L’excès de confiance en soi du surdoué !

L'excès de confiance en soi du surdoué

L’excès de confiance en soi du surdoué !

Temps de lecture estimé : 4 à 7 minutes.

Bonjour ! Cette semaine je vais parler de l’excès de confiance en soi du surdoué. C’est le deuxième article d’une série de trois sur la confiance en soi du surdoué. Le premier article portait sur le manque de confiance en soi du surdoué et le sujet du troisième sera la juste confiance en soi du surdoué.

Ma confiance en moi a évolué tout au long de ma vie à un point que j’ai l’impression d’avoir traversé un océan à la nage. Je suis parti d’un manque de confiance en moi pour arriver à un équilibre, une juste confiance en moi. En passant par des périodes d’excès de confiance en moi. Je partage ici mon témoignage de surdoué et je vous donnerai quelques astuces pour avoir une confiance en soi équilibrée.

Bienvenue sur mon blog surdoué.e ou pas surdoué.e. Je m’appelle Raphaël, je suis surdoué non testé et j’ai décidé d’enquêter sur la surdouance car je veux comprendre.

Excès de confiance en soi dans cet océan de manque de confiance en soi !

Dans toutes mes années de manque de confiance en moi il y heureusement eu des éclaircies de confiance en moi, des périodes où je me sentais bien et confiant. Peut-être même un peu trop. Je peux apparenter ça à de la toute puissance du surdoué, c’est-à-dire à un excès au point de ne plus être capable de mesurer les conséquences et de voir les dangers, les risques et les limites. L’excès de confiance en soi aveugle le surdoué. Cela m’a causé des blessures physiques (coccyx cassé, maux de dos, chutes de vélo, bosses), des pertes d’argent et des relations orageuses.

A quoi mon excès de confiance en moi était-il dû ?

Sur un petit nuage, l’amour, trop plein d’énergie et d’optimisme, suite à plusieurs réussites d’affilé, une rentrée d’argent exceptionnelle, de nouveaux amis, découvrir un nouvel endroit … Succès après succès (petit ou grand) je prenais un peu plus confiance en moi. Cela m’encourageait à continuer de plus belle. Mais par la suite je me mordais toujours les doigts, je regrettais et je m’en voulais de m’être enthousiasmé, enflammé autant.

Excès / manque de confiance en soi et naïveté du surdoué !

Comme beaucoup de surdoués j’oscille entre trop et pas assez, je ne connais pas le juste milieu, l’équilibre. Concernant ma confiance en moi, j’en avais souvent très peu ou énormément. Dans les deux cas cela m’a porté préjudice. Un pensée éclair traverse mon esprit, je comprends pourquoi on me disait que j’étais naïf. Le lien n’est pas facile à faire mais je le vois. J’étais naïf car je faisais confiance aux autres à défaut de me faire confiance, je les croyais plus et je croyais plus en eux que je ne me croyais moi et croyais en moi. Je ne connaissais rien de la vie alors je n’avais pas de références. Du coup je croyais tout ce qu’on me disait car en plus j’étais désireux d’apprendre et de bien faire. Je ne remettais pas en question quand je ne connaissais pas, j’obéissais. Je gobais tout.

Naïveté et manipulabilité du surdoué !

Finalement la vie m’a tout appris en passant par là où je suis passé, toutes ces difficultés. C’est aujourd’hui que je vois mes échecs se transformer en leçons de vie d’une grande valeur. Alors qu’avant j’aurais continué à faire la même chose, avec le recul que j’ai maintenant, je fais complètement différemment jusqu’à trouver les bonnes solutions pour réussir. En fait ma naïveté est aussi à rapprocher du fait que j’étais très manipulable, ça va ensemble. J’ai parlé du fait que le surdoué peut être manipulable dans l’article précédent.

L’effet grisant quand le surdoué découvre la confiance en soi !

J’étais tellement habitué à me sentir mal, pas à l’aise avec les personnes et les situations que lorsque je touchais à des moments de chance, de bien-être intérieur, cela en devenait vite grisant. Cela me donnait envie de plus de bonnes choses, de chance et de bien-être. Je ne connaissais pas le juste milieu et mes limites concernant ma confiance en moi. Elle me donnait beaucoup d’énergie que je devais gérer. C’en était même violent pour mon entourage, pas habitué à me voir aussi excité, enthousiaste, envahissant, trop tout.

