Défi J53/100 L’illusion de toute puissance du surdoué !

L'illusion de toute puissance du surdoué

Temps de lecture estimé : entre 4 et 7 minutes.

Je pense que la suite logique aux articles de ces derniers jours et à ce que je vis en ce moment, est mon illusion de toute puissance. Cela arrive à beaucoup de surdoués, d’avoir le sentiment de pouvoir tout faire et que tout est possible. C’est à la fois grisant, motivant, mais fatigant. Bonjour et bienvenue sur mon blog surdoué ou pas surdoué. Je crois que je peux tout faire parce que je suis surdoué, mais je suis un humain comme tout le monde.

 

Pour commencer, mes trois points positifs pour aujourd’hui !

  1. Ce matin, pour la première fois de ma vie, j’ai fait une séance d’électro-stimulation sportive chez Iron BodyFit à Lyon, c’était époustouflant pour moi qui suis déjà bien sportif. J’ai été bluffé  par le ressenti de mes muscles contractés par l’électro-stimulation. C’est une expérience que je voulais vivre depuis plus de vingt ans et je l’ai réalisée aujourd’hui. 15 minutes correspondent à plusieurs heures de sport, ça veut dire que j’ai fait mon sport pour la semaine et que j’ai bien gagné 6-8 heures en comptant les trajets. Soit une journée de travail. Sympa quand on n’a pas le temps avec un travail prenant. Ça me faisait bizarre de ne pas pouvoir contrôler moi-même mon corps. Au début j’ai éclaté de rire. J’ai adoré et j’ai très envie de recommencer. La prochaine fois je me prends en photo et fais un film.
  2. J’ai déjeuné à midi avec deux amis férus d’art. J’ai passé un très bon moment en leur compagnie. Je leur ai montré mes derniers travaux qu’ils ont vraiment bien aimé, ils m’ont encouragé. Ils suivent mon travail depuis un à deux ans. Ça m’a fait plaisir et redonné un peu de courage pour continuer sur ma voie artistique. Après le coup de l’expo à Paris qui tombe à l’eau, du fait d’un menteur né.
  3. J’ai pris une bonne et sage décision. Cet après-midi, j’avais quelque chose de prévu mais j’ai décommandé, ayant déjà eu deux rendez-vous ce matin. Je ne voulais pas recommencer à croire que je peux tout faire et écrire mon article jusqu’à minuit.

 

Le sujet d’aujourd’hui, l’illusion de toute puissance du surdoué !

Ce troisième point positif tombe à point nommé. Effectivement, suite à ma semaine de fou à aller à droite et à gauche, à rencontrer plus de cent personnes, j’étais à deux doigts de recommencer. Autrefois je ne voulais pas l’admettre quand un ami aujourd’hui thérapeute me disait que j’étais dans la toute puissance. Je me rends compte maintenant ce que c’est exactement. Après avoir écrit mon article d’hier sur la surcharge mentale du surdoué en apportant mon témoignage, je prends conscience que j’étais dans une période de toute puissance.

Qu’est-ce que l’illusion de toute puissance ?

L’illusion de toute puissance, c’est croire dur comme fer que je peux tout faire, que tout est possible. Si je veux apprendre quelque chose de nouveau, faire du théâtre, du dessin, de la danse et reprendre des cours à la fac, tout en ayant un emploi à temps complet, des enfants et la maison. Croire que je peux faire tout ça. Ou encore en ce qui me concerne, penser et vivre à 200% mes journées, en ayant plusieurs rendez-vous importants, en faisant de la peinture. Tout en apprenant mon anglais chaque jour, lisant un livre, faisant le ménage et les commissions pour combler les trous dans mon emploi du temps. Mais aussi, alors que j’ai déjà le projet de créer une entreprise et un blog, en étant déjà artiste peintre, vouloir créer un second blog, aider des personnes, faire du sport, suivre trois formations en ligne.

Je ne peux pas m’empêcher de combler le vide !

Quand je fais mon planning pour la semaine suivante, je ne peux pas m’empêcher de le remplir matin, midi et soir, du lundi au dimanche. Comme je suis en création d’entreprise en ce moment, je regarde sur Lyon toutes les rencontres professionnelles autour des thèmes des freelances, de l’entrepreneuriat et des métiers du web. Et je m’inscris et participe à la plupart d’entre elles. Je vais bien finir par en faire le tour et m’ennuyer. Certains jours, je peux en avoir deux. Et je veux absolument faire mes quatre séances de sport par semaine, améliorer mon anglais, continuer à dessiner et aller visiter des expositions avec mes amis amateurs d’art, me documenter sur la surdouance pour mon blog et rencontrer des surdoués. Faire mon business plan pour mon blog sur l’architecture. Je ne m’en sortirai jamais. Est-ce que vous trouvez que c’est trop ou que c’est faisable ?

