L’essoufflement du surdoué !

L'essoufflement du surdoué malgré des activités passionnantes

Temps de lecture estimé : 5 à 9 minutes.

Bonjour ! Génial le lendemain après avoir écrit mon article sur les contrecoups du surdoué et fait mon coming out, j’étais guéri et je n’ai pas rechuté. Je n’avais plus de fièvre, j’ai retrouvé la forme rapidement. Aujourd’hui je vais vous parler de l’essoufflement du surdoué car je pense que je suis en train de traverser cette phase. Mais auparavant je vais à nouveau faire un point sur ma situation financière de façon réaliste sans tomber dans le drame.

Je m’appelle Raphaël, je suis surdoué non testé et j’enquête à propos de la surdouance car je veux tout comprendre et m’épanouir.

Commencer à écrire mon article sans rien préparer !

Je ne connais ni le début, ni le déroulement, ni la fin de cet article. Quant au titre je ne le connais pas encore. Tout ce que je sais est que je veux parler de motivation. Juste en ce moment, si je fais le point, j’ai fini plusieurs gros projets. Une exposition de dessins dans une galerie, un défi sur mon blog surdoué et un défi dans mon blog d’architecture mais que j’ai laissé tomber.

Des projets trop vagues et lointains !

Actuellement j’ai une exposition collective avec d’autres artistes dans ma galerie mais je n’ai plus de projet précis. Mes projets sont trop vagues et me paraissent lointains. Au niveau artistique j’ai une exposition personnelle et une exposition collective prévues en 2020. Mais d’ici-là je crée des dessins chaque jour comme un bateau est à la dérive sur une mer d’huile sans la moindre brise. Je travaille sur des séries d’oeuvres en prévision de futures et possibles expositions.

Mes deux blogs à la dérive !

Pour mes blogs je me sens complètement relax en écrivant un seul article par semaine dans mon blog pour surdoué. Je n’intéragis plus du tout sur les réseaux sociaux comme avant car je m’aperçois que tous mes efforts ne sont pas payants. Tout ce que je fais sur les réseaux est répondre aux commentaires. En effet Facebook, Instagram et Youtube ont changé leurs algorithmes ce qui ne laisse aucune chance de décoller aux personnes qui ne paient pas pour avoir plus de visibilité. Alors qu’avant cela était possible. J’ai peur qu’un jour Google se mette à en faire de même. C’est trop tentant et facile pour eux de gagner de l’argent sur ce genre d’arrangement puisqu’ils ont un monopole. Cela m’a beaucoup découragé.

J’ai trouvé le sujet de mon article : le découragement du surdoué !

Voilà je pense que j’ai trouvé le sujet de mon article : l’essoufflement du surdoué. D’ailleurs j’y ai beaucoup pensé depuis le début de l’année 2019. Bon je suis très content, c’est un bon début car mon objectif est quand même de me sentir bien et de vivre de mes activités créatrices. Même essoufflé j’arrive à trouver un sujet intéressant pour mon blog.

J’ai une première date butoir !

Je reprends le fil de ma pensée. J’ai une date butoir en juin 2019 car à cette date je serai arrivé à la fin de mes droits aux allocations de retour à l’emploi. Et comme je suis en création d’entreprise avec Pôle Emploi, je suis censé avoir commencé à tirer des revenus de mes activités professionnelles. Je commence bien à gagner un peu d’argent de la vente de mes dessins et tableaux mais cela reste insuffisant pour vivre. Même si j’ai de la chance par rapport à de très nombreux autres artistes car je suis dans une galerie et j’ai des expositions programmées. A condition de produire un certain nombre d’oeuvres régulièrement et de me renouveler pour susciter l’intérêt des personnes potentiellement acheteuses et d’autres lieux d’exposition.

Une réserve d’argent pour reculer l’échéance !

Je devrais bientôt toucher une subvention suite à la rénovation des façades et des parties communes de mon immeuble. Comme j’ai déjà payé ma part je vais récupérer cette argent. Avec l’argent reçu de ma première exposition cela me permettrait de ne pas devoir retrouver un emploi alimentaire et de continuer à travailler sur mes blogs et vendre mes oeuvres. Je sais que si je dois reprendre un emploi classique cela va bien se passer au départ. Je m’investirai trop au détriment de mes propres projets professionnels. Mais ensuite un problème finira par arriver jusqu’à une nouvelle rupture. Donc non je ne désire pas reprendre un emploi pour me trouver à nouveau dans une situation d’échec. Je compte bien tenir bon pour travailler sur mes propres projets professionnels, les voir éclore, se développer et obtenir un chiffre d’affaires. Vous pouvez lire mon témoignage sur mon parcours professionnel de surdoué pour vous faire une idée.

