Défi J100/100 Bilan fin défi 100 jour, voir la vie comme un jeu !

Défi des 100 jours, voir la vie comme un jeu

Temps de lecture estimé : 6 à 9 minutes.

Et voici mon dernier article de mon défi de cent jours, cent articles sur les surdoués en apportant mon témoignage. Je continue un peu le bilan de mon défi d’hier et je vais aussi parler de la suite de mon blog et de mes activités. Et d’une façon ludique de voir la vie comme un jeu. Bonjour et bienvenue sur mon blog surdoué ou pas surdoué, je m’appelle Raphaël et je partage sur mon parcours de surdoué. Chaque jour dans un article de mon blog, je fais une analyse de ma vie à la lumière de la surdouance dans le but de changer ma vie, en mieux.

 

Meet-up sur les jeux, “the game” !

Ce matin, je suis allé à un meet-up “Creative Morning”, un rendez-vous mensuel autour de la créativité dans tous les domaines. Une conférence sur le thème du “GAME”, du jeu en entreprise pour amener les équipes à changer leur fonctionnement. Ça me donne des idées pour la suite de mon blog pour les surdoués. Pour le rendre plus interactif avec mes lecteurs et tourner les zèbres vers plus de positif dans leur vie.

Mon article sur voir la vie comme un jeu !

D’ailleurs, cela fait un peu partie de la vision de la vie que j’aimerais avoir, l’impression d’être un joueur et d’avoir une stratégie. De pouvoir faire des choix pour changer mon avenir dans le jeu de la vie. J’ai écrit un article à ce sujet, le jour 73/100 de mon défi, intitulé “le jeu de la vie !”. Parler de jeu dans mon dernier article serait intéressant pour finir mon défi de cent jours sur une note positive, optimiste, motivante et qui éveille la curiosité. Une façon de voir la vie d’une autre manière que décevante, triste, difficile où l’on doit se battre contre les autres. Je m’invite à changer ma vision de la vie. Mais je vais poursuivre mon bilan commencé hier.

 

Bilan de mon défi de 100 jours !

Dans l’article d’hier, j’ai commencé à faire un pré-bilan, car je savais que j’allais avoir d’autres choses à dire pour mon bilan.

J’ai besoin de repos !

Mais je sens en moi des freins que j’attribue à mon empathie et aux autres. Je sais que ce n’est pas une bonne façon de penser. En fait, quand je pense à tout ce que je veux faire après mon défi de cent jours, je me sens fatigué. J’ai envie de me reposer, mais je me dis que je n’ai pas le droit. Je suis au chômage et en cours de création d’entreprise. Me sentant redevable de cela, j’ai l’impression que je dois travailler dur. Et pensant à toutes ces choses, je me sens bloqué dans mon article. Peut-être que penser trop, me poser toutes ces questions, m’empêche de passer à l’action.

J’ai bien travaillé !

Je pense qu’après avoir écrit un article par jour pendant cent jours, j’ai bien mérité un peu de repos. J’ose me le dire. J’ai travaillé tous les jours, même les samedi et dimanche. En fait, je considère qu’aller à des meet-up en soirée fait aussi partie de mon travail, j’ai donc travaillé de nombreuses soirées à apprendre des choses et à réseauter.

Je ne supporte plus les personnes limitantes !

Quand je pense aux personnes de mon entourage, je me sens bloqué. Je pense à mon couple que je viens de rompre et je culpabilise d’avoir rompu notre relation. Et ensuite je me dit que je n’ai pas le droit au bonheur, à la réussite, à faire des choses intéressantes dans ma vie. Mais non, après tout, c’est MA vie. Et je ne vois pas en quoi les autres devraient avoir une influence négative, restrictive sur moi, au point de me faire faire ce qu’ils veulent. Puis surtout pour que je ne fasse pas ce que je projette. Je pense à mes parents, à mes proches, qui sont plutôt fermés au monde. Qui ont une vision négative, figée de la vie, limitante en tout, surtout la nouveauté. Ces personnes ont aussi peur de tout ce qui se passe dans le monde, les problèmes, les grèves, la retraite, le chômage, les guerres, les attentats, la crise, les politiques véreux …

Je mérite mieux !

