Cultiver l’estime du surdoué 2018-S14

Les outils du surdoué

Comment cultiver l’estime du surdoué ?

Exercices quotidiens de la semaine 14 de 2018 (j’inclus le dimanche 1er avril).

J’ai créé cet espace dans mon blog pour m’aider à être positif, à voir les choses du bon côté. Et pour éviter de retomber dans mon habitude de penser négativement. Cela va m’aider à cultiver mon estime du surdoué.

Bonjour et bienvenue sur mon blog surdoué ou pas surdoué, je m’appelle Raphaël et je témoigne sur mon parcours de surdoué qui cherche des solutions pour mieux vivre ma surdouance.

Exercice : mes trois points positifs du jour ou d’hier !

Chaque jour, je cite trois choses positives de ma journée ou d’hier, pour m’aider à voir les aspects positifs de ma vie quotidienne. Car j’ai tendance à trop utiliser mon cerveau automatique limbique et à ressasser les points négatifs de ma vie. Il est aussi bon de voir les points négatifs, à condition d’être constructif et de trouver des solutions.

Mes trois victoires !

Dans cet exercice, chaque jour, je porte un nouveau regard sur mon passé. Je cite trois de mes victoires, situations où j’ai dû me dépasser. Elles peuvent être petites, comme demander l’heure à quelqu’un, ou grandes, comme avoir concrétisé une idée. Pour m’aider à voir mes réussites plutôt que mes échecs. Car j’ai tendance à ne considérer que mes échecs, ce qui peut être bon, à condition d’en tirer des leçons.


Dimanche 8 avril 2018

Mes trois points positifs aujourd’hui :

  1. Je suis allé mangé chez mes parents en famille. Ma mère a cuisiné des plats délicieux. Je suis même reparti chez moi avec de quoi manger plusieurs jours.
  2. J’ai fait une bonne séance de sport car je suis allé en vélo chez mes parents et suis revenu en vélo chez moi, avec un gros sac à dos rempli de victuailles. Soit 20 km et deux heures au total.
  3. Avec mon article d’aujourd’hui, sur mon rapport au temps du surdoué, je commence à organiser mon emploi du temps autrement.

Mes trois victoires dans le passé :

  1. Je réussis à dire beaucoup plus rapidement à quelqu’un quand quelque chose ne me convient pas. Comme quand des prospecteurs téléphoniques me téléphonent. Alors qu’avant, je ne le faisais jamais, ce qui me posait de graves problèmes.
  2. Je me souviens de la première fois que j’ai dû changer une chambre à air de mon vélo. Il y a environ 12 ans. J’ai procédé étape par étape pour y arriver. Je me rends compte que j’ai beaucoup de chance, je crève rarement mes pneus de vélo. Par contre, je me sens souvent crevé.
  3. Aujourd’hui, je suis allé chez mes parents en vélo et je suis repassé devant l’endroit où je suis tombé de mon vélo sur le trottoir en voulant monter sur le trottoir. C’était il y a 15 ans. Heureusement, je n’ai eu que des égratignures et pas de casse de vélo. En y passant tout à l’heure, je n’ai pas ressenti d’émotions négatives par rapport à cet incident. J’en suis content.

Samedi 7 avril 2018

Mes trois points positifs aujourd’hui :

  1. Hier je n’ai pas eu le temps d’aller peindre à l’atelier. Aujourd’hui j’y suis allé, pour ne pas manquer mon rendez-vous quotidien plus d’un jour.
  2. Soirée crêpes de la mer ce soir en petit comité.
  3. J’ai récupéré ma selle de vélo dans le bar où je l’avais oubliée jeudi soir.

