L’inspiration du surdoué !

L'inspiration du surdoué, prolifique et créative

L’inspiration et le manque d’inspiration du surdoué !

Temps de lecture estimé : 8 à 12 minutes.

Bonjour ! Cette semaine je vais parler de l’inspiration du surdoué. Ainsi que du manque d’inspiration car cela va de pair. C’est une notion très importante car elle est à la base des actions et des réalisations du zèbre parfois considéré comme sous réalisateur. Sans inspiration il lui est difficile de passer à l’action. Il me semble que c’est moins le cas pour les normo-pensants. L’inspiration n’est pas forcément en lien avec la créativité. Je parler de l’inspiration en général, être inspiré pour faire une chose.

Bienvenue sur mon blog surdoué.e ou pas surdoué.e. Je m’appelle Raphaël, je suis surdoué non testé et j’ai décidé d’enquêter à propos de la surdouance car je veux comprendre et me sentir bien.

Un exemple d’inspiration du surdoué !

Voilà ce que j’ai commencé à rédiger alors que je n’avais pas le sujet de mon article. “Encore une fois je ne sais pas sur quel sujet écrire. J’ai eu beau relire ma liste de sujets, je n’en ai trouvé aucun qui m’inspirait. Tiens pourquoi ne pas écrire à propos de l’inspiration chez le surdoué ? Je pense que j’ai beaucoup à dire à ce propos.”

Le manque d'inspiration du surdoué
Le manque d’inspiration du surdoué !

A- Le manque d’inspiration du surdoué !

Je vais commencer par le manque d’inspiration du surdoué car c’est ainsi que j’ai trouvé ce sujet, en manquant d’inspiration. C’est un point noir pour la personne multipotentielle. Quand je ne me sens pas bien il est fréquent que je manque d’inspiration. J’ai envie de ne rien faire. Même ce que j’aime d’habitude ne me fait pas envie. Je me sens démotivé.

Traduit par un manque de motivation !

Les personnes de mon entourage me disent qu’en fait je manque de motivation. Mais ce n’est pas une question de motivation. J’ai du mal à me motiver pour quelque chose qui ne m’inspire pas. Mon manque de motivation me vient d’abord de mon manque d’inspiration. Parce qu’à ce moment donné, ça ne m’inspire pas, ça ne me dit rien de super. Peut-être que ça m’inspirera plus tard ou pas du tout.

Traduit par un manque de volonté !

On me dit aussi que je manque de volonté. Oui je ne veux pas et je ne peux pas faire quelque chose que je ne veux pas faire. Je sens que je ne vais pas y arriver. Sinon je le fais avec dégoût, je bâcle et je cogite de façon négative pendant et après. Peut-être que ça concerne tout le monde finalement. En tout cas, ça froisse ma susceptibilité et touche à mon intégrité.

Non, même avec une récompense !

Même avec une récompense financière ou autre je n’en ai pas envie. Ce n’est pas ça qui me fait changer d’avis. Et si je fais quelque chose pour avoir la récompense comme beaucoup de gens font, je me sens mal. Je sens qu’on m’achète, que je me vends, que je suis corrompu. Que je me suis rabaissé et cela me dévalorise. J’ai horreur d’avoir toutes ces idées en tête. Quand j’agis ainsi j’ai l’impression d’être faible et de ne pas être intelligent.

L’exemple des cadeaux !

Quand je reçois des cadeaux je me sens gêné et je ne sais pas comment je dois réagir. Cela déclenche chez moi tout un tas de questions. Je me sens acheté. Certaines personnes le font en effet dans ce but pour obtenir quelque chose en retour. Mais d’autres le font par plaisir et pour faire plaisir. Quant à moi j’ai tendance à vouloir partager tout ce que j’ai. Je suis capable de me démunir si je ne fais pas attention. Comment trouver le juste équilibre ?

Je ne suis pas inspiré !

