L’équilibre du surdoué !

Une photo de moi prise hier dans mon appartement que j'ai réaménagé

LTemps de lecture estimé : 3 à 5 minutes.

Bonjour ! Pour boucler ma saga sur ma dépression du surdoué et après avoir écrit à propos des cycles du surdoué, voici un article sur l’équilibre du surdoué. Un état que je semble actuellement atteindre, après ma baisse de motivation, sans être dans une phase d’euphorie. Juste suffisamment équilibré pour vivre normalement, travailler et faire avancer mes projets. Je me sens globalement bien. Sans dépendances de quoi que ce soit (alimentaire, affective, sexuelle, comportementale, sociale …). Il me semble bien de faire un bilan du parcours de mon moral en dents de scie.

Je m’appelle Raphaël, je suis surdoué autotesté (autoproclamé pour faire rager certaines personnes) et j’enquête à propos de la surdouance car je veux tout comprendre et m’épanouir.

Déroulement de ma dépression du surdoué !

Ma période dépressive a à peu près duré un mois et demi. A la fin de mon exposition de dessins dans une galerie d’art je me suis senti un peu dans le vide pendant deux semaines, sans réellement déprimer. Ensuite je suis tombé malade (une gentille petite grippe) pendant une petite semaine. J’ai de la chance de ne pas avoir perdu de poids, moi qui suis mince. Les trois semaines suivantes j’avais un gros besoin de me reposer. J’ai beaucoup dormi et ne me levais pas à la sonnerie de mon réveil matin. Ce n’est que depuis plusieurs jours que je me lève normalement. Mon entourage me dit que j’ai meilleure mine et que ça se voyait que j’étais fatigué et n’avais pas le moral.

Ma dépression du surdoué au fil de mes articles !

En regardant mes articles sur mon blog, je me rends compte que ma dépression avait peut-être commencé début novembre de l’année dernière. Il y a trois mois et demi. On peut suivre l’évolution en lisant mes articles :

  • L’instabilité émotionnelle du surdoué, à la mi-novembre.
  • Surdoué je pleure pour un rien, fin novembre.
  • Vaincre la dépression du surdoué, à la mi-décembre où je me sentais bien grâce à un cocktail de compléments alimentaires et à mon exposition de dessins.
  • Bilan de mon défi surdoué 2, troisième semaine de janvier, je me sentais bien mais je me voilais un peu la face. Je suis tombé malade pendant ce temps.
  • La semaine d’après je plongeais dans une phase de fatigue physique et morale, j’ai écrit cet article : contrecoups du surdoué et coming out. J’étais guéri juste après avoir écrit cet article important pour moi car j’y fais mon coming out.
  • L’essoufflement du surdoué, article où je fais un bilan sur les raisons de ma dépression du surdoué.
  • Et cet article sur les cycles du surdoué, à la suite duquel je sentais ma motivation du surdoué revenir. Depuis une semaine je me sens reprendre le cours de ma vie et de mes projets.

Une dépression du surdoué en deux actes !

Pour résumer, j’ai traversé en automne une première petite période dépressive que j’ai jugulé en prenant des compléments alimentaires spécial surdoué. Je donne la recette dans l’article “vaincre la dépression du surdoué”. Mais aussi grâce à ma première exposition de dessins au mois de décembre dans une galerie, que je considère comme une réussite. J’étais porté par ce projet. Après cette exposition je me suis relâché et j’ai traversé une nouvelle petite phase dépressive qui vient de se terminer.

A quelle phase me situé-je ? L’équilibre du surdoué !

Je me sens bien, sans enthousiasme, pas malheureux. Pas d’idées négatives, je ne suis plus pessimiste, ni super optimiste. Je crois à nouveau à mes projets mais avec plus de réalisme. C’est-à-dire que je suis conscient que je fais trop de choses par trop d’enthousiasme et de sentiment de toute puissance. Cela m’épuise et je ne peux pas mener de front deux blogs et une activité d’artiste peintre si je veux bien faire les choses. Depuis plus d’un mois je prends soin de moi. Je fais moins de choses et cours moins dans tous les sens. Cela me donne d’ailleurs plus de temps pour travailler. Je semble avoir atteint l’équilibre du surdoué. J’imagine que je suis à même de peser le pour et le contre d’une situation, de prendre des décisions et d’avancer en travaillant, sans m’enflammer ni me dévaloriser.

Un équilibre du surdoué où je me sens normal !

Je me sens équilibré mais ce n’est pas un équilibre fragile comme dans lequel je me sentais il y a plusieurs années. Autrefois après une crise ou une période dépressive j’avais l’impression d’être en équilibre sur une lame de rasoir. Je pouvais rechuter et avoir du mal à me relever. C’est bizarre, je me sentirais presque normal mais en conservant les avantages du surdoué sans exagération, sans les défauts. Curieux, quand je dis “je suis en équilibre”, la situation me paraît précaire. Et quand je dis “je me sens équilibré”, ma situation me paraît plus stable. C’est plutôt cette deuxième expression qui me correspond.

