L’inconstance du zèbre / Défi confinement J4 !

Photo-blog-surdoue-zebre-defi-confinement-jour-4

Bonjour les zèbres ! Aujourd’hui quatrième jour de confinement face au coronavirus Covid-19. Je vous parlerai de l’inconstance du zèbre. Le fait de changer d’avis, de sentiment, de comportement, d’activité, de ne pas aller au bout des choses. Cela m’a beaucoup fait souffrir. J’ai pris conscience de mon inconstance il y a peu de temps et j’essaie de l’apprivoiser. D’apprivoiser mon zèbre intérieur. Ecrire des articles dans mon blog m’aide beaucoup. Je pense que j’y arrive de mieux en mieux. L’image que mon entourage me renvoie de moi en est la preuve. Je vous raconte mon parcours par rapport à mon inconstance dans ce nouvel article.

Temps de lecture estimé : de 6 à 12 minutes.

Démarrer un article sans avoir de sujet !

Quel est le thème sur lequel j’aimerais travailler et partager aujourd’hui ? Difficile de me décider car je me sens bien. Je ne ressens pas forcément le besoin de m’exprimer sur un sujet particulier. Aucune frustration du surdoué, stress ou angoisse du zèbre malgré le climat actuel de guerre sanitaire. Même les injustices ne me laissent ni chaud ni froid car j’ai décidé de ne plus participer aux polémiques et débats depuis quelque temps. Pour préserver ma paix intérieure. Serait-ce là un sujet intéressant sur lequel écrire ? Comment se sentir serein en période de trouble ? Je pense que tout type de réaction existe face à l’épidémie de coronavirus. Tout un dégradé entre angoisse et sagesse. Curieusement je n’ai pas non plus envie de parler de cela.

Recherche du sujet du jour !

Cherchons encore. Oui hier j’avais plusieurs sujets en tête. Par exemple vous décrire ma routine quotidienne et mes activités pour passer le temps en période de confinement. C’est le seul qui me soit resté en mémoire. Pas envie. Bon je vais piocher dans ma liste de sujets à traiter. Ah oui je pourrais faire une liste de tout ce que je suis capable de faire. Ce serait la suite de mon article sur la dépendance affective. Comme je disais qu’elle était due à mon manque de confiance en moi dû lui-même à mon manque d’estime. Et faire une liste me permettrait de consolider mon estime de moi. Je trouve ça trop égocentré par rapport à vous.

L’inconstance du zèbre !

Là en relisant ma liste de plus de cent sujets à traiter j’ai pensé à parler de l’inconstance du zèbre qui n’est pas dans ma liste. Malgré tous les sujets listés, aucun ne m’a fait envie. Je pense aussi que parler de l’inconstance du surdoué n’est pas très référenceur sur Internet. Franchement qui ferait une recherche sur Internet à propos de l’inconstance du haut-potentiel. Il faut chercher la petite bête pour y penser. En même temps, je ne pense pas qu’il y ait beaucoup d’articles là-dessus. Je vais faire une recherche.

L’inconstance du zèbre en rêve !

Je viens justement de faire une recherche en tapant “inconstance du zèbre” et je suis tombé sur un site d’interprétation des rêves. Il y est dit : “voir un zèbre tout rayé est signe d’inconstance, encore plus s’il court”. Quelle drôle de coïncidence. Et sur un autre site “les rêves avec un zèbre reflètent un sentiment de changement ou de substitution fréquente dans les activités”. Je ne sais pas si ces auteurs et l’inventeur du terme zèbre pour désigner le surdoué se sont passé le mot mais cela correspond tout à fait. Ah j’aimerais tellement écrire des articles sur les rêves et les cauchemars des zèbres. J’ai de quoi faire car je note et me souviens de mes rêves depuis mon enfance. En plus j’ai fait une psychanalyse en rêve éveillé. J’ai trouvé ça passionnant et très efficace.

Exemple du pouvoir de l’écriture !

Ça tombe bien car j’ai écrit hier un article sur le pouvoir de l’écriture. Et ce début d’article en est un parfait exemple. N’ayant envie d’aucun thème pour mon article du jour, il aura suffi de me mettre à écrire sans même avoir choisi une idée. J’ai juste commencé à écrire noir sur blanc le déroulement de ma pensée et de ma recherche et cela m’a donné une idée qui me tente. Oui parce que je ne veux désormais plus rien forcer. J’aurais pu ne pas écrire d’article mais j’avais quand même envie d’écrire. Si je n’ai pas envie je ne fais pas et je fais quelque chose qui me plaît à la place. “Quel enfant capricieux celui-là” me direz-vous. Mais je vois que c’est comme cela que j’avance le plus dans mes projets. D’ailleurs voici un beau sujet pour un prochain article.