Je crois que quand je ne suis pas inspiré c’est que je ne vois pas l’intérêt de faire la chose ou de la faire maintenant. Ce n’est pas que je veuille procrastiner mais au fond de moi je sens que ce n’est pas le moment. Peut-être plus tard. Et d’expérience je sais que le moment venu je m’y mets et que je termine à temps. Je sais qu’il faut que les choses se mettent en place, s’organisent petit à petit dans ma tête. Je dois accepter que je fonctionne ainsi et me détendre.

Le manque d’inspiration du surdoué n’est pas ce qu’on croit !

D’après moi le manque d’inspiration est un état, un fait à un moment donné, ça ne me dit rien de faire ceci ou cela. Et cet état peut changer dans le temps, je vous dis comment dans la suite. C’est pour ça qu’il ne faut pas se focaliser sur le manque d’inspiration du surdoué mais juste le voir comme un message. “Ce n’est pas encore le moment”, “prépare toi”. “Engage toi dans une petite action pour commencer”, “mets les choses en marche”.

Le manque d’inspiration du surdoué n’est pas définitif !

Sachant que le temps passant fait son oeuvre et que le cerveau du surdoué travaille pour lui en tâche de fond, le manque d’inspiration du surdoué n’est pas un état définitif. Il ne faut donc pas se focaliser sur ce point en apparence négatif. L’inspiration vient d’elle-même au fur et à mesure que les choses se construisent dans ma tête. Et aussi petit à petit dans l’avancement de la tâche à effectuer. Ce qui veut dire qu’il faut se mettre un peu au travail, enclencher un processus inconscient en faisant des choses dans le sens du travail à accomplir. Comme prendre des renseignements, regrouper des affaires, contacter quelqu’un, faire des petites choses simples et rapides à effectuer, qui donne à notre cerveau de quoi travailler pour nous.

On ne peut plus me forcer !

Quand j’étais enfant, les adultes me forçaient à faire des choses généralement pour mon bien. Et je les faisais. Mais cela avait un prix pour moi et un prix pour les autres. Si ce que je faisais ne me plaisait pas je me sentais mal et je faisais la tête parce que je me sentais obligé. En cela je me punissais en même temps que je voulais inconsciemment faire payer à l’autre en boudant. J’avais une réputation de “tête de cochon”. Je pouvais bouder pendant des heures, des jours, des semaines. Je ne boude plus désormais, je suis capable de switcher mon état d’esprit en quelques secondes. Cela a le don de surprendre ou d’énerver selon les intentions des personnes en face de moi.

Je voulais faire plaisir !

Pour faire plaisir et obtenir l’harmonie dans mes relations, j’ai appris à dire oui et à faire ce qu’on me demandait. Dans le cadre du travail cela me semblait normal en échange d’un salaire. Dans mes relations amoureuses et amicales je cherchais inconsciemment à me faire apprécier, aimer, accepter. Et je me rends compte que cela m’a été très utile pour progresser en entreprise. Je trouve tout de même ça “lèche-botte”, on m’a souvent traité de “fayot”. J’agissais ainsi jusqu’à un certain moment où j’atteignais un déséquilibre intérieur. D’un seul coup je me rendais compte qu’on se servait de moi et que j’étais entré dans un jeu qui me déplaisait. Je me sentais mal, angoissé et en colère. Puis je finissais par me révolter et rompre les engagements, la relation.

Je ne veux plus m’engager professionnellement !

Plus le temps passe et moins je veux m’engager ainsi envers des patrons, des clients. Je trouve ce système malsain et déséquilibré même avec un salaire (= récompense). Alors quel métier faire pour gagner de l’argent, sinon créer ma propre entreprise. Mais ce sera le même problème avec mes clients. J’ai peur de les arnaquer ou de me faire avoir, j’ai du mal à me vendre.

Je ne veux plus m’engager en amour !

