La frustration du surdoué !

La frustration du surdoué

Temps de lecture estimé : 8 à 12 minutes.

Bonjour ! Cette semaine je parlerai de la frustration du surdoué. Elle a de multiples origines. Etant donné le niveau d’exigence que s’impose le surdoué, autant dire que c’est une notion importante à prendre en compte pour son équilibre psychique. J’écris cet article car je sens croître en moi un vague sentiment désagréable que je viens juste d’arriver à nommer. Je me sens frustré, des choses non résolues s’accumulent avec un ressentiment. Cela fait monter en moi mon niveau de frustration du surdoué. A partir de l’instant où j’ai posé des mots sur ce que je ressentais mon cerveau a commencé à argumenter et dresser une liste comme pour rédiger un article. Alors je saisis ma chance au vol en me mettant à écrire.

Je m’appelle Raphaël, je suis surdoué non testé et j’enquête à propos de la surdouance car je veux tout comprendre par moi-même et m’épanouir.

Une définition de la frustration !

On peut aussi parler de l’état d’insatisfaction du surdoué. Mais je trouve que le terme de frustration est beaucoup plus fort et décrit mieux ce que je ressens. Je ne citerai pas la définition d’un dictionnaire que je trouve détachée de sa signification d’aujourd’hui. La frustration c’est un sentiment, un état ressenti par une personne quand elle n’obtient pas ce qu’elle veut. Par erreur je venais d’écrire “frastration” me faisant penser à “castration” ce qui est en termes de ressenti assez proche et plus puissant. La castration est à mes yeux une frustration cassante imposée par une personne à une autre. Cette dernière phrase est aussi la définition du verbe frustrer trouvée dans le dictionnaire. Bon je mélange tout et je ne veux pas perdre mon temps en définitions, “out” le perfectionnisme. Je suis sûr que vous comprenez de quoi je parle à propos de frustration du surdoué.

L’effet cumulatif de la frustration du surdoué !

Les petites ruisseaux font les grandes rivières. Depuis la dernière fois où je me suis senti super bien, un certain nombre de choses, événements et faits se sont accumulés. J’en ai pris conscience tout à l’heure en écrivant dans mon journal intime comme je le fais chaque jour si possible ou dès que j’ai un peu de temps. J’y relate les grandes lignes de ce que je vis et ressens, mes soucis et mes réussites. L’occasion de faire un bilan régulièrement et de faire vivre une vie intérieure riche et nécessaire à ma “croissance individuelle”. Terme utilisé par Jean-Jacques Crèvecoeur pour ne pas utiliser celui de “développement personnel”.

La naissance d’une frustration !

Quand quelque chose me dérange ou ne va pas assez vite je me sens frustré. Soit j’en parle et je me sens mieux si les choses s’arrangent. Mais si je dis “ce n’est pas grave, je ferai avec” ou si je n’en parle pas, cela finit par me peser. Cela devient une inquiétude et me frustre. J’ai vu par hasard sur YouTube une vidéo TedEx où une femme disait que “ce que l’on tolère devient une inquiétude et nous pourrit la vie”. Je la comprends et c’est d’autant plus vrai pour moi.

Niveau de frustration du surdoué !

Donc par effet cumulatif de petites et grosses frustrations j’ai l’impression que j’ai un réservoir en moi qui me permet de tenir le coup sans m’énerver. En fonction de mon état de bien-être je peux supporter une certaine dose de frustration.

Le seuil de tolérance de la frustration !

Et comme dans tout réservoir il y a un niveau maximum à ne pas dépasser sous peine de déborder. Mais je devrais plutôt dire “exploser”. Il s’agit de mon seuil de tolérance à la frustration. C’est bizarre je crois toujours que tout le monde fonctionne comme moi. Au-delà de ce seuil soit il se passe quelque chose qui me dépasse comme un grande colère du surdoué, une crise, une rupture, une baisse de moral ou je me vautre dans une addiction. Soit je décide de faire des actions pour modifier la ou les situations qui me dérangent.

