à 500 m de là, habitent mes parents dont je dois récupérer la voiture pour la faire tourner. Je dépose la voiture de mon ami sur leur parking et prends celle de mes parents. Je cogite !

Etre à l’écoute de ma grand-mère !

A 11h, j’arrive chez ma grand-mère de 88 ans qui ne se sent pas bien en ce moment. Elle a mal partout mais n’a rien. Et elle angoisse et déprime, la solitude lui pèse tellement. Je la vois en ce moment une fois tous les quinze jours. Je la fais parler sur ce qui la tracasse et je l’écoute attentivement. Je pratique un mélange d’écoute empathique, de reformulation et de moi-même (pour ne pas faire trop thérapie). Nous faisons quelques mouvements pour la dérouiller et la tonifier, car elle a des douleurs partout, à ne pas bouger.

Accompagner et encourager ma grand-mère à manger pour être en forme !

Nous mangeons ensemble, elle mange mieux que quand elle est seule. Je lui parle de l’intérêt nutritionnel de ce qu’on mange pour l’aider à récupérer des forces car elle est fatiguée. Je fais la vaisselle. Notre relation est particulière, différente de celle avec les autres personnes de la famille. Elle me dit qu’elle ne voit pas bien l’heure car son petit réveil est mal placé. Immédiatement je le déplace et l’oriente par rapport à la lumière afin qu’elle voit l’heure très facilement. Je lui dis que j’aime bien trouver des solutions aux problèmes. Je lui ai fait un peu de ménage. Heureusement, plusieurs personnes de la famille l’aident beaucoup plus que moi. Moi, je fais très peu pour elle, j’aimerais faire plus, mais je suis loin d’elle. Et me déplacer si loin me demande de l’organisation.

Grand moment de lucidité chez ma grand-mère !

Je ne mets pas ma veste, j’ai trop chaud. Et quand j’ai trop chaud, ça me gratte de partout, je transpire et je n’aime pas. En mettant mes chaussures, comme un éclair dans mon esprit, je prends en pleine face la réalité de son vécu en ce moment et je lui dis sans réfléchir. Comme une grande tirade de type reformulation.

Moi : “En fait, mamie, ta vie, tu passes ton temps à attendre assise dans ton canapé, à regarder dans le vide, ou à te reposer ou à regarder la télévision ou faire des jeux. Tu attends qu’on vienne te voir. Tes enfants, l’infirmière, l’aide ménagère, la personne qui t’apporte ton repas, moi. Tu passes ton temps à attendre et tu te sens seule !”

Ma mamie : un grand “Oui !”

Je ressens son vécu quotidien, je suis au plus proche de ce qu’elle vit chaque instant de sa vie. Puis je lui fais des bisous et lui dis au revoir et à bientôt.

M’énerver ou lâcher prise ?

Pour mon trajet retour, à 13h30, je pars de chez ma grand-mère, je prends la voiture de mon père que je dépose chez mes parents. Je prends le bus pour revenir à Lyon. J’écoute des vidéos sur YouTube au sujet des surdoués. Mais en plein virage du bus, comme en plein ralenti dans une action dans un film, je me rends compte que j’ai loupé mon arrêt pour prendre un autre bus. Alors ça me fait penser à un mauvais moment vécu à cet endroit dans un transport en commun. Alors que je m’étais énervé car je me sentais offusqué, je me suis dit que cette fois-ci, je ne réagirais pas ainsi. Je décide de lâcher prise et de faire confiance. Je me dis qu’il y a sûrement une bonne raison à cet imprévu. Je ne cogite plus car j’ai lâché prise !

En effet, une coïncidence m’attendait en lâchant prise et en faisant confiance !

Donc, je descends au terminus. Et au lieu de prendre le bus que je voulais, je suis obligé de prendre le métro. Je m’assieds à la station et qui vois-je arriver ? Une personne que je connais, le petit ami de ma cousine. Je lui raconte cette histoire. Il est allemand et il est venu en France pour apprendre le français. Je lui pose plein de questions sur ses cours de français, les différentes écoles de langues sur Lyon. La stratégie qu’il met en place pour mieux parler notre langue. Je lui fais part de mon expérience dans mon apprentissage semi-auto-didactique de l’anglais pour le parler couramment. Nous nous rendons presque au même endroit. Nous nous quittons. Et je me rends à mon rendez-vous dans un salon de thé.

Rencontres entre surdoués sur Lyon !

Je me suis inscrit sur des forums de surdoués et je commence à organiser des rencontres entre personnes à haut potentiel sur Lyon. La première rencontre que j’avais programmée n’a pas eu lieu, car personne n’était libre. Pourtant beaucoup de monde est intéressé sur Lyon. Cette fois-ci, deuxième rencontre, toujours personne de disponible. Heureusement, une amie a répondu présente.