En amour c’est un peu différent car j’ai tout de même envie d’avoir une relation amoureuse même si je pense que ce n’est pas bon pour moi. J’aime être amoureux mais je sais très bien que ça ne dure pas chez moi (à peine quelques jours) car je vois rapidement les défauts et les incompatibilités. Pour moi la relation doit être parfaitement équilibrée, d’égal à égal. Je ne supporte pas les différences qui sont pour moi des déséquilibres.

D’où vient le manque d’inspiration du surdoué ?

J’ai besoin de cerner l’intérêt des choses, le sens de mes actions. Je dois savoir pourquoi je fais ceci ou cela. Ça va au-delà d’une récompense, d’un échange de services, c’est plus profond que ça. Je suis quand même capable de faire un échange de services quand j’en ai besoin. Par exemple je fais garder mon chat par ma voisine en échange d’un disque de Michael Jackson puisque nous sommes des fans tous les deux. Donc je ne peux plus faire une chose sans que ça ait du sens pour moi et pour les autres. Je ne fais pas si je ne trouve pas de sens, de raison. Je ne veux pas perdre mon temps juste par plaisir ou pour faire plaisir. Surtout si je ne prends pas plaisir à le faire. Peut-être que je pense trop loin.

B- Les conditions de l’inspiration du surdoué !

L’inspiration du surdoué et le sens des choses !

Si je fais quelque chose qui ne sert à rien, et dont les autres se fichent, je laisse désormais tomber ce que je fais. Je veux que tout ce que je choisis et fais ait du sens pour moi ou au moins pour les autres si ça n’en a pas pour moi. Il faut vraiment que je sois convaincu du bien fondé. Par exemple rendre visite à ma famille sachant que je ne suis pas très “famille”. Je vais voir ma grand-mère parce que ça l’aide à vivre plus longtemps, à s’accrocher à la vie. Ce n’est pas pour rien que je fais des choix. Il y a toujours une bonne raison comme un ami m’a dit en parlant de moi. C’est profondément réfléchi. Et si je fais de nouvelles choses pour lesquelles je n’ai pas trouvé de sens malgré un certain plaisir, je ne recommence pas.

L’inspiration du surdoué et l’intérêt des choses !

De même je ne suis pas inspiré par les choses répétitives et sans intérêt. Je fais maintenant le minimum pour moi et plus grand chose pour les autres. Je suis vacciné contre ma générosité de zèbre. Je sais encore être généreux mais je veille bien à ne pas m’oublier dans l’histoire. Et il faut que j’aie un intérêt à le faire. Ma réaction est sûrement extrême d’après certains. Mais je relativise car j’observe qu’énormément de personnes en font très peu pour les autres. Et puis j’imagine que mon blog pour les zèbres aide beaucoup de Z donc mon coeur n’est pas totalement devenu pierre. Je crois même que je peux aider bien plus de personnes qu’avant.

Être perçu comme quelqu’un d’intéressé !

Moi qui étais généreux, en me limitant dans cet élan je me suis fait traiter d’égoïste. Parce que j’avais enfin pensé à moi, gardé mon temps pour moi. Me faisant plaisir avant de chercher à faire plaisir aux autres pour me faire aimer alors que je ne m’aimais pas. Aujourd’hui je m’aime et je prends soin de moi, je pense à moi en premier pour répondre à mes besoins. Car personne n’est là pour répondre à mes besoins. Je dis que personne n’est sur terre pour répondre aux besoins des autres. Excepté dans le cadre d’un échange (commerce ou troc). Se mettre au service d’autres personnes comme cela semble être d’usage dans les couples classiques. Rôles sexistes de chacun dans les relations amoureuses. Les préjugés de ce que doit et ne doit pas faire une femme, un homme. Je souffre et ça me révolte quand je vois un couple “à l’ancienne” comme mes parents ou dans certains pays. Sans parler des maltraitances morale, psychique et physique faites aux femmes.

Réaction de l’entourage face au manque d’inspiration du surdoué !