Je suis workaholic, un drogué du travail !

Je ne prévois aucun temps de repos, car je considère suffisantes mes nuits de sommeil. Déjà que je pense la moitié du temps que dormir est une perte de temps. Quand j’ai une plage de temps, je me demande ce que je vais bien pouvoir faire pour avancer dans mes projets, même pour les soirs et les week-ends. Je crois bien que je suis workaholic, c’est-à-dire un drogué du travail.

Quand je me sens bien, je suis dans l’illusion de toute puissance !

Maintenant je me rappelle et ressens clairement ce sentiment de toute puissance. Après mon burn-out et mon licenciement, j’ai retrouvé toute mon énergie. En plus, c’était au printemps, il y avait du soleil, un temps magnifique et la nature se réveillait. Tout prenait des couleurs, les gens, la ville, ma vie. J’ai repris des forces et j’ai retrouvé petit à petit un sens à ma vie. Après mon suivi à l’APEC (Agence Pour l’Emploi des Cadres), je me sentais pousser des ailes, déjà cette fameuse illusion de toute puissance. Pour la suite de ma carrière, je me sentais capable de tout faire, tout ce que j’aurais entrepris m’aurait réussi. Cadre, banquier, manager, formation, pâtissier, styliste, chercheur, sportif, artiste peintre … A un tel point que je suis sûr que je peux encore grandir et gagner 10 ou 20 cm en taille.

 

Serais-je trop optimiste malgré mais mon écrasante lucidité ?

C’est vrai que quand je me sens bien, j’ai tendance à tout voir de façon trop optimiste. A la fois pour encourager et aider les personnes à être positives et à abandonner leur négativité. Mais aussi pour contrer et embêter les personnes négatives. Peut-être aussi une manière de me protéger. Dans ces moments-là, j’ai l’impression que je ne veux pas voir les aspects négatifs, pour ne pas me porter la poisse. Eh oui, car j’ai aussi une grande expérience d’oiseau de mauvaise augure due à ma grande lucidité, je capte de mon environnement et des personnes que quelque chose ne va pas. Ce qui par la suite se révèle être vrai et se passe. Et ça me retombe dessus, les autres me disent que c’est de ma faute parce que j’y ai pensé. Que je dois arrêter de penser à des catastrophes. Certains appellent cela la loi d’attraction.

Les conséquences de mon illusion de toute puissance !

A cause de ça, je donne et je perds beaucoup d’énergie et de temps dans des directions, des relations, des projets, des activités qui je ne mènerai jamais jusqu’au bout. Je ne passerai pas à la concrétisation, je ne ferai que papillonner, c’est-à-dire explorer de façon superficielle les domaines que je trouverai intéressants sur le moment mais que je laisserai tomber par la suite. Parce que j’en ai trouvé de plus intéressants ou que je ne les trouve pas si bien que ça finalement.

 

Les bénéfices secondaires de mon illusion de toute puissance !

  • Je sais que dans ces périodes où je ressens de la toute puissance, je me sens extraordinairement, formidablement, exceptionnellement bien. Et je veux en faire profiter à tout le monde.
  • Puis je me sens fort, plein d’estime et de confiance en moi. Et pas faible et nul comme quand mon moral est au ras les pâquerettes.
  • Je déborde d’énergie, j’en ai à revendre, j’aide les gens, je veux absolument les convaincre de mon bonheur et de mes convictions.
  • Dans un état euphorique, grisant, excitant, motivant, dynamisant. Je dois produire plein d’hormones dont je suis accro.
  • En mettant beaucoup d’énergie dans tout ce que je fais et en en donnant aussi beaucoup aux autres personnes qui en ont besoin. J’attire des vampires, des personnes malheureuses que je veux sauver, car j’ai le syndrome du sauveur et de l’infirmière. Même si j’ai une amitié sincère pour certaines d’entre elles.

 

Mais au final, je m’épuise et je retombe au fond du trou !

Tout cela me prend bien trop d’énergie par rapport à ce que j’ai et que je peux donner. Étant en déficit, je finis par maigrir et m’épuiser d’abord physiquement et ensuite moralement, si je ne me suis pas arrêté à temps. Ça fait partie d’un cycle qui se reproduit éternellement et qui correspond à mes montagnes russes émotionnelles. Alors que j’étais entouré de plein de gens à qui j’ai donné tout ce que je pouvais, je finis par me retrouver sans force, seul chez moi. Pas complètement seul, heureusement que j’ai des amis sincères et bons.