Liste de mes frustrations de zèbre !

Voici une longue liste de mes petites et grosses frustrations remplissant le réservoir de ma frustration de surdoué. Je vous invite à la lire même si elle vous paraît propre à moi car vous pourriez peut-être vous reconnaître.

Je me sens frustré en amour !

Ça a commencé en trouvant que je ne vois pas assez souvent mon nouveau copain. Nous venons de nous rencontrer il y a deux mois et c’est encore tôt pour exiger quoi que ce soit de lui. Nous ne nous connaissons pas suffisamment. D’ailleurs je ne veux plus exiger quoi que ce soit dans tout type de relation. C’est ma nouvelle philosophie. En effet qui suis-je et au nom de quoi dirais-je “j’exige qu’on se voit tous les deux jours et que nous fassions l’amour” ? Maintenant j’attends de voir et je désire me laisser surprendre. On peut en parler et voir si c’est possible. Mais je me sens tout de même un peu frustré. Je veux m’adapter à lui, son rythme de travail et de sommeil, je veux le respecter. Attention quand même car le surdoué a tendance à trop s’adapter. Je ne veux plus reproduire les mêmes erreurs que dans mes anciennes relations. Sachant que les responsabilités sont partagées dans une relation à deux.

Je me passionne en amour !

J’ai l’habitude d’aller vite en amour. Grandes déclarations, effusions, passion, engagements, nous voir souvent, être en contact tous les jours (sms ou téléphone) … Il y a plusieurs années j’étais dépendant affectif. Quand l’autre me ralentit je me sens coupé dans mon élan naturel. Alors je ne sais plus quoi penser et faire. Je suis le rythme de l’autre, je m’adapte. Ne pas trop m’adapter, savoir rester moi, authentique, tout en douceur. Peut-être est-ce plus raisonnable ? Car je pense toujours à une rupture éventuelle. Et ce sera d’autant plus facile de rompre s’il n’y a pas eu de passion au départ. Tout de même je me sens un peu frustré.

Je me sens sexuellement frustré !

Je vois mon ami deux fois par semaine. Autrefois ça aurait été insuffisant et j’en aurais souffert. Finalement je remarque que c’est un bon rythme qui me permet de vivre ma propre vie tout comme mon copain. Ne pas aller trop vite au début d’une relation permet de bien connaître l’autre, réfléchir et de ne pas s’investir de façon inconsidérée. Mais je ressens une frustration sexuelle d’autant plus que nous ne faisons pas l’amour chaque fois que nous nous voyons. En effet nous voudrions construire une relation basée sur autre chose que la sexualité en premier. Nous voulons tous les deux du romantisme. Nous apprenons à nous connaître (préférences, goût, vie passée, projets …). Ajouter à cela qu’il faut s’entendre sur le plan sexuel, ce qui n’est pas évident au début d’une relation. Je prends conscience de la complexité pour tomber amoureux et former un couple.

Une frustration liée à mon emploi du temps !

Voilà que je dois m’interrompre pour aller récupérer de la nourriture gratuite. Si vous ne le savez pas, je suis freegan, gratuivore si vous préférez. Et cela rajoute à ma frustration du surdoué. J’ai un problème qui n’en est pas tout à fait un. Une fois mon cerveau lancé dans une idée qui me porte comme ce sujet, je ne peux plus l’arrêter. Pendant le trajet à vélo entre deux magasins bio les idées fusent dans ma tête. Ça me donne beaucoup d’énergie et je pédale à fond. Une fois arrivé devant le magasin et en attendant sa fermeture, je note rapidement sur mon smartphone les idées que j’ai eues. Certaines sont à jamais perdues et d’autres reviendront.

Frustré de ne pas avoir le temps de tout faire !