Quand je dis que je n’ai pas envie de faire telle ou telle chose à des personnes normo-pensantes, j’ai l’impression de déclencher une guerre. Elles réagissent en arguant : “ oui mais avec toi … Tu sais, on ne fait pas ce qu’on veut dans la vie. On est bien obligé. Sinon tu veux faire quoi ?”. J’ai horreur de les entendre dire cela car ça voudrait dire que notre vie ne nous appartient pas ? Qu’il faut faire comme tout le monde pour être bien vu, se faire accepter ? Que la vie est toute tracée ? Alors à quoi bon vivre ?

Le manque d’inspiration du surdoué et son anticonformisme !

Finalement je ne fais “rien comme les autres” me disent mes proches normo-pensants. Depuis un an ou deux que je m’affirme devant les autres, que je reprends mon pouvoir d’être humain je reçois régulièrement des critiques. Moi qui faisais tout pour l’harmonie. Pourtant je suis toujours bienveillant, poli, courtois. Parallèlement je semble attirer des personnes atypiques qui m’apprécient. Mon entourage change naturellement, j’attire des personnes différentes d’avant. Je ne regrette pas mon changement car ces personnes sont positives, dynamiques et cherchent à progresser humainement.

L'inspiration du surdoué, prolifique et créative
L’inspiration du surdoué, prolifique et créative.

C- L’inspiration du surdoué !

Bon après avoir bien parlé du manque d’inspiration du surdoué je vais essayer de me focaliser sur une approche plus positive. Comment l’inspiration du surdoué fonctionne-t-elle ? Cela va vous paraître très égocentré mais comme pour la plupart de mes articles je vais partir de mon expérience et des leçons que j’en ai tirées. Je trouve que ce sujet se rapproche beaucoup de la juste confiance en soi du surdoué. J’ai d’ailleurs écrit récemment un article à ce propos. Pour en parler je vais utiliser des exemples dans ma vie de zèbre.

Mon inspiration du surdoué quand je crée !

Je vais illustrer mon premier exemple avec mon expérience d’artiste plasticien. Pour situer le contexte, cette activité concerne la peinture, le dessin et la couture. J’ai décidé d’accorder beaucoup de temps et de place à la création artistique depuis cinq ans et demi parce que j’ai découvert que c’était vital pour moi. Pour mon équilibre à tous points de vue j’ai besoin de créer dans mon atelier plusieurs fois par semaine. Cela représente au minimum dix heures de travail, de plaisir et de passion par semaine. Sans ce quota je me sens mal et je peux être désagréable avec les autres. Je me rends donc à mon atelier comme à un rendez-vous amoureux. Je me sens fébrile comme si je faisais quelque chose d’interdit. Dès que j’ai le temps je me rends à mon atelier, un plaisir et un luxe.

Créer est nécessaire quand je ne vais pas bien !

Certains jours où je ne me sens pas bien et où j’aurais plutôt tendance à procrastiner et à ruminer des idées désagréables. Mon expérience m’ayant démontré les bienfaits de la créativité sur moi, je vais quand même créer à mon atelier. Je n’ai aucune idée de ce que je vais faire ou de ce dont j’ai envie. Voyant mes travaux en cours, je m’installe avec mon matériel et reprends où je m’étais arrêté. Tout en travaillant mon anglais en regardant sur YouTube des vidéos (chansons, documentaires, cours d’anglais, fictions).

L’inspiration vient très facilement en faisant une petite action !

Étrangement sans me poser de questions je me replonge immédiatement dans mon exploration artistique. Il ne me faut qu’une minute pour me mettre à créer. Je prends conscience que mon inspiration vient en me mettant au travail, en passant à l’action sans tergiverser. J’ai pris une nouvelle bonne habitude. M’installer en une minute est comme un rituel qui me met dans le bon état d’esprit pour créer. Pas besoin d’en faire plus. En accédant à la créativité je m’assure un bon équilibre psychique. Créer et vivre une relation intense et créative avec moi-même m’aide à être en meilleure relation avec les autres.

Mon inspiration du surdoué quand je travaille !