Un petit challenge au bar !

Au bar, en allant me servir, les verres n’étaient pas nets. Au départ, je me suis dit que ce n’était pas grave. Et je me suis ravisé en me disant que d’autres personnes auraient rouspété. Alors je me suis lancé un petit défi à moi qui n’ai pas l’habitude de demander. Avec une grande politesse, j’ai demandé au serveur, à un homme en plus, de changer un vieux verre qui n’était plus transparent. Puis, j’ai voulu aller plus loin, j’ai demandé de changer un deuxième verre parce qu’il était ébréché. Et pour finir, un verre qu’il m’avait donné en échange avait un peu de tartre à l’intérieur. J’ai aussi demandé de me le changer. Finalement, il a tout repris et m’a donné deux beaux verres brillants tous neufs. Tout en restant très poli et en m’excusant. Peut-être trop !

Rendez-vous avec une amie surdouée !

15h15, chouette, elle est là. Je l’ai rencontrée il y a peu de temps et j’ai repéré qu’elle était peut-être surdouée. Je lui en ai parlé et elle découvre au gré de mon témoignage. En cinq minutes nous parlons de dix sujets différents, enthousiastes. Nous y restons deux heures à parler de tests pour détecter les surdoués, de nos expériences au travail, de nos relations amoureuses. Et d’art, car nous sommes tous deux artistes. Plusieurs sujets en même temps, en y revenant, en oubliant ce qu’on voulait dire et puis retrouver ce qu’on a oublié. En fait, nous comparons notre vécu pour voir s’il y a des similitudes. C’est incroyable tous les points communs, dans tous les domaines de notre vie. Drôle de coïncidence aussi, son petit ami porte le même prénom que le garçon que j’ai croisé dans le métro !

Retrouver des amis à une exposition d’Art !

En sortant du salon de thé, nous avons mal à la tête. Trop de bruits à l’intérieur ? Trop d’excitation et d’énergie dans notre discussion ? Nous nous faisons la remarque que nous nous entendons très bien sur plein de choses contrairement avec les autres personnes, sujets de discussions à très grande vitesse. Direction une exposition dans une salle des ventes, la veille de la vente aux enchères. Nous avons vu des tableaux, dessins, gravures qui valaient vraiment la peine de se déplacer. Léopold Survage, Pablo Picasso, André Lhote, Fred Deux, Man Ray, Max Ernst, Jacques Truphémus, Bernard Buffet, Jim Leon, Alain Jacquet, Dieter Roth, Erik Dietman, César, Sigmar Polke, Joseph Beuys, Pierre Soulages, Gallé. Nous nous quittons.

Retour chez moi en écoutant des cours de marketing !

Je ne veux pas prendre le métro, car on n’y capte pas Internet. Je décide de rentrer à pied sous la pluie, pour faire mon sport de la journée que je n’ai pas pu faire. Quatre kilomètres à pied, en écoutant sur YouTube des vidéos de webmarketing. Arrivée chez moi à 20h.

Dîner plus tard que prévu, je lâche prise !

Je dîne avec mon ami et nous nous racontons nos journées respectives. Pendant le repas, d’un seul coup, je repense à ce que j’ai dit à ma grand-mère, juste avant de partir. J’ai peur de l’avoir déprimée avec mon moment de grande lucidité à propos de sa solitude. Alors je la rappelle pour prendre de ses nouvelles et m’assurer qu’elle va bien. Ouf, elle va même mieux. Il est 20h. Eh oui, j’ai mal prévu mon coup, mais ce n’est pas grave. Habituellement, je mange mon dernier repas vers 17h, pour éviter de grossir et pour bien digérer avant d’aller au lit. Cela me permet de ne pas me réveiller la nuit car j’ai du mal à trouver le sommeil. Comme je le partage dans mes deux articles sur le sommeil du surdoué (article 1) et cliquez là pour l’article 2. Petite toilette. Ma journée n’est pas finie.

Puis, je rédige mon article du jour au dernier moment !

J’ai confiance en ma journée. Bien que je me sois lancé dans un défi fou d’écrire un article par jour pendant cent jours. J’ai pris pour habitude de commencer ma journée par écrire le plus gros de mon article le matin et de finir par mes autres activités. Aujourd’hui, j’aurais fait tout le contraire. Toutes mes activités et finir par l’article, ce qui m’aura permis de rédiger un article tout chaud sorti du four, au sujet de ma journée de surdoué. C’est un défi, j’ai trois heures pour le rédiger, le corriger, le mettre en page, trouver une illustration parmi mes tableaux et le publier. Quelque chose qui me prend en moyenne de quatre à huit heures par jour.