Un excès de confiance en soi peut donner un sentiment de toute puissance !

Dans ces instants d’extase, je me sentais capable de faire tout ce que je voulais, mettre en oeuvre mes idées, je pensais avoir le temps de tout faire. Me sentant fort mentalement, moralement et physiquement. Je ne voyais plus mes limites, que j’étais un humain avec seulement deux bras et deux jambes pour faire tout ce que j’avais prévu. Mon temps restait le même que pour quiconque et mon porte-monnaie n’étais pas extensible.

L’excès de confiance en soi donne un sentiment d’euphorie !

Dans ces moments-là je me sentais boosté, shooté, vitaminé. J’étais surexcité, hyper-hyperactif (encore plus que d’habitude). Mon cerveau tournait encore plus vite et mon sommeil était encore plus perturbé. Je ne trouvais pas le sommeil car je pensais à bien trop de choses importantes, excitantes et profondes même le soir très tard. Je me réveillais en pleine nuit pour noter des idées qui m’étaient venues en dormant. Pourquoi n’a-t-on pas un bouton pour arrêter le mode “penser” pour switcher en mode “nocturne”. C’était sûrement dû à une production d’hormones en excès, à un déséquilibre ou simplement à mon fonctionnement cérébral de surdoué.

L’excès de confiance en soi dérange les autres !

Je me rappelle les réflexions des personnes de mon entourage : “calme-toi”, “tu es trop excité”, “tu es insupportable”, “va te défouler ailleurs” … Ma vitesse de réflexion, de discussion, de travail était trop rapide pour les autres et ça les dérangeait. Comment pouvais-je faire tout ça en si peu de temps ? Cela entraînait chez eux de la jalousie, du rejet, de l’incompréhension, de la méchanceté.

Les autres voyaient bien mon schéma !

Je me souviens de quelques personnes qui me connaissaient bien mieux que moi. Elles “lisaient en moi comme dans un livre” me disaient-elles, alors que je n’avais pas mon propre mode d’emploi. Elles savaient que ça n’allait pas durer et me le disaient. Je leur répondais que cette fois-ci, j’avais compris et que c’était la bonne. Je n’en reviens pas d’avoir dit tout ça, j’ai l’impression d’avoir été un ancien AA (Alcoolique Anonyme) en voie de guérison mais encore fragile.

L’excès de confiance en soi est une drogue !

C’est clair, j’adorais ressentir et vivre tout ça. Ça me donnait une bouffée d’air frais dans la lourde vie que je menais et l’impression d’être vraiment moi-même. Quand je ne ressentais pas cet état, j’étais en manque, dans un état de manque à cause du manque de confiance en moi. J’étais drogué à la confiance en moi. Je me sentais perdu par rapport à tout ça et ne savais pas comment faire.

Un excès de confiance en soi entraîne une boulimie de la vie !

La confiance en moi était une drogue et je faisais en sorte d’en consommer le plus possible. J’entreprenais encore plus de choses, rencontrais encore plus de nouvelles personnes, je voulais plus “de tout”. J’étais boulimique de tout, de ce que m’offrait la vie. Je voyais un nouvel avenir avec de nouvelles possibilités.

Un excès de confiance en soi entraîne une incapacité à faire des choix !

Je remplissais mon agenda très rapidement et les événements se juxtaposaient. J’avais envie de tout faire, je tentais de tout faire mais je courais dans tous les sens et je m’épuisais. Finalement je ratais des choses, des relations, je décevais des gens et me décevais ensuite moi-même. Je ne voulais pas et ne pouvais pas non plus choisir d’un côté pour renoncer de l’autre. C’était pour moi dommage de louper des personnes et des choses intéressantes. Mais finalement c’est ma vie et moi-même que je ratais. A trop faire de choses je ne construisais rien de propre à moi-même dans ma vie.

L’arrogance que confère l’excès de confiance en soi du surdoué !