Mon travail consiste en ce moment à me former au blogging de façon professionnelle et à créer du contenu d’information pour mes deux blogs (architecture et surdouance). J’ai plusieurs échéances et la plus importante est celle correspondant à la fin de mon allocation de retour à l’emploi, en création d’entreprise. La date approchant, le compte à rebours a commencé. Avant de pouvoir générer des revenus avec un blog il faut travailler chaque semaine voire chaque jour pendant au moins un an. De là découle un second décompte du temps. Je sais que je dois écrire au minimum un article par semaine et travailler sur mes comptes de réseaux sociaux presque tous les jours pour faire connaître mes blogs.

La pression annihile ou stimule l’inspiration du surdoué !

Me connaissant je sais que cela a le pouvoir de me mettre beaucoup de pression. Pourtant je ne me sens pas stressé. Je sais que je peux le faire en oeuvrant chaque jour quelques heures. C’est à ma portée. Je m’organise pour que mes tâches quotidiennes soient limitées et me laissent assez de temps. Tout ce que je sais c’est que je dois travailler et avancer chaque jour. Ayant des objectifs globaux je me “laisse m’inspirer” pour savoir quoi faire au jour le jour.

Apprendre à se projeter concrètement !

Depuis 2008 soit depuis dix ans je travaille mon planning et mes priorités. Aujourd’hui j’arrive à bien doser mes activités, sans trop surcharger mon emploi du temps. Malgré ma capacité de travail et mon dynamisme j’avais tendance à vouloir faire trop de choses et à m’éparpiller ce qui m’empêchait de bien avancer dans mes projets les plus importants. Aujourd’hui je sais que tout prend plus de temps que prévu. Et encore plus de temps si je ne passe pas à l’action chaque jours plusieurs heures. Mais pour cela il faut avoir une vision précise et segmentée de ce que je veux. Par contre je sais qu’un planning trop détaillé et rapide est pour moi contre productif car stressant et irréaliste. Le surdoué a en effet tendance à vouloir faire trop de choses en même temps et à se disperser.

Apprendre à vivre dans le moment présent !

Difficile à faire pour les surdoués et pour moi. Pourtant petit à petit j’arrive à apprécier le moment présent. Les petites choses, les petits plaisirs de la vie, la beauté, la chance, la créativité, les sensations, les émotions, les sentiments, les impressions, les pensées … Tout devient sujet à me raccrocher au moment présent. Cela ne m’empêche pas de penser mais plus sereinement. Je me pose moins de questions. Sans doute un avantage de l’expérience l’âge avançant et de la confiance en soi. J’ai remarqué que je pouvais tout à fait vivre et apprécier le moment qui passe tout en pensant en parallèle. Il suffit que je me connecte à ce qui se passe, que je m’ouvre et que je ne pense pas à d’autres choses.

Consommateur et procrastinateur !

J’ai compris que je faisais partie des créateurs plutôt que des consommateurs dans la vie. C’est la place que je revendique. Dans ma vie je veux créer (art, entreprise, blogs …). Avant j’étais un gros consommateur jouant le jeu de la société de consommation. Je passais beaucoup trop de temps à acheter, faire du lèche vitrine, sortir (bars et boîtes de nuit), voir des films (cinéma et télévision), regarder la TV, me déplacer en voiture … Je me plaignais de manquer de temps pour créer (art, entreprise).

Une vie d’ascèse au service de mon inspiration du surdoué !

A un moment difficile de ma vie je suis revenu à l’essentiel en me coupant de toutes ces distractions. Ce qui a laissé un vide au début que j’ai rempli en procrastinant et en me dispersant. J’arrive depuis peu de temps à mettre mon temps libéré au service de mes passions, la création sous la forme d’art et d’articles. Et qui plus est sur des projets au long terme. Pas mal pour un ancien procrastinateur et un sous réalisateur qui se dispersait. J’arrive à le faire surtout parce que je sens que je suis fait pour ça.

