Comment je vis confinement et coronavirus / Défi confinement J25 !

Photo-blog-surdoue-zebre-defi-confinement-jour-25

Bonjour ou bonsoir les zèbres ! Hier, vingt-cinquième jour de confinement en France face au Covid-19. Je publie aujourd’hui cet article écrit hier. Après un mois de confinement pour ma part je vous parlerai aujourd’hui de comment je vis confinement et coronavirus. Plutôt bien mais je me pose plein de questions. Peut-être vous aussi. Bonne lecture.

Temps de lecture estimé : de 5 à 10 minutes.

Ma quête de vérité du zèbre !

Pandémie de coronavirus Covid-19, confinement, arrêt du travail dans certains secteurs d’activité, réorganisation du travail et de l’économie … La situation mondiale actuelle que nous subissons me fait réfléchir. Heureusement que je me sens bien et stable malgré tout ce qui se passe. Je n’ai aucune angoisse de zèbre. Je ressens à peine un petit manque affectif dû à ma dépendance affective que j’arrive à gérer. De plus, le confinement va peut-être m’aider à me sevrer. En fait, je me questionne sur le sens et la véracité de ce qu’on nous dit à propos de cette crise. De son origine, des vrais chiffres et de sa finalité. Je n’arrive pas à croire tout ce que j’entends, que ce soit aux informations, de source officielle ou de personnes dissidentes diffusant des contre-vérités à propos de ce que nous vivons.

J’ai besoin de voir de mes propres yeux !

Car étant, comme vous, enfermé chez moi, je ne peux que croire ce que les sources officielles me disent. Le rapport journalier du gouvernement diffusé par l’AFP (Agence France-Presse) est le seul rapport journalier que je regarde sur Youtube. Car c’est pragmatique. Par contre, il n’y a pas de reportages de terrain. Pourtant, j’ai besoin de voir de mes propres yeux pour prendre conscience de la réalité. Et je ne vois rien de la situation que les hôpitaux vivent pour me convaincre que cette crise sanitaire est réelle. Elle reste encore virtuelle pour moi et je ne vois que des conséquences comme le confinement. Peu convaincant. C’est comme mon grand-père paternel qui est décédé. Je n’arrive pas à le croire parce que je ne l’ai pas vu mort, n’étant pas allé à l’enterrement. Je sais juste que je ne le vois plus. Cela peut paraître très bizarre.

Je ne crois pas forcément à ce que je vois !

Même si je voyais des reportages sur ce qui se passe dans les hôpitaux, au gouvernement, dans les autres pays. Je ne suis pas sûr d’être convaincu. Pourquoi ? Alors que jusqu’à mes 26 ans en 2001 j’étais un fan des informations et étais très excité, touché et angoissé par toute catastrophe dans le monde. Je trouve ça maintenant malsain. J’ai l’impression d’avoir été manipulé par les médias. Je pense qu’ils ne sont pas libres comme on le dit. Ce n’est pas pour autant que je vais partir en croisade contre. Je préfère avoir une vie plus cool et m’occuper de mes affaires. C’est déjà beaucoup pour un zèbre. Mais si j’ai besoin de voir quelque chose pour y croire et que je ne crois pas vraiment ce que je vois, alors que croire ?

Des points de vue différents sur confinement et coronavirus !

Je ne cherche pas à savoir ce que disent les détracteurs ou conspirationnistes sur confinement et coronavirus. Cependant, Youtube me propose des vidéos de personnes dont je suis sûr de la bonne moralité et qui ont d’autres théories. Je les regarde car je suis curieux de connaître leur point de vue, et me dis qu’elles ont peut-être raison. En général, je ne donne pas plus de pouvoir ou de parole à l’un ou à l’autre. J’écoute ce que chacun a à dire. Je laisse s’exprimer les différentes parties. C’est ce que je fais en écoutant le message de ces personnes qui ont un regard différent sur le monde d’aujourd’hui et son fonctionnement.