Ce n’est pas comme ça que j’ai envie de voir le monde et d’y vivre. Pour pouvoir vivre la vie que je projette pour moi, j’ai besoin d’être dans un cadre bienveillant, positif, optimiste, valorisant, dynamisant. Je veux être entouré de personnes qui sont dans le même état d’esprit que moi, à la fois lucides mais pas pessimistes. Pour construire des choses, créer, produire de la valeur ajoutée, mais pas n’importe laquelle. Qui me ressemblent. Je crois que je rencontre dans les meet-up des gens ouverts d’esprit et sur l’avenir, j’ai trouvé une communauté de créateurs lyonnais jeunes et dynamiques.

 

Mon blog en quelques chiffres à la fin de mon défi de 100 jours !

Depuis la création de mon blog, jusqu’au 27 avril 2018, presque quatre mois :

  • blog créé le 2 janvier 2018,
  • premier article le 7 janvier,
  • premier jour de mon défi de 100 jours, le 10 janvier,
  • j’aurais dû écrire mon dernier article le 19 avril, mais je le fais le 27 avril 2018. J’ai donc 8 jours de retard, soit 8 jours où j’ai manqué mon rendez-vous quotidien, mais que j’ai rattrapés. Finalement 108 jours.
  • 100 est bien le nombre d’articles écrits pour mon défi, plus 5 articles hebdomadaires,
  • 106 articles et 7 pages,
  • 5200 vues,
  • 751 visiteurs,
  • blog vu depuis la France dont La Réunion et La Martinique, ainsi que : Etats-Unis (peut-être pour le référencement de mon blog par Google), Pérou, Canada, Belgique, Suisse, Algérie, Allemagne, Philippines, Italie, Nouvelle-Zélande, Espagne, Côte-d’Ivoire, Japon, Maroc …
  • les pages les plus lues l’ont été entre 30 et 40 fois,
  • 14 commentaires sur mon blog et d’autres sur mes comptes de réseaux sociaux,
  • 14 partages depuis mon blog, de nombreux partages sur Facebook et Twitter,
  • je suis aussi présent sur Instagram, Google+ et Tumblr.

Un grand merci à toutes les personnes qui ont lu mes articles.

 

Un bilan plutôt positif pour voir la vie comme un jeu !

Je ne m’attendais pas à avoir autant de retours positifs. Merci beaucoup à toutes les personnes qui m’ont suivi dans ce challenge. Car je sais que certaines d’entre elles, ont lu tous mes articles depuis le début. Cette expérience de blogging m’a beaucoup plu, j’ai très envie de continuer. Plusieurs perspectives s’ouvrent devant moi. A condition de ne pas me mettre moi-même des bâtons dans les roues.

 

Est-ce que je me connais mieux ?

C’est fou, après tout ce que j’ai écrit, je n’ai pas vraiment l’impression de mieux me connaître. Je sens plutôt le contraire, que tout est encore plus flou et qu’il me reste encore plus de choses à découvrir, explorer. Je ne me sens pas plus intelligent non plus. C’est paradoxal, ne trouvez-vous pas ? En fait, c’est aussi logique car j’ai découvert d’autres sujets hyper intéressants que je n’avais pas encore explorés. Ça peut être une bonne chose pour la suite de mon blog, car j’ai encore plein de choses à dire, de sujets à visiter et sur lesquels apporter mon témoignage.

Une meilleure connaissance de la surdouance !

J’ai une meilleure connaissance de la surdouance. Je sais mettre des mots sur des choses, des émotions. Et je peux décrire comment cela se passe en moi. Dans une certaine limite bien sûr, parce qu’il ne s’agit que de ressenti et de lecture. Pas d’études scientifiques.

Le problème des catégories !