Les gens me trouvaient inconstant !

Je crois que je tiens mon sujet du jour. D’ailleurs ma recherche de sujet pour cet article en est en partie la preuve. Du coup je me souviens que des amis, des professeurs et des supérieurs hiérarchiques au travail me trouvaient inconstant. Par exemple, dans mes efforts dans ma scolarité ce qui se faisait ressentir dans mes notes. Dans mon investissement au travail, très difficile de bien faire quelque chose en quoi je ne crois pas. Dans mes projets d’entreprise à mon compte. Même dans mes activités de loisir. En amour, mes amants constataient souvent des changements de comportement. Mes parents, ma soeur, mon ex, des amis m’ont dit plusieurs fois que je n’étais plus le même.

Je suis un livre ouvert !

J’écris mes articles comme je parle ou pense. J’intercale des sujets différents entre les paragraphes de mon article. Certaines personnes m’ont dit que j’étais “un livre ouvert”. C’est une expression qui signifie “que l’on déchiffre toutes les intentions d’une personne, même celles qu’elle tente de dissimuler”.  D’après le site l’Internaute. Je suis très mauvais menteur, je craque en moins d’une minute. Je le remarque aussi chez d’autres zèbres et je trouve cela très intéressant de voir comment une personne raisonne. Mes articles sont en arborescence avec des ramifications entre les paragraphes vers d’autres sujets connexes. A part que l’écriture est linéaire. Finalement je comprends pourquoi cela complexifie les choses, mes projets, mes décisions. Car au lieu de me concentrer, je veux tout dire. C’est peut-être ce qui est intéressant dans mes articles et ce que mes lecteurs apprécient.

L’inconstance du zèbre fait peur en amour !

Le domaine dans lequel j’ai vu que l’inconstance du zèbre me gêne le plus est en amour. J’ai remarqué qu’au début d’une relation, il y a les phases de rencontre, de coup de foudre s’il y a lieu, de connaissance. Après ces débuts et si la relation continue vient le temps de l’organisation des vies de chacun pour se voir à un rythme choisi. Cela chamboule plus ou moins le quotidien. Pour certains, cela se fait naturellement et pour d’autres une réflexion est menée pour trouver des arrangements. Ensuite les années passant, des événements surviennent. Heureux, malheureux, constructifs, destructeurs. C’est sans compter qu’un type de personnes a tendance aussi à changer énormément de l’intérieur. A être inconstant autant sur une journée, qu’une semaine, qu’un mois, qu’une année, qu’une décennie. Les fameux zèbres c’est-à-dire nous, vous qui me lisez, moi. D’où entre autres les problèmes rencontrés en amour chez les zèbres.

L’inconstance du zèbre fait peur au travail !

J’ai pris conscience que j’étais inconstant au travail dans mon dernier emploi de responsable de magasin bio. Un jour en pleine forme et le suivant à plat et sans aucune envie. Cela me désolait moi-même en plus de la peur de décevoir mes supérieurs. Mais je crois que ça mettait encore plus en colère ma responsable de secteur. Un jour, je pouvais être hyper efficace, avoir de l’inspiration du zèbre et de la motivation. Et le jour suivant, ne plus croire en rien et saboter inconsciemment mon travail et mes efforts. L’autosabotage du zèbre est aussi un très bon sujet à traiter.

L’inconstance du zèbre à l’école !

L’inconstance du zèbre se décline dans tous les domaines de sa vie. Elle commence très jeune à l’école. Si je reprends mes carnet de notes, les bulletins scolaires, je peux lire : “des résultats en dents de scie”. “Bon élève peut mieux faire”. “Résultats inégaux”. “Travaille quand il veut”. Mon grand-père et mon père disaient aussi que j’étais une tête de mule, que j’étais un zèbre. Bien avant que Jeanne-Siaud Facchin invente ce terme pour désigner les surdoués. Ma grand-mère et ma mère m’ont toujours défendu. Merci mamie et maman. Ma mère le fait encore.

L’inconstance du zèbre même dans ses passions !