Une nouvelle façon de faire des économies !

Depuis bientôt trois mois j’ai une arme redoutable pour faire des économies. Je suis freegan pour la version anglaise ou gratuivore pour la version française. En revenant d’une soirée avec des zèbres du groupe Zebra Crossing de Lyon, je suis passé devant un magasin qui venait juste de fermer. Une dame fouillant dans la poubelle du magasin me tend gentiment des produits alimentaires en me disant “tu en veux, vas-y, sers toi”. Surpris, intrigué et excité d’avoir de la nourriture gratuite, je l’ai aidée et nous avons partagé notre butin. Je suis rentré chez moi en ayant fait mes commissions gratuitement. Depuis j’ai trouvé d’autres endroits à Lyon, rencontré plein de personnes intéressantes dont des surdoué.es. Nous nous retrouvons régulièrement et nous avons créé des liens. Les raisons de faire cela pour ces personnes sont diverses et respectables.

Je suis freegan ou gratuivore !

Depuis je mange gratuitement et donne à manger tout autour de moi. Je n’ai jamais aussi bien mangé de ma vie, aussi diversifié et riche, tout en respectant mes préceptes alimentaires. En fait je récupère les produits invendus et périmés dans les poubelles des magasins bio et non bio. Je n’ai pas honte, j’en parle librement à mon entourage, parents, famille, amis, collègues, voisins et maintenant sur mon blog. En fait je suis ainsi, je partage tout ce que j’aime, fais, ai, sais. Grâce au freeganisme mon compte bancaire n’est plus à découvert, je fais des économies et des heureux en partageant et je réduis le gaspillage alimentaire. Très important pour moi qui suis plutôt écologiste et anti-gaspillage depuis mon enfance. Je comprends que je ne suis pas obligé de travailler comme tout le monde pour devoir m’acheter de la nourriture.

J’achète mes affaires en recyclerie !

Tout comme par choix je ne veux plus devoir travailler pour m’acheter des affaires au prix fort et une voiture dont je n’ai pas besoin. J’achète presque toutes mes affaires dans des recycleries et je donne ce dont je n’ai plus besoin aux mêmes recycleries. Je commence même à créer des oeuvres à partir des emballages alimentaires que je récupère.

Dernier point financier !

Je dois encore de l’argent à mon ex boyfriend que j’héberge gratuitement depuis notre séparation il y a plus d’un an. Nous partageons les charges de l’appartement que je paie entièrement car je lui dois de l’argent qu’il m’avait prêté au moment où j’avais cessé de travailler pour entreprendre la rénovation de mon petit loft. Et j’ai un prêt immobilier à rembourser encore pendant sept ans afin d’être propriétaire de mon appartement. Je ne lâcherai surtout pas cela car ainsi dans sept ans je n’aurai plus rien à payer de loyer ou de prêt immobilier à payer. Encore sept ans d’efforts.

Me voilà donc disponible pour mes projets !

Si je me débrouille bien je ne suis pas obligé de travailler cette année car le risque serait de ralentir ou abandonner mes projets professionnels. J’ai vraiment envie d’aller à mon rythme et n’ai pas du tout envie de me mettre trop de pression. Je voudrais que cela reste agréable car je me suis assez pris la tête la première partie de ma vie. L’argent doit être au service de mon art et de ma vie. Je ne veux plus en être l’esclave et devoir travailler pour payer des choses inutiles et frivoles. J’ai réduit tous mes besoins afin de me concentrer sur ma création artistique et mes blogs. Je ne mets pas pour autant de côté mes relations, elles sont très importantes pour moi.

L'essoufflement du surdoué malgré des activités passionnantes
L’essoufflement du surdoué malgré des activités passionnantes !

Mon essoufflement du surdoué en ce moment !

Après avoir fait le point sur mes finances et sur mon temps disponible je vais pouvoir me fixer des objectifs pour avancer dans mes projets. Mais je devrais revenir au sujet de mon article car je m’en éloigne encore : le découragement du surdoué. Comme vous avez lu dans mes articles précédents, je suis arrivé à la fin de plusieurs gros projets et je me retrouve maintenant un peu dans le vide en attendant que mes futurs projets se précisent. Pour mes blogs, étant mon propre patron, il n’y a que moi pour donner le rythme, faire ma publicité, créer mes produits d’information et les mettre en vente. De ce côté là je dois me motiver tout seul. Mais au bout d’un an de blogging et de réseaux sociaux j’avoue que je me sens un peu essoufflé. Ou peut-être que je commence à m’ennuyer. J’ai besoin de passer à la vitesse supérieure mais je suis confronté à mes freins. Je bloque. Besoin aussi de me faire accompagner quitte à payer une personne pour ce service.

