De retour sur mon blog pour les zèbres !

Blog pour les zèbres

Bonjour ! J’ai écrit mon dernier article en mai 2019. Me voilà de retour sur mon blog pour les zèbres neuf mois après pour les deux ans de mon blog. Beaucoup de choses se sont passées pendant ces mois d’absence et je n’ai pas eu le courage, le temps et l’énergie d’écrire. Il a fallu que je me concentre sur d’autres domaines de ma vie. Ça n’a pas été une période facile pour moi mais cela m’a été finalement très bénéfique. J’ai vaincu une dépression d’une manière inhabituelle pour moi. Depuis un mois je me sens plutôt bien et ma vie tend vers l’équilibre dynamique. En recherche constante d’équilibre du surdoué tout en restant conscient de l’aspect cyclique et temporaire des choses (lire mon article sur les cycles du surdoué). Je vais vous parler de tout cela dans cet article.

Je m’appelle Raphaël, je suis surdoué non testé et j’enquête à propos de la surdouance car je veux tout comprendre par moi-même et m’épanouir.

Temps de lecture estimé : 5 à 10 minutes.

Dévalorisation avant de me mettre au travail !

J’ai l’impression de repartir de zéro chaque fois. Je ne sais pas par où commencer. J’ai plein d’idées mais je les trouve bêtes ou trop compliquées et longues à mettre en oeuvre. Je voudrais quelque chose de simple pour une fois. Mais tout se complique par la suite. Et je me déçois aussi moi-même. De ne pas avoir le courage, l’énergie. Le temps, je pourrais en avoir pour faire des choses intéressantes mais je me décourage (découragement du surdoué). Peut-être que je ne veux plus faire comme avant. Me lancer à fond, vivre la dispersion du surdoué. Arriver à l’épuisement (essoufflement du surdoué) et finalement avoir peu de résultat. Je reste vague, je n’approfondis pas suffisamment d’après moi. Pourtant je sais plein de choses et je peux être très précis quand je vois un intérêt. Je ne construis pas grand chose. Et surtout je pense trop et parle trop.

Je m’impose trop de choses !

En fait c’est tout l’inverse de ce que je dis au-dessus qui est vrai. Je suis beaucoup trop exigeant avec moi-même. J’arrive à voir objectivement mes progrès et ce que j’ai réussi à faire dans ma vie. Je m’en réjouis et me félicite. Certains amis m’aident à avoir cette vision, leur point de vue extérieur au mien, positif et réaliste. Je pense qu’en ce moment la culpabilité d’une séparation et la peur du changement m’empêchent de me sentir totalement bien et me brident. Je me limite.

Des prétextes pour ne pas bloguer !

Depuis que je dois faire évoluer mon blog pour les zèbres au début de l’année dernière je me retrouve bloqué. La preuve. Cela fait environ neuf mois que j’ai arrêté de bloguer alors que je vantais les bienfaits de l’écriture pour les zèbres. J’ai eu plusieurs prétextes bien évidemment louables. J’ai aidé mes parents pendant huit mois sur un projet de logement. Ma mère s’est cassée une jambe sous mes yeux. Ma situation amoureuse et ma vie sexuelle ont été chaotiques mettant en danger ma santé. J’ai préparé et participé à un salon du dessin. Le divorce de ma soeur et ses deux déménagements successifs. Ainsi que le départ de mon ex avec qui j’ai vécu dix ans en couple et deux ans séparés, qui vient tout juste de quitter mon appartement. Dernier prétexte, tout trier, nettoyer et ranger pour me sentir chez moi avant de me remettre au travail.

De retour sur mon blog pour les zèbres !