Je suis très frustré quand je n’ai pas le temps de faire tout ce que j’avais prévu. J’ai entendu quasiment tous les surdoué.es que j’ai croisé.es dire ça. Il est horrible pour moi de vivre cela. Et quand pendant plusieurs jours je ne peux pas dessiner, écrire dans mes blogs ou mettre en application une idée, je deviens un extrémiste, tranchant, radical. Ça doit être l’impatience du surdoué, un bon sujet d’article. J’ai de quoi dire à ce propos. Difficile pour moi de mettre les formes, je ne suis plus du tout diplomate. Je deviens le méchant de service. C’est pour ça que je ne me vois plus du tout salarié dans une entreprise. Maintenant je pense que je pourrais être odieux et cassant moi qui étais si gentil et obéissant auparavant. Non je plaisante.

Frustré car tout prend du temps !

En ce moment je passe du temps à prendre soin de moi. Je mange dans de bonnes conditions, prends soin de mon corps et de mon physique. J’équilibre mes activités entre blogs, dessins, vernissages, sport, copain, amis, famille … Je prends mon temps, je me presse moins. C’est bien agréable mais vivre ainsi est un luxe et prends beaucoup de temps. Du coup je travaille moins et moins vite cependant ma qualité de vie est bien meilleure. Malheureusement le stress que j’ai perdu en prenant mon temps, je le recrée en ne travaillant pas assez sur mes projets. Mon cerveau a conservé sa célérité et mes projets accumulent du retard. Et cela ajoute à ma frustration du surdoué. Le flot d’idées étant discontinu, je n’arrive pas à tout mettre en oeuvre.

Plus concrètement et plus rapidement je suis frustré :

  • De ne pas encore faire de vidéos sur ma chaîne YouTube pour mon blog.
  • Et de ne pas avoir de temps pour mon deuxième blog, celui sur l’architecture d’intérieur.
  • De ne pas être aussi musclé que je le souhaiterais.
  • De ne pas vendre assez de dessins. Je voudrais déjà avoir trouvé un galeriste qui expose mes créations à Paris.
  • Et de ne pas avoir assez d’argent. En plus je veux me débrouiller tout seul car je veux rester indépendant. Sans l’aide de mes parents ou d’amis. J’ai déjà emprunté de l’argent à un ami mais je rembourse encore.
  • De ne pas partir en vacances et voyager.
  • De ne pas pouvoir chauffer plus mon appartement en hiver.
  • Et de ne pas passer plus de temps à peindre et dessiner …

J’ai tendance à penser à tout ça en boucle. C’est comme un lourd couvercle sur moi qui m’empêche de me sentir bien et de faire les choses simplement. Je pense à peu près avoir fait une liste complète de toutes mes frustrations.

Les effets négatifs de la frustration du surdoué !

Mon corps me parle de ma frustration !

Quand mon niveau de frustration est trop élevé je me sens stressé, angoissé. Et je me sens bizarre dans mon ventre, ma digestion est déréglée. Ma poitrine m’oppresse quand mon niveau de stress est maximum. Si je ne me rends pas compte que je suis frustré, je ressens le besoin de compenser en m’adonnant à des addictions. C’est ce qui ce passe quand je n’ai pas conscience de tout ce processus.

Un cycle perpétuel de la frustration inconsciente et de l’addiction !

En état d’inconscience du processus qui se déroule, je tombe dans le piège et dans un cycle destructeur et perpétuel.

  • Je me sens bien.
  • Accumulation de frustrations.
  • Besoin de compenser par des addictions.
  • J’arrête l’addiction, à cause d’un sentiment de culpabilité ou de satiété.
  • La pression est retombée et je me sens mieux, mais je ne fais rien de spécial pour recharger mes batteries et je gaspille mon énergie et finis par m’épuiser.
  • Et le cycle recommence avec une période où les frustrations refont surface faisant augmenter le niveau général de stress.