Mon essoufflement du surdoué face à l’ampleur de la tâche !

Ce qu’il y a d’insensé est que ne rechignant pas à travailler ou à me lancer dans des activités énergivores et chronophages et des défis fous, je me décourage quand je vois la masse de travail que je dois accomplir pour arriver à un résultat que je désire. Quand je fais quelque chose qui me plaît sans savoir où je vais, je peux passer beaucoup de temps et d’énergie. Et quand je dois travailler ma stratégie pour arriver à un résultat que je veux atteindre en passant par plusieurs étapes, je me décourage en voyant tout le travail que je dois accomplir. Je ne comprends pas tout. J’ai besoin de me faire aider par une personne ayant un point de vue extérieur. Peut-être que ça ne concerne pas que des surdoués mais je suis sûr que ça en touche beaucoup.

Être trop réaliste entraîne l’essoufflement du surdoué !

Une conséquence de la surdouance ne m’aide pas du tout. Être trop réaliste, visualiser à l’avance tout ce qui concerne les projets et les problèmes liés me décourage complètement. Tout se complexifie très vite dans mon esprit et ce qui paraît simple pour les autres me semble d’une grande difficulté avec beaucoup trop de contraintes. Je jette l’éponge avant même d’avoir plus réfléchi au sujet.

La masse de travail trop importante entraîne l’essoufflement du surdoué !

Du coup j’abandonne car j’évalue une masse de travail trop importante pour le peu de résultat que je vais atteindre. Je me dis souvent que ça n’en vaut pas la peine.

La machine à essoufflement du surdoué !

Et quand la machine à essoufflement du surdoué est enclenchée il est difficile de l’arrêter. Alors je trouve plein d’excuses comme “d’autres sont bien meilleurs que moi”. “Cela me fera faire tout ça alors que je ne pourrai avoir que ça”. “Ce ne sera jamais rentable”. “Ça n’intéressera personne”… Le cerveau du surdoué a l’air d’être fabriqué pour trouver tout ce qui ne va pas ! Cela m’est arrivé si souvent que je finis par en être blasé. Peut-être résoudrai-je alors cela plus facilement et rapidement ? J’ai d’ailleurs déjà écrit un article similaire sur le découragement du surdoué.

La peur de l’ennuie entraîne l’essoufflement du surdoué !

Et je vois finalement que tout ce que je devrais faire pour atteindre mon rêve n’a aucun intérêt pour moi. Répéter les mêmes choses, faire des papiers, de l’administratif, se voir refuser des dizaines de fois, entendre les critiques … Ça ne me fait plus envie. Si je m’aperçois que je vais devoir faire des choses qui ne me plaisent pas, je ne suis plus intéressé ou suis dégoûté. A moins de travailler en équipe avec d’autres personnes qui aiment faire tout ce que je n’aime pas.

Le goût de l’effort et le surdoué !

Il paraît que les surdoués n’ont pas appris le goût de l’effort et de la récompense après avoir beaucoup et bien travaillé. A ce qu’on peut lire dans des livres à propos des surdoués. En effet étant enfant, le zèbre a des facilités à l’école et a de bons résultats sans faire véritablement d’efforts comme les autres élèves. Et au moindre obstacle demandant de faire des efforts, il se décourage, s’essouffle. Ce n’est pas tout à fait vrai car je sais que je suis capable d’énormément de persévérance et de travail dans certains cas. Je sais aussi que certains normopensants sont fainéants. En fait je pense qu’on a tous le droit de faire ce que l’on veut et d’aimer ou pas faire quelque chose. Tout est encore plus complexe que ce qu’on veut nous faire croire. Bref.

L’essoufflement ou le découragement du surdoué !

Persévérer est difficile pour moi surdoué. Surtout quand je ne vois pas d’intérêt et de résultat intermédiaire. Si je ne vois pas de premiers résultats satisfaisants arriver rapidement je m’essouffle. Je peux même me désintéresser de ce que je désirais profondément faire à l’origine. Cet essoufflement est en quelque sorte une lassitude, un ennui de faire des choses inutilement.

Le dégoût entraîne l’essoufflement du surdoué !

J’ai fait des études d’architecture par passion. Mes cinq premières années d’études ont été passionnantes mais bien sûr je me suis essoufflé dans la durée et j’ai finalement mis deux ans et demi de plus. Ensuite tant que j’apprenais des nouvelles choses dans ma profession j’ai tenu le coup. Une dizaine d’années en agence d’architecture et les premières années à mon compte en profession libérale. De nombreux architectes vous diront que ce métier est très difficile et le peu que j’ai vécu pendant mon exercice libéral m’a dégoûté de ce qui au départ était pour moi une véritable passion. Pendant plusieurs années ensuite je ne voulais plus entendre parler d’architecture. J’ose ces derniers mois un retour à mon premier métier mais j’ai des réticences ce mois-ci où j’ai moins de motivation. Je suis découragé au point de vouloir abandonner mon idée de blog sur l’architecture d’intérieur.