Est-ce du perfectionnisme ou est-il normal de vouloir me sentir bien avant de me lancer à fond dans de nouveaux projets ? Je vois pointer le bout du nez de la procrastination du surdoué. Mais ce n’en était pas puisque j’ai accompli beaucoup de choses profitables à mon entourage et à moi pendant ce temps. Qu’est ce qui va encore m’empêcher de bloguer et peindre ? Je comprends que j’ai fui ma vie qui stagnait par manque de vision à long terme. Je me suis engagé dans les projets d’autres personnes en espérant débloquer ma propre situation. Mais me revoilà au même point qu’il y a neuf mois. Passer à l’étape supérieure pour mon blog en créant un bonus pour mes lecteurs. Entre l’angoisse de la page blanche et l’espoir de pouvoir consacrer enfin tout mon temps à développer mon blog pour les zèbres et mes projets artistiques.

Mon blog pour les zèbres m’a manqué !

Tellement de choses se sont passées pendant ces neuf mois que je ne pourrai pas rattraper le retard de tout ce que j’ai vécu, ressenti, traversé et voulu écrire. J’ai d’ailleurs commencé à écrire un très long article en voulant tout raconter. Mais j’ai préféré stopper cette course contre le temps. Bloguer m’a vraiment manqué et cela m’a rendu souvent triste (tristesse du surdoué). Comme si j’avais fait une promesse que je n’avais pas tenue. Heureusement que j’ai pu écrire dans mon journal intime plusieurs fois par semaine et parfois chaque jour. Julia Cameron les appelle les pages du matin. C’est vraiment l’endroit où je peux tout dire sans craindre le jugement, hormis le mien.

Symptômes de la dépression !

Voici les symptômes de l’état dépressif d’après plusieurs sites sur la santé. Sentiment de tristesse ou de vide, envies de pleurer. Ralentissements psychomoteurs, évolutions du poids, troubles du sommeil, fatigue. Diminution de la capacité de raisonnement et de l’intérêt pour les activités et les choses, dévalorisation, idées noires.

J’ai déprimé !

Je me souviens avoir clairement déprimé pendant neuf mois et même avant. Je n’étais pas heureux et j’avais souvent envie de pleurer. J’ai voulu tenir mes engagements. Même si ça n’a pas été facile pour moi de laisser de côté mes projets personnels, je pense que cela a renforcé les bons côtés de ma personnalité. J’ai expérimenté des valeurs humaines que j’ignorais avoir. Comme la loyauté, la générosité, la famille, l’amitié, la persévérance, la patience, la bienveillance, l’amour universel, l’humilité, ma confiance en moi … Je crois que j’en sais un peu plus, ce qui est important pour moi aujourd’hui. Que ce soit les moments de joie et ceux moins heureux, tout a de l’importance dans ma vie. Dès l’instant où je décide de la vivre pleinement et consciemment. Même l’impatience de passer à autre chose est maintenant une expérience enrichissante pour moi. La vie devient plus savoureuse.

Dépression ou acceptation ?

Ce que je pense avoir été une depression a peut-être aussi été de l’acceptation. De moi-même, de qui je suis, de mon passé, de mes liens avec mes proches, de mes choix de vie. L’acceptation que ma vie n’est pas celle que j’ai rêvée ou fantasmée. Que je ne suis pas tout seul, que j’ai une famille et des amis et peu importe leurs imperfections. J’ai compris que même si je n’ai pas personne en amour dans ma vie, je suis aimé par mes parents, mes amis et d’autres personnes qui me connaissent. Je leur fais avec joie des câlins. J’ai accepté leur amour et leur aide. Je me suis un peu plus connu et accepté moi-même pendant cette période de retrait.

Acceptation ou résignation ?

Mon acceptation n’a pas été de la résignation, du défaitisme ou de l’abandon. J’ai accepté le fait que les choses sont ce qu’elles sont. Et de vivre avec tout cela en continuant à avancer, travailler et composer ma vie avec. Sans me détourner de ces faits. Par exemple accepter que mes parents vieillissent, que les gens soient comme ils sont et pas comme je voudrais qu’ils soient. Que tout prend un certain temps et qu’il est même parfois très utile car pendant ce temps certaines choses avancent d’elles-mêmes, comme des idées. L’acceptation va de pair avec le temps. Mettre mon blog pour les zèbres de côté n’a pas été un abandon. Cela m’a permis de reprendre des forces et du recul.

