Défi J7/100 Coming-out de surdoué 2

Prendre des risques

Temps de lecture estimé : 3 à 5 minutes.

Bonjour et bienvenue sur mon blog surdoué ou pas surdoué. Je m’appelle Raphaël, j’ai découvert que je suis peut-être surdoué. Aujourd’hui, voici la suite de mon article sur mon coming-out de surdoué. Auprès de ma famille, mes amis et d’un point de vue professionnel. C’est le septième jour de mon défi de 100 jour, un article témoignage par jour.

Je voulais être invisible !

Comme je l’ai dit dans mon précédent article “mon coming-out de surdoué 1”, dans lequel j’ai parlé de mon faux-self, mon masque, c’est-à-dire de la création d’une autre personnalité que je montrais aux autres, je me cachais dans un autre personnage que moi. Je voulais être invisible, qu’on ne me remarque pas afin qu’on me laisse tranquille, ne pas me faire embêter par des personnes “méchantes”. Cette parade a fonctionné un temps. Mais …

Prise de conscience !

Je n’ai pas pu supporter d’être rien alors qu’au fond de moi, une petite voix me criait de venir jouer avec elle, voulait s’exprimer et avoir le droit d’être libre de vivre et agir. Beaucoup de mes addictions (dépendance sexuelle et affective, régimes alimentaires, rapport malsain à l’argent …) ont peut-être été le résultat de mon auto-contrôle trop pesant. Au bout d’un moment, je me suis fait rattraper par mes comportements inadaptés. Ma vie, la vie en général, le monde, plus rien n’avait de sens pour moi et ne valait la peine d’être vécu.

Un blog pour me hacker !

Suite à un long parcours de chercheur de vérité, par de multiples chemins (psychanalyse rêve éveillé, bilan de compétences, tests de personnalité, rencontres et événements au hasard de la vie …), j’ai aujourd’hui envie d’être ce quelqu’un, avec ses particularités, que j’accueille. Je commence à aimer être moi-même, expérimenter la vie. Non plus sous le signe de la peur, mais de l’ouverture d’esprit. En ce moment, j’ai incorporé dans mon quotidien ce blog comme outil de développement personnel. Pour me mettre au défi, pour ne plus faire marche arrière et pour m’ouvrir au monde. Et répondre à mon gros besoin d’honnêteté, de sincérité avec moi-même et autrui. Oui, pourquoi me cacherais-je ? Pourquoi aurais-je moins de droits que les autres ? Pourquoi me limiterais-je ? …

Comment je m’enflamme !

Moi, quand je viens de découvrir quelque chose qui m’enthousiasme, j’ai envie d’en parler à tout le monde. Mais la réaction de mon entourage, n’est jamais celle que j’attends. Ils me mettent en garde, me disent de faire attention, si ce n’est pas une secte. D’abord comment le sais-je ? Ai-je des preuves ? Bref, l’enfant en moi voit son inspiration, son envol, sa créativité, ses envies brisés. Ensuite je me mords les doigts de m’être enflammé pour des choses en lesquelles je crois intuitivement. Je regrette d’en avoir parlé aux personnes qui comptent pour moi. Finalement, sont-ce les bonnes personnes ?

Je me fais casser, combien de rêves et d’idées géniales brisées !

Pourtant, cela me marque profondément. Voilà déjà ce qui se passe quand je parle de ce qui me motive. Je me fais casser. Moi, il me plairait plutôt d’entendre des encouragements, des félicitations, de la joie, ça me donnerait la pêche pour continuer et vivre mes propres expériences par moi-même. Tant pis, si je me casse la figure, je suis capable d’en tirer des leçons. Il y a un équilibre à trouver dans tout ça. Savoir écouter, encourager, parler de ses besoins, être dans un cadre bienveillant mais pas infantilisant …

Mon coming-out familial de surdoué !

Je me rappelle, il y a huit ans, avoir été tellement heureux de connaître enfin la source de toutes les difficultés dans ma vie. J’avais découvert et exploré pour la première fois ma surdouance. Tout correspondait. J’étais aussi très content de pouvoir dire à mes parents que je comprenais pourquoi je n’allais pas bien moralement de façon cyclique. C’était normal, car j’étais surdoué. Mes ennuis seraient de l’histoire ancienne et j’irais toujours bien. Je me trompais. J’ai toujours des hauts et des bas, de plus en plus haut et de plus en plus bas. Mes remontées sont plus rapides. Je reste en haut plus longuement. Mes parents n’ont pas confirmé ma surdouance, ils ne me voyaient pas comme ça. J’en ai parlé à ma sœur. Elle ne voit que les problèmes, mais ne s’intéresse pas la source, que de le savoir arrange les choses. Je n’en ai parlé à personne d’autre de ma famille. Je n’ai pas encore dit à ma famille que mon premier blog est au sujet de leur fils surdoué. A suivre, donc !

Mon coming-out de surdoué, entre amis !