Confinement et coronavirus, tout le monde peut avoir raison !

Je pense que chaque partie peut avoir raison. Quand je me mets à la place de chaque parti pris, j’arrive à comprendre chaque point de vue. Et comme je trouve que chaque voix a un discours logique, j’ai l’impression que tout le monde a raison depuis son point de vue. Par contre, je ne veux plus et n’en peux plus de perdre mon temps à aller vérifier tout ce qui est dit. Alors pourquoi et comment croire et donner du poids aux paroles des gens ? Ferais-je trop confiance ? Serait-ce encore de la crédulité de ma part ? De plus, j’ai décidé de ne plus me laisser happer par ce qui ne me mène pas sur la voie de mon épanouissement. Car si je le faisais, je ne pourrais plus être serein et avancer dans mes projets professionnels et mes passions. Au risque de paraître égoïste.

On me prend pour un égoïste et un narcissique !

On m’a souvent reproché de ne pas m’intéresser aux autres, à la société, d’être égoïste. Alors que je suis très empathique, pose des questions, prends des nouvelles. Parce que je ne me tiens pas informé. Ni télévision, radio, bulletin d’information, journal ou magazine. Je ne cherche même pas sur Internet. A part en ce moment, pour suivre l’évolution de la crise mondiale actuelle. On me traite d’égoïste parce que je ne regarde pas les informations ? Quel drôle de raccourci. Et on me trouve narcissique parce que je parle beaucoup de moi sur mon blog ? Il me semble que c’est l’objectif d’un blog personnel et que je me suis fixé pour mieux me connaître. Les blogs personnels sont très courants aux USA. Et apparemment ce que je partage dans mes articles a l’air d’aider d’autres personnes comme moi qui se posent des questions.

Je n’arrive pas à avoir un avis sur confinement et coronavirus !

Bref. Quand j’écoute toutes les voix dans une assemblée, je n’arrive pas vraiment à savoir laquelle a raison ou tort, à choisir un camp. J’ai parfois l’impression de jouer le rôle de médiateur. J’aime quand tout le monde gagne, trouve une entente commune. Je n’aime pas le conflit car cela m’angoisse et je n’ai pas beaucoup d’expérience en résolution de conflit. Peut-être parce que je n’arrive pas à choisir un camp. Et que si je choisissais un camp, je trouverais injuste de m’en prendre à l’autre. Donc, je n’arrive pas à me faire ma propre opinion sur confinement et coronavirus.

Confinement et coronavirus, trop de questions !

A propos de cette crise, je me pose toutes sortes de questions incluant toutes les questions de toutes les parties. Et ça commence à faire beaucoup. Je ne sais pas comment je fais pour être aussi serein. Si j’avais vécu cette situation il y a quelques années en arrière, j’aurais pété un câble ou déprimé. Ce n’est pas le cas. Au contraire. Du coup, confinement et coronavirus, il m’est très facile de m’en détacher. Heureusement que je n’ai pas de personnes proches décédées à cause de cette maladie. Sinon, je me sentirais plus touché. Mais ce virus ne monopolise pas toutes mes pensées à part quelques pensées par-ci par-là réparties dans la journée. J’ai l’impression de ne pas être et faire comme tout le monde. Ou serait-ce de la sagesse ? Mon coeur n’est pas de pierre car les rares images du réel que j’ai vues m’ont ému à pleurer. 

Comprendre et remettre en question les choses !

Quand je pense à confinement et coronavirus c’est plus pour essayer de comprendre et de remettre les choses en question. Je fais un amalgame de tout ce que j’ai entendu à ce sujet pour essayer de trouver une raison, un enchaînement logique, un sens. J’ai besoin que les choses aient du sens à mes yeux pour accepter ou faire. Par exemple, le sens de la vie est essentiel pour moi. Je veux connaître le fin fond de la vérité. Je crois qu’on ne saura peut-être jamais toute la vérité sur tout ce qui se passe actuellement. Car vraiment énormément de choses se passent tout autour de cette affaire qui chamboule entièrement et mondialement la société et son fonctionnement. Un vrai bouleversement. Qui sait à quoi ressemblera l’après confinement et l’après coronavirus ?