Le temps de prendre du recul !

Je crois que j’ai mis ma vie du moment entre parenthèses pour prendre du recul. Prendre le temps de ne plus réfléchir. Ne plus ressentir de pression ou de délai, ceux de la société, de mon entourage ou de moi-même. La pression que je me mettais pour faire avancer mes projets professionnels. Tout en faisant autre chose de possiblement gratifiant en aidant d’autres personnes. Bien me reposer a été très important pour moi pendant cette période. Malgré mes troubles du sommeil, je passais entre huit à dix heures au lit. J’avais besoin de faire le plein de repos pour au moins me sentir physiquement en forme. Si je ne dormais pas assez, mon moral était très bas et je passais une journée difficile. A quoi bon ? Alors autant dormir, prendre soin de moi, aller au rythme de mon corps. J’ai pris goût à ce nouveau mode de vie.

Blog pour les zèbres
Blog pour les zèbres

De l’acceptation à la reconnexion à mes émotions !

Ce que j’ai vécu pendant la plus grande partie de l’année 2019 m’a mis sur le chemin de mes émotions. Je les écoute quand j’en ressens, je les vis et j’en parle calmement sans vouloir les camoufler comme autrefois où les gens me trouvaient froid. Je vis tout ça intérieurement dans le moment présent et je m’en sers comme guide. Serait-ce une forme d’intuition ?

Faire évoluer mon blog pour les zèbres ?

Il est temps de me lancer et de décider comment faire évoluer mon blog et le faire. Je veux faire des vidéos et les poster sur ma chaîne Youtube. Je me suis longtemps demandé ce que je pouvais apporter à mes lecteurs, ce qu’ils trouvaient en lisant mes articles. Malgré mes articles les questionnant sur les sujets qu’ils souhaitaient me voir approfondir, je n’ai pas eu de réponse faisant écho en moi. C’est en discutant avec une amie neuropsychologue et zèbre qu’une idée a commencé à s’esquisser dans ma tête. Elle m’a dit en quoi mes articles l’ont aidée. Alors je me suis aussi demandé ce qu’écrire dans mon blog m’avait apporté. Il me faut trouver une idée qui me ressemble et qui soit à l’image de ce que je partage dans mon blog pour zèbres. Là est la réponse. A développer.

Accepter pour avancer !

Mon intuition du surdoué me fait penser à cela. “C’est en acceptant et en vivant en conscience ma dépression que je l’ai traversée”. Je me rends compte que ces neufs derniers mois j’ai passé la plus grande partie de mon temps à accepter de vivre ce que j’avais à vivre. Ce que la vie me proposait de vivre. A ressentir les choses tout en passant à l’action. Sans rien forcer. Ni en me forçant car je m’arrêtais quand je me sentais physiquement ou psychiquement fatigué. Faire moins de choses et ne plus aller dans tous les sens m’a permis de persévérer, d’approfondir. En étant à l’écoute de mon corps, de mes besoins, de mes envies, de mon âme. Loin de la course du monde moderne.

Dépression ou accouchement ?

Et c’est ainsi que je suis arrivé à bout de ce que je croyais être une dépression. Alors que je n’ai rien fait pour la combattre sinon vivre. Tout en douceur. Curieux que cette période soit de neuf mois, exactement le temps de gestation d’un bébé humain. Je me demande alors même si ce qu’on appelle une dépression ne serait pas le temps pendant lequel l’humain passe d’un état à un autre. D’une période de sa vie à une autre. Un temps de maturation nécessaire à l’esprit, à l’âme, au corps, aux énergies, à l’environnement, aux proches. Le temps d’accepter, de digérer, de transformer, de regénérer, de créer en partant de l’état précédent pour arriver à un nouvel état.

