Défi J44/100 Mes articles censurés sur les surdoués !

La peur de la censure

Temps de lecture estimé : entre 4 et 6 minutes.

Aujourd’hui, j’écris à propos de mes articles censurés sur les surdoués. Pour plusieurs raisons, je suis obligé de me censurer, en ne faisant plus apparaître trois articles de mon témoignage et une page de mon blog. Bonjour et bienvenue, je m’appelle Raphaël et vous êtes sur mon blog surdoué ou pas surdoué. Pourquoi ce blog ? Parce que je suis sûrement surdoué et que j’ai eu beaucoup de problèmes dans ma vie à cause de cela. Désormais je me prends en main et désire me connaître, m’accepter et utiliser mes capacités.

 

Articles censurés sur les surdoués !

J’ai donc dû ne plus faire apparaître dans mon blog les articles des jours 13, 20 et 21, ainsi qu’une page qui les présentait. Les sujets abordés sont sexualité, dépendance sexuelle et abstinence sexuelle.

Pourquoi je les ai censurés ?

Je l’ai fait pour protéger des personnes de mon entourage.

Ce que j’en pense ?

Je le fais pour être diplomate, par obligation et pour éviter de causer des problèmes aux personnes de mon entourage. Pourtant je trouve dommage de me censurer sur ces sujets délicats, car ils peuvent faire partie de la vie des surdoués et pourraient les aider. Je trouve dommage en général, d’avoir des sujets tabous dont il ne faut pas parler car cela renforce les problèmes. Chacun ayant ses difficultés se retrouve encore plus seul et contraint de se cacher, de ne pas en parler et d’endosser un manteau de honte. Ce qui enfonce encore plus les personnes dans leurs désarroi et leurs problèmes. La parole a un pouvoir de libération.

Mon désir d’être authentique rétrogradé !

Je me sens triste de devoir le faire, car je ne me sens pas entendu. Encore une fois, je dois me taire, ne pas faire de vague, ne pas dépasser. Je dérange comme d’habitude. Il me faut faire comme tout le monde, rentrer dans le moule. Et cela atteint mon puissant désir d’authenticité que je ressens en ce moment. A un point tel que je veux tout vous dire et à visage découvert. J’avais bien pesé le pour et le contre et malgré tous les contres, il me semblait salutaire pour moi de tout dire. Cela me permettait de faire amende honorable et éventuellement de briser cette spirale négative descendante.

 

Peut-être une façon de me protéger ?

En pesant le pour et le contre de tout dévoiler de moi, j’avais bien pensé que de parler de ma sexualité aurait pu à l’avenir me desservir, me porter préjudice. Mais je me suis quand même lancé car je voulais ne plus pouvoir faire marche arrière. Finalement, je fais marche arrière par obligation, mais pas dans mon cœur. Je dois garder en tête mes objectifs pour mon blog. Ce contre-temps ne doit pas me saper le moral et mon projet.

Je perds mon authenticité en faisant ça !

Car je ressens une perte d’authenticité vis-à-vis des personnes qui me lisent. Pas aussi fort qu’une trahison de ma part, mais presque. En fait, je me sens atteint en tant qu’enfant qui n’a pas droit à la parole. Ça touche quelque chose de très profond et de très loin en moi. J’ai peur d’être déstabilisé, de perdre en force et de rechuter dans la négativité. Je me sens triste et en colère. Je ressens une pression que j’aimerais ne plus jamais ressentir et me sentir libre. Mais c’est pour la bonne cause, ainsi les personnes de mon entourage seront tranquilles.

Je pourrais le faire de façon anonyme ?

Oui je pourrais le faire dans un autre blog, en me cachant derrière un pseudo et une image, plutôt que de montrer mon visage, donner mon vrai prénom et parler de la ville où j’habite. Comme beaucoup d’autres l’ont fait pour se protéger ou par peur de se faire moquer ou attaquer. Ce n’est pas cela que je voulais pour mon blog sur les surdoués. Je voudrais montrer sans pudeur tous les problèmes auxquels les surdoués sont confrontés, à partir de mon témoignage. Mes problèmes les plus difficiles font encore plus partie de ce que je vis. Je n’ai pas à les cacher. Pour suivre mon parcours de surdoué voulant s’en sortir, voir les progrès et les réussites. Le delta entre le début et la fin (sachant qu’il n’y aura jamais de fin) peut montrer qu’il est possible pour un surdoué d’arriver à quelque chose dans la vie, de s’épanouir, d’être heureux et équilibré.

 

Mon sentiment d’injustice !

Je sais que je vais rebondir et que je peux tirer une force de savoir que ce que je dis est dérangeant. Pour moi, ça veut dire que j’ai raison, si je reçois des critiques m’imposant de me taire. Mais pour vraiment être moi-même, j’aimerais que personne ne me connaisse, pour pouvoir dire et faire ce que je pense et veux (de façon juste, ne me faites pas dire ce que je ne veux pas dire). Je sais que dans quelques années, je pourrai le faire plus librement. J’ai tout de même 43 ans, je suis un adulte, j’aimerais à mon âge pouvoir disposer de ma vie comme je l’entends et ne pas être soumis au bon vouloir des autres. Je le fais parce que je me soumets à leurs lois.

Enfant et adulte obéissants voulant se révolter !