Petite liste de mes addictions, de mes tentations :

  • le sexe, les relations sexuelles avec d’autres personnes, l’onanisme,
  • les romances, les flirts, la drague, les relations amoureuses,
  • le contrôle de mon alimentation, voir mes trois articles sur mes troubles du comportement alimentaire,
  • la consommation d’aliments sucrés,
  • les achats compulsifs, les dépenses inutiles,
  • la consommation excessive d’activités sociales ou ma dyssynchronie sociale,
  • la procrastination,
  • me coucher tard après avoir procrastiné,
  • penser excessivement, penser à mon passé, me projeter dans l’avenir sans passer à l’action, avoir des pensées négatives,
  • le travail, je suis parfois workaholic,
  • le perfectionnisme, le jusqu’au boutisme,
  • trop de sport, surtout trop de déplacement à vélo, voir mon article sur le besoin de se dépenser du surdoué,
  • le contrôle de tout cela et le contrôle en général.

Ma frustration du surdoué se transforme en violence !

Si je ne sais pas gérer ma frustration elle se transforme en violence que je m’inflige inconsciemment. Je me fais des reproches, je ne me permets pas de me reposer, je m’impose un rythme soutenu et un niveau d’exigence élevé, je tombe dans les addictions

Ma frustration du surdoué se transforme en violence contre les autres !

Je peux aussi retourner cette violence contre les autres. Par exemple dans mes précédents couples j’étais très frustré de ne pas être créateur de mon entreprise car j’étais salarié à temps complet. Et je ne connaissais pas encore le fonctionnement de ma frustration. Alors une fois rentré chez moi après mon travail je pouvais être désagréable et m’en prendre à ma moitié sans aucune raison. Je m’en prenais plus facilement à mon conjoint qu’à des amis ou de la famille avec qui j’évitais les contacts ou restais cordial. Aussi je me rappelle avoir été violent au volant de ma voiture lorsque j’en avais une. Je rouspétais contre tout, pouvais crier. C’est le cas de nombreux conducteurs. Ça m’est ensuite arrivé à vélo mais j’ai appris à me calmer parce que je ne voulais plus me sentir mal à cause de cela. Mon entourage me trouve plutôt zen maintenant et ne croit pas que j’aie pu m’énerver autrefois.

La frustration du surdoué me rend désagréable !

Quand je suis frustré, je ressens un malaise diffus qui me déstabilise. Je ne me sens pas dans de bonnes conditions pour être agréable. Si je veux ou dois être agréable cela me prend beaucoup d’énergie. Je peux devenir désagréable. Comme je pense à plein de choses, je ne suis pas présent avec les personnes.

Une vision positive de la frustration du surdoué !

La frustration du surdoué peut délivrer beaucoup d’énergie !

Quand je me sens frustré je remarque qu’en fonction du niveau de frustration, d’insatisfaction j’ai accès à une grande quantité d’énergie. Elle me permet soit de m’adonner à une addiction soit de changer la situation qui me pose problème. Quand je ne peux plus supporter ma situation, j’ai besoin de résoudre mes problématiques pour pouvoir débloquer des choses et avancer. Je le fais vigoureusement. C’est cela qui permet au surdoué de libérer une grande quantité d’énergie pour abattre une énorme charge de travail d’un seul coup. Menant parfois même à l’épuisement.

Voir ma frustration me responsabilise !

Quand je me rends compte de tout ce processus, je me retrouve devant un choix à faire qui me responsabilise. Que faire ? Addiction, colère ou résoudre mon problème ? Quand je vis de façon plus consciente en pensant à mon fonctionnement, je peux changer des choses que je croyais impossibles. J’ai le pouvoir de changer de comportement et donc de changer ma destinée. Moi qui me croyais coincé, j’arrive à changer des choses dans ma vie et en moi. Ce n’est certainement pas facile, je dois prendre sur moi pour agir dans le sens de l’amélioration. Mais je suis tellement content, fier de moi par la suite. Bien souvent je me rends compte que c’était simple et rapide. Je m’en faisais une montagne.