Voir le bon côté de l’essoufflement du surdoué !

L’essoufflement du surdoué est peut-être une bonne chose car il permet au surdoué d’arrêter de s’investir dans des choses qui ne présentent aucun intérêt. Finalement je peux bénir cet état de découragement vécu dans certains domaines, qui m’a mené à ce que je fais et suis aujourd’hui. Sans tous ces renoncements, ces abandons, ces découragements du surdoué, toutes ces lassitudes, je n’aurais pas trouvé ce qui me plaît ni développé de nouveaux talents, et rencontré plein de nouvelles personnes dans des univers très différents.

Un message d’espoir malgré mon essoufflement du surdoué !

J’espère que je ne vous ai pas mis le moral à zéro en vous racontant tous les aspects pas très joyeux de ma vie. Je ne me décourage pas pour autant. L’objectif de mon blog est surtout de mieux me connaître et de trouver des solutions à mes problèmes apparement causés par ma surdouance. Je ne compte pas rester sur une note négative. Au contraire je suis certain d’atteindre un mieux-être ensuite, même si ça n’est pas facile par moment. Globalement je suis bien plus heureux et acteur de ma vie depuis que j’écris dans mon blog pour m’approprier le cadeau que l’on m’a donné : ma vie.

Cet article est à mettre en lien avec un autre article intitulé le découragement du surdoué qui peut aussi vous intéresser.

La clé de mon bonheur !

Voici donc encore un article bien touffu qui part dans toutes les directions. Je me rends compte qu’il m’est beaucoup plu aisé d’écrire après avoir fait mon coming out. J’aime pouvoir parler librement des choses de ma vie amoureuse, financière, de mon freeganisme. J’ai encore tellement de choses secrètes et croustillantes à dire. Je sens bien la différence car avant je ne pouvais pas parler de certaines choses. J’étais limité dans l’écriture et dans ma vie. Je prends conscience que moins j’ai de secrets et plus je me sens bien, ma vie se simplifie, mes relations sont plus authentiques et les personnes m’apprécient tel que je suis. C’est peut-être la clé de mon bonheur. Cet article est un pas de plus vers mon authenticité, vers moi-même. Est-ce que je suis en train d’accéder à une certaine libération intérieure ? Je pense que ce processus me prend beaucoup d’énergie.

Si cet article vous a plu, merci de le liker et de le partager pour aider d’autres personnes et faire connaître mon blog. Et si vous ne voulez manquer aucun article, abonnez-vous à mon blog.

Je vous souhaite une excellente journée ou nuit, prenez bien soin de vous. A la semaine prochaine dans un nouvel article.

Surdoué.e.s ou pas surdoué.e.s, remettons nous au centre de notre vie !

Cliquez ici pour lire l’article précédent sur les contrecoups du surdoué et mon coming out ! Cliquez là pour lire l’article suivant sur les cycles du surdoué !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  • 2
  • 1
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

2 thoughts on “L’essoufflement du surdoué !

  1. Bonjour Raphaël,

    Encore une fois je me reconnais dans beaucoup de choses que tu dis ici.
    En ce moment je n’ai aucune motivation pour rien, aucune envie, aucun courage me semble-t-il. Je pense que c’est une période, trop d’angoisse, d’incertitude, j’espère qu’une fois cette mauvaise période passée (quand passera-t-elle ?) je retrouverai un peu de motivation, je l’espère.
    Ce qui me désespère un peu c’est de m’apercevoir que beaucoup de surdoués se passionnent pour des choses non lucratives et que l’argent passe au second plan alors que nous en avons besoin pour vivre et heureusement pour moi j’ai un mari qui s’occupe de tout ces trucs “d’adultes” (j’ai honte là de ce que j’avoue !).
    Moi aussi je n’hésite pas à acheter d’occasion livres ou autres, j’achète des dates courtes et je n’aurai aucun soucis à récupérer de la nourriture à jeter, quel gachis pour notre planète !
    Bonne soirée à toi

    1. Bonsoir Anne. Il y a de l’espoir. As-tu remarqué que la motivation revient toujours ? Merci pour ton message. Je rêve de simplicité, de minimalisme. Et pour se simplifier la vie il faut de l’argent pour faire appel aux services d’autres personnes, se faire aider pour ne pouvoir faire que ce qui a attrait à notre passion ou notre mission.
      Bonne soirée.
      Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.