Mes trois victoires dans le passé :

  1. C’était aujourd’hui, je le note parce que ça vaut le coup et que c’est drôle. Comme je n’avais plus de selle à mon vélo habituel, j’en ai pris un autre vélo pour aller à Lyon cet après-midi. A l’aller, je trouvais difficile de pédaler. Et pour le retour, les pédales étaient vraiment grippées. J’ai ausculté attentivement mon vélo et j’ai compris ce qui s’était passé. Le joint de l’axe du pédalier s’est enlevé laissant apparaître le roulement à billes et y laissant passer de la poussière, cela grippant le tout. J’ai pu clairement observé que mon cerveau était en mode de recherche de solutions. Je me suis demandé où trouver du produit dégrippant ou de l’huile ou de la graisse pour la mécanique. J’ai demandé à des motards, rien. Puis près d’un bar restaurant, j’ai vu de gros bidons en plastique. Je m’en suis approché, c’était bien ce que je pensais, de l’huile pour friture. J’en ai donc mis sur mon axe de pédalier et je suis reparti en pédalant normalement. Heureusement car je ne voulais pas rentrer à pied.
  2. Pour accéder à mon appartement et à celui de ma voisine au deuxième étage, il faut passer par une passerelle qui ressemble à un balcon. Mais cette voisine avait tendance à privatiser ce passage. Elle avait trouvé le moyen de mettre des plantes en jardinière, d’accrocher ses balais et seaux sur les murs, étendre son linge, installer une table et des chaises. En toute saison sauf en hiver, elle ouvrait toutes ses fenêtres et écoutait la musique à fond, résonnant dans la cour. Elle mangeait aussi sur ce passage avec toute sa famille, parfois jusqu’à dix personnes entassées sur 2 m2 jusqu’à minuit. Ca ne me plaisait pas du tout et m’incommodait quotidiennement. Un jour, je suis allé la voir et lui ai dit qu’elle devait arrêter tout ça. Je lui ai dit plusieurs fois sans lâcher. J’ai envoyé des plaintes à la régie et à son propriétaire. Nous nous sommes engueulés plus d’une fois. Pourtant je suis gentil et j’avais peur, je ne disais pas aux gens les choses. Ca m’a servit, car j’ai appris à dire quand quelque chose ne me convient pas. J’ai encore des progrès à faire, mais aujourd’hui même si je ne suis pas à l’aise, je dis ce que je pense.
  3. Content d’avoir fait mes travaux de rénovation complète de mon appartement de 60 m2 loi Carrez, 85 m2 de surface utile avec les mezzanines, pour seulement 23000 euros. En passant par des entreprises, ça aurait dû me coûter deux ou trois fois plus.

Vendredi 6 avril 2018

Pas eu le temps.


Jeudi 5 avril 2018

Mes trois points positifs aujourd’hui :

  1. Ce soir, j’ai discuté et détecté cinq zèbres dans un meetup. Au sport, j’ai revu une ancienne collègue de boulot, elle est aussi zèbre, ainsi que l’ami qui l’accompagnait. Ce matin, j’ai eu la visite d’un ami zèbre. Et hier soir, j’ai appris à une amie qu’elle était zèbre. Parmi eux trois s’en doutais et les autres en doutent. Pourtant tout de ce qu’ils disent d’eux correspond aux caractéristiques des personnes à haut-potentiel. J’ai l’impression d’attirer les surdoués. Et ça me plaît.
  2. Une longue journée très remplie, riche de rencontres, joyeuse, dynamique.
  3. Riche de découvertes aussi, car je commence à m’intéresser aux études scientifiques sur le cerveau, la et les neurosciences. Passionnant.
  4. Bonus rigolo et sportif : ce soir j’ai oublié ma selle de vélo dans le bar où a eu lieu le meetup. Et le bar a fermé tôt. Alors je suis rentré chez moi en faisant du vélo en danseuse sur 2,5 km = ma dernière séance de sport à 23h. Je crois que je vais le faire plus souvent, pour me sculpter de belles jambes et un beau fessier 😉

Mes trois victoires dans le passé :

  1. Après un petit accident en vélo qui m’est arrivé en 2003, je n’ai pas eu peur de refaire du vélo en ville à Lyon. J’ai repris le vélo immédiatement.
  2. Ca devient difficile de trouver des moments victorieux. Ah oui, je m’en suis toujours sorti financièrement, malgré mes difficultés de au travail, par manque de clients. Je tiens à remercier mes amis et mes parents qui m’ont aidé dans ces moments difficiles.
  3. Je suis fier de ne plus avoir eu de four à micro-ondes depuis 2006, cela fait 12 ans que je n’en ai plus alors que j’étais un utilisateur quotidien.