Le cycle vertueux de la frustration !

Voici cet autre cycle plus vertueux que le premier.

  • Je me sens bien.
  • Mon niveau de frustration augmente car je tarde à faire des choses.
  • Mon seuil de tolérance est dépassé et je décide de passer à l’action, d’agir pour résoudre un ou plusieurs problèmes ou d’avancer dans un projet. J’ai l’impression d’attendre le dernier moment pour le faire. Quand je suis en forme je peux faire un peu chaque jour pour éviter l’accumulation de frustration.
  • Ma situation s’est améliorée en agissant et en plus je tire une satisfaction d’avoir agi. Ce qui m’encourage à continuer à agir.
  • Je me sens bien et cet état de bien-être, ce ressenti peut durer plus longtemps. Du moment que je continue à agir et retire des satisfactions à agir dans le bon sens.

Que faire en cas de frustration du surdoué ?

Pour me calmer !

En général quand je remarque tout ça, le stress, la frustration, que je ne suis plus agréable et que je me sens mal, il vaut mieux que je me mette en retrait. Et quand je ne peux pas agir car il en est du ressort d’autres personnes, je m’isole. Je fais des choses que j’aime, je prends soin de moi, j’écris un moment, je dessine et je travaille sur autre chose.

Comment limiter la frustration du surdoué ?

  • Je crois que le mieux est de faire ce que j’ai à faire au fur et à mesure.
  • D’organiser mon emploi du temps pour ne pas être débordé par mes propres activités et projets. Voir mon article sur l’organisation du surdoué.
  • Ne pas me disperser mais me focaliser sur ce qu’il y a de plus important pour moi. Limiter le superflu, voire l’éliminer. Voir mon article sur la dispersion du surdoué.
  • Savoir dire non à des personnes qui me proposent des choses. Je ne peux pas être partout et tout faire. Même si c’est sympa, je dois mettre des priorités. Aussi ne pas me laisser envahir par des personnes, événements, choses qui ne m’apportent rien. Le type de relation qui ne fonctionne que dans un seul sens.

Trouver un équilibre constructif !

Je me sens toujours à la limite. C’est du travail pour maintenir cet équilibre. Il y a plusieurs années je n’en étais pas conscient et je me faisais déborder par mes émotions. Depuis plusieurs mois je décortique mes schémas, mon fonctionnement pour pouvoir changer des composantes. Tout n’est pas mauvais, j’ai des petits ajustements à faire. C’est une question de réglage. De voir qu’il y a peu de choses à changer, je ne m’en fais pas une montagne et je peux agir par petites actions qui sont à ma portée.

Une question de réglages !

Aujourd’hui quand je me sens frustré, j’observe ce qui se passe en moi et je reprends mon pouvoir sur ma destinée en agissant de la meilleure façon. Quand j’ai de l’énergie pour le faire. Mais quand je suis fatigué je peux retomber dans une addiction si je ne fais pas attention. Par contre je m’autorise parfois un petit plaisir sans retomber dans l’addiction. Et surtout je réfléchis à ce que je peux faire pour changer ma situation dans un premier temps. Je me pose la question : “Qu’est-ce que je peux faire maintenant pour améliorer cette situation ?” Quelque chose de simple et rapide fait finalement très bien l’affaire. Alors pourquoi est-ce que j’attends ? Pourquoi me fais-je tant de souci ?

Eviter les todo lists !

J’ai remarqué que faire des “todo lists” me générait du stress, de la frustration. Je me trouvais des tonnes de choses à faire et n’arrivais jamais à tout faire. En plus de nouvelles choses à faire s’ajoutaient au fur et à mesure et ma liste s’allongeait plus qu’elle ne diminuait. C’est très démoralisant.

Penser en termes de priorités !