Une dépression du surdoué tout en douceur !

Je m’aperçois que ces deux phases dépressives n’ont pas été violentes. Après avoir traversé ces moments désagréables, je suis content de voir que je n’ai pas abandonné mes projets par découragement. Tout du long j’ai continué à dessiner, peindre et coudre presque quotidiennement. C’est d’ailleurs peut-être mon art qui m’a permis de tenir le coup et de ne pas plonger entièrement dans les ténèbres. J’ai tout de même continué à écrire quelques articles sur mon blog témoignage de surdoué. Par contre j’ai laissé tomber mon blog d’architecture d’intérieur. Curieusement je pense le réorienter pour qu’il me corresponde plus et soit plus simple et ludique à travailler. Je me dis que je ne dois pas l’abandonner. Même dans la dépression j’atteins un équilibre. Une sorte de sagesse, d’acceptation mais pas de résignation.

Equilibre du surdoué mais jusqu’à quand ?

Non que je doute de moi ou que je pense être superman et ne plus jamais déprimer, je me demande quand aura lieu ma prochaine dépression. C’est plutôt par habitude et meilleure connaissance de moi que je me pose cette question. Combien de temps va durer cette phase d’équilibre du surdoué ? Je suis conscient que je suis surdoué et sujet à des cycles, constitué de hauts et de bas.

Entretenir l’équilibre du surdoué ?

Je vais porter mon attention ces prochains mois à mieux gérer mon énergie, ma motivation. Je gère suffisamment bien mon corps (alimentation, sommeil, activité physique, hygiène et soin). J’espère pouvoir tenir plus longtemps dans cet état d’équilibre du zèbre. Surtout je ferai attention à ne pas surcharger mon emploi du temps et je prévoirai de me reposer et me divertir pour recharger mes batteries et ma réserve de volonté. Je vous mets le liens vers les articles correspondant car cela m’évite de rédiger un article trop long à lire.

Une photo de moi prise hier dans mon appartement que j'ai réaménagé
Une photo de moi prise hier dans mon appartement que j’ai réaménagé !

Merci pour votre soutien !

Je trouvais important d’écrire cet article pour vous tenir au courant de mon évolution et faire un point régulier sur les hauts et les bas d’un surdoué. A cette occasion je vous remercie de vous être soucié.es de mon moral et pour vos messages dans vos commentaires.

Trop tôt pour crier victoire ?

Je suis conscient que c’est un peu tôt pour m’estimer vainqueur dans cette bataille contre la déprime. Mais c’est ce que je ressens profondément. Je me sens plus raisonnable, équilibré dans tous les domaines. Et surtout, je me sens assez authentique avec moi-même. Je ne me voile pas la face en me disant que tout va bien et que c’est formidable. Je sais ce qui ne va pas et je change des choses pour améliorer ma situation.

Secret pour bien traverser la dépression du haut-potentiel !

J’ose m’avancer en disant que la recette que j’ai appliquée cette fois-ci se résume à accompagner la dépression, lâcher prise, prendre soin de soi et s’exprimer avec bienveillance pour soi. Oui dans cette phase j’ai accepté ma faiblesse, je l’ai accueillie et j’en ai pris soin. Elle avait quelque chose d’important à me dire. Et à partir de maintenant je n’agirai pas comme avant. Car je sais que sinon je risque une nouvelle chute de moral. Je resterai à l’écoute de mon corps pour anticiper mes fatigues physiques et morales afin de les prévenir.

Bien équilibrer mes activités !

La semaine dernière me sentant en meilleure forme j’ai à nouveau trop rempli mon agenda. Trop de sorties (vernissages, expositions, visite d’un musée, soirées à récupérer de la nourriture). Ce qui signifie pour moi beaucoup de déplacement à vélo, et de dépense d’énergie physique même si c’est du sport bon pour la santé. Cette nouvelle semaine j’ai prévu moins d’activités en dehors de chez moi. Je pourrai bien plus bloguer et dessiner en intercalant du repos.

Si cet article vous a plu, merci de le liker et de le partager pour aider d’autres personnes et faire connaître mon blog. Et si vous ne voulez manquer aucun article, abonnez-vous à mon blog.

Je vous souhaite une excellente journée ou nuit, prenez bien soin de vous. A la semaine prochaine dans un nouvel article.

Surdoué.e.s ou pas surdoué.e.s, remettons nous au centre de notre vie !

Cliquez ici pour lire l’article précédent sur les cycles du surdoué et l’article suivant quand le surdoué va trop vite pour les autres !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    9
    Partages
  • 8
  • 1
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.