Même dans les activités qui me passionnent le plus, je suis inconstant. La différence est que comme ce sont des passions, je reviens toujours à ces activités que j’affectionne. J’en suis moi-même témoin dans mon activité de blog sur la surdouance et dans ma pratique artistique. L’an dernier, j’ai délaissé mon blog pendant huit mois au profit d’un projet familial mais j’y suis revenu. Et ces derniers temps, j’oscille entre mon blog ou ma peinture d’une semaine à l’autre au gré de mes projets en cours et surtout de mes envies. Je me laisse porter par mon inspiration de surdoué, le flux comme on appelle ça maintenant.

Je me trouve inconstant !

A force d’entendre le reproche de mon inconstance, j’ai fini par en tenir compte. Je pensais que tout le monde était changeant. Je me plaignais de ne presque jamais rien finir et d’être intéressé par trop de choses. Il n’y a qu’au travail où je finissais ce que j’entreprenais puisque c’était une obligation et que j’étais le seul à pouvoir faire ce travail. En écrivant cela, je me rappelle que c’est vers mes 25 ans que j’ai pris conscience de mon inconstance de zèbre. Mais je n’avais pas encore mis ces termes sur ce comportement. Tout ce que je constatais était le fait que je changeais de passe-temps, de hobbies sans aller au bout. J’étais en phase d’exploration. J’accumulais des affaires inutiles. Je me passionnais mais ce n’était pas pour autant de vraies passions. La preuve, ça m’a passé et je n’y trouve pas d’intérêt aujourd’hui.

Les raisons de mon inconstance du zèbre !

Je ne vais pas faire une liste complète de toutes les raisons possibles dans ce paragraphe. Lorsque je découvrais une nouvelle activité que je trouvais attractive, je me passionnais pour celle-ci. Je veux dire par-là que je concentrais mon attention et mon temps sur cette activité. C’est avec passion que je la découvrais. Le mot passion ne veut pas dire que c’était une passion. Peut-être que c’était plus de la curiosité enthousiaste, qui pouvait être prise pour de la passion. Ce qui est passionnant est de découvrir de nouvelles choses. Mais après un certain temps, une fois le temps de la découverte passé, en général je commençais à m’ennuyer. Puis je me détournais de cette première activité au profit d’une nouvelle. 

Référencement de mes articles sur Google !

Ca y est je reprends le pli avec le mot clé “inconstance du zèbre” disséminé un peu partout dans mon article. J’ai eu du mal sur les trois premiers articles de mon défi confinement d’un zèbre. Cela me permet de pouvoir bien référencer cet article sur Internet. Google arrivera aisément à savoir de quoi je veux parler et pourra mieux aider les personnes qui font une recherche sur le sujet de l’inconstance du zèbre. Tiens je viens de placer une fois de plus mon mot clé. Youpi Poupi Chaton.

Le blog suivez le zèbre !

Mais pourquoi Poupi Chaton ? Parce que mon cerveau m’a commandé de l’écrire, c’est sorti spontanément et je trouve que ça sonne bien. Mais qui est Poupi Chaton ? Mél Poinas de son vrai nom. C’est une collègue zèbre et surtout blogueuse de talent sur la zébritude. Mon double mais en version féminine. Elle est l’auteure du blog “Suivez le zèbre”. www.suivezlezebre.com Et “je dirais même plus” comme diraient les deux policiers Dupond et Dupont dans Tintin. Elle est aussi l’auteure d’un livre qui va prochainement sortir. “Suivez le zèbre, le livre. Découvrir et apprendre à vivre avec son Haut Potentiel”. J’espère qu’il aura beaucoup de succès. Je vais d’ailleurs l’acheter en souscrivant sur Ulule pour participer au financement de sa publication. Gros bisous Mél.

L’inconstance du zèbre fait souffrir !

J’ai tellement l’habitude de mon inconstance de zèbre que je n’ai plus envie de m’engager, de peur d’avoir des difficultés à me dégager. Je sais que je vais forcément changer. Quand je n’étais pas conscient de cette caractéristique, je souffrais de changer souvent d’avis. De ne plus savoir quoi faire ayant tellement changé d’avis. Je ne comprenais pas que mon humeur soit inconstante et pourquoi je ne me sentais pas bien tout le temps au lieu d’avoir des hauts et des bas. J’avais l’impression d’être ballotté par quelque chose en moi que je ne pouvais pas contrôler. Cela m’a poussé à chercher des réponses dans les livres et les méthodes en développement personnel et ésotérisme. 