Le temps est l’allié de l’inspiration du surdoué !

J’ai appris à prendre le temps de me laisser inspirer. Je sais que l’inspiration n’est pas innée et fait partie d’un processus cyclique complexe. Parfois j’ai plein d’idées et d’énergie pour me mettre au travail et d’autres fois je ne suis pas inspiré. Par contre je sais que je dois me mettre au travail car si je ne travaille pas personne ne s’occupera de mes projets professionnels et personnels. C’est une question d’organisation et de bon moment. Je n’aime plus faire les choses dans la précipitation ou l’urgence. Surtout pas les urgences des autres. Je les laisse face à leurs responsabilités. Avant je me faisais embarquer dans les histoires et les problèmes des autres. Je vivais dans l’angoisse. Finalement je me rends compte qu’il n’y a rien d’urgent sauf vivre sa vie.

Mon rituel pour accéder à l’inspiration du surdoué !

Je décide ce que je veux faire. Je visualise rapidement et je passe à l’action. La première action consiste à préparer les affaires nécessaires et à m’installer. Je me connecte à ma tâche en lâchant prise sur le résultat que j’attends, pour rester ouvert à toutes les idées. Puis l’inspiration vient dans la foulée. Cela semble simple vu de l’extérieur, je m’en aperçois en l’écrivant. Mais c’est ainsi que ça se déroule maintenant pour moi. C’est comme si je n’avais plus aucun blocage créatif. J’ai plusieurs années d’expérience de créativité derrière moi et j’ai accès à cette créativité après tout mon travail sur moi. Cela fonctionne très bien quand je travaille sur mes propres projets. Je sens que je pourrai le faire sur n’importe quel sujet ou projet extérieur excepté si on me force ou si je me sens manipulé ou utilisé.

Et vous amis zèbres, comment faites-vous ? Êtes-vous plutôt inspiré ou bloqué ? L’inspiration, l’envie, la motivation viennent-elles aisément ou difficilement ? Avez-vous un rituel pour vous préparer ? Avez-vous confiance en vous ? Je vous invite à partager votre expérience dans les commentaires ci-dessous. Vous pourriez vous aussi aider les lecteurs. Cet article est à mettre en parallèle avec la paralysie du surdoué.

Si vous avez apprécié cet article, merci de le liker et de le partager pour aider d’autres personnes et faire connaître mon blog. Et si vous ne voulez manquer aucun article, abonnez-vous à mon blog. Merci d’avoir lu cet article, j’espère qu’il vous aura aidé.

Je vous souhaite une excellente journée ou nuit, prenez bien soin de vous. A la semaine prochaine dans un nouvel article.

Surdoué.e.s ou pas surdoué.e.s, remettons nous au centre de notre vie !

Lire mon article précédent Les angoisses du surdoué et mon article suivant Une héroïne surdouée chez Disney, Raiponce !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

6 thoughts on “L’inspiration du surdoué !

  1. Ah !! L’inspiration !! C’est tellement ça. A chaque fois que j’écris un article, je veux piocher dans ma liste d’idées et non, je fais un truc totalement différent. Cela me frustre si je ne procède pas comme cela. On m’a souvent dit que j’étais Mme Non car me demander de faire quelque chose sans que je l’ai muri , ce n’est pas possible. Malheureusement, nous sommes dans une société où tout doit être rapide et sans âme et toujours dans la critique de l’autre. Avant, je ne savais pas justifier mon Non mais depuis que je sais que je suis zèbre, j’explique mon refus avec bien plus d’assurance et cela marche . Je tenais à vous dire que je trouve votre blog vraiment intéressant et constructif. Lorsque vous parlez d’un sujet, il est extrêmement détaillé et moi j’adore les détails. Bonne soirée. Maud