Moduler les raisons de mon mieux-être !

Grande période de changements comme je l’ai écrit plus haut. Dans le fait d’aller moralement mieux je ne dois pas oublier de considérer l’effet libératoire du départ de mon ex et de la fin du projet avec mes parents. Je vais vérifier combien de temps mon bien-être actuel va durer. Je n’ai actuellement personne dans ma vie et cette situation m’a toujours pesé. Cela devrait donc me déprimer. Paradoxalement cela ne me fait plus autant souffrir qu’avant. Peut-être parce que je me connais encore plus et que je suis bien tout seul quand je me retrouve face à moi-même.

Considérer la dépression comme un message !

Je l’avais déjà évoqué dans plusieurs articles de mon blog. Je pressentais que la dépression pouvait avoir un aspect bénéfique. En la considérant non pas comme une maladie mais comme un allié, un message de mon être entier. Ce message pouvant être : “quelque chose ne va pas, tu ne peux pas continuer ainsi. Tu dois procéder à des changements”. Tout comme j’ai compris que mes maladies et petits bobos étaient le reflet de mes résistances quotidiennes à vivre. Rhume des foins, angine, gastro, tendinite, maux de tête, de ventre, de dos, coupures … Voir la somatisation du surdoué. Ces dernières années je les ai vus diminuer et certains disparaître tout au long de l’avancée de ma compréhension de ma vie. Réajustements après prises de conscience.

Merci de partager cet article pour aider d’autres personnes et faire connaître mon blog pour les zèbres. Et pour ne manquer aucun article, abonnez-vous à mon blog.

Je vous souhaite une excellente journée ou nuit, prenez bien soin de vous. A bientôt dans un nouvel article.

Zèbre, surdoué-e, slasheur-se, multipotentiel-le, vis TA vie !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

11 thoughts on “De retour sur mon blog pour les zèbres !

  1. Merci pour cet article ! Très bonne nouvelle ce “retour” et une évolution du blog, à son rythme naturel (c’est normal les fluctuations quand la vie nous réclame toute notre disponibilité). Je me retrouve dans cet article, notamment dans la différence de perception (avoir l’impression de ne pas faire assez, de ne pas assez concrétiser ou pas assez vite VS la réalité, pour m’en convaincre par exemple j’ai fais récemment la liste de ce que j’ai accompli en 2019 pour des associations, et je vois😁😊!! Je suis aussi très exigeante avec moi-même (et même trop, oui, mais j’ai l’impression que c’est nécessaire pour réussir les choses au niveau que je juge “satisfaisant”)…et ça paie…sauf à tomber dans l’écueil d’être si sévère que ça en devient paralysant…je le sais alors je morcelle mes “grandes ambitions”, je les scinde en petits pas successifs, progressifs et atteignables…il vaut mieux vingt petites marches d’escalier qu’une seule grosse infranchissable…c’est comme ça qu’on progresse.
    Ce n’est pas “ce qui aurait pu être fait”(et n’a pu l’être) qui est important, c’est ce qui a été accompli déjà et c’est tout ce qui va être, ainsi chaque article que tu nous proposes est un “cadeau” où chaque lecteur surdoué va puiser une part toute personnelle de ce qui lui ressemble…
    Merci pour ce blog, et vivement les vidéos ! 👍

  2. Bonjour Raphaël.
    Je découvre ton blog à l’instant.
    J’ai, du peu que je viens de lire, le même parcours que toi, pro, perso, le même job, les mêmes doutes, les mêmes peurs…
    Une seule question : pourquoi n’as-tu jamais fait un test de QI ?