Mercredi 4 avril 2018

Mes trois points positifs aujourd’hui :

  1. Aujourd’hui je me repose en travaillant chez moi, car mes rendez-vous ont été annulés au dernier moment.
  2. Ce matin, à mon atelier de peinture, j’ai commencé une nouvelle série de dessins au petit format sur les pages d’un vieux livre en mauvais état. Un vrai plaisir.
  3. Les travaux dans mon immeuble sont presque finis. Il ne reste plus que le changement des boîtes aux lettres, d’une porte d’entrée et la réinstallation de l’interphone. Quelle propreté, quelle clarté.

Mes trois victoires dans le passé :

  1. Je vais continuer sur ma lancée de trouver des choses positives dans mon travail d’architecte, comme ça je les intégrerai dans mon article de demain. Je faisais des plans tellement détaillés, que j’avais l’impression de faire le travail des entreprises.
  2. J’étais très disponible pour les clients et les entreprises. Trop à mon avis, ce que je ne veux plus, trop générateur de stress. Il était important pour moi de leur répondre le plus vite possible, leur apporter des solutions dans les heures qui suivaient. Aujourd’hui, j’ai vraiment l’impression que je volais à leur secours. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, je n’agirai plus ainsi. Et ce que je cherche à mettre en place avec mon blog sur l’architecture tend à supprimer ces inconvénients.
  3. J’étais très techniques, je connaissais tout des normes et des réglementations. Si je savais pas quelque chose, je savais trouver l’information. C’est de cette manière que j’ai permis à un patron de faire des économies en ne s’abonnant pas à des services payants très chers pour avoir de la documentation à jour.

Mardi 3 avril 2018

Mes trois points positifs aujourd’hui :

  1. Ces derniers temps, j’ai passé des examens médicaux (analyses sanguines, auscultation, dentiste) pour voir où j’en suis côté santé et je suis content, tout va bien.
  2. Ce matin, j’ai à nouveau peint dans mon atelier, j’ai signé et daté les dessins à l’encre de Chine et à la peinture acrylique, finis hier. Puis j’ai préparé de nouveaux supports, un vieux livre en mauvais état dont je récupère les feuilles, d’anciennes couvertures de K7 vidéos. Je travaillerai dessus les prochains jours.
  3. Je recommence à m’occuper de mon blog sur l’architecture d’intérieur, un tout petit peu. C’est un sujet délicat pour moi. Quand j’ai fait mes recherches sur google et YouTube, je me suis rappelé de ce que je ne voulais plus revivre avec l’architecture. Les questionnements, les peurs, le stress des clients et les chantiers.

Mes trois victoires dans le passé :

  1. Vous avez compris, le chantier est pour moi source d’angoisses, car je ressens tout ce qui se passe autour de moi et je n’arrive pas à m’en protéger. En plus tout le monde veut que les travaux soient vite finis et j’ai horreur qu’on me mette la pression. Je suis le seul dont je supporte la pression. Donc ma victoire, ça a été de mener jusqu’au bout un dizaine de chantier, malgré mon ressenti très négatif. Pourtant l’avis des clients était bien différent du mien, ils étaient satisfaits du résultat, que j’ai su gérer d’une main de maître les aléas des chantier. Bizarre, je ne les crois pas. Ah ce sentiment d’être un imposteur.
  2. Quand je me suis mis à mon compte comme architecte, je m’aperçois que les clients que j’ai trouvé étaient des personnes avec qui j’étais rentré en contact dans mon réseau. Lors de ma formation professionnelle et mes activités de bénévolat dans les associations de construction écologique et d’auto-construction. J’ai donc bien fait de m’investir ailleurs. Grâce à ma visibilité j’ai trouvé des clients.
  3. Je me suis toujours décarcassé pour faire des plans originaux avec des idées sympa pour mes clients. Ils appréciaient car ça donnait une touche personnelle à leur logement qu’ils aimaient et s’appropriaient encore plus.