Résumé d’une journée de surdoué bien remplie !

Si je récapitule bien ma journée, voilà tout ce que j’ai fait de façon détendue :

  • douche,
  • aller en voiture chez le garagiste pour changer les pneus de la voiture de mon ami,
  • rédiger un début d’article chez le garagiste, en attendant le changement des pneus,
  • prévoir une prochaine réparation,
  • utiliser la voiture de mes parents pour la faire tourner,
  • rendre visite et déjeuner avec ma grand-mère, parler avec elle pour lui remonter le moral, lui faire faire quelques exercices physiques, lui faire un peu de ménage,
  • rentrer en transport en commun, j’ai raté mon arrêt de bus,
  • rencontrer par hasard le petit ami de ma cousine et parler d’apprentissage des langues étrangères,
  • parler de nos expériences de vie avec une amie surdouée dans un salon de thé,
  • retrouver des amis dans une salle des ventes pour une exposition,
  • faire de la marche,
  • prendre mes cours d’anglais quotidiens sur l’application Duolingo et sur des vidéos sur YouTube,
  • prendre des cours de webmarketing sur des vidéos de Youtube,
  • écouter des vidéos sur Youtube au sujet de la surdouance,
  • faire mes mails,
  • m’occuper de mes comptes sur les réseaux sociaux,
  • poster de mes dessins sur mon compte Instagram pour mon activité d’artiste peintre,
  • dîner avec mon ami
  • écrire mon article quotidien, de plus de 2000 mots, alors que je pensais en sortir 1000,
  • il est 23h et je n’ai pas fini.
La journée d'un surdoué
La journée d’un surdoué

Bilan de la journée =

  • 6 heures de sommeil,
  • 18 heures d’activités nombreuses, mélangées et en parallèle,
  • de 7h à 23h, je me sens en pleine forme
  • j’ai aidé mon ami endéposant sa voiture, ma grand-mère (pour qu’elle se sente moins seule, qu’elle mange mieux et qu’elle soit en meilleure forme), une amie à qui j’ai dit qu’il se peut qu’elle soit surdouée en parlant de mon expérience, je lui ai aussi donné des tuyaux pour son compte d’artiste sur Instagram,
  • une journée riche en relations fortes, sport, apprentissage (langue, webmarketing), recherche sur la surdouance (vidéo et discussion avec mon amie).

Je me pose plein de questions au sujet de cette journée !

Heureusement toutes mes journées ne sont pas comme celle-ci. Mais est-ce une journée normale pour tout le monde ? Est-ce que ça vous arrive à vous, surdoués ? Est-ce que je ne fais pas un peu trop de choses à la fois ? Où est-ce que je trouve toute cette énergie ? Est-ce une journée particulière ou normale, pour quelqu’un de normal ?

Nombreuses caractéristiques de surdoué dans cette article =

Je ne sais pas si vous l’aurez vu, dans cet article, nous pouvons relever beaucoup de caractéristiques liées à la surdouance. Empathie, grande sensibilité, grande lucidité, prises de conscience, travail analytique sur soi en plein pendant l’action soit dit autrement une prise de recul en direct, un regard qui voit tout, une hyperesthésie, multi-tâche, un enthousiasme euphorisant, rapidité dans nos échanges qui partent dans toutes les directions, pensée arborescente, énormément de sujets de discussion abordés, grande capacité d’adaptation à des interlocuteurs différents (garagiste, personne âgée, surdouée), l’impression de manipuler les autres pour obtenir ce que je veux, une énorme mémoire, ce qui m’a permis d’écrire cet article simplement, capacité d’analyse et de synthèse, intuition, inspiration, beaucoup d’énergie

Racontez-moi votre journée !

Et vous ? A quoi ressemblent vos journées ? Ou vos nuits ? Racontez-moi dans une courte liste tout ce que vous faites dans une journée dans les commentaires ci-dessous. Je suis curieux de savoir et de comparer.

Voilà, je crois que j’ai tenu mon pari, écrire  et publier un article en trois heures, après une longue journée. Je pense que je vais bien dormir cette nuit ! C’était Raphaël du blog surdoué ou pas surdoué, je vous souhaite une journée remplie d’expériences et relations enrichissantes, comme pour tout surdoué !

Et rappelez-vous, surdoués ou pas surdoués, vivons pleinement nos vies !

Cliquez ici pour lire l’article précédent de mon défi des 100 jours !

Cliquez là pour voir le prochain article.

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.