    1. Bonjour Sandrine. Merci pour ton message. De quel job parles-tu ? J’en ai eu plusieurs.
      Pourquoi je n’ai pas passé le test d’intelligence ? Au départ parce que je n’avais vraiment pas du tout d’argent de côté et je devais rembourser une dette auprès d’un ami. Maintenant que j’ai un peu d’argent et que j’ai remboursé mon ami je voudrais en parler dans mon blog avant et faire des vidéos toujours. Et maintenant rien n’est pressé plus le temps passe et plus je suis sûr d’être surdoué. En tout cas j’ai trouvé la neuropsychologue auprès de laquelle je vais le passer. Elle est aussi zèbre. Je sais que c’est du perfectionnisme de vouloir attendre le bon moment mais comme je l’ai déjà dit plus rien ne me presse. C’est finalement le chemin le plus intéressant par rapport à la finalité. Alors je fais durer le plaisir.
      Bonne journée

      1. Hey ! Merci beaucoup pour ce rapide retour ! Je suis archi dplg. Pas à 100% en ce moment mais ça fera toujours partie de moi.
        Problème d’argent donc, et de ce besoin d’attendre le moment parfait, celui du jour où le soleil brillera, que les oiseaux chanteront sur ton balcon, que tu n’auras pas fait cramer ton café sur le feu parce que t’étais en train de lire un truc, et… Je vois.
        Je crois que tu as raison, fais durer le plaisir.
        J’attends la suite de tes aventures !

  3. Bonjour Raphaël,
    Je fais un tour par ici étant plutôt inquiète de ne plus avoir de tes nouvelles mais moi aussi j’ai du me mettre contre une tumeur au sein, une opération, la radiothérapie et une dépression qui a chapeauté le tout. Pourtant je pensais à toi, je ne venais plus ici car quand j’y passais il n’y avait pas de nouveaux articles….et je m’aperçois que j’ai manqué 3 mois que je vais avoir du mal à rattraper.
    Tout dans nos vies changent à priori et notre surdouance n’arrange rien, je suis encore plus perdue qu’avant avec tout ce « truc » à trimbaler.
    Bref, j’espère que tu vas mieux et je suis heureuse de voir de nouveau ton joli sourire.
    Je t’embrasse
    Anne

    1. Bonjour Anne, comme le temps passe vite et que tu as dû avoir des moments difficiles, sûrement le contre coup suite aux problèmes de santé de ton mari. Je pensais justement à toi la semaine dernière. Continues-tu d’écrire dans ton blog ? Tu peux rappeler ici son adresse pour les lecteurs si tu veux. Oui je vais plutôt bien avec le recul, la vie m’apporte son lot de bonnes surprises et de creux. Cela forge mon caractère et ma philosophie de vie. On peut s’appeler si tu le souhaites. Et je n’ai pas publié ton témoignage que tu m’avais écrit. Bonne journée bises.
      Raphael

      1. Non je n’écris plus sur mon blog, j’écris des romans, mon rêve de toujours et j’y consacre beaucoup de temps, ça m’aide à tenir.
        Et oui à priori ma tumeur au sein est due à un choc émotionnel violent, la maladie de mon mari et ce que j’ai découvert ensuite (tu n’en connais qu’une partie). Nous sommes en thérapie, beaucoup de choses changent ici, c’est dur et maintenant c’est maman qui a un problème au sein et je l’emmène consulter le 2 juin, je suis si fatiguée….
        Je t’appelle dès que je peux mais je parle difficilement en ce moment, je suis heureuse d’avoir de tes nouvelles, je me suis vraiment inquiétée pour toi.
        Je t’embrasse
        Anne

        1. Bonjour Anne. Écrire des romans, c’est super, bravo, c’est aussi un de mes rêves. Désolé de n’avoir donné de nouvelles, des fois ma vie est très prenante et énergivore. C’est gentil de t’inquiéter pour moi mais tu sais que tu ne devrais pas car j’ai des ressources pour rebondir et savoir que des personnes s’inquiètent pour moi me rend triste. J’attends ton appel, tu me parleras de tout et tes travail d’écriture. Bises
          Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.