Lundi 2 avril 2018

Mes trois points positifs aujourd’hui :

  1. Je suis allé peindre à mon atelier et j’ai finalisé 12 dessins sur d’anciennes partitions de musique. Mon style est abstrait et géométrique.
  2. Je suis resté chez moi à m’occuper, ça a été une journée reposante sans sport et sans trajets en vélo à Lyon.
  3. J’ai trouvé une réponse à ma solitude de surdoué dans un article précédent, dans la vidéo “les bienfaits de la solitude de Jean-Jacques Crèvecœur. J’en ai fait un nouvel article aujourd’hui.
Mes dessins du jour dans mon atelier de peinture
Mes dessins du jour dans mon atelier de peinture !

Mes trois victoires dans le passé :

  1. Il y a quelques semaines j’ai retapissé moi-même mes six chaises de cuisine. Le tissu de l’assise rembourrée avait des trous. J’ai donc acheté un tissu marron que j’ai agrafé à l’assise préalablement démonté et remonté ensuite.
  2. Je suis content d’avoir rénové de fond en comble, il y 6 ans mon loft de 60 m2 (85 m2 avec mezzanines) pour seulement 23000 euros. Tous les corps de métiers (démolitions, plancher, cloisons, électricité, plomberie, sanitaires, mobilier sur mesure, chauffage, peinture). En faisant presque tout moi-même. J’ai fait une sacrée économie, mais quel stress et quel travail. Pendant un an, je n’ai pas travaillé donc pas gagné d’argent.
  3. J’ai aménagé mon atelier de peinture seulement avec des meubles récupérés dans la rue ou donnés par des amis ou voisins, pour mes rangements, mes tables et mes chaises.

Dimanche 1er avril 2018

Mes trois points positifs aujourd’hui :

  1. Je me suis levé tôt car je me suis couché tôt. Ainsi j’ai pu avoir une grande matinée et faire pleins d’activités.
  2. Ce matin je suis retourné peindre à mon atelier de peinture, après trois mois sans peinture. Ca m’a fait un grand bien.
  3. Je me lance un nouveau défi. Chaque jour, plutôt le matin et à heure précise, j’irai peindre à mon atelier pendant une heure. Comme un rituel pour m’aider à me sentir bien grâce à ma créativité, mon art-thérapie pour trouver mon équilibre.

Mes trois victoires dans le passé :

En 2008, j’ai suivi à l’ENSAL, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, une formation diplômante de 280h, en Qualité Environnementale de l’Architecture et l’Urbanisme. Cela m’a fait retourner sur les bancs de l’école et je me suis remis à étudier des sujets passionnants. Pour moi l’architecture prenait tout son sens avec les matériaux écologiques et les principes de construction bioclimatiques. C’est une victoire à plusieurs niveaux.

  1. Parce que j’avais eu l’audace de demander une participation à mon patron.
  2. J’ai fait mon mémoire au dernier moment comme un fou. J’ai même eu une mention.
  3. Ma soutenance a été une réussite totale. Moi qui n’étais pas du tout à l’aise en public, j’ai fait fureur auprès de mes collègues. Je ne me suis pas reconnu, j’étais tellement habité par mon sujet que j’ai été parfait en tout. Je sentais en moi qu’une force prenait le contrôle de mon être. Pour une fois dans ma vie, où je ne me suis pas auto-saboté en public à un moment important.

Je vous souhaite une journée à redécouvrir toutes vos richesses intérieures !

Et rappelez-vous, surdoués ou pas surdoués, reprenons confiance en nous prenant en main !

Cliquez ici pour voir mes exercices de la semaine précédente.

Cliquez là pour retourner à la catégorie “Outils pour surdoués”.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.