Vu de l’extérieur je donnais l’impression d’être arrogant, prétentieux, présomptueux parce que mon excès de confiance en moi me faisait me fixer des objectifs trop élevés pour moi et par rapport aux autres. Mais je ne le voyais pas ainsi car je n’avais plus de limites, je me sentais réellement capable de faire tout ça et aussi bien et loin. C’était challengeant pour moi de viser haut. Et comme je ressentais en moi beaucoup d’énergie et que je pensais que ça allait durer, j’étais sûr et certain d’atteindre mes objectifs.

L’excès de confiance en soi entraîne encore plus de confiance en soi !

Cette euphorie ressentie délivre encore plus d’énergie. C’est un cercle vicieux, une spirale ascendante, positive exponentielle qui fait monter vite et trop haut. Attention à la chute, à la descente. C’est ce qui se passe jusqu’au jour où ce déséquilibre causé par l’excès n’est plus supportable pour le corps et la tête. Et c’est le burn-out, la dépression, la grosse fatigue.

Après l’excès de confiance en soi du surdoué !

Le retour à la réalité après une période d’excès de confiance en soi !

Au bout d’un certain temps à vivre à un rythme effréné, je finissais par m’épuiser. Je n’avais plus d’énergie car je ne dormais pas assez pour reprendre des forces. Comme je ne mangeais pas assez par manque de temps et d’organisation, j’avais souvent des coups de fatigue en fin de matinée, d’après midi et de soirée. Je voyais trop de monde et je ne passais pas assez de temps seul pour me ressourcer. L’heure du contre-coup et de la déprime était arrivée et allait durer un bon moment. Je ressentais de la déception, du dégoût, de la tristesse, je me dévalorisais à nouveau. Et j’avais perdu la confiance que j’avais pu acquérir pendant cette période d’excès de confiance en moi. Je retournais dans mon néant du point de départ.

Un excès de confiance en soi entraîne l’échec !

Chaque période d’excès de confiance en moi a été de trop courte durée pour que j’aie eu le temps d’atteindre mes objectifs. J’ai tout juste eu le temps de me lancer dans de nouveaux projets démesurés, mettre en place des choses, commencer de nouvelles relations. Puis mon énergie déclinant je laissais tout tomber sans m’en rendre vraiment compte. Ma vie avait un goût d’échec. Je me mettais en échec moi-même en me jetant à corps perdu dans cet éclaircie de confiance en moi, sans réfléchir à la pérennité, aux conséquences, à tenir dans la durée. Je dépensais sans compter toute mon énergie et tout mon temps, du gaspillage. Surtout en voyant le résultat final, RIEN. Je ne transformais pas l’essai car je ne finissais pas grand chose. Et au final, je n’avais rien. Seulement passé des moments bons et intenses.

L'excès de confiance en soi du surdoué
L’excès de confiance en soi du surdoué !

Pourquoi cet excès de confiance en soi du surdoué ?

Le surdoué manque généralement de confiance en lui (d’autres ont la chance d’en avoir). Alors quand il se sent bien, il peut avoir confiance en lui. Il suffit qu’il ait quelques succès pour être “sur un petit nuage et ne plus se sentir”, je connais bien ça. Cela lui donne envie d’aller plus loin pour explorer la vie mais il ne connaît pas ses limites puisqu’il n’a pas suffisamment expérimenté la vie. Par peur, par timidité, par dévalorisation, il a fait moins de choses que les autres et est allé moins loin dans certains domaines, en particulier là où les normo-pensants sont bons, comme les relations humaines. Donc par excitation, par goût de la découverte et voyant que ça marche et que ça lui plaît, le surdoué se lance à corps perdu dans cette opportunité sans se préparer suffisamment. Il tombe dans les excès.

Qu’ai-je appris de et pendant mes excès de confiance en moi ?