Je vis très bien confinement et coronavirus !

Paradoxalement, je vis plutôt bien la situation. C’est peut-être facile pour moi car il me suffit de rester chez moi tout seul et d’éviter de sortir. En plus, je ne vis pas la promiscuité avec d’autres personnes car je ne suis pas en couple et n’ai pas d’enfant. J’ai juste à gérer mon temps, la solitude et ma dépendance affective qui me pousserait à retrouver physiquement d’autres personnes. Ce que j’arrive à gérer jusqu’à maintenant. J’avais même pris un peu d’avance sur le confinement car je l’ai commencé cinq jours avant la date officielle. Soit trente jours de prison, soit un mois. Et je vais physiquement et psychologiquement bien. Sans doute grâce à mon optimisme du zèbre, à mes projets artistiques, à mon blog. Puis mes activités récréatives pour zèbres. Danse, sport, étirements, auto massages, chant, anglais, films, lecture, écriture. Ce sont mes routines quotidiennes.

Confinement et coronavirus, je n’arrive pas à nommer les choses !

C’est pour ça que je n’arrive pas à nommer les choses. Parce que c’est impalpable, virtuel pour moi. Ça n’a pas de consistance. A part le confinement chez moi. Par contre, je ne vois pas de confinement dans mon quartier. Je vois par ma fenêtre beaucoup de piétons se promener et discuter en groupe. Ainsi que des voitures et deux roues passer. Ma rue qui est petite est une artère importante de Lyon. Donc difficile pour moi de nommer ce qui se passe. Est-ce une crise sanitaire, une guerre sanitaire, une pandémie, un drame, une tragédie ? Ou un mensonge, un complot, du grand n’importe quoi, quelque chose de naturel, la sélection naturelle, une création de toutes pièces, de la manipulation ? J’aurais plutôt tendance à écrire une phrase ou un petit paragraphe pour être précis.

Confinement et coronavirus, je reste un citoyen obéissant !

Confinement et coronavirus, je les vis de façon virtuelle. Je dois faire confiance à ce que disent le gouvernement et les bulletins d’information et je fais ce qu’on me dit. Je ne ressens aucune peur mais je ne voudrais pas tomber malade ou mourir maintenant. Est-ce que cela signifie que j’ai quand même peur ? Je suis une personne qui a tendance à obéir, à suivre les recommandations quand je les trouve justes. Ce qui est le cas pour l’instant. Alors je reste chez moi et ne sors qu’une ou deux fois par semaine pour faire des commissions. Finalement, je ne sais pas ce qui est bien.

Ce confinement m’arrange bien !

Je trouvais ma vie trop mouvementée. C’est entièrement de ma faute puisque j’ai tendance à surcharger mon emploi du temps avec des rendez-vous et sorties. Le confinement est une bonne occasion pour moi de prendre du recul par rapport aux sollicitations trop nombreuses du monde extérieur. Je peux ainsi me focaliser sur mes projets et sur moi. Certaines personnes vont encore dire que je suis égoïste et narcissique. Je pense que c’est la meilleure chose à faire pour que je me sente bien et que je mette tout ce temps entièrement à mon service. Tirer parti au mieux des contraintes de la situation qui m’est imposée.

Ma sortie déstabilisante d’hier !