Je remplace les “todo lists” par une gestion des priorités en notant une à trois choses les plus importantes à faire chaque jour, semaine et mois. J’essaie de me concentrer sur une seule tâche à la fois pour être sûr de la mener jusqu’au bout.

Le pouvoir de la parole !

J’allais oublier une chose importante. On est tous en relation avec d’autres personnes, on ne vit pas seul. Du coup il peut être bien de parler des problèmes aux personnes concernées et de ne pas garder pour soi des choses auxquelles on pense. En parlant il se peut bien que les choses s’arrangent ensuite. Donc pas besoin de ne rien dire pour ne pas faire de vague. C’est le meilleur moyen d’accumuler de la frustration et exploser ensuite. A condition d’en parler posément par exemple en employant la méthode de la CNV (Communication Non Violente) de façon souple et non automatique comme elle est proposée par ses promoteurs.

La frustration du surdoué
La frustration du surdoué !

Un petit mot sur mon illustration !

Pour l’illustration de cet article j’ai commencé à cherché dans mes dessins déjà réalisés si j’en avais un d’approprié. Quelques secondes après avoir commencé à regarder j’ai eu une image en tête. Ni une ni deux j’ai dessiné cette illustration. J’ai représenté une femme originaire d’Afrique. C’est peut-être une métis comme moi car elle a des yeux verts et des cheveux roux, pas comme moi. J’ai laissé parlé ma partie féminine dans ce dessin.

Tourner la frustration du surdoué à son avantage !

Utiliser la frustration du surdoué comme moteur !

J’ai observé que par le passé j’ai parfois utilisé inconsciemment ma frustration comme moteur, motivation, énergie. Elle m’a permis de débloquer des situations, de progresser, d’avancer dans des projets, d’aller au-delà de mes limites. C’est désormais ainsi que j’aimerais procéder. Utiliser cette énergie de façon positive et non plus la gaspiller en auto destruction. Je pense mettre en place une petite méthode.

Le surdoué est un moteur dans un groupe !

J’ai remarqué que dans des groupes les personnes les plus motivées sont souvent des surdouées. Aussi mes professeurs m’ont toujours décrit comme étant la locomotive de la classe. Quand j’ai été jeune adulte j’ai à nouveau été moteur dans plusieurs associations. J’ai toujours été le motivateur dans les groupes où j’étais. Je trouve cela paradoxal car j’étais plutôt timide, j’avais un problème de dévalorisation du surdoué et j’avais un manque de confiance en moi. Mais c’est parce que je dépassais mes limites et disais ce que je pensais sincèrement. Je ne le voyais pas mais ce que je disais était souvent percutant, persuasif. Et les gens me voyaient comme une personne dont l’avis est judicieux.

Les rêves du surdoué !

Je viens de faire un rêve nocturne qui m’a rappelé d’écrire ce point ci-dessus qui se trouve être le plus important pour mon article. J’ai d’ailleurs le projet d’écrire un article sur les rêves du surdoué depuis le début de mon blog. J’ai encore tellement d’articles à écrire, à chaque article je trouve plusieurs sujets passionnants que je note soigneusement.

Apprendre la patiente !

Après l’écriture de cet article j’ai discuté avec mon ami qui corrige les articles de mes blogs. Il est bientôt à la retraite et il m’a dit qu’avec le temps il a appris la patiente. Je m’aperçois que je suis plus patient qu’avant et que j’apprends de plus en plus à l’être. Cela va de paire avec la persévérance. J’ai besoin de patience et de persévérance dans mon travail sur les blog, avec les galeristes, en amour, en amitié … Patience et persévérance m’aident vraiment beaucoup.

Le pouvoir de l’écriture !