J’ai toujours été un enfant et un adulte au travail obéissants. Mais je remarque que depuis toujours, une partie en moi a le désir de se révolter et de dire ce qu’elle pense être juste. Mais je me tais. J’ai souvent ressenti de l’injustice parce que je n’étais pas assez fort pour résister à la pression des autres qui voulaient imposer leurs idées, leur force, leur volonté. Aussi parce que je suis physiquement petit et faible. C’est pour changer ça que je fais du sport, être plus fort. Je voulais me révolter, mais j’ai toujours eu peur des conséquences et des représailles. Etant intelligent, je voyais rapidement où cela allait me mener si je me rebellais alors je me refrénais tout le temps. Etant aussi impulsif et spontané, mon premier désir était de réagir et quand je le faisais je déclenchais des cataclysmes dans ma vie. C’est sûrement à cause de cela que j’ai appris à fermer ma bouche et ne rien faire. Peureux, faible ? Ou force intérieure ? C’est flou et complexe à l’intérieur de moi.

La peur de la censure
La peur de la censure !

J’ai peur d’autres conséquences en faisant ça !

En me censurant alors que je suis dans une phase d’ouverture sur le monde, j’ai peur de briser mon élan, de me décourager, de déprimer à nouveau. J’ai aussi peur d’arrêter mon choix de faire abstinence sexuelle pendant un an et de rechuter dans mes dépendances sexuelles et affectives. A moins que le fait de le savoir, d’en être conscient, me rende plus fort et me permette de passer haut la main cette épreuve.

Des raisons inconscientes de mes actes !

Je me suis demandé pourquoi je voulais aussi fortement dévoiler au public mes difficultés affectives et sexuelles. C’est vrai que dans notre société, ça ne se fait pas ouvertement, sinon caché. D’ailleurs, je pourrais le faire de façon anonyme en créant un autre blog, mais ça ne m’intéresse pas. Je préfère tout gérer sur un seul blog, car pour moi, surdoué, cela forme un tout indissociable. En fait, je me suis quand même demandé si le fait de rendre publique ma sexualité, n’était pas en quelque sorte un suicide social. Une forme de mort relationnelle avec mes amis, ma famille, mes connaissances. Je grille mon avenir professionnel. Mais c’est aussi parce que j’ai été trop secret, à tout cacher. J’espérais une renaissance auprès d’autres groupes de personnes, comme les surdoués et les dépendants affectifs et sexuels. Je crois désormais que je serai plus vrai avec moi et les autres.

Je me suis coupé de mon empathie !

Mon besoin d’être enfin moi-même était tellement fort que je n’ai pas voulu écouter ma petite voix intérieure qui me disait de faire attention aux autres. Oui, j’avais pensé que ce que je faisais allait faire de la peine et du tort aux personnes de mon entourage. Étant empathique comme dix. Je me suis coupé de mon empathie tellement je souffrais. Ma délivrance et mon bien-être étaient plus importants que le confort des autres, pour ne pas dire leur bien-être. Comme tout surdoué, je suis toujours dans les extrêmes. Avant je ne disais rien et aujourd’hui, je veux tout dire. Je vais bien devoir trouver mon équilibre un jour. En plus, les gens auraient pu me juger comme manquant d’empathie et me foutant des autres. Ce qui n’est pas vrai. Dans ma vie, je l’ai trop fait à mes dépens et je n’ai eu aucun remerciement pour cela. Je dois cesser de me laisser marcher sur les pieds.

 

Finir sur une note optimiste !

J’apprends de la vie, à vivre avec les autres, me faire accepter et être moi-même. Trouver un équilibre n’est pas facile. Il est souvent fragile et ne tient à pas grand chose. Si, à des valeurs, la confiance, l’authenticité, la diplomatie, savoir garder un secret, ne pas répéter ce que les personnes me disent de leur vie privée … et tellement d’autres. J’explore le monde avec un nouveau regard, le filtre de la connaissance de ma surdouance. De mes difficultés assumées et consommées. De mes nouvelles capacités fraîchement dévoilées. Un mal pour un bien ! Ce choix de censurer mes articles sur ma sexualité va sûrement m’apporter quelque chose de positif. Je le saurai bien plus tard avec le recul. Malgré mes émotions d’enfant déçu parce qu’on vient de lui retirer son jouet, je pense pouvoir tirer des leçons de vie de tout ça.

 

Comment cela fait écho en vous ?

Qu’auriez-vous fait à ma place ? Auriez-vous gardé secret tout ça ? Vous seriez-vous dévoilés ? Auriez-vous cédé à la pression sociale et vous seriez-vous censurés ? Vous seriez-vous senti attaqués injustement ? Auriez-vous compris en vous mettant à la place des personnes de votre entourage ? Beaucoup de questions que je vous pose et que je me pose encore. Je n’ai pas encore trouvé de solutions idéales qui me conviennent vraiment. Merci de répondre dans les commentaires, si vous le souhaitez.

Je vous dis à demain pour un autre article et vous souhaite une journée équilibrée, en étant vous-même et en prenant en compte l’avis des autres !

Et rappelez-vous, surdoués ou pas surdoués, reprenons confiance en nous prenant en main !

Cliquez ici pour voir l’article précédent.

Cliquez là pour lire le prochain article.

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  

Author: Raphael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.