J’ai peut-être été un peu dur avec moi en faisant cette analyse, je suis trop exigeant envers moi-même, un grand classique des surdoués. Je ne sais plus combien de fois cela m’est arrivé. C’était cyclique. Quel était le rythme ? Mensuel, hebdomadaire ? Cela m’a permis de découvrir plein de choses dans des domaines complètement différents. Quand je voyais assez d’intérêt pour un sujet, je pouvais y revenir plusieurs fois. Soit j’approfondissais soit je recommençais tout à zéro à cause de mon perfectionnisme. Aujourd’hui je me sens tellement mieux que je ne regrette pas mon passé. Si je suis la personne que je suis, ça doit être grâce au chemin que j’ai parcouru. Et s’il en avait été autrement je vivrais une toute autre vie à la place de celle-ci. J’ai trouvé un sens à ma vie et je ne veux pas en changer.

Voilà donc mon deuxième article sur la confiance en soi du surdoué. Le premier portait sur le manque de confiance en soi du surdoué et le prochain portera sur l’équilibre à trouver, la juste confiance en soi du surdoué.

Si vous avez apprécié cet article, merci de le liker et de le partager pour m’aider à faire connaître mon blog. Et si vous ne voulez manquer aucun article, abonnez-vous à mon blog. Merci de m’avoir lu jusqu’ici.

Je vous souhaite une excellente journée, prenez bien soin de vous. A la semaine prochaine dans un nouvel article.

Surdoué.e.s ou pas surdoué.e.s, remettons nous au centre de notre vie !

Lire mon article précédent sur le manque de confiance en soi du surdoué et mon article suivant sur la juste confiance en soi du surdoué

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

2 thoughts on “L’excès de confiance en soi du surdoué !

  1. bonsoir,

    merci pour ce bel article.
    comment faire la différence entre cet état dhyperactivité HP positive (en tout cas momentanément) et la bipolarité dans son type hypomanie chronique qui donne aussi cette sensation euphorique de toute puissance?
    merci pour vos partages personnels et humains.

    1. Bonjour Julia et merci pour votre commentaire et votre question. Je ne connaissais pas bien les termes que vous avez employés. Je me suis renseigné et fait mon avis. Je précise que je ne suis pas psy et médecin. Ces termes ont été inventés pour mettre des mots sur des comportements avec des caractéristiques précises. Comme notre société aime mettre des étiquettes et pouvoir trouver des solutions pour résoudre les problèmes. Pour certaines personnes cela peut avoir differentes origines dont hormonales. Dans mon cas je pense que mes excès de confiance en moi font partie d’un fonctionnement lié à mon manque de confiance en moi. Tout est lié. N’ayant pas trouvé d’équilibre j’oscille entre trop et pas assez. Mon manque de confiance entraîne en moi un ras le bol qui déclenche un soubresaut, comme une personne qui se noie, touchant le fond donne un coup de pied pour remonter à la surface. Ayant repris goût à la vie, je veux la dévorer pour en profiter au maximum et ne me repose pas. Mais je m’épuise finalement et retombe dans mon trou. Ce repli sur moi m’aide à me ressourcer et il est nécessaire à mon nouveau retour à la vie.
      C’est comme le yin et le yang, l’un ne va pas sans l’autre chez les personnes atteintes de bipolarité.
      C’est un fonctionnement cyclique qui pose problème car il n’aide pas à construire sa vie, persévérer et suivre des relations de façon satisfaisantes.
      Mais je pense que l’on peut trouver son propre équilibre comme je l’ai fait et que pour beaucoup de gens il ne s’agit pas de bipolarité. Je suis sûr qu’il y a une solution pour chacun. Cette bipolarité n’en est peut-être pas une chez les surdoués. J’ai l’intuition qu’elle peut s’équilibrer, qu’en faisant un travail profond sur soi, le surdoué peut trouver un équilibre positif sans trop d’excès dans sa vie. Donc pour répondre à votre question, il ne s’agit pas d’hyperactivité. Car l’hyperactivité est par rapport au rythme des normo-pensants. Que sont les normo-pensants par rapport aux surdoués ? Des hypoactifs, des personnes hypoactives. Et il ne s’agit pas de maladie, de bipolarité dans le cas de nombreux surdoués. C’est juste qu’ils ne se connaissent pas assez et qu’ils subissent les inconvénients de leur fonctionnement. En se connaissant et en s’acceptant zèbres, on connaît ses limites et on apprend à gérer son énergie, son humeur, son enthousiasme. Cela s’appelle la sagesse je crois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.