Voilà j’aime bien finir mes articles par une note positive, des idées constructives. C’est un peu comme écrire mes pages du matin, mon journal intime. J’écris ce qui ne va pas, comment ça se passe, je trouve des solutions et je passe à l’action Je vous recommande fortement d’écrire dans un cahier personnel, idéalement chaque jour. Vous verrez comment cela vous aidera à changer votre vie. Quand vous êtes frustré, malheureux, en colère … écrivez. Mais écrivez aussi quand vous vivez des moments heureux, ce qui aide à construire et consolider la confiance en soi, l’estime de soi. J’en parle dans un article, cette méthode s’appelle les pages du matin.

A votre tour de parler de vos frustrations de surdoué !

Je suis curieux de savoir si ce que j’ai écrit dans cet article fait écho avec votre vécu. Vous pouvez l’écrire dans les commentaires si vous en ressentez l’envie ou le besoin. Merci d’avance aux surdoué.es qui le feront.

Où me retrouver sur les réseaux sociaux ?

Vous pouvez me rejoindre sur votre réseau social préféré. Cela me fera plaisir de pouvoir correspondre avec vous.

Facebook : https://www.facebook.com/SurdoueOuPasSurdoue/

Instagram : https://www.instagram.com/surdoueoupassurdoue/

LinkedIn : https://www.linkedin.com/groups/8751590/

Twitter : https://twitter.com/surdoueoupas

Si cet article vous a intéressé, merci de le liker et de le partager pour aider d’autres personnes et faire connaître mon blog. Et si vous ne voulez manquer aucun article, abonnez-vous à mon blog.

Je vous souhaite une excellente journée ou nuit, prenez bien soin de vous. A la semaine prochaine dans un nouvel article.

Surdoué.e.s ou pas surdoué.e.s, remettons nous au centre de notre vie !

Cliquez ici pour lire mon article précédent “Résultats du sondage surdoué : quels sujets vous intéressent ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages
  • 5
  • 1
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

4 thoughts on “La frustration du surdoué !

  1. Rodolphe sur Twitter me dit qu’il faut peut-être intégrer deux notions à la frustration du surdoué :
    – “beaucoup de frustrations sont liées au sentiment d’injustice et au système de valeur du HPI”.
    – “prendre en compte “l’humeur du moment” et la relation avec les cycles de “désintégration positive” du HPI.
    Je ne sais pas ce que ce dernier terme signifie mais je vais me renseigner.
    En tout cas ce sont de beaux sujets d’article.
    Bonne journée.
    Raphaël

  2. Superbe synthèse de ce que je fais/ressens/subis aussi. Meeeerciiiiii !

    Pour moi, cette frustration remonte à la genèse de ma pensée (qui s’est enclenchée très tôt, pour ma plus grande perte). Frustration de n’être pas tout, de ne pas pouvoir tout lire, écrire, dessiner, penser, chanter, etc., de ne pas tout faire non plus immédiatement et de ne jamais pouvoir travailler dans ce que j’aime (c’est à dire à la croisée de ce TOUT). Actuellement, je finance seule un doctorat par 32543546346 métiers, jobs, tafs de m… qui me lassent au bout de quelques jours (je crois qu’ils me lassent en fait avant d’avoir commencé). J’en commence un autre samedi que je cumulerai avec encore un autre (à temps complet) en mai. J’anticipe tout, mon curseur de plaisir est trop haut et comporte trop de paramètres variés. Du coup, TOUT ME FRUSTRE. Bref, c’est dur de faire semblant tout le temps dans une société à laquelle je suis résolument étrangère. Semblant de ne pas être frustrée, d’être motivée, de m’intéresser à des c… banales sans nom. Marre de tenir le crachoir quand les autres parlent de foot ou de couches pour bébé, marre que l’on me tourne le dos quand j’ose parler de ce qui m’intéresse.

    Marre d’être frustrée, quoi.

    Bonne continuation !!!!

    Miaaaa

    1. Bonjour Miaaa, la seule solution pour les amitiés c’est de trouver des gens comme nous qui nous écoutent et avec qui discuter de nos sujets préférés.
      Bon courage pour le travail et ton doctorat.
      Bonne journée.
      Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.