Je sais qu’il y a des personnes qui n’aiment pas du tout se retrouver dans des cases. Et malheureusement avec ce sujet, ce n’est pas de ma faute, mais on est obligé de mettre dans des catégories. De décrire, étiqueter, si on veut comprendre, on doit bien mettre des mots dessus. Tantôt ceci, tantôt cela. D’ailleurs je connais une amie femme avec laquelle j’ai rompu tout contact car elle ne me supportait plus et piquait des colères contre moi. Elle est surdouée, hypersensible et surtout très susceptible. Elle avait horreur que je lui dise qu’elle était surdouée et montait sur ses grands chevaux. Qu’elle reste avec tous ses problèmes, si elle ne veut pas se reconnaître comme surdouée, elle continuera à se battre contre elle-même, comme je l’ai fait.

Excusez-moi !

Oui je m’excuse pour le ton que j’ai dû donner. En particulier auprès des personnes non surdouées pour lesquelles mes articles et la position des surdoués, peut paraître hautaine, discriminatoire, revendicatrice, sectaire. Je m’excuse aussi pour le terme de “normo-pensant” que je trouve aussi maladroit que “surdoué”, ces termes ne sont pas de moi. J’ai pu paraître catégorique dans mes descriptions, mais cela est dû à la réelle différence entre les deux groupe de personnes. Aussi, j’ai tendance à avoir des avis tranchés, je peux manquer de souplesse. J’admets aussi que je peux me tromper. Ce que j’ai pu parfois décrire peut ne pas correspondre qu’aux surdoués. Ce qui fait leur originalité, c’est l’accumulation des caractéristiques.

 

Pour la suite, j’ai déjà mon programme :

  • pour mon blog pour les surdoués, je compte écrire un billet par jour, plus léger qu’un article, pour conserver notre lien. Créer ma chaîne Youtube et tourner mes articles en vidéos. Créer un e-book téléchargeable à partir de mes articles.
  • finir mon business plan et créer mon blog sur l’architecture d’intérieur, l’alimenter en articles et vidéos.
  • continuer à peindre et dessiner dans mon atelier en vue d’une exposition éventuelle en 2019.
  • faire du sport, une séance tous les deux jours,
  • et voir la vie comme un jeu !

C’est bien sympathique comme programme.

 

Grosse prise de conscience !

Cela m’est déjà arrivé plusieurs fois dans ma vie, mais peut-être un peu plus fort cette fois. J’ai vraiment l’impression que je dois faire quelque chose de bien de ma vie pour ne pas le regretter un jour. En me projetant dans mon avenir, dans dix ans, quarante ans, je me dis que c’est maintenant que je dois faire des choses pour moi. Et non prendre un job normal par défaut, ne rien faire d’intéressant dans ma vie par peur d’échouer. Maintenant, je sais qu’échouer ne sera pas grave et que ce qui me motive, c’est plutôt ce que je vis en faisant tout ça. J’ai envie d’avoir une vie enrichissante, de passer des moments extraordinaires qui valent le coup de vivre. Je ne vois pas l’intérêt de vivre des choses simples toute ma vie, seulement pour me reposer. J’ai envie de vivre intensément, des moments contrastés, vivants.

Défi des 100 jours, voir la vie comme un jeu
Défi des 100 jours, voir la vie comme un jeu !

Voir la vie comme un jeu !

La gamification !

Tout comme dans la vraie vie. Il faut dire que les jeux se sont à mon avis largement inspirés de la vie. Depuis plus de vingt ans, on observe un retour aux jeux mais pour adultes. Jusqu’au phénomène de gamification, c’est-à-dire l’utilisation des principes et fonctions des jeux dans les entreprises. Ainsi que les relations entre une enseigne et ses clients, les sites Internet et les applications sur smartphones. Pour fidéliser les personnes en les rendant addicts.

Choisir son personnage !

Ce qui m’amène à penser ma vie comme un jeu. Avez-vous déjà joué à des “livres dont vous êtes le héros” ou des jeux vidéos ? Bien souvent, au départ de l’aventure vous choisissez un personnage. Je vais faire un parallèle avec notre vie sur Terre. Sauf que là, nous n’avons pas choisi notre personnage pour notre vie. On a même l’impression qu’il nous a été imposé. Famille, pays d’origine, culture, langue, physique, intelligence, parfois les études ont été imposées et même le mariage. Tout cela nous est donné dans le package homme ou femme. Dans les jeux, pour vous indiquer où vous en êtes, vous avez des points de vie, de force, de courage, d’intelligence, de forme, de chance Dans la vie, c’est pareil, chaque jour, nous avons un certain niveau d’énergie, de moral, de forme physique, de volonté (voir mon article sur la réserve de volonté).