La veille, j’ai rêvé que j’étais dans la rue et que des personnes manifestaient pour avoir le droit de sortir pendant le confinement. J’ai trouvé le message de mon inconscient tellement fort que je suis sorti hier. Il me disait que j’avais envie de sortir sous peine de ne plus me sentir bien et de le faire avant même de commencer à me sentir mal. Je souhaitais au départ aller faire une petite séance de sport au bord de la Saône, à 500 mètres de chez moi. Mais quelle a été ma stupéfaction de voir tout ce monde dans les rues. Sur mon trajet j’ai compté environ 250 piétons en seulement vingt minutes. C’était comme un dimanche. Sans compter toutes les voitures et scooters que j’ai aussi croisés. Bien que ma rue soit petite, elle est un axe important de Lyon.

Des personnes indisciplinées !

Alors que des amis étant plus au coeur de Lyon et dans des quartiers meilleurs ne voient personne lors de leurs sorties. Ils sortent tous les jours ou de temps en temps, selon le besoin coché sur l’attestation de déplacement. Est-ce que le fait d’habiter dans un arrondissement de Lyon très populaire change quelque chose ? Je finis par penser que oui. De plus, les quais de Saône étaient fermés mais des gens s’y promenaient tout de même. Etant un peu outré, j’ai décidé de faire demi-tour sans faire de sport. Au moins j’aurais fait un peu de marche au soleil et au bon air puisqu’il n’y a presque plus de pollution depuis le confinement. Pour information, les restaurants de plats à emporter et le coiffeur au coin de ma rue sont ouverts. Je crois que je vis dans un autre monde et une autre époque.

Confinement et coronavirus, démotivation ?

Avec toute cette activité humaine que je vois dehors, sous mes fenêtres, dans mon quartier, comment voulez-vous que je trouve le courage de rester chez moi ? Ce sont autant de tentations qui m’invitent à sortir chaque jour pour prendre l’air, faire un peu de sport, acheter deux, trois bricoles. Autant de prétextes pour ne pas respecter bêtement le confinement. Je me demande si je suis franchement idiot de rester chez moi ou si je fais une bonne action. En plus, avec le printemps, le soleil, les bonnes températures, l’air non pollué et les hormones qui me titillent. Et la pleine lune s’y met aussi ces jours-ci. Comment trouver la force de tenir bon en restant chez moi jusqu’à la fin du confinement. Je n’arrive pas à souhaiter aux gens qui bravent les interdits de tomber malade.

Confinement et coronavirus, je passe à l’action !

Confinement et coronavirus, je pense qu’il faut rester objectif, prendre le minimum de risques. Relativiser sans minimiser la situation ni la dramatiser. Etre pragmatique et gérer la situation au cas par cas. Mais finalement où se situe la vérité ? Encore une preuve de mon indécision de zèbre. Et le sujet reste encore ouvert dans ma tête. Il reviendra sur le tapis à la moindre sollicitation extérieure ou nouvelle information. Je vais chercher des reportages sur le terrain pour voir ce qui se passe en France, dans le monde, et dans les hôpitaux. J’ai besoin des chiffres de mortalité totale et détaillée. Je dois faire la part des choses pour comparer cette situation exceptionnelle avec une situation classique. En fait, je dois me faire moi-même mon opinion avec des informations venant de la source et sans intermédiaire. Ça c’est du perfectionnisme.

Le point de vue des lecteurs !

Et vous ? Comment réagissez-vous par rapport à cette situation de confinement et coronavirus ? Je voudrais savoir comment d’autres zèbres réagissent. Si ça vous tente de donner votre avis, vous pouvez écrire dans la zone des commentaires. Comment ça se passe dans votre pays, votre ville, votre quartier, à votre travail ? Où que vous soyez.

Merci d’avoir lu cet article. Je m’appelle Raphaël. Surdoué non testé mais bientôt. J’enquête à propos de la surdouance tout en étant mon propre sujet d’étude. Je veux comprendre et m’épanouir. Merci de partager cet article et de vous abonner à mon blog. Excellente journée ou nuit. Take care. A demain pour le jour 26 de mon défi confinement d’un zèbre. I love you all.

Alors surdoué-e ou pas surdoué-e ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.