    1. Bonjour Maud, merci pour votre commentaire détaillé. Par rapport à votre expérience, vous avez la chance et le courage de pouvoir dire non. Je dis cela car pendant très longtemps j’en étais incapable. Je disais oui aux sollicitations des autres et en même temps je me disais non intérieurement. J’ai appris à dire non mais il me fallait une bonne excuse ou une raison pas facile à trouver car ce non était intuitif. J’arrive maintenant à m’exprimer et je me sens soulagé de ne plus être pris dans des engrenages, des histoires, des problèmes qui ne m’intéressent pas. A bientôt. Raphael

  2. Bonjour Raphaël, bonjour à tous,
    J’ai commence à lire ce blog hier, jour d’ennui (encore un) au travail (et pourtant il parait qu’on est surchargés). J’avais l’impression que j’allais en devenir dingue ou en mourir (sans blague)… Bref, pour revenir au sujet du blog : il m’a permis de faire retomber la pression :-). Et pour revenir au sujet de l’inspiration je suis plutot du côté des « bloqués ». J’ai envie de faire tout un tas de chose, de créer, de peindre… mais je reste dans l’envie sans réussir à passer à l’action. Par contre, je voulais revenir sur une partie de l’article concernant le mode de fonctionnement. Ca m’a fait un bien fou de lire ce que je vis. Quand j’ai un boulot à faire, je prends toutes les infos et là c’est l’overdose, je me noie dans tout ce que j’ai amassé… mais je sais qu’il faut que je laisse du temps à mon cerveau de faire le tri et que tout se mettra en place le moment venu, comme un puzzle. Mais parfois ça prend du temps et du coup je n’ai plus la motivation de m’y mettre. L’intérêt premier disparait et j’ai l’impression d’avoir à déplacer des montagnes. Surtout quand aucune activité n’a été entreprise dans ce laps de temps. Aujourd’hui je suis en plein dedans. Je sais ce que j’ai à faire (plus ou moins), j’ai déjà commencé, mais comme j’attendais des infos, qu’il y a eu les vacances… je n’arrive pas à faire le pas. Et pourtant je suis sûre qu’en m’y mettant ça viendra tout seul. Mais ce premier pas me paraît très très lourd. Et je n’arrête pas d’entendre cette petite voix qui me dit : »allez, demain c’est bon tu t’y mets, ça va le faire ». Le lendemain, au moment de m’y mettre : elle revient. Du coup je me sens mal, j’ai l’impression de ne pas faire ce qu’on attend de moi, de ne pas être à ma place et de flouer les gens. Pourtant je n’ai aucun reproche, aucune pression. Seulement moi.
    J’ai à peu près le même âge que toi, Raphaël, et l’expérience ne m’a pas encore apporté l’aide nécessaire à passer le cap.
    En tout cas, merci pour ton blog, même si tu le fais d’abord pour toi 😉
    Catherine

    1. Bonjour Catherine,
      Merci pour ton long message qui porte en lui la réponse à ton blocage. Tu veux faire des choses qui te plaisent mais tu t’en fais une montagne, tu réunis toutes les informations, ça prend du temps, tu t’éparpilles et ensuite tu n’as plus la motivation de t’y mettre, tu te sens bloquée Ça m’arrivait tout le temps. Par exemple je voulais apprendre à dessiner et je pensais avoir besoin d’acheter le bon matériel, trouver une méthode ou un cours pour apprendre, regarder des tutoriels sur YouTube … Entre temps je m’étais démotivé par les superbes dessins vus sur Internet et j’étais passé à autre chose. Puis un beau jour mon envie de dessiner revenait et je recommençais à faire mon cinéma. Alors que pour dessiner il suffit juste et au minimum, d’un crayon, d’une feuille de papier et de quelques minutes. L’inspiration n’attend pas quand elle est là, il faut pouvoir s’y mettre tout de suite.
      Bonne journée !
      Raphael

      1. C’est exactement ça !!!
        il faut savoir stopper son cerveau avant qu’il commence à compléxifier le processus 🙂
        Reste à réussir à le faire 😉
        Merci et bonne journée aussi
        Catherine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.