Voir la vie comme un jeu me donne plus de possibilités !

Je veux vraiment créer mon personnage comme je le souhaite. Je ne pense pas continuer à devoir subir le poids des autres et de mon passé. En fait, je crois pouvoir maintenant avoir le choix de mon destin. Avant, je me sentais coincé sur des rails, ne pouvant pas en sortir à cause de mes choix faits par le passé. Je croyais devoir les assumer. A partir de maintenant, j’ai assez d’expérience pour voir la marge de manœuvre que j’ai pour naviguer là où je veux. Je me sentirai toujours légitime, car c’est là où je serai qu’est ma place, à mon niveau, sachant que je ne peux que progresser en continuant de passer à l’action. Voilà, je me sens libre de mes choix en fonction de mes capacités et mes motivations.

Voir la vie comme un jeu et faire des choix plus en conscience !

En général, dans les jeux vidéos, on a des tonnes de choix à faire tout au long du parcours. Et ceux-là peuvent avoir une issue favorable ou dramatique. Dans la vraie vie, l’issu est plutôt favorable, neutre ou négative, retardant la réussite. Mais rarement mortelle, sauf dans des cas inconsidérés et inconscients.

Voir la vie comme un jeu, s’équiper et acquérir autrement !

Dans les jeux vidéos ou de plateau, tout au long du jeu, on peut acquérir des fonctionnalités, des outils, des équipements Dans la vie, nous achetons des biens matériels, habitat, moyens de déplacement, habits, nourriture, meubles, objets en tout genre. Nous pouvons aussi nous améliorer physiquement, naturellement ou artificiellement. Et nous améliorer mentalement, psychologiquement par le biais de formations, stages, thérapies. Cette dernière manière de m’équiper m’intéresse bien plus en ce moment par rapport à tout ce qui est matériel. Je préfère m’offrir des expériences que du matériel.

Avoir un but et des objectifs intermédiaires, voir la vie comme un jeu !

C’est relativement simple dans un jeu, car on sait à l’avance plus ou moins ce pourquoi on est dans le jeu. Par contre dans la vie sur Terre, on ne sait pas pourquoi on est là. Il est de coutume de faire comme tout le monde. Faire des études pour avoir un bon travail, progresser dans la hiérarchie professionnelle et sociale. Rencontrer une personne et se marier, avoir des enfants et plus tard être grand-parent et plus. Avoir des loisirs, des amis, voyager, consommer Rien de bien transcendant comme “la quête du graal”. Pourtant certains ont trouvé une voie y ressemblant aux yeux des masses populaires. La célébrité, il y a plusieurs moyens d’y accéder. Pour les uns via une passion, un don ou plusieurs. Et pour d’autres, peu importe les moyens, ils sont tous bons pour avoir beaucoup d’argent et être connu.

Ce que me permet de voir la vie comme un jeu !

Personnellement, je pense que voir la vie comme un jeu, me permet de passer à l’action plus facilement, en ayant l’impression de jouer. Je me prends moins au sérieux, je me permets aussi de faire des choses que j’aime. Car il s’agit bien là de permission pour moi. J’avais beaucoup de problèmes à ce niveau-là, m’autoriser à vouloir le meilleur pour moi. Alors que je me suis toujours contenté de peu, du reste, de rien, de médiocrité.

Voir la vie comme un jeu pour faciliter le changement !

Je ne suis pas obligé de reproduire des schémas qui ne fonctionnent pas pour moi. Je parle ici de mes comportements qui ont une incidence négative sur moi. Et des schémas véhiculés par la société, notre culture, les moeurs, les groupes, la filiation … J’ai vraiment beaucoup de choix et en fonction de ce que je choisis, ma vie peut changer radicalement. Mais je me demande jusqu’à quel point je serai capable de changer. En tout cas, c’est pour me sentir mieux et trouver un équilibre, la sérénité.