Ce que m’apprend mon expérience de la surdouance !

L’inconstance n’est-elle pas humaine ?

Aujourd’hui, mon inconstance de zèbre est la preuve que je suis vivant, un être humain. Que je ne suis pas une machine ou que je ne suis pas asservi. Que je ne suis ni un légume qui pousse au soleil ou un animal qui subvient à sa survie et se reproduit. Suivre le gré de mon inconstance de zèbre et de mes envies me donne l’impression d’être libre. Je dis bien l’impression car ma liberté reste relative. Je fais relativement ce que je veux et reste très respectueux des règles de la vie en société et du vivant. J’essaie aussi de participer à ma façon mais sans engagement.

La constance des personnes non zèbres !

J’observe parmi mes amis et des personnes de ma famille non zèbres qu’ils sont constants. Au point de vue émotionnel, professionnel, amical, social … Quand quelque chose ne va pas dans leur vie, ils s’accrochent et continuent à vivre. J’ai entendu “je vais toujours bien même quand quelque chose ne va pas”.  Et “quand il m’arrive une chose difficile je fais avec”. Il y a aussi ceux pour qui tout va toujours mal et qui râlent tout le temps. Tenir un cap dans les moments difficiles m’est compliqué. Je peux avoir tendance à réagir ou surréagir pour changer des choses pouvant m’apporter un mieux-être. Je peux opérer des changements extrêmes. Des situations me sont insupportables alors que la majorité des gens s’en accommodent. Paradoxalement, j’ai pu rester dans des situations complexes que les personnes non surdouées n’auraient pas acceptées. C’est encore plus troublant pour comprendre mon fonctionnement.

L’inconstance du zèbre est en fait un cycle !

Je ne m’en fais plus pour mon inconstance du zèbre. Je fais avec. Pourquoi ? Parce que j’ai remarqué que ma vie de surdoué est constituée de cycles à tous les niveaux. Des cycles dans mes envies, ma motivation, mes relations, mon moral, mes activités professionnelles ou de loisir … Mon instabilité émotionnelle est cyclique. J’accompagne le mouvement. Tout a des hauts et des bas. Et surtout je sais d’expérience que les moments où je suis motivé, où j’ai de l’énergie pour mes projets, où je suis enthousiaste et où j’aime la vie, reviennent toujours. Et même en force. Plus j’y prends goût, plus je suis le rythme de mon inconstance de zèbre, de mes envies et mon niveau d’énergie du surdoué et plus je me sens bien dans ma peau de zèbre.

Période difficile due à mon inconstance de zèbre !

Peu importe si j’étais fatigué la semaine dernière. J’ai accepté d’être malade. Alors, je me suis reposé et j’ai pris soin de moi. J’ai fait des choses que j’aime faire, danser, chanter, écrire et dessiner. Puis mon “pouvoir” est revenu sans que j’aie eu besoin de forcer les choses. Ne rien faire n’est pas non plus la solution pour moi sauf si je suis totalement épuisé. Cette période de passage à vide ne prévient pas chez moi. C’est le propre de mon inconstance de zèbre. Autant imprévisible pour les autres que pour moi-même. Je dois vivre avec cette caractéristique de zèbre. J’ai fait une liste intéressante dans ces quatre articles qui se suivent. caractéristiques de zèbre 1 / deuxième article, troisième et quatrième.

La constance des cycles !

Je peux dire que je compte sur l’aspect cyclique des choses pour retrouver un bon moral, une légèreté et une joie de vivre. A condition de faire ce qu’il faut pour. Je pense avoir trouvé ce qui est bon pour moi. J’en ai déjà parlé dans plusieurs articles. En observant bien dans la vie, tout est cyclique. D’où l’expression “après la pluie le beau temps”. Je parle dans un article des cycles du surdoué.

La constance de mon esprit de découverte !

Finalement je me rends compte que là où j’ai été constant a bien été dans mon activité de découverte des choses. Des personnes, de la vie, des connaissances, des sciences de la vie et de la Terre … J’ai littéralement été assoiffé de tout cela, de la vie. Mais je me sentais malheureux parce que je ne voyais pas le bon côté de l’inconstance du zèbre qui est en partie cet esprit de découverte, cette curiosité insatiable, cette énergie mixant passé, présent pour déboucher sur l’avenir. Malheureux aussi à cause de ma dépendance affective, de mon manque d’estime de moi, de mon manque de confiance en moi.