C’est peut-être bien parmi mes amies, que j’ai eu le meilleur accueil. Et savez vous pourquoi ? Parce qu’elles sont aussi surdouées. Oui, que des femmes jusqu’à présent. Nous devons sûrement nous rejoindre, par le biais de notre sensibilité et de nos questionnements. Et encore, non, car un homme surdoué peut être très sensible mais le cacher, en endossant le rôle masculin que notre société impose. Par de nombreux autres points communs : la créativité, la recherche continuelle de tout et de notre bien être, des projets plein la tête, en quête du sens de notre vie. Mon expérience montre que les non-surdoués sont dubitatifs, réfractaires à l’idée de l’existence de la surdouance et des difficultés et des facilités éprouvées par un surdoué. Parce que ça ne fait pas partie de leur vécu ? Je viens de dire à une seule amie que mon blog était au sujet de la surdouance et que mon point d’entrée est mon témoignage personnel. Elle a trouvé ça très bien. Aussi, à suivre de ce côté là.

Qui se ressemble, s’assemble !

Là pour le coup, l’expression “qui se ressemble, s’assemble” nous correspond bien. Je parle de ma surdouance seulement aux personnes que je repère comme étant potentiellement surdouées. Alors en même temps que j’en parle pour moi, je leur annonce qu’il y a des chances qu’elles le soient aussi. Pour certaines personnes, c’est difficile à admettre. Elle n’en font rien et continuent à faire comme avant. Pour d’autres qui n’acceptent pas d’être mises dans des cases, c’en est trop et ça les fait sortir de leurs gonds. Mais la plupart m’écoutent et disent que ça ne les étonne pas, à propos d’eux.

Je tourne autour du pot !

Ce que je vais vous raconter est tout frais d’une semaine. En tant que créateur d’entreprise sur le web, je me rends à des meetups sur le sujet. Je cherche à rencontrer des blogueurs et des youtubers lyonnais. Dans ce genre d’endroit, on se présente et on parle de son business. Je n’avais pas préparé mon pitch. Je me suis retrouvé devant la situation de devoir trouver au cours d’une discussion, une façon astucieuse et diplomate d’amener la chose. Au demeurant, je n’aime pas mentir et cacher des choses. Je peux parler de mon activité d’artiste peintre, mais ce n’est pas le lieu. Et de mon futur blog sur l’architecture d’intérieur, celui avec lequel je compte gagner ma vie.

Prendre des risques
“Chaud coming-out de surdoué !”

Mon coming-out professionnel de surdoué !

Mais comment dire que j’ai commencé un autre blog qui me passionne plus que l’architecture, en ce moment, que je viens de me lancer dans le challenge d’écrire un article par jour sur mon témoignage de surdoué qui découvre et explore ses capacités et ses difficultés ? “Un blog, mais sur quel sujet ?” est la première question. J’ai une petite astuce qui fonctionne à 90 % pour vérifier si une personne est surdouée. Je connais deux personnes pour qui ça ne matche pas. Et bien j’ai dit que mon blog était pour les gens qui croisent leurs doigts d’une certaine manière. Nous faisons le test. Ainsi, je vois si je peux aller plus loin en mentionnant le mot surdoué ou si je dois dire que mon blog est pour les créatifs. Ça passe très bien. Je vais devoir travailler un vrai pitch punchy et funny !

La vie me réserve de bonnes surprises quand je m’ouvre !

Et alors devinez quoi ? A ce meetup, sur 18 participants, nous étions cinq surdoués. Et je n’ai pas eu le temps d’aborder tout le monde. Cette fois-ci, il n’y avait que des hommes. Moi qui étais curieux d’en rencontrer parce que je ne connais que des femmes dans la catégorie surdoué. J’ai appris quelque chose à trois d’entre eux. Je ne suis pas sûr pour autant, mais nos discussions m’ont apporté plusieurs éléments de réponse positive et aucune contradiction. Un autre en était parfaitement conscient, depuis fort longtemps. D’une incroyable lucidité et d’une grande brillance. Je n’en dévoilerai pas plus à leur propos.

J’ai passé une excellente soirée à parler à cœur ouvert !

Ce fut une soirée formidable pour moi. J’ai pu parler ouvertement, de ce que je vivais de plus intense en ce moment. Et chacun a été bienveillant, nos discussions étaient constructives et enrichissantes. Aucune violence. Beaucoup de questions par contre. Nous allons sûrement nous revoir dans notre parcours de créateur d’entreprise sur internet. Et ce sera avec plaisir pour ma part.

 

Voilà, c’est sur cette note optimiste que je conclus mon article. J’espère que mon témoignage vous aura intéressé. S’il vous a plu ou que vous avez une question, je vous invite à me laisser un commentaire. Il sera le bienvenu. C’était Raphaël du blog surdoué ou pas surdoué je vous souhaite une journée extraordinaire !

Et rappelez-vous, surdoués ou pas surdoués, reprenons confiance en nous prenant en main.

Cliquez ici pour lire l’article précédent.

Cliquez là pour voir l’article suivant.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.