 

Facile à dire !

Je me détache des autres, de leur regard, les personnes de mon entourage ne sont plus les mêmes. Je suis sûr que vous devez vous dire plusieurs choses. “Pas facile de changer”, “impossible de changer”, “chasser le naturel, il revient au galop”, “on verra bien s’il y arrive”, “bon courage, moi je n’y suis pas arrivé”… En effet, c’est un vrai défi que je me lance. Jusqu’où suis-je capable de changer ? Quelles seront mes limites ? Internes, externes, je m’arrêterai quand je me sentirai bien. Pas besoin de crever le plafond. Maintenant que je suis seul, c’est encore plus facile. “Ça se voit qu’il n’a pas d’enfant, des obligations”. Alors qu’avant je me serais attaché à une personne par dépendance affective, désormais je me sens mieux tout seul. J’ai accepté et me sens bien avec ma solitude qui est relative. Avec moi-même, je ne me sens plus du tout seul.

Si cet article vous a plu ou que vous voulez m’encourager, merci de le liker, de le partager ou de mettre un commentaire ci-dessous.

Je vous souhaite une journée ludique ! Je vous dis à bientôt ! Bon je vais me reposer quelques jours.

Et rappelez-vous, surdoués ou pas surdoués, reprenons confiance en nous prenant en main !

Cliquez ici pour voir l’article précédent.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

2 thoughts on “Défi J100/100 Bilan fin défi 100 jour, voir la vie comme un jeu !

  1. Bonjour Raphaël,
    Et bravo pour ces 100 (et quelques) articles ! J’espère que tu continueras (à un rythme moins sportif) car comme je te l’ai écrit via un autre media (dèsolée de me répėter) c’est un soutien pour d’autres HP que de te lire et se retrouver dans tes réflexions…

    …sur cet article-ci, eh bien je ne sais pas encore si je me sens prête pour voir la vie comme un jeu (de stratégie) mais je me retrouve actuellement dans ton envie de vouloir le meilleur pour soi en tant qu’HP au sens, vivre une vie enrichissante, trouver les moyens d’exprimer son potentiel, rechercher activement des rencontres et des projets pour le faire(mais je n’en suis qu’au début de cette quête, après des années sans trop savoir ce que je cherchais, avant de me savoir zèbre). C’est un travail en soi…et sur soi car il m’est également bien difficile de m’autoriser à avoir cette vie enrichissante spécifique qui me convienne et me permette peu à peu d’exploiter ce potentiel, pour moi et pour les autres…difficile de s’accorder ce droit…une conséquence des catacteristiques du zèbre (doute, dévalorisation,hypersensibilité…) et du poids des influences limitantes que l’on se met soi-même, et beaucoup aussi dû aux pressions exercėes (très fortement et de manière destructrice) par l’entourage durant des années…

    Merci pour cette touche optimiste et constructive qui devrait être le fil conducteur de tout surdoué, pour s’autoriser enfin (en travaillant dans cet objectif) à avoir cette vie pleine d’étincelles positives qui lui convient !

    J’espère que tu continueras à nous inspirer par tes articles en nous faisant partager ton parcours, et je te souhaite toute la réussite bien méritée pour la suite de cette aventure !

    Christelle

    1. Bonjour Christelle, merci pour ton soutien et ton message riche. En effet c’est malheureux à dire, mais c’est ce que vivent énormément de zèbres, ce combat intérieur, cette pression subie et ensuite générée par nous mêmes, cette souffrance psychique et physique en somatisant. Mais quelle libération ensuite, quel bonheur de vivre intensément en conscience. Je me demande si la clé ne serait pas de vivre justement en conscience. En ce faisant, que le moment soit agréable ou désagréable, il est plus facile de la supporter et de procéder à des changements pour améliorer notre situation.
      Ça me motive à continuer de savoir que mon action dans ce blog aide et motive d’autres personnes que moi.
      Merci encore Christelle, bonne journée et à bientôt.
      Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.