Ce que je ressens pendant mon illusion de toute puissance ?

Quand je sens que je suis capable de faire telle acrobatie sur les barres fixes ou parallèles, exactement comme les jeunes hommes de 20 ans alors que j’ai 43 ans, je prends des risques. Je suis tellement empathique, je peux ressentir tout ce que ressent une personne, autant psychologiquement dans sa tête qu’émotionnellement et physiquement dans son corps. Ou c’est ce que je crois, encore de la toute puissance. Quand j’étais petit, je croyais que j’avais des super pouvoirs, que j’étais surnaturel ou extra-terrestre, une façon de valoriser ma différence. Donc oui, cette illusion de toute puissance peut me faire faire des choses inconsidérées, dangereuses, irréfléchies. Agir impulsivement et me desservir ensuite. Je peux blesser physiquement mon corps en me fixant des limites au-delà de ce que je peux supporter. Ou blesser moralement quelqu’un en me croyant dans le vrai, par rapport à ce que je pense de lui.

 

Pourquoi la toute puissance est une illusion ?

C’est tout simplement une illusion parce que je me trompe, je me leurre positivement. Sûrement une façon de me mettre au défi pour me permettre d’avancer alors que je procrastinais beaucoup avant. Je crois vraiment en des choses qui pour la plupart des gens ne sont pas possibles et qu’il m’est aussi impossible de réaliser. Je me surestime dans ces moments de toute puissance, dans ma capacité à mener beaucoup de projets dans un temps donné court. A chaque fois s’intercalent d’autres activités et sujets de dispersion. Je prends du retard par rapport à ce que j’avais prévu et je me déçois. Je me démotive ensuite en me comportant comme je le fais, l’épuisement physique et mental aidant.

La perception des autres de ma toute puissance !

On me l’a rarement dit que je faisais trop de choses, mais je le percevais dans la réaction des gens et en voyant l’étonnement sur leur visage. D’habitude quand une personne parle de ses expériences, elle en cite quelques-unes significatives. Moi, j’en site beaucoup, dont une seule suffirait à combler la plupart des gens. Parfois je me trouve trop ambitieux ou idéaliste par rapport à d’autres personnes. Je ne me contente pas d’une simple vie, un travail, un foyer et des loisirs. Pourtant, j’aimerais tant que les choses soient plus simples. J’ai besoin de faire des choses extraordinaires. Mais qui suis-je pour vouloir viser si haut ? C’est une façon de croire en moi et ce que je fais, ça peut avoir du bon.

J’ai eu des réussites grâce à ma toute puissance !

Au final, j’ai quand même fait et réalisé beaucoup de choses. J’ai des résultats, mais je n’en tiens pas compte car mon niveau d’exigence est très élevé et je me focalise en général sur mes échecs au lieu de voir mes réussites. Je suis en train de réajuster tout cela dans mon esprit, c’est facile quand je vais bien mais dès que je vais mal, tous mes curseurs sont remis à zéro. Et je dois recommencer mes efforts pour valoriser mes expériences. C’est grâce à ma conseillère de l’APEC que j’ai appris à valoriser mes compétences et à voir mes réussites, là où je ne voyais que des échecs successifs.

L'illusion de toute puissance du surdoué
L’illusion de toute puissance du surdoué !

J’ai besoin de sentir ma toute puissance !

Je ressens le besoin de me sentir tout puissant, car j’ai l’impression que c’est mon énergie pour avancer dans ma vie, pour créer, pour faire des projets innovants et concrétiser mes rêves. Je ne vois pas comment je peux réaliser des projets basiques, je ne veux pas et ne peux pas faire comme tout le monde. J’en mourrais d’ennui, je l’ai déjà fait depuis toujours jusqu’à mes 42 ans. J’ai besoin de projets qui me portent, ce n’est pas moi qui porte les projets même si je les fais avancer. Il n’y a que quand je suis dans cet état que je me sens bien, vivant, heureux, motivé, communicant, vendeur, conseiller, inspiré, sociable, équilibré, dynamique, créateur, créatif, innovant. Alors pourquoi devrais-je abandonner mon illusion de toute puissance ? Elle m’apporte tant. Je crois que pour atteindre un niveau élevé, il faut viser encore plus haut. Avoir des rêves.

Je vous souhaite une journée puissante et créatrice. Je vous dis à demain pour découvrir un nouvel article !

Et rappelez-vous, surdoués ou pas surdoués, reprenons confiance en nous prenant en main ! Ça commence par se connaître et s’accepter !

Cliquez ici pour voir l’article précédent.

Cliquez là pour lire l’article suivant.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.