Fier de mon inconstance de zèbre !

Je n’ai plus à rougir de mon inconstance de zèbre. J’ai déjà appris beaucoup de choses dans des secteurs très différents. Quand je raconte mon parcours, les gens me demandent combien de vies j’ai eu, quel est mon âge. J’ai aussi rencontré énormément de personnes très différentes. De tout âge, niveau social, niveau intellectuel, pays, race, religion, bord politique … Et je les ai la plupart du temps acceptées telles qu’elles étaient. Sauf les gens méchants, manipulateurs, menteurs, pénibles, désagréables, bornés. Personnes que j’évacue rapidement de ma vie après détection. Malheureusement, il n’y a que moi que je n’ai pas accepté tel que j’étais pendant une quarantaine d’années. Je m’accepte de plus en plus depuis quelques années, j’apprends. Surtout en faisant connaissance avec moi-même et plus particulièrement comme en ce moment en période de confinement forcé à cause de l’épidémie mondiale de coronavirus.

Inconstance et persévérance !

J’ai noirci le tableau avec l’inconstance du zèbre. Il ne faut pas oublier que le surdoué est aussi capable d’une persévérance plus grande que la moyenne des gens quand il le veut. Certaines conditions doivent être réunies. J’ai d’ailleurs écrit un article sur la persévérance du zèbre. Bonne lecture.

La capacité à changer !

Autre point positif. Si le surdoué est changeant il est possible de le voir positivement. Surtout si la capacité à changer du zèbre se révèle être utile. Cela constitue sa grande capacité à rebondir face aux situations difficiles et les opportunités que lui présente la vie.

Je m’appelle Raphaël, je suis surdoué non testé et j’enquête à propos de la surdouance car je veux tout comprendre par moi-même et m’épanouir. Mon sujet d’étude est moi-même et mon entourage.

Merci de partager cet article pour aider d’autres personnes et faire connaître mon blog pour les zèbres. Et pour ne manquer aucun article, abonnez-vous à mon blog.

Je vous souhaite une excellente journée ou nuit, prenez bien soin de vous en cette période de guerre sanitaire. A demain pour le jour 5 de mon défi confinement d’un zèbre. I love you all.

Zèbre, surdoué-e, slasheur-se, multipotentiel-le, reste et éclate-toi chez toi !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

4 thoughts on “L’inconstance du zèbre / Défi confinement J4 !

  1. « Suivre le gré de mon inconstance de zèbre et de mes envies me donne l’impression d’être libre. »
    L’inconstance serait donc le fruit de notre liberté.

    Merci pour cet article Raphael.

    Je me reconnais tout à fait et les périodes de constance à me faire du bien me rappellent que je sais faire, dans un sens et dans l’autre.

    Pour mon cas, cela dépend de mon énergie ; savoir la faire monter en niveau de bien-être en me connectant à mon cœur/corps peut m’aider à accéder à cette face de moi qui me rend autonome puis lorsque je sens que j’ai besoin de constance.

    1. Bonsoir Elisabeth, merci pour ton message et ton partage. Oui la connexion à soi, son corps, son coeur est très importante. Elle mène à être en lien avec les autres humains, le monde animal, l’environnement et même l’univers. Surtout dans nos sociétés où nous sommes presque exclusivement connectés à notre mental. On croit être connecté à son corps mais voyant le nombre de personnes malades et maltraitant leur corps il évident que non.
      En médecine chinoise, feng-shui on parle de cycles de transformation avec entre autres une phase de repos qui permet la gestation, la création, la croissance. Je dois chaque jour penser à m’être suffisamment reposé pour me regénérer. On le voit bien dans les films de science fiction actuel.
      Bises et à bientôt.

  2. Bonjour Raphael,

    Ce petit message pour te dire que je te lis.
    Et vais suivre tes articles quotidiens avec attention.
    Et j’encourage tous les lecteurs à laisser un petit message de temps en temps pour Raphael.
    Je te souhaite de traverser cette épreuve “collective” du mieux possible
    Amitiés du Sud

    1. Bonsoir Mary, c’est très gentil de ta part de me donner ton soutien en lisant et en encourageant les lecteurs à partager aussi leur expérience dans les commentaires à la fin de mes longs articles. Je trouve le terme de “traversée” très bien choisi car c’est une véritable épreuve que nous devons tous surmonter ensemble. Nous sommes tous dans le même bateau. Bonne traversée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.